Présentation d’On cause de l’Homme

Il existe un jeu vidéo nommé Civilization dans lequel le pointeur de la souris prend la forme d’une torche. On commence dans les ténèbres et en avançant dans le jeu, on éclaire son univers.  
Pour nous, les sciences humaines et sociales ( SHS) jouent le rôle de cette torche. Elles éclairent les ténèbres dans lesquels l’homme est plongé. pendant des millénaires, les religions avaient volontairement maintenu les hommes dans le noir, pour qu’ils puissent mieux admirer les illusoires reflets de paradis artificieux#, comme lorsqu’une ville ferme ses réverbères pour que l’on puisse mieux contempler les étoiles. Les fausses étoiles, d’ailleurs, puisqu’il s’agit parfois de la rémanence d’astres morts avant que leur lumière ne nous parvienne.
Les sciences dures avaient redonné au long du 19 ème siècle, à l’homme la liberté de ses 5 sens, établi des règles, donner corps à une réalité tangible, visible sensible que la gaze de la religion ne déformait plus. Les science humaines apparaissent dès le 19 ème siècle mais se développe surtout pendant le 20 ème à mon sens pour répondre au défi de la démocratie (en clair comment manipuler les électeurs) et de l’industrialisation qui entraine la massification urbaine ( comment répondre aux nouveaux problèmes, ou à la massification de certains problème : le suicide, l’école de Chicago)… Dans ce sens, selon moi, les projets globaux des SHS s’opposent à celui du marxisme, qui pour caricaturer , donne à tous les problèmes la même explication. On a souventt raillé lestentativesvd’analyselyse marxiste des sciences dures ( lyssenko …) mais tentativesives de faire des SHS marxistes pure et dure sont assez cocasse également. Mais je suis ouvert au débat sur ce point.
Les SHS ouvre à l’homme la possibilité de penser sur lui_même sur la société dont il fait partie, sur les sociétés lointaines dans le temps et l’espace. Il me semble qu’il est difficile aujourd’hui de penser quoi que ce soit sans avoir recours consciemment ou non aux SHS?

Organisation pratique
On cause de l’homme ( allusion peu transparente à La cause du peuple) se propose à chaque séance du jeudi ( le prmier et le dernier jeudi de chaque mois)  à L’Illustration de faire intervenir un chercheur en SHS ou un écrivain , penseur, etc, sur un sujet d’actualité avec un regard “ SHS” Actualité n’est pas à) prendre au sens immédiat frivole et passager des médias mais au sens philosophique “Rendre actuel, faire passer de la puissance ou virtualité à l’acte” (doctus cum tlfi) Je pense que les efforts réalisés dans les sciences dures, pour transférer leurs découvertes vers les entreprises, ne sont pas fait des SHS à la société. On ne va donc pas forcement parler de François, Giulia ou Carla, mais plutôt de  question socialement vives. #Qui se pose aujourd’hui et se posera après mai 2012. Les sans pap, le développement durable, la (dé) mondialisation, la lutte des classes ( ou pas) l’industrie, Internet,. Le causeur pourra évoquer l’un de ces sujets, de la manière dont il le souhaite, soit sous forme de papier de colloque, sous forme de causerie, ou d’interview, Cela pourra durer 45 mn, et sera suivi d’un temps égale de dialogue avec la salle. Après cet échange, un temps de pause est prévu, pour permettre au “causeur de l’homme” de préparer sa conclusion. La causerie sera enregistre en audio et vidéo , elles sera proposée à des radios et tv? le texte retranscrit, revu par les auteurs, sera publié dans une revue trimestrielle numérique.
Les causeries seront organisées  à l’étage de l’Illustration une salle qui n’accueillera que des auditeurs de la conférence. Des réservations seront prises. Le causeur pourra s’installer derrière le bar ou devant , sur un tabouret haut ou debout, ou derrière une table. . il sera possible de projeter une présentation genre diapositives ou film. Si le causeur le souhaite ou l’accepte, un plasticien pourra présenter une œuvre liée au sujet, un acteur pourra lire un texte un chanteur chanter etc… Des partenariats seront recherchés avec une librairie une bibliothèque pour que soit établie une bibliographie complémentaire.
Ces modalités pratiques peuvent s’adapter à la demande des causeurs.

Publicités