Un monde de mythos

un billet qui s’indigne avec raison de voir une certaine extrême droite revendiquer l’héritage du marxisme triomphant des années Staline et Guevara. Mais, en 2014, aprés des décennies de travail scientifique et de réflexon militante, reprendre le vieux couplet stal sur les fascistes bras armés du libéralisme, ce n’est pas très sérieux.

Quartiers libres

La confrontation avec le réel est ce qui fait le plus mal aux droites radicales européennes. C’est  pour réussir à donner une apparente cohésion à la défense de leurs privilèges et à leur posture de rebelles que le monde de l’extrême droite est fatalement peuplée de mythomanes.
Prenons  « Batskin », nom de scène de Serge Ayoub qui, dans sa vraie vie de nanti, est fils de procureur. Il a une aura de guerrier pour quelques bagarres de rue que l’on raconte aux moins de 20 ans, il est le symbole de la « street credibility » de l’extrême droite.

JNR vintage
Dans la réalité c’est un peu différent et moins glorieux. Le mythe de « Batskin le justicier blanc » vole en éclats à chaque confrontation avec une expérience concrète et radicale. Adepte de la violence et de l’action physique, Ayoub s’est dérobé à chaque coup dur. Chaque fois qu’un de ses militants se fait

View original post 1 716 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s