journalisme debout ou démocratie couchée ? Un choix de société…

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

journalisme-censure-L-_GnJFvProfondément convaincu qu’un journalisme de qualité devrait être au cœur de l’idéal démocratique tant il a un rôle important à jouer, surtout dans le contexte actuel, je ne pouvais qu’être interpellé par ces deux publications. La première, c’est celle du SNJ, sous la forme d’une lettre en date du 10 novembre 2014 au Président de la République. Elle demande une chose pourtant simple :

Les journalistes et leurs organisations syndicales sont mécontents; ils sont en attente depuis des mois de la nouvelle loi sur la protection des sources des journalistes, une des promesses du candidat François Hollande lors de sa campagne électorale. Un projet, élaboré après plusieurs mois de travail avec les professionnels afin de compléter les dispositions de la loi votée sous le quinquennat précédent,  demeure enfoui sur une étagère de l’Assemblée nationale.
Le courrier insiste également sur d’autres points qui viennent affaiblir la qualité du journalisme français…

Voir l’article original 477 mots de plus

Rennes : Près de 200 jeunes rassemblés, malgré la décision de fermeture

Solidarité Ouvrière

Le Télégramme, 12 novembre 2014 :

L’assemblée générale consacrée à la mort du jeune écologiste Rémi Fraisse, le 26 octobre dernier dans le Tarn, s’est bien tenue ce mercredi, sur le campus de l’université Rennes 2. Les étudiants ont appelé à une nouvelle AG pour ce jeudi à la mi-journée.

Ce mercredi, près de 200 jeunes se sont réunis en assemblée générale sur le campus de l’université Rennes 2, malgré sa fermeture pour « raisons de sécurité » prononcée par Jean-Émile Gombert. Le président de l’établissement a expliqué sa décision par le fait que l’appel à cette première assemblée générale figurait au bas d’un tract appelant à une manifestation, samedi dernier, dans les rues de Rennes, intitulé « Rémi est mort: faisons mouvement contre la police ». Pour lui, cet appel était le fait de personnes extérieures à l’université et son mot d’ordre était à « caractère violent », d’où sa décision, prise mardi de fermer…

Voir l’article original 208 mots de plus

Aux vieux cons que nous sommes devenus

l'Ecolo-Libertaire

J'ai exceptionnellement choisi de ne pas féminiser ce texte pour en faciliter la lecture aux moins coutumierEs de ce type de rédaction.
Il est dédié à mes amiEs, aux vôtres, à touTEs celleux qui restent bras ballants alors qu'une lame de fond devrait traverser le pays en réaction à la mort de Rémi Fraisse, aux récentes révélations de Médiapart 
et du Monde, mais aussi à tous les autres cas moins connus de violences policières qui commencent à être connus.
J'espère que les plus féministes comprendront la finalité de cette non féminisation...

Je m’adresse à mes (vieux) copains et aux vôtres, qui ont aujourd’hui des gosses ou sont en passe d’en avoir : Vous vous souvenez del’époque du lycée et de la fac? Des mouvements contre le CIP de Balladur ou la réforme Allègre et de cette fameuse sortie : « il faut dégraisser le mammouth ». Oui ça remonte…

Voir l’article original 1 632 mots de plus

Stop the fascists in Rochester and Sunderland: Sat 15th November

Anti-Fascist Network

10801671_10152636953774219_1802681904959541578_n

It’s another busy weekend for anti-fascists as Saturday sees dual demos in the south and the north.

Rochester

Meet: 12.30, Rochester station ME1 1HQ

Facebook event

In Rochester the BNP splinter group Britain First are back for another dose of humiliation in their increasingly bizarre election campaign.

Rochester and Strood has been a focus of national attention since the sitting Tory MP triggered a by-election by defecting to UKIP. He hopes to keep his seat while becoming Farage’s second MP.  Britain First have jumped into the ring and are running  their deputy leader in the election too, mostly in an attempt at self-publicity.

Voir l’article original 391 mots de plus

11 novembre antimilitariste à Besançon

Solidarité Ouvrière

A l’appel de la Fédération Anarchiste, de la CNT et des libertaires, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées mardi 11 novembre à 11 heures devant le 11 rue Battant à Besançon contre les guerres et le militarisme. Antimilitaristes et internationalistes, les militants locaux de l’Initiative Communiste-Ouvrière avaient décidé de se joindre au rassemblement.

100_1444

Le choix du 11 rue Battant pour le rendez-vous vient de la plaque apposée à cette adresse en mémoire du soldat Lucien Bersot, fusillé pour l’exemple le 13 février 1915 pour avoir refusé de mettre un pantalon d’uniforme encore tâché du sang du précédent soldat qui l’avait porté.

Voir l’article original 128 mots de plus