Les mairies ont l’obligation de domicilier les #Roms

. 

Plusieurs personnes roms et des soutiens signalent que des CCAS (centre communaux d’action sociale des mairies) refusent de domicilier les Roms qui campent sur leur commune. C’est illégal.

La circulaire sur le sujet est très claire (circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2009/04/cir_1150.pdf‎) On peut l’mprimer, ou juste la citer : Circulaire 1150 d’avril 2009

2.1.1. Les centres communaux ou intercommunaux d’action sociale (les CCAS ou CIAS)

 Art 2.1.1

Les CCAS ou CIAS sont habilités de plein droit à procéder à des élections de domicile donnant accès à l’ensemble des prestations (prestations sociales, délivrance d’une carte nationale d’identité, inscription sur les listes électorales…). Ils ne sont pas soumis à la procédure d’agrément.

 

Ils ne peuvent refuser l’élection de domicile des personnes sans domicile stable qui en font la demande que si ces dernières ne présentent aucun lien avec la commune.

article 2.2.1

Doivent être considérées comme ayant un lien avec la commune (pour les CCAS) ou du groupement de communes (pour les CIAS) et devant être domiciliées, les personnes qui sont installées sur son territoire. Le terme d’installation doit être entendu de façon large, il ne saurait évidemment être réduit au seul fait d’habiter dans un logement sur le territoire de la commune.

 

De même, toute personne dont il est établi qu’elle a l’intention de s’installer sur la commune dans des conditions qui ne sont pas purement occasionnelles et qui présentent un minimum de stabilité a vocation à être domiciliée par le CCAS.

 

L’installation ou l’intention de s’installer sur la commune est établie par un des éléments

suivants :

– l’exercice d’une activité professionnelle ;

– le bénéfice d’une action d’insertion sur le territoire de cette commune ;

– l’exercice de l’autorité parentale sur un enfant qui y est scolarisé ;

la présence de liens familiaux dans la commune (famille y a vécu ou y vit toujours), des liens amicaux ;

– l’hébergement chez une personne demeurant dans la commune ;

– les démarches effectuées auprès des structures institutionnelles et associatives (demandes auprès des centres d’hébergement d’urgence, des foyers, des bailleurs sociaux, des institutions sociales, les recherches d’emploi, les démarches administratives, les soins, un suivi social…).

 

Aucune durée minimale de présence sur la commune ou le groupement de communes ne peut être imposée

Enfin, la circulaire est assez bizarre sur un point : les CCAS ne doivent pas domicilier les étrangers en situation irrégulière, mais ils n’ont pas le droit de contrôler ladite régularité !

aaargh le billet d’ATD est plus clair que le mien En plus il ya des adresses pour se défendre.

Sinon j’ai fait aussi un truc sur l’inscription des Roms à Pôle emploi qui est pas mal mais ce n’est pas moi qu en ai écrit la partie la plus intéressante  et un truc sur le droit au RSA des Roms (je suis un peu monomaniaque !)

Sur le site du ministère des Affaires sociales un guide réalisé par la Fnars (associations) et l’UNCCAS (CCAS). clair, mais attention à vérifier si les infos sont toujours valables.

#Roms #NPdC le point sur la diaspora

Expulsion de Roms, Roubaix 27 09 2013 - La Loi paint
Expulsion de Roms, Roubaix 27 09 2013 – La Loi

.

 Voici quelques infos glânées auprès des soutiens aux roms de Lille et environs. On verra que la situation des roms logés en urgence en hôtel n’est pas aussi idyllique que le pensent les racistes. 

Un point sur les familles de la bourse du travail

 

Les familles qui sont à Boulogne-sur-Mer (Padureanu) et Bailleul (Pavel) sont « vraiment livrées à elles-mêmes, sans moyens, sans accompagnement » selon des amis lillois. A Boulogne, une fenêtre est cassée et il fait froid. Ils n’ont aucune ressource pour manger. A Bailleul, ils n’ont pas de liberté de circuler. La famille aurait le droit d’être logée ailleurs en écrivant au 115, et elle recevrait une réponse dans les 5 jours qu’elle ne pourrait refuser, mais son assistante sociale ne voudrait pas faire cette démarche et ne communiquerait pas avec la famille.

Bruno Mattei (ATD Quart Monde) a prévenu ATD-Armentières proche de  Bailleul et Sylvie Desjonquére du collectif Roms de Dunkerque ville la  plus prochede Boulogne.

Il faudrait que des soutiens sur place se manifestent pour aider ces familles à faire comprendre ce qu’elles souhaitent et à les aider à obtenir les secours de première nécessité. Ceux que ça intéressent peuvent se manifester par un commentaire sur ce blog (précisez si vous voulez que je ne le rende pas public) ou directement auprès de Secret () qui vous mettra en rapport avec la famille.
 

Les collectifs Roms de Valenciennes et de la Sambre, prévenus dès mardi sont entrés en action pour établir le contact avec les Roms -réfugiés pour l’hiver- à l’hôtel  à Louvroil et à Rouvignies. Ils ont pris contact aussi avec l’AFEJI (association subventionnée et reconnue par l’Etat)  qui » gère  » pour la préfecture les deux situations. Ambroise, membre du collectif de soutien aux Roms,  a eu un contact avec l’AFEJI sur Rouvignies-Valenciennes et c’est une bonne chose pour les Roms qui le connaissent bien. Secret Lazar, ex porte parole des Roms de la bourse du Travail a photographié le tableau des tarifs de l’hôtel de Louvroil. La préfecture paierait 64 euros par jour pour une famille avec deux enfants. Tout ça pour ne pas les reloger dans HLM de la métropole lilloise, où 10 % du parc est vide en permanence, ce qui fait des milliers d’appart vides. Lorsque les bailleurs ne seront plus les caisses noires des parties politiques, sans doute pourra-t-on les forcer à faire leur boulot.

 

Une famille est logée dans l’ancien centre de rétention des Sans papiers à Lesquin, transformé en centre d’hébergement d’urgence. Bonjour le symbole !

Carnet bleu Carolina Lazar a accouché du petit Loucas (ou Lucas ? )  le 6 janvier à Saint Vincent à Lille. Le papa Secret est content.

 

Revue de presse : Secret interrogé par L’Humanité sur ses réactions aux vœux de Hollande. Je sais il n’y en a que pour lui, mais pour une fosi que les médias tiennent un Rom qui parle français !

Lesquin : expulsion de 3 familles

Par ailleurs le Tribunal de grande instance de Lille a rendu son jugement concernant les 3 familles qui ont refusé de partir du campement de Lesquin. Elles ont un délai de 45 jours a partir du jour où l’huissier viendra leur signifier la sentence du tribunal d’aller se faire voir ailleurs! .Cela les mène à peu prés jusqu’au début mars. Bruno Mattei va aller les prévenir d’ici 48 H.

Réunion sur le suivi hivernal

 Enfin, il y aura bientôt une réunion à la MRES (Maison régionale de l’économie sociale à Lille)  avec les associations déjà engagées pour envisager le suivi hivernal et la sortie de l’hiver (notamment via les maires) et cela dans la perspective de la prochaine rencontre avec le préfet en janvier. Cette rencontre préparatoire dont la date n’est pas encore fixée sera évidemment ouverte à l’ensemble des associations.

 

Le RSA est un droit de #Roms !

La levée des mesures transitoires donne des ailles à certains soutiens des Roms. Certains me demandent si les Roms pourront bénéficier du RSA et de l’APL. La réponse est oui mais avec des conditions qui rendent l’exercice de ces droits difficiles pour le moment.

Se munir des textes

La note de Romeurope et du Gisti est très claire sur le sujet, pour quiconque connait un peu la logique des prestations sociales. Il faut imprimer cette notes et la photocopier en multiples exemplaires (c’est gratuit à Pôle Emploi !) . elle permet de donner des arguments légaux aux agents de la CAF et autres organisateurs de la misère, qui ont toujours, par prudence, tendance à refuser des droits aux étrangers. A ce propos, on peut aussi consulter avec profit le mini guide des CAFards de Montreuil, ne serait-ce que pour l‘attitude qu’ils préconisent : s’attendre à des rebuffades, ne rien lâcher, être persuadé d’avoir le droit de son côté afin de convaincre l’adversaire.

