David Rachline, ce jeune facho gérant Fréjus qu’on aurait tort de sous-estimer… #FN #antifa

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

Capture

Les premiers pas hésitants de ses maires montrent que le parti d’extrême droite manque de cadres compétents. Au point que la patronne du FN rêve d’Elysée… en 2022. (source)

je m’étonne franchement de ce que ce titre du Nouvel Obs, probablement partagé par d’autres, n’ait pas entraîné l’un de ces phénomènes viraux d’ironie générale dont twitter a le secret….

Mais il ne faudrait pas se laisser abuser par une certaine image donnée par les médias (à laquelle je suis le premier à m’associer, tant cela me fait plaisir de les discréditer)  d’un Front National dont les cadres, à l’instar du Maire de Hayange, seraient de sombres crétins. Certes, il y en a, et plus d’un. Mais je voudrais attirer l’attention sur l’une de ces exceptions qui confirme la règle : David Rachline, le (jeune : 27 ans) maire de Fréjus, qui a été choisi…

Voir l’article original 713 mots de plus

Soral avait tort, et « nous » avions raison

Soral roulait pour le FN ! En même temps il fallait être un peu con pour ne pas le savoir ! Merci à Quartier libres d’avoir payé pour nous le confirmer

Quartiers libres

Quand on dit « nous », on parle de celles et ceux qui font partie des petites nuances ne s’intégrant pas à la France que Soral estime venir (tiens, comme Sarkozy !) d’un ailleurs non historique.
Ce « nous » est constitué d’une partie conséquente de Noirs-rigolos-comme-dans-Tintin-au-Congo, d’Antillais-un peu-cons, et autres Algériens-à-l’écart-dans-la solitude-la peur-l’Islam-et-la-Sonacotra-et-dont-les-jeunes-foutaient-déjà-la-merde… Ce « nous » est composé également d’un grand nombre de femmes, et de tous ceux qui se sont fait insulter au long des œuvres soraliennes.

soral_goy2
La partie militante (politique, syndicale, associative) de ce « nous » n’a de cesse d’expliquer depuis 10 ans que Soral roule pour le FN. Pour reprendre le vocabulaire parano-soralien, Soral fait de l’entrisme dans les classes populaires comme un « vulgaire trotskiste » dans l’Éducation nationale et intrigue dans les réseaux des acteurs des quartiers populaires comme un « sataniste franc-maçon » dans les couloirs feutrés…

Voir l’article original 951 mots de plus

La Malterie lieu de création culturelle en danger à #Lille

La lumière ne se fait que sur les tombes (Léo ferré)

Projet de collaboration entre l’artiste plasticienne Mathilde Lavenne (Lille) et le plasticien anglais Matt Rowe, accueilli en résidence sur le plateau de la Malterie (mai-juin 2010) 

Je reproduis ici un communiqué de la Malterie, lieu de création, et de diffusion culturelles et surtout constant soutien d’artistes actuels vivants, ou tentant de survivre encore un peu. La Malterie, héritière d’un lieu voisin, le 49 ter, fait partie de ces lieux qui ont débuté dans les années 90 comme squats ( ou locations collectives) d’artistes avant d’obtenir une reconnaissance institutionnelle et médiatique grâce notamment au rapport Lextrait de 2001 et d’élargir leur objet à tout ce qu’attendent les artistes contemporains : lieux de répétition et de représentation, ateliers, résidences, documentation, conseils…. J’ignore le détails des menaces qui pèsent sur la Malterie. Il semble que le propriétaire de cette friche industrielle ne veuille pas renouveler le bail, et que l’équipe de la Malterie ne trouve pas un autre lieu. Mais la précarité de ce lieu important n’a fait qu’accentuer au fil des années, par la baisse des subventions. Lille fait partie de ses villes qui ont récupéré, quasiment en direct, l’essentiel de la diffusion culturelle subventionnée. Du coup, l’aide à la création, qui reste l’apanage des associations reçoit moins de subsides. Les lillois en apprendront davantage en se rendant au vernissage, dont le programme est détaillé après le communiqué.

 

Acteur culturel lillois, discrète de par la nature de son projet et du travail qu’elle mène, la malterie est néanmoins devenue, en 20 ans d’existence, une structure essentielle de l’écosystème culturel, permettant à plusieurs centaines d’artistes locaux (plasticiens et musiciens) de développer leur pratique de manière professionnelle, de bénéficier de conditions de travail adaptées, de conseils et de formations.

