Extrême droite: Le « Réseau salariat » de #Lille dénonce l’opacité d’#Alternatiba

A la veille dAlternatiba Lille, une nouvelle opposition se fait connaître. Le groupe lillois Revenu salariat qui milite pour l’établissement d’un  salaire à vie, en suivant les idées de Bernard Friot émet un communiqué cinglant.  Pour comprendre ce message il faut garder en tête que deux conceptions militants s’affronte actuellement. Le réseau salariat est fondé sur une critique du capitalisme ( et de la propriété productive). Le projet de Friot est défendu notamment par Solidaires Etudiant-e-s (dont j’ai fait partie une année). En face nous avons le « Mouvement français pour le Revenu de base » qui lui, ne remet pas en cause le capitalisme, le revenu de base est défendu par des libertariens, des ultramondialistes,  par Etienne Chouard, et la gauche neu neu bisounours (Utopia…) Certains décroissants le défendent aussi alors que l’idée de base est de stimuler la consommation, donc la croissance ! regardez cette vidéo et lisez les commentaires je vous l’ordonne pour vous faire une idée sans me croire sur parole

Sinon, C’est amusant, la cheffe néofasciste d’Alternatiba Lille vit en colocation avec une membre du Réseau salariat. Le chef local du Réseau Salariat également auteur de dessin animé a participé à un film de propagande d’Alternatiba Lille. Ce communiqué me semble donc un appel à Hélène Marchal à cesser de   » s’enfermer dans une ligne politique qui nous apparaît mortifère ». Elle ne l’entendra pas !

« Communiqué du groupe local Réseau salariat au sujet du festival Alternatiba de Lille (4 et 5 octobre 2014) :

Les 4 et 5 octobre prochain se déroulera à Lille le festival Alternatiba. Comme le précise sa charte, « cet événement entendra être à la fois un forum, un festival et une fête populaire qui se composera de conférences, d’expositions, de stands, d’ateliers, de démonstration pratique mais également de repas, d’animations, de déambulation artistiques, etc. ». Depuis le début
de l’année, le groupe local du Réseau salariat a suivi de relativement près l’organisation et la préparation de cet évènement. Nous ne participerons finalement pas à l’évènement pour les raisons suivantes :

– sans qu’on ait jamais eu d’annonce officielle, il semble tout d’abord que notre présence n’était pas souhaitée. Dans un premier temps séduit-e-s par la volonté d’ouverture affichée par le collectif d’organisation et souhaitant faire connaître nos propositions de sortie du capitalisme à un public large, nous avons fini par proposer en juin dernier dans le cadre du groupe « Travailler » du festival de tenir un stand et de faire plusieurs interventions (conférence gesticulée, projection-débat de dessins animés, …). Nous n’avons jamais obtenu de réponses quant à nos propositions d’interventions ce qui est une curieuse façon de pratiquer la « démocratie réelle » que le collectif semblait vouloir promouvoir à la lecture de la charte. L’organisation s’est en fait révélée depuis plusieurs mois beaucoup plus proche du revenu de base et de ses militant-e-s qui ont finalement été inscrits au programme (conférences magistrales et gesticulées) sans que nous ayons été avertis officiellement.

– l’évènement est ensuite organisé de façon peu transparente. Depuis le début, nous avons reçu peu d’informations ce qui ne nous permet pas de participer à la préparation et de comprendre les choix du collectif d’organisation.

– se voulant a priori ouvert à toute proposition, le collectif à l’origine du festival continue, quoi qu’en dise son comité d’organisation, à s’enfermer dans une ligne politique qui nous apparaît mortifère. Dès le départ, la charte rejette notamment toute présence de syndicats ou de partis. Elle est également centrée sur les centres d’intérêt et les positions issues de la mouvance écolo-décroissante. De par ces choix politiques, le collectif
Alternatiba, sans qu’aucun propos haineux n’ait à notre connaissance été tenu dans son cadre, est de fait ouvert à la présence de groupes et de personnes insérés consciemment ou non dans les réseaux actuels de l’extrême droite française. Les décisions du 4 août dernier visant notamment à modifier la charte nous paraissent sur ce point trop tardives et trop confuses pour garantir qu’aucun propos haineux ne sera tenu dans le cadre du festival. En la matière, la présence et l’expérience des partis et des syndicats engagés de longue date dans la lutte contre le fascisme et le racisme auraient par exemple constitué une aide précieuse. » »

10 mn pour comprendre le salaire à vie

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s