Sinon tout est écrit noir sur blanc sur les sites gouvernementaux, il faut un peu fouiller, mais une fois qu’on a trouvé l’information, elle est bonne à imprimer pour la mettre sous le nez du guichetier qui dit «  Je crois que ça va pas être possible »

RSA

Par exemple celui-ci. Pour qu’un étranger européen puisse bénéficier du RSA il faut

1  Qu’il réside en France  et qu’il bénéficie d’un droit au séjour depuis au moins 3 mois au moment de la demande ou

2 Qu’il  exerce ou a exercé une activité professionnelle déclarée en France et être au moment de la demande :

o   en arrêt de travail pour maladie,

o   ou en formation professionnelle,

o   ou sans emploi et inscrit à Pôle emploi.

Le cas n°1 concerne la majorité des personnes Roms. Si je comprends bien la note de Romeurope, tout Rom qui peut prouver qu’il cherche du travail bénéficie de facto d’un droit au séjour.. (Je préconiserais cependant de faire la demande d’un titre de séjour, qui prouve l’existence de ce droit, auprès de la Préfecture.). Donc à partir de N+3 mois ( N étant la date d’inscription à Pôle emploi), le « travailleur » peut faire sa demande. Cependant, comme le rappelle Romeurope, la France considère que le droit au séjour est caduque au bout de six mois. Sauf si le travailleur démontre qu’i cherche vraiment du travail et qu’il est employable. On voit qu’il y a là matière à interprétation raciste. En gros, tu as six mois pour trouver du boulot, sinon dehors ! Attention les OQTF ‘obligation de quitrr le territoire frnçais) existent toujours.  Donc, les Roms ont une fenêtre étroite pour demander et recevoir du RSA.

La contre-attaque, pour les soutiens des Roms se situe dans la jurisprudence, détaillée par la note. Ce que Romeurope ne peut pas dire ouvertement, chacun peut y penser.  Il suffirait qu’une asso emploie un rom 6 h par semaine, voire lui procure un stage rémunéré comme la loi le permet au tiers du Smic. Cela peut prolonger indéfiniment la présence de la personne Rom. Et elle peut continuer à percevoir le RSA en complément de la rémunération. Un particulier peut également employer une personne Roms pour quelques heures par semaines. Les administrations et certains gros comités d’entreprise procurent des chèques emploi service aux salariés à bas coût.  

Allocations familiales :

Concernant les enfants, c’est un peu compliqué. Ne sont pris en compte, pour les prestations familiales classiques que ceux qui sont nés en France, et ceux qui ont fait l’objet d’une procédure de « regroupement familial ». Sinon rien n’empêche les étrangers de toucher les allocs. Il est écrit « Croissez et multipliez »

APL et autres offres au logement.

En principe il n’y a aucune raison pour en exclure des étrangers en situation régulière. Il me semble donc possible à un soutien qui héberge une famille rom de percevoir l’APl qui peut se situer autour de 300 euros. Rien n’oblige un propriétaire à réclamer un loyer supérieur à l’APL. En cas de visite domiciliaire ‘(je ne sais pas pourquoi mais je le sens bien, s’agissant de Roms) il faudra montrer que la famille ou la personne bénéficie bien d’une chambre indépendante (minimum 9 m2 pour 1 personne, 16 m2 pour deux etc.) Et ne surtout pas dire par exemple qu’on reverse une partie de l’Apl aux locataires !

Accumuler les preuves

Il faut penser dés maintenant lorsqu’on est Rom a accumuler les preuves de présence en France. Au bout de cinq ans sans interruption de plus de 6 mois, il recevra un titre de séjour permanent. Il faut donc tout garder qui fasse preuve, demander des tampons à Pôle emploi, des factures nominatives dans les stations services, voire dansles bistrots. Il faut agir en huissier, face à l’adminsitration.

Communiqué : Victoire pour 17 familles #Roms de #Lille face au Préfet du Nord !

Je reproduis ci après le communiqué de Solidaires Nord-Pas de Calais sur la décision du juge du tribunal administratif donnant raison aux Roms contre le préfet qui refusait de tous les héberger; Ce jugement va s’ajouter à la jurisprudence relatée par le collectif Romeurope . pour a première fois plusieurs familles sont concernées par ce jugement qui n’est pas une « class action », puis que chaque famille a du porter plainte séparément, mais y ressemble beaucoup.

jeudi 26 décembre 2013

Communiqué de presse

Victoire pour 17 familles Rom de Lille face au Préfet du Nord !

La décision du juge des référés du TA de Lille est sans appel : « La carence de l’état dans l’application de ses obligations envers les requérants, dont la situation de détresse n’est pas contestée, est caractérisée et constitutive d’une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale des requérants ; qu’en conséquence Il y a lieu d’enjoindre au préfet du nord de proposer à ………… un hébergement d’Urgence pouvant les accueillir avec les enfants, à charge pour l’administration de justifier auprès du tribunal les mesures prises à cet effet. »

Le tribunal ordonne : « Elle fait injonction au préfet du Nord d’indiquer à …… dans un délai de 7 jours à compter de la notification de la présente ordonnance, un lieu d’hébergement susceptible les accueillir ainsi que leurs enfants, à charge pour l’administration de justifier auprès du tribunal des mesures prises.

L’Union syndicale SOLIDAIRES demande à la préfecture sur la base de ces jugementsde trouver sans délai, une solution d’hébergement conforme au droit français.

l’article L.345-2-2 du code de l’action sociale et des famille précise les différentes prestations qui doivent être fournies par un centre d’hébergement d’urgence: « Cet hébergement d’urgence doit lui permettre, dans des conditions d’accueil conformes à la dignité de la personne humaine, de bénéficier de prestations assurant le gîte, le couvert et l’hygiène, une première évaluation médicale, psychique et sociale, réalisée au sein de la structure d’hébergement ou, par convention, par des professionnels ou des organismes extérieurs et d’être orientée vers tout professionnel ou toute structure susceptibles de lui apporter l’aide justifiée par son état, notamment un centre d’hébergement et de réinsertion sociale, un hébergement de stabilisation, une pension de famille, un logement-foyer, un établissement pour personnes âgées dépendantes, un lit halte soins santé ou un service hospitalier. »

Une nouvelle audience interviendra ce vendredi 27 décembre 2013 à 9 heures pour les 3 dernières Familles.

Pour tout contact : Nieddu Vladimir 06 03 40 30 79

Union syndicale SOLIDAIRES, 174 Bd de l’USINE 59000 LILLE solidaires.5962@wanadoo.fr

.#Lille l’avocate des #Roms démontre la « cruauté » de la préfecture

;AJOUT du 26/12 à 15 h : 17 familles roms ont eu gain de cause. Le tribunal administratif a ordonné au préfet du Nord de proposer un hébergement d’urgence à une centaine de personnes dans les sept jours. C’est une grande victoire pour le collectif des Roms de la Bourse du travail, pour l’Union syndicale Solidaire qui les accompagnés dans cette démarche, et pour Me Thieffry. C’est également une jurisprudence qui pourrait être très utile dans l’avenir On peut désormais rajouter le droit à l’hébergement parmi les libertés fondamentales. Cependant, 4 adultes, seuls et en bonne santé, ont été déboutés. 

Ce matin, 23 décembre, deux familles roumaines, actuellement hébergées à la bours du travail de Lille, attaquaient le préfet du Nord, Dominique Bur, selon la procédure du référé liberté fondamentale. 

Cette procédure est employée notamment dans la défense des sans papiers.. Créé par une loi en 2000  (sous Jospin), cette procédure permet de saisir le tribunal administratif en 48 h si une décision (ou une non-décision) d’une administration porte atteinte à une liberté fondamentale.  Le terme de liberté fondamentale est ambigu, même si la référence implicite aux grandes déclarations de droits (de l’homme, de l’enfant) . Sur Wikipidedia on parle de notion abstraite . Le Conseil d’Etat cite comme exemples « la liberté de réunion, la liberté d’aller et de venir, la liberté d’expression, le droit de propriété… » La stratégie de Me Eve Thieffry, avocate de 12 familles roms, s’appuie sur les points de suspensions. En France en effet, ces droits ne sont pas listés officiellement, et on laisse la jurisprudence en dresser peu à peu la liste. Tour repose donc sur le juge des référés, qui statue seul.

Me Thieffry s’est attachée à montrer l’urgence et la gravité de la situation et à donner des éléments qui permettent de déterminer que le droit à hébergement est bien une liberté fondamentale.

