EXPULSIONS DANS LE NORD – PAS-DE-CALAIS : INFOS J+9

Passeurs d'hospitalités

L’actualité calaisienne a été particulièrement chargée, mais elle ne doit pas nous faire oublier ce qui se passe ailleurs dans la région. Avec une inquiétude : la répression qui s’abat sur les exilés à Calais ne risque-t-elle pas de se généraliser aux autres campements de la région ?

Le 30 juin, une rafle a eu lieu au campement d’Angres, près de Lens, où se trouvent des exilés vietnamiens. Onze d’entre eux ont été mis en examen pour « extorsion an bande organisée, séquestration, participation à une association de malfaiteur, aide à l’entrée, à la circulation et au séjour irréguliers » et placés en détention préventive. On est surpris du nombre de « passeurs » à l’échelle d’un si petit camp, et des chefs d’inculpation, s’agissant d’un campement où des bénévoles ont une présence quotidienne, et où chacun peut aller et venir. Dans la réalité, il y a là des personnes dont le projet d’aller…

Voir l’article original 239 mots de plus

M. Valls, Gardez Sarkozy à Fresnes , laissez le #Transfo à #Bagnolet

Certains, pas toi, mais certains, me disent que je suis un révolutionnaire professionnel prêt à embrasser n’importe quelle cause, pourvu qu’elle ait du rouge sur les lèvres.

C’est faire la confusion fréquente entre embrasser « prendre dans ses bras » et embrasser »donner un baiser » qui est aujourd’hui le sens le plus courant, parce que dés l’époque classique le verbe « baiser » qui signifait au départ donner un baiser à pris par extension un sens brutalement sexuel. C’est aussi ignorer que contrairement à mes camarade intermittents, ce que je défens, je le défends pour moi. Par exemple je me fous de savoir quel drapeau flotte sur la Paletisraeline, de quelle couleur  y sont les uniformes, quelle est la religion des exploiteurs (j’adore me faire des amis !) .  mais je veux pouvoir continuer à refuser des boulettes de viandes dans un caravane posée sur des briques, je veux continuer à échanger des cigarettes bulgares contre un coup de main, je veux que d’autres que moi, quand je serai mort puissent découvrir Les Perses ou Mère courage,Je veux que les nouveaux Bela Bartok, leAlbert Einstein ou  Marlene Dietrich puissent librement choisir leur lieu de vie, je veux boire de l’eau pure et manger des légumes sains, je veux que mes petits fils ne grandissent pas dans une F

rance populiste… Je suis un militant égocentrique.

J’ai passé un joli week end au transfo lors d’un coordination hexagonale des mouvements de chômeurs et précaires.  Tout le monde me demandait si j’étais un Cafard je répondais

« non je suis de Lille« 

tout le monde répliquait

Chez les cinglées antisexistes ?

je rétorquais

excuse moi mais c’est super sexiste ce que tu dis là

Il y avait un brasero à l’entrée pour ceux qui surveillaient l’arrivée des flics ( ils ont mis 18 mois à se décider » . on chantait des chansons anarchistes espagnoles et du Claude François. J’ai discuté pedant un quart d’heure avec des bretons avant de comprendre qu’ils étaient venus, eux pour une coordination anti nucléaire. je les ai retrouvés à midi à la cantine vegan, installée  dans l’ancien restaurant d’entreprise EDF. Le lendemain dans le sleep-in Il y avait un gars habillé en sioux qui ambitionnait de devenir l’attaché de presse de la ZAD de NDDL et qui me demandait si c’était compliqué de rencontrer Claire Chazal. Il y avait beaucoup de courgettes sur une grande table, et plein de gens qui les épluchaient en se disputant sur la manière de les cuire, et un ancien métallo à l’accent d’Arletty qui se plaignait que la viande était plus facile à piquer que les légumes. Une fille se maudissait d’avoir répondu à une journaliste à propos de la Cantine des Pyrénées.

En fait pour ceux qui ont connu les « lacs » de Lille 3 , l’U1 ou la MJC de Lille dans les années 70 ( on fait moins les malins, là !)  c’est la même chose. mais aujourd’hui il ne reste plus ouvert que Lille 3 où l’on parle de marché, entre un écran géant et un sympathique fasciste amateur des vidéos de Chouard.

https://www.facebook.com/contrelesexpulsions
https://www.facebook.com/contrelesexpulsions

l’État n’a plus les moyens et l’envie d’entretenir des lieux où l’on discute, crée, aime les autres différents et semblables. Il est important que des tiers lieux autonomes existent. Ils existeront toujours, zads ou squatts, espaces autogérés ou friches habitées d’espoir. Le parti socialiste n’a rien à gagner à expulser le transfo à Bagnolet.

