.#Lille #Roms Syndicats et associations d’une seule voix

Demain est un jour important pour les Roms de la région. Les organisateurs de la manifestation lycéenne qui part à 11 h 30 ont décidé de soutenir la demande de table ronde et de prise en charge sanitaire des enfants, portée par l’intersyndicale de la Bourse du travail qui abrite depuis une semaine une centaine de Roms, expulsés d’un parking à la demande de l’Université de Lille 1. Les lycéens ont demandé d’être reçus à 14 h par le préfet pour exprimer leurs revendications sur ce thème ainsi que sur le sort des lycéens étrangers expulsés.

Le collectif de solidarité Roms Lille métropole (CSR) s’est réuni ce lundi soir avec es représentants de l’intersyndicale (CGT Solidaires, FSU, CFDT) de la Bourse du travail de Lille. Deux Roms francophones participaient à la réunion.

l’objet de la réunion était d’adopter une position commune, quant à la participation au « comité départemental d’échanges sur les populations de culture rom «  bimestriel qui se tient mardi. Jeudi dernier, lla préfecture avait refusé d’y admettre les syndicats. Ce matin, ils apprenaient qu’ils étaient invités. « Et la préfecture a appelé trois fois aujourd’hui pour savoir si on venait », raconte un représentant de la CGT. Petite mesquinerie, la préfecture a permis à l’intersyndicale d’envoyer 3 délégués, alors qu’elle est constituée par 4 syndicats.

La rencontre entre des syndicats combatifs et des associatifs qui ont l’expérience des rencontres décevantes avec les pouvoir public a été fructueuse, comme l’a souligné par exemple Vladimir Nieddu (Sud Santé social). Un communiqué commun est actuellement élaboré. Il porte sur les revendications que l’intersyndicale et le CSR porteront conjointement au comité d’échange qui se tient à 17 h ce mardi. Il s’agit dans un premier temps de réclamer un moratoire de toutes les expulsions et une solution de logement pérenne pour les Roms de la Bourse du travail, dans la métropole lilloise où leurs enfants sont scolarisés, et en accord avec eux. La délégation refusera par exemple une solution dans le Pas de Calais ( des Roms de Lille y sont logés dans des maisons promises aux Roms locaux), elle refusera que les caravanes saisies au moment de l’expulsion soient rendues si il n’y a pas de terrain viabilisé pour les accueillir. Elle refusera aussi la fausse solution qui consiste à disperser les Roms dans des foyers pour SDF. En fait l’intersyndicale a un lieu à proposer, qui pourrait accueillir facilement les Roms. Ce bâtiment est vide, mais il est en bon état et chauffé  ! Je ne donnerai pas son nom ici, de peur qu’il soit mystérieusement vandalisé demain, comme cela est déjà arrivé

. Sur le moyen terme. La délégation réclamera la tenue d’une conférence régionale permanente où Roms, élus, syndicats et associations pourront débattre du sort des Roms.

Recevant l’intersyndicale, Pierre de Saintignon, premier adjoint de Martine Aubry s’est montré entièrement d’accord avec elle, et en désaccord avec Valls. « La France peut très bien accueillir 20 000 Roms, a t-il affirmé, en ajoutant « mais pas chez moi ».

Eh bien il faudra faire un effort M. le marquis. Jeudi, comme l’a expliqué un représentant de la CGT, des convergences seront sans doute trouvées entre la manif des salariés de la Redoute, touchés par un plan de licenciement, et la cause des Roms. Les uns, et les autres sont des travailleurs pauvres, assommés par le libéralisme.  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s