« l’expulsion du 28 octobre s’est déroulé un jour d’alerte orange pour cause de tempête » a-t-elle rappelé. Dés le 29 octobre, les syndicats ont averti la préfecture, en demandant des relogements décents à des personnes, qui ne peuvent pas continuer à vive dans des locaux tertiaires. Depuis, les conditions de santé se sont aggravées, l’épidémie de varicelle est un moindre mal, mais un cas de coqueluche a été décelé, par chance, avant que cette maladie plus grave se répande..

Le caractère de gravité et d’urgence étant établi le gros morceau est  d’établir que l’hébergement est une liberté fondamentale.

Me Thieffry, qui a dominé les débats, sort de sa manche fourrée une décision du Conseil d’Etat qui va dans ce sens. On pourrait objecter que ce droit ne s’applique qu’aux personnes vulnérables. Mais la Cour européenne a statué que toute personne sans abri décent  est vulnérable. L’avocate insiste sur la « cruauté » du préfet qui demande à certaines familles de renoncer à leurs droits fondamentaux pour d’autres puissent en profiter.  Cruel, le préfet n’épargne pas les caravanes. «  les vitres sont cassées, les planchers défoncés, des essieux sont brisées. » Donc les caravanes, qui sont toujours en fourrières ne peuvent pas être considérés comme des abris décents.

Les avocats du préfet n’ont pas eu la partie belle, devant une salle calme mais hostile. C’est en bégayant par moment que l’avocate anonyme a avancé des arguments peu crédibles. L’expulsion a été décidée par le TGI, pas par le préfet. Il n’y a pas de chantage puisque les personnes non vulnérables peuvent récupérer les caravanes. La famille Covaci, une des référante, avait été hébergée à Marquise (près de Boulogne à une heure et demie de Lille) et elle est revenu à Lille parce que  M. Covaci voulait reprendre la récupération de ferraille. L’autre famille n’a pas appelé le 115 ! » Donc malgré les articles parus dans toute la presse, le préfet ne pouvait pas savoir qu’elle avait besoin d’hébergement !  Me Thieffry balaie l’argument : chaque personne rom a mandaté Solidaires pour faire en sa place la demande d’hébergement..

C’est alors qu’arrive le moment décisif de l’audience, là où va être démontré l’inhumanité de l’administration dans ce dossier.

Mine de rien, Me Thieffry se renseigne, sur ce que va devenir la famille Covaci ? On lui rendra sa caravane, répond la préfecture. Me Thieffry rappelle l’état des caravanes qu’elle vient de dénoncer. L’avocat du préfet proteste, demande des preuves du mauvais état des caravanes. « C’est à la préfecture de faire la preuve du bon état des véhicules répond l’avocate, puis, tandis que l’autre tente de répondre, elle se penche vers son collaborateur. «  Excusez moi, dit elle, en secouant sa chevelure blonde, genre « suis-je distraite » j’ai oublié de préciser que Mme Covaci est dyalisée, elle ne va pas bien, pas bien du tout, en fait, elle est mourante. »  . Cette graduation à la Bossuet fait son effet. Tout d’un coup le juge semblait intéressé : laquelle ? la mère ou la fille ? ».

Le jugement est mis en délibéré, il doit être rendu dans les 48 h , probablement à l’issue de l’audience de demain mardi 24 concernant dix autres familles. Toujours défendue par Me Eve Thieffry

.#Roms de #Lille contre l’Etat français, l’audience commence aujourd’hui

 

Aujourd’hui lundi 23 décembre, commence l’audience du tribunal administratif Roms contre Etat Français http://www.lavoixdunord.fr/region/lille-les-roms-de-la-bourse-du-travail-attaquent-le-prefet-ia19b0n1794649

A partir de 10 h ce matin un rassemblement de soutien est prévu dans et devant le tribunal administratif, rue Jacquemars Giélée côté Jardin Vauban à Lille. Pour le live tweets #RomsTA. Je reproduis le bref communiqué du collectif des Roms de la Bourse, suivi de celui de Solidaires.

 

Les Rroms de la Bourse saisissent le tribunal administratif de Lille pour contraindre le préfet à respecter les libertés fondamentales. L’audience aura lieu les lundi 23 et mardi 24, au TA (143 Rue Jacquemars Giélée), à 10h.

Le collectif appelle l’ensemble des soutiens à être présents à l’audience pour montrer notre solidarité !

 

Communiqué de Solidaires 59/62 du 20 décembre 2013

Publié le 20 décembre 2013par Solidarité roms – Bourse du travail de Fives

Les Rroms de la Bourse saisissent le tribunal administratif de Lille pour contraindre le préfet à respecter les libertés fondamentales !

Maître  Eve  Thiéffry, avocate  au  barreau  de  Lille, a été mandatée par les Rroms  avec notre total soutien, pour faire imposer par les voies légales à notre disposition une solution digne et humaine pour la totalité des Rroms actuellement accueillis à la Bourse du travail de Lille.

 

C’est  la  réponse  du  Collectif des  Rroms soutenu  par  les  organisations  syndicales  à  l’odieux chantage  du  Préfet  du  Nord  qui  accumule  les  fautes  et  les  violations  du  droit  français  et international.

La dernière violation en date aura été d’écrire dans son communiqué du 20 octobre 2013 « il a été décidé de libérer les places réservées » arguant d’un prétendu « refus des organisations syndicales et des personnes de culture Rom ».
Or les organisations syndicales CGT- FSU- Solidaires  ont répondu le 18 décembre au Préfet «Nous,  occupants*  de  la  Bourse  du  Travail,  afin  de  trouver  une  issue  à  cette  situation sanitaire et sociale inhumaine, acceptons la mise en sécurité pour la période hivernale des 52 personnes les plus fragiles dans le cadre des propositions arrêtées par la DDCS »

C’est  bien  de  la  construction  d’un  mensonge  d’état  dont  le  Préfet  a  besoin  pour  masquer l’objectif  machiavélique  au  service  d’un  chantage  odieux : tenter  de  diviser  les  Rroms entre eux  et  tenter  de  faire  expulser  les  Rroms par  les  syndicalistes  eux-mêmes.  Ce  dont  il  n’est absolument pas question.
C’est  aussi  le  moyen  de  se  dédouaner  lui-même  des  responsabilités  qui  lui  incombaient avant de procéder à l’expulsion le 28 octobre 2013 : trouver une solution alternative.

L’accueil d’urgence, le droit au logement, à la dignité, la non-discrimination, ont été inscrites au rang des libertés fondamentales, ce sont ces libertés fondamentales que nous entendons faire respecter, pour les Rroms, pour tous les exclus, pour tous les pauvres.

http://www.lavoixdunord.fr/region/lille-les-roms-de-la-bourse-du-travail-attaquent-le-prefet-ia19b0n1794649

 

#Roms #Lille Le Mrap demande aux maires de s’affranchir de la politique racite de Martine Aubry

(mon titre va bien au delà de la manière dont s’exprime le Mrap 59/62, mais je n’ai pas l’impression de trop trahir l’esprit de ce communiqué. )

.Voici le communiqué du Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples

Créé par des résistants, le MRAP oeuvre depuis près de 70 ans en faveur de la liberté, de la justice pour toutes les personnes quelle que soit leur origine, la couleur de leur peau, leur option philosophique ou spirituelle.

 » Le MRAP Nord-Pas de Calais, présent sur le terrain par l’intermédiaire de ses 8 comités locaux, observe ces dernières années une parfaite corrélation entre l’expression et la banalisation du racisme, notamment dans les quartiers populaires, et la stigmatisation par les pouvoirs publics d’une partie de la population.

Concernant nos concitoyens roumains et bulgares, les pouvoirs publics acceptent et accompagnent l’installation de camps « illégaux », pour jeter à la rue, parfois après des années, des hommes,des femmes, des enfants.

Pour le MRAP, créé en 1949, et particulièrement pour ses adhérents les plus âgés, l’image de familles poussant des charrettes d’enfants pleines de ballots a fait resurgir des images d’autres temps.

Il est de la responsabilité tant morale que politique et juridique des maires de s’émanciper de la tutelle de la Communauté Urbaine pour accepter ou construire avec l’Etat des réponses adaptées et sereines.

C’est pourquoi, le MRAP demande solennellement que des solutions soient anticipées dès aujourd’hui pour éviter de recréer entre deux échéances électorales, et avant la fin de la trêve hivernale, en avril prochain, les ferments des discours racistes.