#Calais #migrants Appel aux artistes militants du spectacle, vivant

Je reproduis quasi intégralement la majeure partie mail électronique qui circule sur les réseaux numérique, envoyé par des gens à des humains. J’essaie en même temps de battre un record de pléonasmes poétiques.

 

 

 

 

 

Bonjour à vous,

Vous avez sans doute entendu parler de ce qui se passe à Calais depuis plus d’un mois maintenant.
Une manifestation est organisée ce samedi à 14h pour réagir (voir ci joint). Manifestation qui prendra forme d’occupation des espaces publiques sur tout le week-end.
Les organisateurs font appel à tous les artistes militants qui voudraient et pourraient soutenir en participant à l’un de ces moments là, surtout au samedi soir.
Merci de prendre le temps de lire le message ci-dessous. Merci d’avance à celles et ceux d’entre vous qui répondront !
pour cela, il suffit de me téléphoner sur le téléphone de Terre d’Errance: 06.95.28.29.43.

nan

…le temps nous manquant, le programme n’est pas complètement bien ficelé, mais des choses sont déjà sur les rails…alors n’hésitez pas à venir y participer et apporter votre contribution.

Ainsi, voici ce qui nous/vous attend  :

Samedi
14 : 00 – Manifestation, place d’Armes

Ça, logiquement tout le monde est au courant, mais on ne sait jamais…

21 : 00 – Concert + pique nique : (lieu à confirmer)

Deux point sur ce rendez-vous :
1) Nous faisons un appel aux musicien.ne.s qui seraient motivé.e.s pour venir jouer samedi. DJ house-techno ou guitariste flamenco, pas de problème, on accepte tout le monde. Merci de faire signe (du clavier) rapidement.
2) Appel est fait pour que chacun.e ramène un petit quelque chose à manger et à partager, avant ou après la rupture du jeûne (selon vos convictions) : bref, une sorte de grande auberge espagnolo-afghano-egypto-ethio-érythréenne…

Dimanche
14 : 00 – Tournoi de foot :  (lieu à confirmer)

Avis aux amateurs/trices de football, un grand tournoi solidaire et international s’organise. Besoin de joueurs/euses (avis aux cousins de Norrent-Fontes, d’Angres et d’ailleurs), de quelques jeux de maillots, de quelques plots et d’un ou deux ballons. Et si en plus, on a des speakers/ins en direct live, alors là, ce sera du haut niveau.
Merci d’avance pour vos réponses.

21 : 00 – Jonglerie : (lieu à confirmer)
Si des gens veulent se joindre aux quelques artistes qui vont venir ce soir-là, n’hésitez pas…


Lundi
JOURNÉE A CONSTRUIRE COLLECTIVEMENT, tous ensemble, amener vos idées, vos activités, votre matériel..

Bon bah là, tout est dit…La veille (le dimanche), un temps de réunion (heure et lieu à confirmer) va permettre d’organiser cette journée.

Voilà, tout coup de main est le bienvenu. Et votre participation est bien entendu très attendue. Bref, viendez.

Plus d’infos très rapidement.

Tintin chez les Roms
Tintin chez les Roms

#Roms #migrants Lettre à A. sur notre manque d’âme

Ma chère A.,

Eric m’a appelé pour me dire qu’une famille de 9 personnes dont trois fillettes dormaient depuis hier soir dans une Kangoo. Je voulais te parler de cette famille-là, du chemin de croix parcouru par ces gamines sœur de denisa, tuée par ce chauffard ivre en plein aprés midi qui ne savait pas s’il avait renversé un animal ou un humain. Je voulais ainsi répondre à ta belle sollicitude pour cette jeune maman qui mendie chaque jour devant le Merveilleux de Wazemmes, atendnt quelques miettes des bons gateaux que nous achetons là.

Puis j’ai lu un mail de Marie Noelle, qui m’apprend que cinq familles viennent d’être expulsées par des CRS en tenue robocop et qu’elles ne savaient pas où dormir cette nuit. Deux cents personnes dont les deux tiers des enfants, vont être expulsées d’un jour à l’autre sans relogement du chemin Napoléon à Hellemmes.

