#Daesh lance une campagne #Charlie sur Twitter pour que les tueries continuent

Le blog de l’Anti defamation League sorte de LICRA US publie des captures d’écrans qui indique que Daesh (ISIS, l’Etat islamique) s’appuie sur les tueries parisiennes, pour lancer une campagne de mobilisation. Dans un tweet Daesh demande aux musulmans occidentaux de devenir des loups solitaires. le hashtag utilisé #fight­forHim signifie combat pour lui. les messages recommandent aux « loups d’utiliser les bombes et poison. des citations d’  Anwar al-Awlaki un propagandiste américain tué par drone en 2011 sont relayés dans ces messages en anglais. la campagne inclue trois fac simile de 3 pages d’un magazine : Awlaki y raconte une sorte de hadith ( récit de la vie de Mohamed). Celui-ci  aurait dit qu’il était  « le Prophète de la miséricorde et celui de la guerre » après qu’un leader juif ait été assassiné pour avoir écrit des poèmes contre l’Islam naissant. Un bandeau Charlie sert de titre à cette tentative de justification du massacre.

La Belgique le Luxembourg, Montreal figurent parmi les cibles désignées, avec plusieurs villes américaines. Dash utilise une application qui lui permet d’envoyer une centaine de Tweets par minutes, à partir d’autant de comptes et pseudos différents.  la campagne a eu lieu surtout dimanche. le hashtag est désormais utilisé par des fans des frères Kouachi. Dont anti-Zion ( anti Sion) qui se déclare pour la liberté d’expression, mais pas pour les juifs ni leurs « sympathisants ».

 

 

« On est tous sur le même bateau » un #sans-papier héros oublié de la tuerie dans l’Hyper-Casher

Communiqué

Le MRAP salue la solidarité simple et héroïque

de Lassana Bathily

 

Une lumière dans  la semaine noire qui vient de s’achever : il s’appelle Lassana Bathily, il a 24 ans, il est originaire du Mali, musulman, ex Sans-papier.  Il a failli être expulsé de France en 2009. Ce vendredi 9 janvier 2015, il a sauvé plusieurs   personnes dont un enfant, dans l’hyper-casher (Cacher) de la porte de Vincennes, en les aidant à se réfugier  dans la chambre froide du magasin où il était employé. «  J’ai pris le risque de sortir car je connaissais les issues de secours, mais si l’autre m’avait vu, j’étais mort». Dehors, il informe les policiers de la configuration du magasin pour leur permettre de libérer les otages.

«  On est des frères. Ce n’est pas une question de juifs, de chrétiens ou de musulmans. On est tous sur le même bateau, il faut s’aider pour sortir de cette crise  » a déclaré Lassana. A l’heure où la gangrène raciste se propage, où la stigmatisation d’une partie de la population et la politique du bouc-émissaire polluent certaines consciences, espérons que le message magnifique de Lassana sera entendu.

Ce héros ordinaire est de fait un modèle. Longtemps sans-papier, il a finalement été accueilli dans un magasin juif, où il a sauvé des personnes juives, des êtres  humains. Tout simplement.

Comme le dit l’un de ses anciens professeurs qui, avec RESF,  s’était battu pour sa régularisation, «  Nous nous battons toujours pour de nombreux lycéens sans papiers que les autorités continuent de rejeter. Or, les jeunes comme Lassana représentent l’avenir de la France  ».

La semaine précédant ces tragiques événements  il avait présenté une demande de nationalité française: il doit l’obtenir ! Ce serait la moindre des choses ! Espérons cependant que le gouvernement n’attende pas que des jeunes sans papiers deviennent des héros pour les régulariser.

 

Paris le 13 janvier 2015

Lire aussi

Le MRAP salue la solidarité simple et héroïque

de Lassana Bathily

 

Une lumière dans  la semaine noire qui vient de s’achever : il s’appelle Lassana Bathily, il a 24 ans, il est originaire du Mali, musulman, ex Sans-papier.  Il a failli être expulsé de France en 2009. Ce vendredi 9 janvier 2015, il a sauvé plusieurs   personnes dont un enfant, dans l’hyper-casher (Cacher) de la porte de Vincennes, en les aidant à se réfugier  dans la chambre froide du magasin où il était employé. «  J’ai pris le risque de sortir car je connaissais les issues de secours, mais si l’autre m’avait vu, j’étais mort». Dehors, il informe les policiers de la configuration du magasin pour leur permettre de libérer les otages.

«  On est des frères. Ce n’est pas une question de juifs, de chrétiens ou de musulmans. On est tous sur le même bateau, il faut s’aider pour sortir de cette crise  » a déclaré Lassana. A l’heure où la gangrène raciste se propage, où la stigmatisation d’une partie de la population et la politique du bouc-émissaire polluent certaines consciences, espérons que le message magnifique de Lassana sera entendu.

Ce héros ordinaire est de fait un modèle. Longtemps sans-papier, il a finalement été accueilli dans un magasin juif, où il a sauvé des personnes juives, des êtres  humains. Tout simplement.

Comme le dit l’un de ses anciens professeurs qui, avec RESF,  s’était battu pour sa régularisation, «  Nous nous battons toujours pour de nombreux lycéens sans papiers que les autorités continuent de rejeter. Or, les jeunes comme Lassana représentent l’avenir de la France  ».

La semaine précédant ces tragiques événements  il avait présenté une demande de nationalité française: il doit l’obtenir ! Ce serait la moindre des choses ! Espérons cependant que le gouvernement n’attende pas que des jeunes sans papiers deviennent des héros pour les régulariser.

 

Paris le 13 janvier 2015

Lire aussi le récit de la tuerie par une journaliste épargnée par les tueurs 

INQUIÉTUDE

Passeurs d'hospitalités

Fin d’après-midi au squat Galou. On boit le thé en discutant dans la chambre des Syriens.

Ils ont suivi l’actualité, l’attentat contre Charlie Hebdo et ses suites, le parcours aussi de ceux qui l’ont commis et leurs liens avec les mouvements djihadistes du Moyens-Orient. Mouvements qu’ils connaissent bien pour leur rôle dans la guerre civile en Syrie. Ils commentent l’alliance objective entre Daesh et Bachar el-Assad contre l’Armée syrienne libre et l’insurrection démocratique. C’est avant tout là-bas que les djihadistes mènent leur action meurtrière.

Ils évoquent brièvement leurs familles restées en Syrie, leur inquiétude quand les combat se rapprochent, la joie quand arrive un coup de téléphone disant que tout va bien.

Ils ont entendu parler de la manifestation qui est bientôt prévue contre eux (« the demonstration against us ») : le groupe d’extrême-droite « Sauvons Calais » organise en effet une nouvelle manifestation anti-migrants le 25 janvier.

Pentax Digital CameraDans la cour du squat Galou…

Voir l’article original 15 mots de plus