Aujourd’hui, l’association est face à une menace de taille puisque son implantation dans le bâtiment qui porte son nom est remise en cause à très court terme.

Le vernissage de l’exposition ACHEMAR sera l’occasion pour l’association de faire un point public sursa situation et les inquiétudes qui en découlent.

Dig Bastard Groupe grrrrl à La Malterie soirée « RocknRoll » Junkies à l’occasion de la sortie d’un LP d’Ashtones 2006

 

 

Vernissage le 25 septembre à 18h.

Visite presse en présence des artistes et commissaires à 17h.
ACHEMAR

exposition du 26 sept au 02 nov || vernissage le 25 sept à 18h

Achemar explore la convergence artistique qui s’opère à la malterie, lieu d’expérimentation et de travail d’artistes lillois depuis 20 ans.

Exposition à l’itinéraire non balisé, Achemar vous propose une déambulation à travers 31 oeuvres prenant des formes diverses, de l’image à l’installation, du dessin à la vidéo.
Achemar prend le parti d’initier de nouvelles collaborations et de faire dialoguer des oeuvres avec l’histoire et l’ architecture de la Gare Saint Sauveur. Toutes conçues à Lille et certaines spécifiquement pour l’exposition, la diversité des pièces présentées est à l’image de la créativité locale.

Des visages aux apparences familières, oeuvres discrètes ou évidences dissimulées : naviguez à la rencontre d’univers singuliers.

Achemar attise votre curiosité. Achemar n’est pas une destination. Achemar est une exploration.

Commissariat :
Lucie Orbie et Vincent Herlemont pour la malterie

Artistes :
Julien Boucq, Pierre-Yves Brest, Patrick Drut,
Renaud Duval, Jean-Charles Farey, Matthieu Husser, Boris Lafargue, Mathilde Lavenne, David Leleu, Marie Lelouche, Maria Montesi, Philémon Vanorlé, Jérôme Progin, Qubo Gas, Valérie Vaubourg, Société Volatile, Léonie Young.
Entrée libre, du mercredi au dimanche de 12h à 19h Gare Saint Sauveur
Boulevard Jean-Baptiste lebas, lille
Métro : lille grand Palais ou Mairie de lille
T +33(0)3 28 52 3000 http://www.garesaintsauveur.com
Coproduction la malterie et lille3000
EN COMPLEMENT DE L’ÉVÉNEMENT :
PORTES OUVERTES DES ATELIERS D’ARTISTES A LA MALTERIE
samedi 18 octobre de 14h à 20h
dimanche 19 octobre de 14h à 19h
la malterie vous invite à découvrir les espaces de travail des artistes qu’elle soutient et accompagne. Un moment unique pendant lequel vous pouvez basculer d’un univers à l’autre, rencontrer les artistes et échanger avec eux dans la plus grande convivialité, pour découvrir une variété de pratiques artistiques et de processus de création.

la malterie, 42 rue kuhlmann 59000 Lille
metro Wazemmes ou Porte des Postes. V’Lille V. Hugo
http://www.lamalterie.com

la malterie > Aurélien Delbecq comm@lamalterie.com 03 20 15 13 21

 

( les photos sont mises à l’arrache elles ne reflètent pas la variété de ce qui se crée à la Malterie ! )

Révolte populaire à Fergusson : Trois manipulations médiatiques

Le blog de Saïd Bouamama

 Révolte populaire à Fergusson : Trois manipulations médiatiques 

Said Bouamama

Inégalités sociales massives, discriminations racistes insoutenables, harcèlement policier systématique et militarisation de la police…Les révoltes populaires en France, en Belgique ou aux Etats-Unis révèlent des points en commun. Les traitements médiatiques de ces révoltes sont également d’une similitude frappante avec les mêmes procédés de manipulation de l’information. Dès lors, la solidarité internationale avec les révoltés devient nécessaire.

a_ferguson_suis_je_le_prochain

La pancarte de ce jeune homme interroge : « Suis-je le prochain ? »

Le samedi 9 août 2014, un jeune Noir de 18 ans, Michael Brown, est assassiné de six balles dans la ville de Fergusson au Missouri par un policier alors qu’il est désarmé et s’enfuit les mains en l’air. Pendant dix jours, la révolte populaire occupe la rue. Les habitants défilent jours et nuits en scandant des slogans significatifs comme « No Justice, No Peace » (Pas de justice, pas de paix). Des magasins et des…

Voir l’article original 1 864 mots de plus

PARCE QUE LES TERRAINS DE FOOT MUNICIPAUX NE SONT PAS LA PROPRIÉTÉ PRIVÉE DES ÉLUS – PARCE QUE NOUS REFUSONS DES TERRAINS SÉPARÉS POUR LES BLANCS ET POUR LES NOIRS

je partage !