600 réfugiés, dont de nombreux Syriens, de ceux à qui « la gauche » manifeste son empathie quand ils se font gazer, violer, torturer, ont été expulsés mercredi matin à Calais avec une violence extrême, des femmes de 70 ans ont été trainées par des brutes en uniformes. Les flics ont ramené quelque deux cents réfugiés à Lille sous pretexte de contrôle, d’autre ont été déposé au bord de l’autoroute en Picardie. Le soir nous étions devant le commissariat de Lille-sud, Interluttants et CSP59 mélès, nous criions «  Libérerz les réfugiés, gardez Sarko. » Ca a fait sourire me les flics. Et nous sommes repartis. La police laissait partir les réfugiés en petits groupes de maigres silhouettes en sportwear démodé caritatif, courbés sous des gros sacs. Ils nous demandaient le chemin pour retourner à Calais. A pied.

Pendant cce temps là, Hollande se demande où aller faire la guerre, l’UMP se cherche un nouveau maître qui , à défaut d’être honnête, ait déjà purgé sa peine. Des immeubles de bureaux se construisent et parfois se remplissent. La France gagne, gage, gagne, perd. La France ? Le pays des Droits de l’homme ? « Euh me dit Fred, des droits de l’homme je sais pas, mais du beau football, c’est sûr. »

On me crois parfois cynique, parce que je me ne respecte ni drapeau, ni parti, ni dieu ni chef : du coup on me dit que je ne respecte rien. Au contraire comme Diogéne je respecte tous les humains quels qu’ils soient. Je m’agenouille devant un enfant qui pleure, et je cède la préséance à toute personne qui est plus pauvre que moi. Je n’ai pas de haine pour ceux qui sont responsables de ces larmes et de cette pauvreté mais je cherche en eux, comme Diogéne avec sa lampe, ce qui reste d’humanité. Et je les plains de vivre ainsi ballonnés d’ambitions sordides et de fausses certitudes, à passer des années sans apercevoir leurs âmes, comme Jean-Pierre qui se désole que son ventre à bière l’empêche depuis longtemps de voir sa bistouquette. Il est toujours possible de refuser des ordres abjects, on perd son travail, mais on gagne de la vie.

Eric et Marie-Noelle dont je parlais au début font aprtie de la poignée d’individus qui consacrent tout leur temps libre à aider les Roms, et surtout à aider les Français à sauver leur dignité d’hommes. Ils sont guère plus nombreux auprès des sans papiers, un peu plus mais pas assez encore avec les réfugiés et les migrants. Is sont des raisons d’espèrer. Et ils sont fatigués, vidés, calcinés, par la stupidité de ces expulsions inutiles uniquement destinées à faire oublier aux Syriens, aux Roumains ou aux Maliens, l’image d’un pays qui a inventé les droits de l’homme et les respecte encore. Un jour dans la devise française on rempalcera « Fraternité » par « pour les Blancs seulement », on enlèvera le rouge et le bleu du drapeau et ce sera plus clair.

Nous sommes devenus un peuple d’auistes connectés, qui s’échangent les blagues et les idées des autres. Libération nous apprend que les solitaires sont de plus en plus nombreux. Mais seuls. Des parents virent leurs enfants s’ils ne trouvent pas de travail, des femmes larguent leur compagnon s’il tombe en chômage, des enfants refusent de payer pour la fin de vie de leurs parents. Nous avons de plus en plus de mal à apercevoir nos âmes ; nous sommes en surpoids et consommons trop d’antidépresseurs. Les Roms et les réfugiés des jungles de Calais viennent nous offrir la possibiité de redevenir cools, un jour on les remerciera pour ça. Comme je te l’ai dit une fois, je pense que l’on est jamais déçu lorsqu’on demande aux humains de donner le meileur d’eux mêmes. Sans doute que les mamans roumaines ne trouvent pas les mots pour nous le demander.

Tu ne m’a jamais décu parce que je n’ai rien attendu de toi . Sache qu’il y a cette seamine quelques rendez vous où il serait élégant de se rendre.

Demain mardi au café le Pol’art 135 rue des Postes à Lille Métro Wazemmes à 17h : réunion de convergence des soutiens aux Roms de Lille et aux réfugiés de Calais.

