Menteur ! Léonard Cohen n’a jamais été le lover de Suzanne

Suzanne, ça se voit un peu qu'elle s'habille à l'armée du Salut
Suzanne, ça se voit un peu qu’elle s’habille à l’armée du Salut
« There’s a little bit of a bittersweet feeling to it that I retain. » La Suzanne de Cohen vit à Venice et se souvient, c’est un sentiment doux-amer des années insouciante de sa jeunesse beatnick. J’aime une femme qui me fait penser à cette chanson et j’ai eu envie d’en savoir un peu plus sur celle qui laissait la rivière répondre que tu as toujours été son amoureux. Je n’ai pas été déçu.

 

En 1966, Suzanne Verdal, la compagne d’un sculpteur francophone de Montreal est à fond « dedans » (in, à la mode) . Elle joue les Ragueneau pour une demi douzaine de poètes beatnick faméliques et mal baisés. Du coup ils tombent tous amoureux d’elle.  Ils se font des soirées littéraires où chacun lit ses dernières oeuvres. Le plus moche d’entre eux, un petit juif anglophone passe aussi à l’heure du thé et des mandarine. Suzanne lui parle de Dieu en se promenant prés de la rivière.

Manquant de texte, Cohen avait rajouté " Suzanne Takes you down" à son recueil à la dernière minute
Manquant de texte, Cohen avait rajouté  » Suzanne Takes you down » à son recueil à la dernière minute

il publie un poème inspiré par cette rencontre dans un recueil qui marche bien. Judy Collins, chanteuse mièvre, flashe sur le texte et lui demande d’en faire une chanson. Considérée par son auteur comme la plus emblématique de sa carrière , Suzanne a été d’abord enregistré par Judy Collins dans une version sous tranxène. La chanson, en 1967, colle à l’époque. Tout en décrivant une early hippy, Léonard Cohen introduit une de ses obsession majeure de son oeuvre : la religion chrétienne.  Là où il abuse un peu c’est qu’il laisse penser qu’il a eut des relations sexuelles avec Suzanne. Il avouera dans les années 90 qu’il avait rêvé cette relation.

Suzanne entend un jour la chanson , annoncée comme l’oeuvre d’un jeune poète canadien. Elle se se dit que c’est facile de faire un tube en racontant sa vie à elle, on s’étonne qu’Hollywood n’ait pas pensé au biopic. Pendant ce temps là, en effet, elle vit à fond la fin des sixties. Danseuse, elle traîne avec les Doors. Un jour, en Californie  elle prend en stop un barbu.

J’m’appelle Charles Manson

– C’est mignon ! tu fais quoi dans la vie

– Je tue des porcs.

Charles Manson Et sinon, tu fais quoi ?
Charles Manson Et sinon, tu fais quoi ?

Comme Suzanne est végétarienne ( Suzanne Vegan !) elle n’insiste pas. Elle le dépose au bord de nulle part elle dit

Tu habites loin ?

– Mon père me guidera

– Ton père ?

– Satan !

Elle se dit qu’il est trop fun. Quelques jours plus tard elle va à une soirée chez un des frère Wilson ( des Beach Boys, What else ?) Dans la fumée épaisse elle aperçoit deux yeux brillant qui la transpercent. Charles attend. Quelques heures plus tard, elle murmure « tu peux jouir en moi je ne peux plus avoir d’autres enfants. » Du coup Charles lui propose un bébé. Elle accepte, incrédule. Quelques jours plus tard quelques filles hippies lui amènent un petit garçon. Elles lui disent qu’elle peut le garder à une condition : de lui faire une fellation chaque jour. Elle refuse. Plus tard elle reconnaîtra une des filles dans un journal : elle a participé au meurtre de la femme de Polanski et de ses amis.A côté des hippies, les punks seront des boy scouts. [EDIT RT @GillesKLEIN: Charles Manson 86 ans se marie en prison avec jeune fille de 26 ans (ABC) http://t.co/sv74Eb4G8W http://t.co/sn0ttF9chU

Suzanne croisera deux fois Cohen, il ne sera pas très cool la première fois, et la seconde fois, elle danse sur scéne pour son spectacle, elle a 50 ans (comme quoi la drogue ça conserve), il ne la reconnait pas.

Suzanne a un ami d’enfance qui est devenu acteur. Puis junkie, puis taulard. Il lui envoie es poème elle fait des collages. Comme quoi le problème avec la drogue ‘est que ça donne envie à des gens sans talent de faire des trucs créatifs; C’est un peu comme le Web 2.0. la drogue.

Arrête ce truc Suzanne, ça va te tuer !
Arrête ce truc Suzanne, ça va te tuer !

A 40 ans elle traîne encore dans les communauté hippies. Tout le monde connait le « CARL » qui est tatoué au dessus de pubis. Comme Carl n’a pas eu peur e voyager, elle transforme le mot en CARE ( soin). Elle a constamment du lait, et elle laisse téter un couple qui est dans un trip new age de « rebirth » (re naissance. Son grand truc sinon c’est de sortit un de ses nibards et d’arroser l’assemblée avec le lait qui en sort.

Vous n’êtes pas obligé de croire ce que je raconte mais si un jour vous passez par Venice (Californie) demandez ou se trouve son camion-cabane. Et ne lui parlez pas de Leonard qui est un génie ingrat, et de Charles qui va épouser une fille de 25 ans. Elle vous proposera du thé et des oranges de chine, et vous découvrirez que depuis toujours vous l’aimez.

 

Quelques  sources

http://www.leonardcohenfiles.com/verdal.html

http://debrahmartinwrites.wordpress.com/2013/12/04/commentary-on-cohen/

http://gapwit.blogspot.fr/2008/11/suzanne.html

La bande son

La version de Genesis (1967 ). A l’époque Peter Gabriel et ses potes sont sous l’influence de leur manager qui veut faire d’eux des sous Bee Gees, des australein qui a l’époque font du sous Beach Boys. Du coup c’est la reprise la plus niaise ( je ne connais pas celle de Pauline Julien ,cependant. )

Joan Baez était la bonne copine de tous les folk singer mais pas forcément la meilleure amie de leur chansons.

La version de Lisa Simone, la fille de Nina qui chante à Lomme demain, mais c’est complet ! Elle revisite un tube de sa mère, et montre un peu trop quelle a pris des cours de chant pour un million de dollars.

en Français et un peu maniérée mais bien belle de Françoise Hardy

La meilleure version française, c’est énervant, est de Bashung  Les paroles sont de Graeme Allwright mais comme d’habitude avec Cohen, le chanteur néo zélandais est très en deça de l’original

Une sorte d’hommage de babX 

 

EDIT DU 18/11/2014

Edit du 15 décembre 2014

Leonard Cohen’s Suzanne has deep connection to Reese Witherspoon drama Wild

à gauche Cheryl 10 ans

Le réalisateur canadien choisit la chanson Suzanne pour le film Wild inpirée de l’autobiographie d’une certain Cheryl ( fille de hippie, tombée dans la drogue, sauvée par la nature ….). Shazam : Cheryl, petite fille, a connu la vraie Suzanne !

 Wild, une commande de Reese Witherspoon semble une sorte de Into the Wild au féminin. Il sort le 15 janier en France 

http://www.thestar.com/entertainment/movies/2014/12/05/leonard_cohens_suzanne_has_deep_connection_to_reese_witherspoon_drama_wild.html

Suzannz ca 2006
Suzanne ca 2006
That's all folk
That’s all folk
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s