PARCE QUE LES TERRAINS DE FOOT MUNICIPAUX NE SONT PAS LA PROPRIÉTÉ PRIVÉE DES ÉLUS – PARCE QUE NOUS REFUSONS DES TERRAINS SÉPARÉS POUR LES BLANCS ET POUR LES NOIRS.

Ce soir : une fête aider des #étudiants #lillois qui apporte un soutien aux #enfants #roms

Des étudiants se sont organisés pour apporter un soutien scolaire aux enfants roms de la métopole lilloise. Ce soir une fête est organisée pour les soutenir, concrétement en leut apportant des fournitures scolaires.

On ne peut guère m’accuser d’être trop gentil pour les gens avec qui je milite, ni pour qui que ce soit de vivant (cf mes cent derniers posts). Comme beaucoup de gens je trouve assez ennuyeux de parler des trains qui arrivent à l’heure. Et concernant les Roms originaires de Roumanie, nous (les soutiens) avons tous fait et dit beaucoup de sottises, par méconnaissance ou indifférence de ce à quoi ils aspirent réellement ( je m’inclus par courtoisie). J’étais depuis moins d’une semaine dans la lutte pro-roms que je me fâchais avec les ¾ des soutiens en décrivant sur un mail collectif les deux écueils entre lesquels nous naviguions alors : le paternalisme caritatif et l’instrumentalisation politique. Depuis j’ai découvert d’autres tares originelles : les liaisons incestueuses avec les pouvoirs locaux PS, par exemple, ou l’impudeur avec laquelle certains militants peuvent utiliser ces populations particulièrement démunies pour s’enrichir ou se tenter d’exister médiatiquement. A part ces petits scandales étouffés, il est évident que la plupart des soutiens des Roms sont des gens bien, généreux, altruistes, solidaires, qu’ils croient en Dieu, en Marx ou en la Grêve générale.

Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat 

Aujourd’hui, oubliés Makhno, Maiakoski et Durutti, je suis contraint de dire du bien de jeunes communistes. Plus sérieusement, à part les milliers de morts de mon camp dont les fantômes accompagnent chacun de leurs pas, et leurs soutiens aux invasions récidivistes de l’Ukraine ou du Tibet, j’adore les militants communistes. Avec leur attachement à des slogans démodés, leurs looks improbables, et le graphisme agressif et efficace de leur matériel de communication, ce sont un peu les psychobillys de la politique. Et grâce à la folie du swing, le look front populaire tardif ou FTP pourrait revenir très fort.

L’association Epis qui organise ce soir une fête à la maison Angela Davis de Lille me semble aller dans le bon sens. Son origine vaut la peine d’être racontée. Marianne ( je cite son prénom parce qu’il est symbolique, et qu’elle est un personnage public) figurait parmi les militants régulièrement présents à la Bourse du travail où les Roms étaient hébergés à l’automne l’hiver dernier, avant d’être virés par les trotskistes. Ce jour là, elle avait accompagnée C. une très jeune maman rom à son échographie. Sur le chemin du retour C. lui demande de passer au camp proche de l’Université de Lille 1 pour dire bonjour aux amis. Sur place les deux jeunes femmes découvrent un drame : un bébé est mort, dans l’incendie d’une caravane. Les autres enfants du camp sont choqués, et Marianne décide de faire quelque chose pour eux. Elle mobilise ses camarade de l’UEC ( Union des étudiants communistes où elle a des responsabilités, je crois) et organise rapidement un grand goûter avec des jeux, des chants etc…

L’initiative crée des liens entre les enfants et les étudiants. Ceux-ci demandent à ceux-là comment ils pourraient continuer à leur être utiles. Les enfants, appuyés par des mamans, réclament du soutien scolaire. J’imagine que les parents et les enseignants qui me lisent ne le croiront pas, mais beaucoup de jeunes roms veulent réussir à l’école et ont pour ambition d’intégrer à terme des classes « normales » et non celles qui sont réservées aux « tziganes » comme ils appellent les Roms qui ne parlent pas roumain, ou sont juste originaire d’un autre village ou d’une autre « caste » 1.