Mercredi à 18 h rassemblement de soutien aux familles du chemin Napoléon à Hellemmes ( métro Lezennes)

Samedi 12 juillet à 14 h : manifestation de soutien à Caais ( covoiturage de Lille)

Je ne t’y attendrai pas, au risque d’être surpris.

Je te promets que dans ma prochaine ettre je te parlerai moins d emoi, et davantage de toi. Je me rends compte que dans le feu de l’action, j’ai oublié de te parler de mon amour pour toi. Mais peut être n’ai je parler que de cela ?

(…)

Jean-François

PS : Voici un communiqué de Terre d’errance

Les nouvelles ne sont pas bonnes:

A Calais, les 600 personnes migrantes qui s’étaient réfugiées sur le lieu de distribution des repas après la destruction de leur abris en ont été expulsées mercredi dernier, donnant lieu à des arrestations au faciès, parfois violentes et à une véritable traque au migrant dans les rues de la ville.
La majorité des migrants arrêtés ont été emmenés dans différents commissariat ou centres de rétentions du nord de la France.
Ces exilés viennent de pays en guerre ou sous dictature et la France ne peut pas les y renvoyer (Érythrée, Soudan, Syrie, Iran, Afghanistan,…).
Dès le mercredi soir, une cinquantaine de personnes est revenue à Calais.
Peu à peu, les gens reviennent à ce lieu de passage, d’autant plus déterminées à quitter notre pays qu’elles y sont maltraitées. Et les besoins sont énormes, toutes les tentes, bâches et couvertures ayant été détruites.

A Steenvoorde, où les exilés s’abritent sur deux terrains: le maire ne veut plus mettre à disposition le terrain municipal et avec la sous-préfet, il a fait pression sur le propriétaire du second terrain pour qu’il en demande l’expulsion, ce qui est fait.

Ces situations auront évidemment des répercussions sur le camp de Norrent-Fontes où les migrants de passage sont sont déjà très nombreux et en viennent à refuser celles et ceux qui viennent de Calais en pensant y trouver refuge…

Vous trouverez ci-joint un communiqué de presse et appel à manifester ce

SAMEDI 12 JUILLET À 14H, PLACE D’ARMES, À CALAIS.

Venez manifester avec nous pour montrer votre solidarité avec les personnes migrantes et votre opposition aux violences policières de plus en plus fréquentes dans le calaisis !

Plusieurs co-voiturages s’organisent un peu partout dans la région (Lille/Arras/Béthune/Lillers/Dunkerque).
A Béthune et à Lillers, les rendez-vous sont donnés à 13h, aux entrées de l’autoroute A26.
Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous téléphoner : 06.95.28.29.43.

Enfin, nous nous permettons de rappeler qu’à Norrent-Fontes, nous avons besoin de chauffeurs les vendredi après-midi, pour conduire les exilés aux douches !

Merci et à bientôt,
Pour Terre d’Errance,
Nan Suel

06.95.28.29.43.
terrederrance@mon-asso.org
http://terreerrance.wordpress.com/
https://www.facebook.com/terrederrance

Un exemple de mail que l’on reçoit sur la liste de soutiens des Roms

« Bonjour

Je lance un appel pour venir en aide à la famille.

Certes ils se sentent en sécurité au Fort de Mons. Toutefois, ils ont une fois de plus tout perdu dans cet exode.

Ils sont toutefois extrêmement à l’étroit dans une minuscule cabane.

Ils ont besoin, en priorité de vêtements pour les enfants (7 enfants de 1 ou 2 ans à 13 ans)

également de couvertures (j’en ai donné 2)

de palettes (utilisées comme sommiers, pour le moment les matelas sont sur le sol) – En principe je peux en avoir, mais probablement pas avant demain ou jeudi.

Ils aimeraient également sauver leur caravane encore actuellement sur le camp de la rue de Lille. Arthur : y a t’il encore possibilité de stocker cette caravane à St André ?)

Ils ont besoin de présence et de parler, à transmettre donc en priorité aux bénévoles qui sont déjà présents sur le camp.