Enfin, et devant le désarroi qui s’est abattu hier sur les familles accueillies à la Bourse du travail, le MRAP demande solennellement que des solutions rapides soient trouvées pour leur  permettre de passer un hiver dans la dignité et dans le respect des droits fondamentaux, notamment le droit au logement.

Lille, le 21 décembre 2013″.

#roms #lille Quelques nouvelles du front

.

 

Bourse du travail. Dans un communiqué le préfet a annoncé qu’il allait distribué les 52 places d’urgence. Tous les Roms restent à la Bourse. Des mesures sont prises pour qu’ils puissent survivre en autonomie. La présence de soutiens sera nécessaire pour assurer les conduites médicales, le ravitaillement urgent, organiser les loisirs des enfants. Il faudrait aussi suivre à Bailleul l’ventuelle arrivée de familles passées directement par le 115.

 

Conférence de presse. Ce matin à 11 h n des représentants d’ATD-Quart Monde de la Fondation Abbé Pierre, du MRAP ont rencontré des journalistes de l’AFP, Liberté hebdo et la Croix Du Nord, qui souhaitaient avoir des éléments de compréhension de la situation actuelle.  Le chiffre de 3000 Roms sur la métropole, donné par Aubry a été contesté : ils seraient 1200 donc en dessous du seuil de tolérance prôné par la présidente de LMCU . Les associations ont  également souligné qu’elles étaient capables de réaliser, mieux qu’ils sont faits, les diagnostics sociaux avant expulsion. Il a été souligné que l’affaire médiatique de la Bourse du travail ne doit pas cacher le sort préoccupant des Roms de Roubaix, de Lesquin, de Fâches, de Hellemmes et Lezennes… Et que l’on ne doit pas opposer les sans logis entre eux. Quand le préfet annonce qu’il y a 450 demandes non satisfaites au 115, il pointe l’insuffisance des moyens mis en œuvre !

 

Noël des Roms. Un goûter de Noel est organisé par les familles accueillies par le Dr Lamarche, au 93 rue de la Vigne, le 24 décembre à 16 h. Les donateurs ont invités.

 

Noël bis. La fondation Abbé Pierre a reçu des dons spontanés de jouets pour les enfants Roms. Ils sont transmis à la Bourse du travail. C’est une bonne idée !

 

Crêche.. Le Secours Catholique a installé, place Rihour, une crèche moderne, la Sainte  Famille étant installé dans une pièce de bidonville. La lettre de l’évêque de Lille,  Mgr Urlrich Le Rom est notre prochain. La Pastorale des migrants, le CCFD, l’Action catholique ouvrière étaient aussi présent, avec quelques soutiens laïcs.

 

Association des Maires du Nord. Bruno et pierre (Amnesty les rencontrent lundi.

 

Appel des maires : des élus du Pas de Calais dont Jean-François Caron ( EELV) ont lancé un appel à leurs collègues, en leur demandant de se montrer plus accueillants pour les Rom.

 

Guide : L’Inscription des #Roms européens à Pôle emploi

Pour faciliter le travail des soutiens qui vont aider les Roms dans leur inscription à Pole emploi, j’ai bricolé un guide d’inscription pour Roms, en m’appuyant principalement sur « se défendre face à pôle emploi » un guide en cours de rédaction dont le premier chapitre est disponible ici

(Mise à jour du 25 janvier 2014)

Ce qui est détaillé ci-aprés est la procédure normale, discriminatoire pour ceux qui ne parlent pas français. Cependant un Rom est parvenu à se faire pré-inscrire directement au guichet du Pole emploi Lille Postes Moulins (Adresse : 125 Rue de Conde 59000 Lille. Horaires : lundi : 08h30 à 16h30, mardi : 08h30 à 16h30, mercredi : 08h30 à 16h30,…. Fax : 0320303671.) Il est donc possible de tomber sur un agent solidaire ! Cependant les agents sont en droit de refuser, et de renvoyer la personne vers le 39 49. Domicilié à la Croix Rouge, Porte de Valenciennes, la personne a reçu un Rendez vous à Lille République, bd de la Liberté.

une article de la Voix duNord sur l’emploi des Roms donne la parole à Patrick Vigneau responsable de l’activité Roms au sein de l’association para-publique ( PS) La Sauvegarde, et à la reponsable de la Pierre Blanche, association caritative qui est encore faussement rattachée au père Arthur qui l’a quittée dans des circonstances très iolente, et est désormais memebre de l’Ateleir solidiaire. je ne suis pas d’accord avec tous les propos qui sont tenus mais il ya quelques infos concrètes.

.http://www.lavoixdunord.fr/region/villeneuve-d-ascq-comment-s-organise-l-entree-des-ia28b50417n1870188

La pré-inscription

A partir du 2 janvier il sera possible aux Roms roumains et bulgare de s’inscrire à Pôle emploi Il faut pour cela appeler le 3949 L’inscription par téléphone ou internet est en fait une pré-inscription)., Il faut alors donner une adresse, ce qui permet au conseiller au bout du fil de savoir vers quelle agence orienter le demandeur. En cas d’habitat précaire, on peut donner une adresse de domiciliation

La domiciliation

Plusieurs organisations agrées proposent la domiciliation administrative. D’après la loi chaque CCAS[i] doit le faire. Il peut être plus intéressant dans les villes de s’inscrire dans un organisme qui, n plu propose un accueil de jour : douche, accès au soin.  A Lille : la Croix Rouge, L’Abej, AIDA, etc… A l’Abej par exemple il faut juste passer avec un passeport. Cela prend un quart d’heure, plus la file d’attente. Les collectifs qui prévient plusieurs domiciliations auraient intérêt à prendre rendez vous avec l’organisme. A l’Abej on peut revenir 48 h plus tard, chercher 5 certificats de domiciliation. Cette adresse sert pour tous types de courriers, et ne peut pas être refusée par un organisme. On n’est pas obligé de préciser « C/O Abej » sur l’enveloppe, et donc de le préciser quand on donne l’adresse.

Références   officielles

article 51 de la loi n°2007-290 du 6 mars 2007,

décrets n°2007-1124 du 5 mars 2007 et n°2007-893 du 15 mai 2007,

circulaire DGAS/MAS n°2008-70 du 25 février 2008,

circulaire DGCS/1A no 2010-271 du 16 juillet 2010,

Sources

Interview de SDF

http://www.atd-quartmonde.fr/La-domiciliation-des-personnes,2420.html

Inscription

Le rom va recevoir une convocation à un entretien dans les 8 jours normalement. Il doit s’y rendre en personne. Pôle emploi ne répond jamais à une demande d’information concernant un tiers. En revanche chaque demandeur d’emploi (DE) peut être accompagné d’une ou plusieurs personnes qui n’ont pas à justifier de leurs qualités.  Refuser d’inscrire quelqu’un parce qu’il n’a pas tous ses documents ou une carte de sécu provisoire est illégal.

Important ! Le code du travail prévoit la vérification des pièces d’identités par les agents de Pôle emploi, mais pas leur « authentification ». En remplissant le dossier de la chômeuse venue s’inscrire, l’agent de Pôle emploi doit vérifier la validité de la pièce fournie et attester avoir vu l’original de cette pièce, et c’est tout. Pourtant, les agences Pôle emploi sont équipées de « lampe bleues » qui permettent de vérifier les pièces d’identité en les passant aux rayons UV. Des notes internes issues des Directions régionales font obligation aux agents de prendre copie de la pièce d’identité originale lors du premier entretien, et de profiter de ce moment pour la soumettre aux UV pour authentification, dans le dos de la chômeuse venue s’inscrire.

Dans la pratique, vue la surcharge des travail dans les agences, ce contrôle de l’authenticité des papiers n’est pas systématique, mais est plutôt « au faciès », ce qui renforce son caractère illégal. Certains agents et syndicats dénoncent d’ailleurs cette fonction d’auxiliaire de police, qui n’est pas censée faire partie de leur mission.

