#roms à Lille le double jeu des pouvoirs publics

Plusieurs associations qui soutiennent les Roms installés à Lille et le Douaisis ont organisé une conférence de presse, ce lundi 29 avril, pour réagir contre les expulsions de campements décidés ou effectués ces derniers jours.

Bruno Mattei ( ATD-Quart Monde) a dénoncé l’attitude des pouvoirs publics qui expulsent les familles Roms sous prétexte de l’insalubrité ou du danger du campement qu’ils ont choisi, et les expose ensuite à des dangers plus grands. Ainsi à l’ex-IUFM de lille, propriété du Conseil général,  Patrick Kanner, président PS du Département a demandé l’expulsion des personnes roms sous prétexte que certains bâtiments étaient frappés d’insalubrité. En fait les Roms s’étaient logés dans d’autres bâtiement.  Certains expulsés ont été transportés à Lens où ils sont logés dans un foyer dont ils sont chassés à 8 h du matin, ne pouvant revenir qu’à 18 h. . Coupés de leurs sources habituelles de revenus et de la solidarité des autres familles, les Roms, dont deux jumelles de 3 ans, doivent passer la journée das les rues, sans argent ni nourriture. Une tente, mise à disposition par  l’Areas dans un jardin public, a tenu deux jours avant d’être incendiée par un ou plusieurs inconnus. Martine. Aubry a tenu jusqu’à présent sa promesse de ne  pas faire  expulser sans relogement, (ce qui est juste l’application du décret de 2012 NDLR) , a souligné M. Mattei.  Pour cette raison, il n’est pas inquiet pour le camp lillois Winston Churchill, expulsable à partir de demain 30 avril. « Mais son adjoint à la mairie, Patrick Kanner, ne joue pas le jeu, a-t-il ajouté. »  M. Mattei estime illusoire de rechercher des  communes volontaires pour offrir un terrain aux Roms, à un an des municipales. Il a annoncé que l’Association des maires du Nord rencontrait l’après midi même le préfet Joly pour lui proposer un plan d’accueil de trois ou quatre familles par commune., une solution qui est proposée depuis longtemps par le Collectif solidarités roms-Lille Métropole. Il

 

Nawell (Mrap-Roubaix) a marqué son opposition à la recherche de terrains. Les Roms du Galon d’eau  et du boulevard des Couteaux à Roubaix veulent habiter dans des maisons en dur. S’appuyant sur la condamnation du préfet de Villeurbanne, le collectif de solidarité de Roubaix conseille aux Roms d’appeler chaque jour le 115 pour pouvoir ensuite prouver qu’ils recherchent bien un hébergement.

 

M. Couche membre du Collectif solidarité Roms du Douaisis (CSRD), créé en septembre et rattaché à Fraternité Roms 62 a témoigné de l’intégration des cinq familles Roms qu’il suit à Courcelles. Les enfants sont tous scolarisés, et aucun incident ne s’est produit entre les Roms et les autochtones. La municipalité a voté une subvention pour payer le repas des enfants à la cantine. Pourtant, le maire vient de demander l’expulsion, sans motiver sa décision.  Pour M. Couche le maire aurait été influencé par une rumeur selon laquelle des Roms auraient enlevé des enfants à la sortie de l’école où leurs propres enfants sont scolarisés ! Un agent municipal est même venu relever le plaques des camionnettes, utilisées par les Roms pour recycler de la ferraille.

Stéphanie ( Fondation Abbé Pierre) et le Père Gonzague (Atelier solidaire) ont également dénoncé cette stigmatisation des Roms. Gonzague a rappelé que son association était impliqué dans un projet  constructif avec la mairie d’Hellemmes, commune associée à Lille.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s