Je continuerai bien sûr à aller les voir régulièrement, mais là, j’ai besoin d’aide et de soutien pour cette famille encore fortement traumatisée et perturbée par l’accident et le décès de Denisa. »

#Roms Expulsion Rassemblement mercredi 18 h chemin Napoléon à Hellemmes

À
  • L’Atelier Solidaire
Bonjour,
Mardi 1er juillet, l’Atelier Solidaire a rencontré Frédéric Marchand lors d’une réunion de pilotage du village d’insertion d’Hellemmes (avec des élus, le CCAS, le collectif de soutien au rroms d’Hellemmes et l’Afeji). Nous avons bien entendu abordé en fin de réunion l’expulsion des 172 personnes du chemin Napoléon. C’est le maire lui-même qui a pressé LMCU de demander cette expulsion cet été car la situation “n’est plus tenable”. Après un échange très ferme, nous avons rappelé au maire notre collaboration souvent fructueuse depuis 2010 et l’irresponsabilité du signal qui serait envoyé par l’expulsion à Hellemmes des familles après le combat pour le lieu d’accueil au parc Engrand pour 5 familles. F. Marchand a laissé une petite place pour une sortie de crise afin d’éviter une expulsion qui ferait du mal “à tout et à tous”.
Nous avions évoqué lors de précédents échanges avec certains d’entre vous l’organisation d’un rendez-vous chemin Napoléon avec les familles afin de faire le point sur la situation, d’organiser les énergies et de voir ce que l’on peut faire. Il y a plusieurs propositions à discuter, notamment:
– la construction avec les familles de toilettes sèches pour initier un mouvement de reprise en main des choses avec les associations et les citoyens engagés,
– une mobilisation,
– une interpellation des élus d’Hellemmes, de LMCU, de la préfecture,
etc..
A ce titre, nous nous réunirons mercredi 9 juillet à 18h devant les Eaux du Nord, chemin Napoléon à Hellemmes  (accès boulevard de Tournai (D146) au feu tricolore face à l’entrée de Lezennes) avec tous ceux qui refusent l’expulsion des familles sans réelles solutions viables. Il n’y a eu à ce jour aucun « diagnostic social » pourtant obligatoire depuis la Circulaire du 26 août 2012. L’idée est de nous rassembler et de concentrer nos énergies sur ce lieu auprès des familles pour éviter la reprise des expulsions dans la métropole par la nouvelle équipe LMCU (à qui un courrier a été envoyé), faire entendre et porter la voix des familles et des citoyens engagés avec elles et d’inventer encore et toujours ensemble les solutions à venir.
Pour l’Atelier Solidaire,
Yann Lafolie
L’Atelier   Solidaire
(association loi 1901)

23     rue     Gosselet
5 9 0 0 0        L i l l e
>
http://lille-roms.blog.fr

Postface à Benoît Duquesne, journaliste

Le hasard et l’alphabet a voulu que Benoît Duquesne et moi soyons dans le même groupe à l’École supérieurs de Journalisme de Lille. Tout nous opposait. Il avait une intelligence et des lunettes carrées, les miennes était cassées. Il voulait faire de la radio, moi de la presse écrite. Il avait un look à un premier de la classe, moi j’explorais les limites du post-punk. Il se disait proche du PS ( c’était en 1981), je portait en noir le deuil de la bande à Baader. Mais j’ai toujours aimé ce Clark Kent travaiolique, qui ne manifestait aucune des crispations idéologiques dont souffrent souvent ce genre d’individu. En « carrefour d’actualité », lorsque c’était mon tour de contribuer au résumé de la semaine je guettais son regard désapprobateur et son sourire amusé, lorsque j’affirmais que les journalistes français n’étaient pas plus libre que ceux d’URSS ou qu’il était réactionnaire d’appeler des combattants palestiniens «  terroristes ». J’avoue que parfois, écrivant mes chroniques sur une nappe du restaurant où je travaillais, j’en rajoutais un peu, dans l’espoir de lui faire un peu plus froncer les sourcils.
Benoît a fait partie des camarades qu l’on perdait en début de seconde année, parce qu’ils avaient décidé de préparer la  bourse Lauga, comme on prépare le Grand oral de l’Ena. Cette bourse, en mémoire d’un jeune journaliste missing in action, permettait d’entre directement à Europe 1. Benoît s’est mis à apprendre tout sur tout. En juin 1983, il connaissait l’organigramme du PC d’Azerbaïdjan, et la liste de tous les prix Nobel. Moi, seul, à avoir demandé la dominante presse écrite, j’étais versé en journaliste Télé, avec comme maître Jean Pierre Pernaut, alors placardisé par la gauche triomphante. Lors des carrefours d’actualité, je continuais à vomir sur la presse bourgeoise, et lui il parlait comme un journaliste de BFM. Et le plus fort c’était que BFM n’existait pas.
De la vie privée de Benoît dans ces années studieuses je ne raconterai rien de peur de m’endormir immédiatement. Alors que le « groupe A » défiait toutes les règles de la prophylaxie en épuisant la multiplicité des jeux des corps, il était marié, papa, et amoureux de sa sage-femme de femme. Benoît avait un rapport douloureux et tendre à la santé. Il avait tenté vainement d’être médecin, et je m’étais toujours dit que c’était une perte pour la médecine, et une chance pour la journalisme. Hier soir, apprenant la nouvelle de sa mort naturelle, je me suis dit qu’à quelque points près, il serait aujourd’hui bien vivant, médecin de quartier un peu enrobé, grondant gentiment les vieilles hypocondriaque, et corrigeant d’un sourire amusé le regard désapprobateur porté sur une jeune actrice polytoxicomane à qui pour « la dernière fois »il prescrirait encore une fois un truc qui la soulage un peu.
Est ce mon imagination, mais il me semblait lorsque j’apercevais son visage multiplié dans un rayon de chez Darty, que lors de ses interviews un peu professorale, il gratifiait les menteurs politiques d’un regard désapprobateur et d’un sourire désabusé. Si un jour, comme cela s’annonce dans l’indifférence générale » les nouveaux nazis arrivent au pouvoir, Benoît nous manquera. A moi en tout cas. Tous les combattants ont besoin d’une vitrine légale. Et d’un regard désapprobateur et amusé. 