 PPAE et ORE

Le PPAE, Projet Personnalisé d’Accès à l’Emploi, définit le type de travail que le demandeur d’emploi recherche, afin que PE (Pôle Emploi)  puisse lui envoyer les offres d’emploi correspondantes. Une ORE (Offre Raisonnable d’Emploi) est une offre d’emploi correspondant aux prétentions définies dans le PPAE. Le PPAE et l’ORE sont ainsi des moyens de coercition permettant à PE de pousser les chômeurs vers l’emploi… ou la radiation. Il faut donc être prudent dans sa formulation. En revanche, rien n’empêche le DE par la suite de modifier son PPAE, ou d e postuler à des offres non prévus dans le PPAE. Le PPAE peut évoluer ensuite à chaque entretien, à partir des synthèses enregistrées dans le dossier par le conseiller. D’où l’importance de connaître le contenu de chaque saisie enregistrée par le conseiller.

A savoir :

Officiellement, tout doit être élaboré conjointement (Article L5411-6-1 du code du travail). Notre conseiller n’a donc pas à nous forcer la main sur quoique ce soit. La présence d’une personne maîtrisant le français est indispensable.

En revanche Pole emploi  ne pas refuser l’inscription à quelqu’un qui ne parle pas français. Une démarche d’apprentissage du Français peut être inscrite dans le PPAE. Il faut veiller à ce que cela ne soit pas présenter comme un préalable à l’emploi.

Plus le temps de chômage s’allonge et plus PE va pouvoir augmenter la distance maximum entre le domicile et le lieu de travail du demandeur, ou étendre les secteurs d’activité.

En revanche même avec le temps on ne peut pas obliger un DE à travailler à temps partiel s’il a mis un temps plein ou un CDD s’il a mis un CDI. On ne peut pas obliger le DE à prendre un travail à plus de 30km de chez lui.

Les synthèses d’entretien peuvent être contradictoires et utilisées contre le DE. Il est possible de demander à signer le PV de l’entretien pour le vérifier. Mais pour autant il vaut mieux ne pas signer pour pouvoir le contester ultérieurement.

La rémunération ne peut pas être inférieure au SMIC, inférieure au salaire en vigueur dans la région et inférieure à la convention collective dans le secteur d’activité concerné.

Si on veut se procurer son PPAE, on peut le demander à l’accueil qui est tenu de nous le donner (loi de 1978 dîtes « informatique et libertés »).

A faire :

Ne pas baisser ses prétentions dès le départ, même si le demandeur d’emploi veut trouver du travail. Demander le maximum. Ne pas hésiter par exemple à demander un CDI à plein temps. Rien n’empêchera de chercher un travail à temps partiel ou un CDD si c’est ce que l’on cherche. Mais PE ne pourra pas envoyer d’ORE avec des temps partiels ou des CDD, et pousser ainsi à la radiation.

Ne pas hésiter à mentionner les « freins à l’emploi » dont nous pourrions nous prévaloir pour relâcher un peu l’étau du suivi (recherche d’un logement, problèmes médicaux etc.). La situation personnelle du DE est prise en compte dans le PPAE et les ORE.

Lors de l’entretien le conseiller a un formulaire avec des cases à remplir. Il insistera donc pour toutes les remplir (A la case CDD par exemple : « Si on vous propose un CDD, quelle durée minimale de contrat accepteriez-vous ? »). Contourner les questions. Demander par exemple un CDD de 37 mois minimum et 90 mois maximum. Juridiquement, un CDD ne peut dépasser 36 mois (LOI n° 2008-596, article 6). Au-delà il faut un CDI. PE ne trouvera ainsi pas de d’offre en CDD à envoyer et le conseiller aura pu remplir toutes ses cases.

A ne pas faire :

Baisser ses prétentions salariales parce que le conseiller le demande, ou penser que cela fera bonne figure auprès du conseiller. Cela permettra juste à PE de trouver des ORE facilement, sans qu’elles ne conviennent nécessairement au demandeur d’emploi et le demandeur d’emploi se verra forcé d’y répondre.

Il y a énormément de contrats de merde. Donc si on ne demande pas un temps plein en CDI, PE va proposer plein de sales boulots.

Penser que le conseiller est votre ami, qu’il cherche à vous aider. Qu’il soit sympathique ou non, le conseiller est là pour faire son travail, et c

Modification du PPAE :

On peut demander une correction du PPAE après son élaboration; pour cela, il faut envoyer un courrier en recommandé ou aller à l’accueil avec demande de tampon pour justifier son passage.

Une modification du PPAE est possible à chaque entretien mais mieux vaut la motiver (« ma situation personnelle a évolué », « le précédent PPAE n’a pas été élaboré d’un commun accord », etc.)

Si on veut se procurer son PPAE, on peut demander à l’accueil qui doit nous le donner.

L’ORE (Offre Raisonnable d’Emploi)

Les ORE sont des offres d’emploi correspondant aux exigences définies dans le PPAE du demandeur d’emploi (Article L.5411-6-2 du code du travail). Depuis la loi du 1er août 2008 relative aux droits et aux devoirs des demandeurs d’emploi, il est prévu que si le demandeur d’emploi refuse ou ne donne pas suite à deux ORE, une sanction équivalente à deux semaines minimum de radiation est prononcée (article L. 5412-1 du code du travail). En cas de récidive, la durée de radiation peut être allongée.

A faire :

– Si PE propose une offre qui ne correspond pas au PPAE, surtout ne pas écrire, laisser dormir, ça évitera de se faire radier par confusion.

Actions illégales de PE :

– Parfois PE radie après UN seul refus d’ORE et le motive par « insuffisance de recherche d’emploi ». C’est illégal.

– Il peut arriver que le conseiller modifie le PPAE d’un demandeur d’emploi sans le convoquer. Ceci afin de pouvoir lui envoyer des offres d’emploi considérées comme des ORE. C’est illégal.

– Il a aussi déjà été constaté des courriers de conseillers mentionnant des convocations fictives (du style « suite à notre entretient du …, votre PPAE a été modifié, vous acceptez qu’on vous propose des contrats précaires »). C’est illégal.

Tout ce qui concerne le PPAE et l’ORE est contenu dans la loi droits et devoirs de 2008.

CESSATION D’INSCRIPTION :

Quand le DE obtient un CAE, un CDD ou un temps partiel il doit être changé de catégorie.

Attention : PE tente souvent de désinscrire les DE dans les cas précédents. Il faut exiger un maintien de l’inscription en catégorie 5 = nous sommes toujours à la recherche d’un emploi correspondant à notre PPAE mais non immédiatement disponibles pour les entretiens. La réinscription est possible le jour-même.

Quand le DE termine une formation, PE déclenche une cessation d’inscription dans les cinq jours. Demander l’annulation de la cessation d’inscription avec demande de justificatif (quand nous n’avons pas reçu de courrier) et non pas une inscription rétroactive pour laquelle il faut être physiquement présent.

Les cessations d’inscription se contestent comme les radiations (voir le paragraphe « radiations »).

Ne pas se désinscrire en cas de CDD et tant que la période d’essai du CDI n’est pas terminée.

DEMATERIALISATION

Une ordonnance  de 2005 sur les courriers électroniques entre usagers et administration existe. Cela s’applique aux demandeurs d’emploi : le DE doit fournir un consentement éclairé sur les conséquences de recevoir par mail convocations et offre d’emploi (et les possibles radiations qui en découleraient). Apparemment les nouveaux inscrits sont mis très souvent automatiquement en dématérialisation. Ceci peut être changé dans son espace personnel en décochant l’option correspondante: Dans espace perso : coordonnées -> « modifier « coordonnées. Et décocher « je donne mon mail » Ne pas transmettre son adresse mail.

Sur le site Recours radiation il y a des exemples de recours sur radiations pour dématérialisation. Tout recours doit être motivé.

Attention : parfois même quand on a refusé d’échanger par mail avec son conseiller, il arrive que du jour au lendemain des courriers de PE qui arrivaient jusque là par la poste arrivent dans l’espace perso.

Radiations

Contrairement à la cessation d’inscription, la radiation est une sanction. Dans les deux cas, la décision doit être notifiée par avance (avertissement avant décision de radiation) par le directeur qui doit informer des voies de recours.

Motifs légitimes pour non présentation à rdv si présentation de pièces

                justificatives

Maladie ou garde d’enfant malade : présentation d’un certificat médical ou arrêt de travail

Hospitalisation : certificat d’hospitalisation

Entretien d’embauche : convocation avec date et heure de rdv

Reprise emploi : contrat de travail ou courrier avec dates de contrat et nom de l’entreprise

Formation : attestation de l’organisme de formation

Décès d’1 proche : copie de l’acte de décès

Incarcération : préciser date de début et fin de détention

Absence du domicile > à 7 jours : si signalée auprès de nos services par écrit avant le départ, avec les dates de départ et de retour. Dans ce cas : demander un courrier avec tampon à l’accueil ou envoyer un recommandé. Ne pas prévenir par téléphone sans trace écrite.

