« ce jour nous avons appris la destruction des caravanes des familles de la Friche »

Une nuit près de l’église

Communiqué

Bonjour,

Malgré les épreuves de cet été depuis l’expulsion de la Friche le 9 août dernier, nous ne pensions pas avoir à supporter un second choc. En effet, ce jour nous avons appris la destruction des caravanes des familles de la Friche. Elles ont à présent vraiment tout perdu…

Le 20 août 2012, lors de notre rendez-vous avec Martine Aubry, celle-ci s’était engagée devant nous à restituer les caravanes aux familles. Néanmoins, un ordre a été donné le 28 août pour les détruire. Nous avons appris la nouvelle en nous rendant ce lundi à la fourrière de Lesquin où elles avaient été entreposées pour tenter d’en récupérer.

De qui se moque-t-on?

Ce même 20 août, Martine Aubry, présidente de LMCU disait ne pas dormir à cause des enfants sous les tentes. Elle n’a pas pourtant fait part de ses regrets d’avoir ordonné l’expulsion de ces 200 personnes de la Friche et du terrain de Pont de Bois, tous deux appartenant à LMCU.

Pourquoi nous avoir menti?

Pourquoi nous répéter que des solutions allaient venir dans les jours prochains alors que tout est fait pour que ces familles craquent et retournent en Roumanie? C’est méconnaitre la réalité et déconsidérer ces familles habitantes de la métropole lilloise depuis des années, expulsées sans solution aucune ; c’est cautionner, accompagner et mettre en oeuvre la politique inique du ministre de l’Intérieur Manuel Valls qui a annoncé en Roumanie la reconduite à la frontière des familles, « aidée ou forcée », a-t-il répété.

Lors de la réunion avec le préfet la semaine dernière, personne ne nous a fait part de ces destructions de caravanes. Le responsable de la fourrière nous a avoué qu’on lui avait ordonné de ne pas en parler. Michel François Delannoy, 1er vice-présdient de LMCU, nous a mis en garde, nous sommant « d’arrêter avec les médias », nous accusant malicieusement d’avoir incité les familles à rester, les obligeant eux, responsables politiques, à expulser ces familles par la force. Nous accusera-t-on bientôt de délit de solidarité? Serons-nous poursuivis pour aider ceux que l’on traite comme des indésirables, que l’on veut chasser de la métropole? A-t-on besoin de temps de temps pour trouver des terrains et des logements vides?

La pieta rom de Notre dame des Victoires (dr)

Cela fait 47 jours que ces familles survivent dans des conditions indignes sous tente. Nous ne pouvons plus attendre que l’on nous mène en bateau, nous promettant des solutions qui ne viennent pas. Et la pluie, et le froid… A-t-on besoin de temps de temps pour trouver des terrains et des logements vides?

Mercredi 26 septembre, le collectif Solidarité Roms Lille Métropole tiendra une conférence de presse pour dénoncer la situation.

L’Atelier Solidaire se réunira ce jeudi 27 septembre à 18h à la MRES, salle Agora au 1er étage de la MRES, 23 rue Gosselet à Lille et appelle les militants et bénévoles à nous rejoindre pour faire le point sur la situation et envisager ensemble les actions à mener avec les personnes concernées. Nous présenterons également l’association aux nouveaux bénévoles et expliquerons nos projets à moyens termes.

Nous vous espérons nombreux ce jeudi, nous avons besoin de toutes les forces pour envisager de réelles solutions à l’impasse orchestrée par les pouvoirs publics.

A jeudi,

Yann Lafolie, président de l’Atelier Solidaire

L’Atelier Solidaire
(association   loi   1901)
23      rue        Gosselet
5 9 0 0 0           L i l l e
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s