Justement Marianne travaille alors à l’Afev, une association qui organise ce genre d’activité. Cependant l’Afev a du renoncer à suivre les écoliers roms, à cause des trop fréquentes expulsions de camp qui font perdre de vue les petits élèves. Donc Marianne et ses camarades se chargent eux mêmes du soutien-scolaire pour les enfants du campus En décembre c’est un père Noël roux ( et chef lillois du Mouvement des JC) qui apporte des cadeaux aux enfants ; pour la Pâques orthodoxe ( Staline relève toi!) , les jeunes communistes organisent, à la demande des enfants, une chasse aux œufs etc. Tout ça sans subventions : les manuels scolaires et les livres illustrés sont achetés par Marianne et ses amis sur les braderies, ainsi que le petit matériel. Du coup, des mamans et papas sans papiers, ont dit «  pourquoi pas nous » et les petits sans papiers ont aussi eu leur Père Noël roux, et ont droit à du soutien scolaire.

Le groupe de camarades s’est structuré en association baptisée Epis ( sous la grêle?) et a recruté des bénévoles bien au delà du milieu communiste. Les volontaires , essentiellement des étudiants de Lille 1 sont nombreux, pus nombreux que les enfants du parking. Epis propose donc aux collectifs qui suivent d’autres camps de lui signaler les besoins en soutien scolaire, et de mettre en relation les futur-e-s élèves avec les étudiant-e-s.

Je suis opposé aux subventions telles qu’elles sont gérées actuellement. Je ne connais aucun pouvoir politique, État ou collectivité locale, qui ne demande une contrepartie à ceux qu’elles subventionnent sauf lorsque ceux ci parviennent à établir un rapport de force en leur faveur et ils sont rares. Je suis favorable à la création d’un tiers secteurs : des organismes répartiteurs contrôlés par des représentants de toutes les parties concernées, transparents, ouverts aux médias et aux chambres des comptes, qui répartiraient les subventions apportées par les politiques, dans un premier temps puis percevraient eux-mêmes des impôts. La manière dont les subventions sont parvenues aux collectifs roms est scandaleuse. Les soutiens des Roms sont si peu nombreux qu’ils nous faut accepter d’avoir des ripoux parmi nous, tant qu’il semble que leur utilité dépasse leur nocivité. C’est pour cela que je me suis toujours opposé, violemment, a priori, aux subventions pour nos collectifs. Mais ma voix , et celles d’autres militants de terrain, ne pèsent guère face à celles des politiciens EELV qui sont, disons, très présents dans nos collectifs.

Mais je suis pragmatique. Puisque subventions il y a, je trouverais anormal que dans la prochaine fournée, dont les dossiers doivent être bouclés en janvier prochain, Epis soit oublié. Et je le dirai. On considère traditionnellement que Marianne est généreuse. Et il serait anormal que Marianne l’étudiante continue à financer de ses maigres deniers un devoir d’équité qui appartient à la Marianne républicaine.

J’ai encore été trop prolixe : je souhaitais juste attirer votre attention sur la soirée de ce soir. Espace Angela Davis, 74 rue d’artois Lille 18 h 30. Une ambiance conviviale est garantie, il faut juste amener du matériel scolaire en guise de droit d’entrée. J’espère que je n’ai pas trop desservi la belle initiative d’Epis par mes digressions politiques !

P.S. La présentation d’Epis par elle-même

Qui sommes nous ? 
Nous sommes une association qui aide à l’insertion de familles immigrées, notamment par un suivi scolaire des enfants. Chaque famille a son référent qui discute de l’école avec les parents et les enfants, vérifie que l’enfant a le minimum pour étudier (un cartable, des cahiers, des crayons). Nous organisons également des ateliers d’apprentissage de la lecture par le jeu pour les enfants qui le souhaitent. 

 

1Ce n’est pas le lieu pour développer cela. Vous trouverez sur le net des précisions sur ce que j’appelle des castes : les travailleurs du métal, les marchands de chevaux ( et de voitures), les musiciens… Ces divisions sont peu évoquées par les Roms eux mêmes qui ont conscience de leur caractére obsoléte. Mais elle restent importantes pour les mariages, les solidarités, l’orientation professionnelle. Un Rom connaît la caste de tous ceux qu’il fréquente ( ou refuse de fréquenter