            Radiation pour absence à une convocation

C’est à PE de prouver que la convocation a bien été reçue par le demandeur d’emploi. Pour eux, cela reviendrait à envoyer des courriers recommandés avec accusés de réception à tous les demandeurs d’emploi, pour des questions de coût, ce n’est quasiment jamais fait.

=> Ne jamais évoquer le problème de la poste, de boîte à lettres quand on n’a pas reçu de convocation (ou qu’on veut le faire croire : attention à la formulation qui peut desservir si on met cela dans un tract) : PE nous demanderait alors de solliciter la Poste et  retournerait ainsi la charge de la preuve sur le DE. Il suffit juste de dire que la convocation n’a pas été reçue.

La convocation à l’entretien doit avoir été envoyée au moins 7 jours à l’avance (possibilité de s’absenter moins de 7 jours sans justifier son absence). Garder l’enveloppe, et Utiliser le cachet de la poste pour prouver la date de l’envoi, PE antidate parfois ses courriers.

RECOURS :

            Voies de recours internes

En cas d’absence « légitime » à une convocation, le DE d’emploi a 48heures pour justifier son absence et présenter un motif légitime. Sinon, l’avertissement avant radiation part automatiquement.

Il recevra un avertissement qui lui laissera 15 jours pour justifier son absence. Sans cet avertissement, la radiation est dépourvue de base légale. Sur l’avertissement il doit y avoir une «mention» sur notre droit à faire valoir nos observations.

Paradoxe : Le recours est examiné par le directeur d’agence, celui-là même qui a prononcé la radiation ! (via la délégation de signature du directeur général).

Dans le courrier de recours, ne pas hésiter à dire qu’une procédure juridique sera entamée si refus. A la fin du courrier, écrire « copie envoyée à »( orgas, collectifs, syndicats..) pour montrer qu’on n’est pas seul.

=> Suite au courrier du DE, si le directeur maintient la décision de radiation, il lui revient de nous informer des voies et des délais de recours. Dans ce cas on a 2 mois pour déposer un recours. Attention : Les courriers d’observation et de recours ne sont pas des lettres d’excuse, on conteste la décision, il faut faire très attention de ne pas donner des éléments qui ne nous ont pas été demandés ou qui peuvent nous desservir.

Le premier recours est un recours interne, à ce stade le directeur de l’agence a toujours la main. À ce moment, il est toujours possible de demander un rdv au directeur et de débouler à plusieurs pour faire pression et obtenir l’annulation. Note : Si il y a occupation pour radiation, demander preuve sur papier de l’annulation de la radiation avant de quitter les lieux.

(Le recours contre la décision de radiation reste pendant 2 mois au niveau de l’agence. Et PE a encore 2 mois pour maintenir ou non la radiation après le dépôt du recours. Puis, PE doit nous indiquer que les voies de recours suivantes ont lieu au TA.) voir ci-dessous autre proposition

Suite à la décision de radiation, le demandeur d’emploi a deux mois pour faire un recours en RAR contre celle-ci . A la suite de la réception de ce recours, le Directeur d’agence a deux mois pour maintenir ou non la décision de radiation. Sans réponse ou en cas de maintien de la décision, le recours ultime c’est le tribunal Administratif.

Recours devant les tribunaux

Tout ce qui concerne l’ex ANPE relève du tribunal administratif :  cessations d’inscription, radiations. Tout ce qui concerne l’ex Assedic relève du tribunal d’Instance. (attention exception : voir jurisprudence Me MATHIEU procédure en responsabilité civile)

Quand on fait une lettre, lister les copies (ex: au médiateur, au comité de défense des chômeurs) car ça montre que du bruit est fait autour du cas, utiliser termes juridiques, et les articles de loi.

Si une procédure contre PE est lancée et que PE régularise le dossier en cours d’instruction, il est possible de prolonger la poursuite mais uniquement pour « résistance abusive » et pour obtenir l’indemnité de procédure ou/et des dommages et intérêts.

Les associations/organisations qui accompagnent les demandeurs d’emploi dans leur défense doivent avoir « intérêt à agir » ce qui signifie qu’elles doivent avoir dans leurs statuts, un but qui correspond à la défense des intérêts des demandeurs d’emploi pour pouvoir aller en justice à leur côté.

IMPORTANT : En cas de victoire au tribunal, il est recommandé de réclamer la publication du verdict dans un ou deux journaux locaux et/ou nationaux + sur le site internet de PE à la rubrique actualités pour rendre publique les mauvaises pratiques de PE et les faire évoluer;

Attention si vous avez fait la demande d’une aide juridictionnelle : Depuis quelques temps, il y a des problèmes quand les personnes touchent des sommes conséquentes à l’issue des procès : les indemnités et réparations perçues peuvent avoir pour effet la rétrocession de l’aide juridictionnelle. Parfois cela peut arriver plusieurs années après le début de la procédure. De plus depuis  la loi 2009-2010, il y a obligation de déclarer fiscalement les dommages et intérêts.

Procédure de recours accélérée

Il est possible d’accompagner son recours au directeur d’agence d’une demande de référé au Greffe du tribunal pour que le juge statue plus rapidement. Pas besoin d’avocat pour déposer le référé. Dans ce cas, il faut pouvoir prouver l’urgence de la situation et montrer que les indemnités suspendues par PE constituent notre principale source de revenus. Citer également la jurisprudence relative à notre recours. Il faut également soulever le doute, montrer que la décision de PE est illégale, le juge pourra alors bloquer la décision en une semaine/15 jours mais le juge statue seulement sur le caractère urgent et non sur le fonds.. La décision sur le fonds, elle, aura lieu dans les deux ans.

Les référé en urgence/ou suspension doit s’accompagner obligatoirement du Recours pour excès de pouvoir, sans quoi, il sera rejeter. (voir procédure sur site recours radiation).

Vérifier : les délais donnés par PE, les motifs évoqués par Pôle Emploi dans les décisions doivent être cohérents, légaux (motifs inscrits dans la loi, exemples d’illégalités : radiation pour absence à convoc téléphonique ou radiation pour retard), ils ne doivent pas changer en cours de route. Si référé : il n’est pas nécessaire d’attendre la décision du directeur d’agence (mais attention de bien citer les jurisprudences dans ce domaine).

La notion de récidive pour les radiations existe. La 1ere radiation est de 15 jours mais elle est inscrite dans le dossier. La 2ee radiation  peut durer de 2 à 6 mois.  Une exclusion définitive du revenu de remplacement est possible. (durée de 2 ans). (voir tableau :

Cliquer pour accéder à motifsradiation.pdf

Rétroactivité de la radiation

Si la radiation s’applique à la date de la convocation et non à celle de la décision de radiation (dans les 15 jours qui suivent) elle est illégale (voir dernier rapport du médiateur à ce sujet)

RESPONSABILITE ET DEVOIR D’INFORMATION DE PE (procédure civile) :

Principe fixé : le principe d’information et conseils incombe à PE. Arrêt n° 10-30892 du 08 février 2012 de la chambre sociale de la cour de cassation, d’après l’article 1382 du Code Civil. . Il est de la responsabilité de PE* d’informer correctement le DE sur ses droits, les voies de recours dont il dispose etc. *(comme à tous les organismes sociaux)

Pour faire valoir un défaut d’information de la part de PE, nous disposons de cinq ans après les faits pour entamer une procédure civile au tribunal de grande instance.

NB: On ne peut pas saisir 2 juridictions en même temps. Le recours au civil ne peut donc pas être fait en même temps que celui au T.A

La réinscription simplifiée

Si on se réinscrit moins de six mois après une cessation d’inscription ou une radiation, ou si on déménage, nous ne sommes pas obligés de nous présenter physiquement et de produire de nouveaux justificatifs à Pôle Emploi, ni de refaire un PPAE.

On peut alors bénéficier d’une « procédure de réinscription simplifiée » (Art. R.5411-5 Code du Travail) : il suffit de se réinscrire par téléphone ou internet et le PPAE est réactivé. A moins que nous voulions qu’il soit réévalué et dans ce cas, on pourra prendre rendez- vous pour actualiser le PPAE.