Le Festival d’Avignon n’a pas commencé… Coordination Nationale des chômeurs, précaires, intermittents, intérimaires,

Mercredi 2 juillet , Avignon : des intermittents interrompent la générale du « Prince de Hombourg » http://t.co/JnX57tsjUN http://t.co/qytGxPk3U3

Auparavant,  le communiqué suivant avait été envoyé

Coordination Nationale

Communiqué de presse du 2 juillet 2014

Nous, Coordination Nationale des chômeurs, précaires, intermittents, intérimaires, réunis ce 2 juillet 2014 à Avignon, exigeons l’abrogation de la convention d’assurance-chômage, agréée le 26 juin par le gouvernement, et en application depuis hier.

Cet agrément est un scandale.

La convention, validée pour deux ans, porte un coup violent sur les droits collectifs à l’assurance-chômage. Par cet agrément, le gouvernement choisit donc d’être responsable de la précarisation accrue de millions de travailleurs et de chômeurs.

Il s’agit de nos vies.

Nous réaffirmons que la lutte ne fait que commencer, et que nous n’avons jamais été aussi nombreux à défendre les droits sociaux de tous.

A la stratégie de division du gouvernement, relayée par trop de médias, nous répondons que nous n’avons jamais été aussi unis. Et nous le sommes à travers une lutte globale contre les politiques d’austérité qui nous sont imposées.

Nous luttons ensemble, aux côtés, entre autres, des chercheurs, des postiers, des avocats, des cheminots, des personnels hospitaliers,… contre la destruction de nos biens communs.

Nous ne sommes pas dupes des fausses propositions du gouvernement, et nous maintenons la pression.

La proposition discrétionnaire du gouvernement, de prendre en charge temporairement le différé d’indemnisation sur les seules annexes 8 et 10, est inacceptable. Nous demandons qu’il soit pris en charge pour l’ensemble des chômeurs. Sinon nous la refusons.

Ici, en Avignon, nous sommes saisonniers, travailleurs de la restauration, salariés des festivals In et Off, intérimaires de l’hôtellerie,… Nous faisons tous partie des 86% d’embauches qui se font aujourd’hui en CDD. Nous sommes tous des intermittents de l’emploi.

L’assurance chômage nous concerne tous : il s’agit d’un enjeu national.

Nous appelons à une grève massive et à un rassemblement à Avignon, le 4 juillet, pour demander l’abrogation de la nouvelle convention d’assurance chômage et l’ouverture de véritables négociations avec l’ensemble des concernés.

La direction de Montpellier Danse a d’ailleurs déjà annoncé l’annulation des spectacles pour cette journée et le festival Rayon Frais à Tours a voté, ce jour, la grève répondant à cet appel.

Tant que nous ne serons pas entendus, nous maintiendrons le rapport de force.

Et nous agirons.

Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous.

Le Festival d’Avignon n’a pas commencé…

Avignon, le 2 juillet 2014