#RIP #TommyRamone Le dernier du gang des jeans troués

1.2.3. on y va

bastonne ce bâtard avec une batte de baseball

mon seul amour est mort

et mon jean constellé

porte l’étoile rouge de ma mélancolie

Arrêtez les vidéos, éteignez le portable
D’un gros os bien juteux faites taire Le Pen
unpluguez les guitares, qu’un tom basse étouffé
Emmène le cercueil, qu’entrent les groupies

Que dans le ciel tournoient des hélicoptères gémissants
Qu’ils écrivent là haut ce message : Il est Mort
Que l’on ceigne de crèpe le cou des punkettes
Qu’à Calais les antifas portent des gants noirs

Il était mon nord, mon sud, mon est et mon ouest
Ma semaine de travail, mon repos du dimanche
Mon midi, mon minuit, ma parole et mon chant
Je croyais qu’on s’aimait pour toujours, j’avais tort

Qu’importent les étoiles maintenant, mouchez les
Allez ranger la lune, démontez le soleil
Videz les océans, balayez les forêts
Plus rien de bon ne peut advenir désormais

Le dernier des Ramones, Tommy le batteur, est mort aujourd’hui 12 juillet

P.S.

Nous devons à Patrick Eudeline mais je me demande s’il a toujours toute sa tête ? ( ce n’est pas à toi LR que je pose la question !) cité dans l’excellent gratuit The Stylist il défend l’idée que le jean troué aurait été popularisé par le grunge dans les années 90.

En réalité c’est l’illustration de pochette du premier album des Ramones qui a été séminale. Cette photo a été plus d’une fois parodiée et plagiée et elle est a suscité des millions de légendes. On racontait par exemple que les Ramones étaient trop pauvres, au début pour se payer un perfecto chacun. Des milliers de punks se sont coupés les genoux des jeans pour imiter ce groupe de dandies. [Je veux rappeler ici que Lord Brummel ne mettait jamais de chaussures neuves. Il engageait des domestiques chaussant la même pointure, et leur faisait porter pour les patiner.

 

Déclinaisons callypiges sur le blog de Fred (Minard ? je ne crois pas )

 

 

EXPULSIONS DANS LE NORD – PAS-DE-CALAIS : INFOS J+9

Passeurs d'hospitalités

L’actualité calaisienne a été particulièrement chargée, mais elle ne doit pas nous faire oublier ce qui se passe ailleurs dans la région. Avec une inquiétude : la répression qui s’abat sur les exilés à Calais ne risque-t-elle pas de se généraliser aux autres campements de la région ?

Le 30 juin, une rafle a eu lieu au campement d’Angres, près de Lens, où se trouvent des exilés vietnamiens. Onze d’entre eux ont été mis en examen pour « extorsion an bande organisée, séquestration, participation à une association de malfaiteur, aide à l’entrée, à la circulation et au séjour irréguliers » et placés en détention préventive. On est surpris du nombre de « passeurs » à l’échelle d’un si petit camp, et des chefs d’inculpation, s’agissant d’un campement où des bénévoles ont une présence quotidienne, et où chacun peut aller et venir. Dans la réalité, il y a là des personnes dont le projet d’aller…

Voir l’article original 239 mots de plus

M. Valls, Gardez Sarkozy à Fresnes , laissez le #Transfo à #Bagnolet

Certains, pas toi, mais certains, me disent que je suis un révolutionnaire professionnel prêt à embrasser n’importe quelle cause, pourvu qu’elle ait du rouge sur les lèvres.

C’est faire la confusion fréquente entre embrasser « prendre dans ses bras » et embrasser »donner un baiser » qui est aujourd’hui le sens le plus courant, parce que dés l’époque classique le verbe « baiser » qui signifait au départ donner un baiser à pris par extension un sens brutalement sexuel. C’est aussi ignorer que contrairement à mes camarade intermittents, ce que je défens, je le défends pour moi. Par exemple je me fous de savoir quel drapeau flotte sur la Paletisraeline, de quelle couleur  y sont les uniformes, quelle est la religion des exploiteurs (j’adore me faire des amis !) .  mais je veux pouvoir continuer à refuser des boulettes de viandes dans un caravane posée sur des briques, je veux continuer à échanger des cigarettes bulgares contre un coup de main, je veux que d’autres que moi, quand je serai mort puissent découvrir Les Perses ou Mère courage,Je veux que les nouveaux Bela Bartok, leAlbert Einstein ou  Marlene Dietrich puissent librement choisir leur lieu de vie, je veux boire de l’eau pure et manger des légumes sains, je veux que mes petits fils ne grandissent pas dans une F

rance populiste… Je suis un militant égocentrique.

J’ai passé un joli week end au transfo lors d’un coordination hexagonale des mouvements de chômeurs et précaires.  Tout le monde me demandait si j’étais un Cafard je répondais

« non je suis de Lille« 

tout le monde répliquait

Chez les cinglées antisexistes ?

je rétorquais

excuse moi mais c’est super sexiste ce que tu dis là

Il y avait un brasero à l’entrée pour ceux qui surveillaient l’arrivée des flics ( ils ont mis 18 mois à se décider » . on chantait des chansons anarchistes espagnoles et du Claude François. J’ai discuté pedant un quart d’heure avec des bretons avant de comprendre qu’ils étaient venus, eux pour une coordination anti nucléaire. je les ai retrouvés à midi à la cantine vegan, installée  dans l’ancien restaurant d’entreprise EDF. Le lendemain dans le sleep-in Il y avait un gars habillé en sioux qui ambitionnait de devenir l’attaché de presse de la ZAD de NDDL et qui me demandait si c’était compliqué de rencontrer Claire Chazal. Il y avait beaucoup de courgettes sur une grande table, et plein de gens qui les épluchaient en se disputant sur la manière de les cuire, et un ancien métallo à l’accent d’Arletty qui se plaignait que la viande était plus facile à piquer que les légumes. Une fille se maudissait d’avoir répondu à une journaliste à propos de la Cantine des Pyrénées.

En fait pour ceux qui ont connu les « lacs » de Lille 3 , l’U1 ou la MJC de Lille dans les années 70 ( on fait moins les malins, là !)  c’est la même chose. mais aujourd’hui il ne reste plus ouvert que Lille 3 où l’on parle de marché, entre un écran géant et un sympathique fasciste amateur des vidéos de Chouard.

https://www.facebook.com/contrelesexpulsions
https://www.facebook.com/contrelesexpulsions

l’État n’a plus les moyens et l’envie d’entretenir des lieux où l’on discute, crée, aime les autres différents et semblables. Il est important que des tiers lieux autonomes existent. Ils existeront toujours, zads ou squatts, espaces autogérés ou friches habitées d’espoir. Le parti socialiste n’a rien à gagner à expulser le transfo à Bagnolet.