Si on a travaillé pendant cette période, il nous faudra fournir les attestations employeurs mensuelles (AEM) et les fiches de paie afin de faire valoir d’éventuels droits à l’indemnisation.

Important ! Une telle réinscription simplifiée induit une remise à zéro du décompte des délais servant à faire évoluer l’ORE (cf. Circulaire DGEFPn°2008-18 du 5 novembre 2008 relative à la mise en oeuvre de l’ORE et du PPAE).

CONGES :

Les Roms sont parfois contraints de faire un aller retour en Roumanie pour des raisons familiales. Il faudra qu’il se déclare en congés.

Si on pose 35 jours, on est en cessation d’inscription : 34 jours maximum contrairement à ce qui est marqué. Quand on dépose ses congés, il est préférable d’aller au guichet déposer la demande de congés et demander un accusé de réception. Sur l’espace perso, déposer une demande de congés six jours à l’avance, fait de facto, sauter le RDV dans l’agenda de l’espace perso. Faire une capture d’écran.

SUSPICION DE FRAUDES :

Charge de la preuve

Le service de répression des fraudes est constitué d’agents assermentés. Principe du droit contradictoire : quand il y a suspicion de fraude il faut informer le chômeur sur ce qu’on lui reproche afin de lui permettre de se défendre. La suspicion n’existe pas en droit. C’est à PE de prouver ce qu’il soupçonne.  A l’inverse, le principe qui s’applique est la présomption de bonne foi. Si je dis que j’étais salarié c’est à PE de prouver le contraire. Ne pas renverser la charge de la preuve (Article 1315 du Code civil).

S’il y a harcèlement, intrusions dans la vie privée de la part du conseiller ou de Pôle Emploi vis-à-vis du DE, écrire au procureur de la République quand il y a des traces écrites (mails par exemple).


[i] Centre communal d’action social. En mairie.

#roms #lille Chantage, Dame de fer et Duflot de champagnegate

Une statue aux victime de l'amiante à la Bourse du travail de Lille
Une statue aux victime de l’amiante à la Bourse du travail de Lille.  

J’essaie sur ce blog de raconter ce que la presse ne dit pas sur le combat pour les roms de Lille. C’est surtout à destination de mes followers Twitter, d’autres régions. Je n’ai pas toujours le temps de l’alimenter, et surtout, paradoxalement, quand il se passe beaucoup de chose. Pour gagner du temps je publie ici un Compte rendu anonymisé de la réunion du collectif lillois que j’ai rédigé pour la coordination régionale qui se met en place actuellement

 

 

 

 

 

CR (non officiel) de la réunion du Collectif solidarité Roms Lille métropole (CSR LM du 17 décembre

 

Présents : Jacques-Marie Moynot, (Franciscain,  aumônier des gens du voyage) Pierre Tourbier(Amnesty) , Fernand & Danièle Deperne (MRAP), Claude Wauquier (CCFD) Annick Batallan & Roseline Tiset (LDH) Jean-François Garsmeur (Précaires) ,
Stéphanie Bocquet & Xavier Hardy (EELV) Romain + 1 dame ( Collectif d’Hellemmes) pères Gonzague & Arthur (Atelier solidaire) Bertrand Verfaillie & Stéphanie Pryen. (« Indépendants »)+ D’autres soutiens que je ne situe pas Jean-Marie, Geneviève, Mireille,

Excusés  Gaston, Pierre-Claude (ATD), Sabine, Danièle S

 

Point sur la situation à la Bourse du travail de Lille Fives     ou depuis prés de deux mois Solidaires accueille une centaine de Roms dans des conditions dangereuses pour les personnes et gênantes pour les syndicats. La préfecture du Nord fait un chantage odieux : 52 places sont offertes aux plus fragiles si les syndicats virent les autres Roms. LDH insiste sur la solidarité des 8 organisations syndicales de la Bourse entre elles et avec les Roms[i]. Puis elle se lance dans une relation un peu hallucinée d’un « « « attentat fasciste » » » . Des jeunes fascistes auraient volé deux voitures dans le quartier pour faire accuser les Roms et tenter de renverser une militante. Hellemmes s’indigne que cet incident survenu ce week end soit tu par la presse. Je dis que les jeunes militants de Sud manquent visiblement de sommeil.

 

Une première concertation syndicats/Roms a eu lieu, on connait  déjà leur décision de laisser les familles les plus fragilisées aller à Bailleul et Hautmont en logement d’urgence, et refuser que les autres quittent la bourse sans certitude de terrain stable. Mais la liste des personnes identifiées comme fragiles par la pref n’est pas encore connue une seconde réunion aura lieu à 20 h à la Bourse. [ii]

Du coup on se concerte collectivement pour se demander comment sortir par le haut de la guerre des gauches. Quelqu’un estime que Martine Aubry, dont le poids politique au niveau national est énorme depuis qu’elle s’oppose à Valls, est la seule clé du problème et que le préfet (qui dépend de Valls) est à ses ordres. C’est donc la dame de fer (amianté[iii]) lilloise qu’il faut faire fléchir. On a 24 h ! CCFD rappelle qu’on a décidé que le Collectif ne pouvait plus prendre de position publique. Quelqu’un propose Jacques Delors[iv] comme médiateur (Allo !) Je lance le nom de Mgr Gaillot. Arthur l’appelle au téléphone direct ! et tombe sur son répondeur. LDH est chargée d’appeler Pierre Tatar… pdt national de la LDH.. Quelqu’un se propose de le briefer. La LDH insiste pour que les syndicats soient tenus au courant.

Le médiateur demanderait à Aubry de lever sa fatwa (Elle ne veut plus de terrain autorisé supplémentaire sur la métropole[v]) pour la quarantaine de Roms à sortir de la bourse. Et d’ouvrir un chantier pour les autres Roms menacés de la métropole.

EELV  fait une liste de solutions proposées par un soutien Bruno Mattei (ATD-Quart monde), dont le parking de la prison de Loos. Arthur explique que 7 ou 8 familles en sont parties, ont vendu leurs caravanes à des gens qui ne peuvent y vivre puisque ces caravanes en fait appartiennent à la préfecture (on se croirait dans Affreux Sales et méchants) . Les Roms du parking (ex Epi de Soil) sont des Bulgares. Ceux de la bourse des Roumains.

On évoque une intervention de Duflot. EELV dit assez mollement que des solutions sont étudiées, puis elle s’anime pour démentir une rumeur selon laquelle Duflot a mangé avec le préfet et Aubry. Tout le monde s’en moque un peu, mais ça semble avoir créé un  Champagnegate chez les verts régionaux. Ceux-ci devaient rencontrer Duflot pour dissiper la polémique que le refus de Duflot de recevoir les Roms.

 

Du coup la question de la bourse a occupé toute la réunion. Quelques points rapides ont été évoqués

  • Lesquin : La plupart des familles issues [vi]du parking expulsé de l’université de Lille 1 sont partiesde cette ville proche de Lille sous la pression de la mairie locale. Elles ont tenté de venir à Lézennes, ont été accueilli par un chef d’entreprise le fusil à la main ! Venu calmer les choses le chef de cabinet du maire de Lézennes, membre des MJS s’est déclaré très touché par une situation qu’il découvrait (Sic). Elles sont tranquillement installées à Faches-Thumesnil, pour au moins la fin d’année.  Le jugement pour les deux familles qui n’ont pas quitté Lesquin,  est renvoyé début janvier. L’avocate a plaidé que le TGI (pénal) n’est pas compétent, que c’est le TA (administratif) qui doit trancher, ce qui ferait gagner du temps.
  • Coordination régionale : Cr de Quelqu’un (qui parle d’inter-collectifs) et de CCFD. Dynamisme, nombre des organisations parties prenantes font que le CSR ne peut pas ignorer ce qui se passe. Importance de l’arrivée du CCFD, co-fondateur du CSR LM. CCFD évoque la possibilité d’adopter les outils informatique du CSR LM à la dimension régionale. Le sujet sera étudié à la prochaine réunion.
  • Recherche action Un labo de sociologie de Marseille mène une telle démarche. Ana, présentée par l’intersyndicale comme une des porte-parole des Roms de la Bourse, a été embauchée. Quelqu’un mettra en contact les chercheurs avec Pauline D. jeune anthropologue ( et dentiste).
  • Culture : une photographe recevra 800 euros faute de co-financement pour créer une exposition qui sera à la disposition du collectif. Elle avait au début prévu de ne rien demander, puis menaçait de tout laisser tomber si on ne lui donnait pas la somme.
  • Contact des maires : EELV relance la vieille idée de rendre visite à chaque maire, et de lui demander s’il veut accueillir une ou plusieurs familles. Une task force serait mis en place à la manière du recueil des signatures pour les présidentielles. Ceux qui sont motivés peuvent le mailer. CCFD rappelle qu’une répartition théorique des familles dans la métropole a été réalisée par le CSRLM. Dés le 26 décembre 2008 un courrier avait été adressé par Aubry pour leur demander de se montrer solidaires. Je parle d’un prochain rendez vous de Bruno Mattei avec l’Association des maires du Nord. Amnesty visite actuellement les communes autour d’Armentières pour leur remettre un document d’Amnesty et les sonder sur les Roms. Idée de contacter les maires soutiens des sans papiers (maires accueillants ?). Certain adhèrent au réseau et n’ont pas de sans pap chez eux.
  • Fonctionnement. Quelqu’un demande que l’on cesse de le traiter d’idiot utile et d’autoproclamé par mail, ainsi que Stéphanie P, il pense qu’il faut attendre les réunions pour cela.. Je suis visé. Je réponds que tant que les membres du collectif respectent les règles de démocratie qui ont été décidées en réunion, je ne les traite pas d’auto proclamés. Quelqu’un annonce que si on continue à lui parler de démocratie et de liberté d’expression il ne viendra plus ! Quelqu’un est fatigué !

 

Quand mes amis me disent pourquoi je « m’occupe des roms » je dis toujours que j’ai des amis roms et que l’on s’amuse bien dans l’action collective. Essayez ! Rapprochez vous d’une asso ou d’un collectif prés de chez vus, ou créez en un.

 

 

 


[i] Il s’agirait en fait de 4 (Sud, CGT, CFDT, FSU) ce qui exclut la CFTC, la CGC, FO, et je ne sais plus quel syndicat minuscule jugé plus représentatif que la CNT, qui, à Lille, n’a pas droit à des locaux à la bourse du travail.

[ii] (Les Roms finiront, déchirés, par rester sur la même position selon les syndicats. )

 

[iii] Martine est présumée innocente d’avoir négligé les risques de l’amiante pour faire plaisir aux industriels. Plusieurs Roms m’ont demandé quel était la signification du monument aux victimes de l’amiante, devant la Bourse du travail. J’ai répondu « c’est compliqué »

[iv] Le père de Martine Aubry, chrétien humaniste par ailleurs.

[v] Aubry affirme qu’il y a 3000 roms sur la métropole lilloise qui pourrait en accueillir que 1500. En off, la préfecture est d’accord avec les assos qui estiment elles qu’il y a au plus 1200 Roms présents. On va essayer d’n récupérer 300 à Lyon ou Marseille !

[vi] comme celles de la Bourse

#Roms #Lille Lettres ouvertes à Madame DUFLOT qui vient à Lille aujourd’hui

Je reproduis ici la lettre ouverte de Solidaires à Mme Duflot, et plus modestement , ensuite, la mienne

Lettre ouverte à Madame DUFLOT

Ministre du logement à l’occasion de sa venue à Lille

mercredi 11 décembre 2013

Madame la Ministre du Logement,

 

A l’occasion de votre venue à Lille ce 12 décembre pour inaugurer « la maison de l’habitat durable » nous souhaitons vous rencontrer autour de la question des Roms actuellement accueillis à la bourse du travail de Lille..

 

Nous le disons inlassablement depuis le 28 octobre 2013, jour où, en violation de la circulaire de 2012, les autorités ont procédé sans solution alternative à l’expulsion de plus de 200 Roms du parking de l’Université de Villeneuve d’Ascq, confisquant le logement et dépouillant de tous leurs biens une majorité d’entre eux :  Il faut une solution digne et humaine à ces Roms actuellement accueillis à la Bourse du travail.

 

Il faut respecter le mouvement syndical qui doit pouvoir poursuivre sereinement ses activités, mais qui est aujourd’hui l’otage de l’inaction des pouvoirs publics.

 

Nous avons  rencontré le Préfet Bur à deux reprises, rencontré la ville de Lille, le conseil général et  tenu 3 réunions avec la DDCS depuis 3 semaines.

 

Des solutions partielles ont été discutées et arrêtées,  avec la DDCS depuis le 28 Novembre 2013 et soumises à l’approbation du Préfet.

Malheureusement à ce jour aucune décision formalisée du préfet n’est intervenue.

Des solutions existent et certaines sont arrêtées, il suffit de les mettre en œuvre.

 

C’est pourquoi nous sollicitons une rencontre en votre qualité de Ministre du Logement, au moment que vous  choisirez.

En tout état de cause, nous serons présent place de la Nouvelle-Aventure à 14 heures 15.

Nous vous prions d’accepter Madame la Ministre nos sincères salutations.

 

Pour L’union Syndicale SOLIDAIRES 59/62

Nieddu Vladimir

Pour tout contact : Olivier Pira 06 64 79 28 14                       Nieddu Vladimir  06 03 4 0 30 79.

Chère Cécile,

Excusez madame la ministre de l’Égalité des territoires et du Logement, cet envoi peu protocolaire. Mais par la triple grâce de la presse people, des réseaux sociaux et du Monde, vous êtes devenue un peu la sœur de tous ceux qui se battent contre la mala parte de la gauche, la gauche qui gouverne au sondage, qui expulse, qui traque, qui reconduit à la frontière, qui laisse dormir dans la rue, qui consulte les gestionnaires des CHRS plutôt que les SDF, qui  fait en, bref le travail de la droite, our que la gauche reste au pouvoir.

Depuis 16 mois, je soutiens les Roms de la métropole lilloise, et je suis personnellement concerné par le sort des SDF vivant en France. Je suis donc avec une attention particulière les efforts que vous menez dans ces domaines. Sans ironie aucune, je peux comprendre que vous estimiez avoir besoin de 5 ans pour mener à bien la révolution nécessaire au sen de l’hébergement d’urgence et très social. Depuis mon adolescence j’entends ma mère évoquer es questions, et j’ai le sentiment que les choses ont évolué beaucoup « sur le papier », mais peu  dans le quotidien de personnes privées de dignité, condamnées à mourir plus tôt que les autres, pour le seul crime de pauvreté.

 Si vous parvenez à faire évoluer sensiblement, et durablement les choses dans ce domaine, je (nous) serais le premier à défendre l’idée que vous avez bien fait de rester à votre poste, malgré vos critiques vives sur la politique anti roms du PS, malgré les arbitrages financiers qui ne vous favorisent pas toujours, malgré l’ennui de cette vie de dîners gastronomiques, de séjours en palace, de rencontre avec les puissants de la planète, malgré le salaire scandaleux que vous êtes obligée d’accepter.

Concernant la question Roms, je pense qu’elle pointe la barbarie, le tribalisme, l’arriération, l’inculture, la malhonnêteté de la société française actuelle. Enfant j’étais fier d’habiter dans la plus belle région du monde et dans le plus généreux pays qui soit. Bien qu’apprenant le breton, je me battais avec mes camarades qui insultaient la France. Et plaignais mes nurses togolaises  ou irlandaises de n’être point né au pays de Rousseau, Pasteur  et de la Déclaration des Droits de l’homme. J’étais très Candide, et je le suis  un peu resté. Je pensais que  selon la théorie des avantages comparés, le Portugal avait le vin, l’Angleterre la laine, et la France les Droits de l’homme. Je me disais que si on était « Heureux comme dieu en France », si Bechet, Picasso ou Manoukian avait pu devenir «  Français de préférence », c’était parce que la France possédait une ressource naturelle unique, faisant exploser son indice de bonheur brut : être la sœur patrie de toutes et tous quelle que soit leurs mères patries.

Dans la vie réelle, j’ai souvent été déçu.  D’autres historiens que Michelet m’ont parlé d’une France  exploitant les pays du Sud, massacrant  des populations, inventant l’antisémitisme moderne, et par ce fait, à la source des fascismes. Les médias, les discours des politiques, les créateurs grand public, racontent une France d’aujourd’hui qui tentent de ce transformer en résidence privée avec gardiens, chiens et interphone, où une classe moyenne et ses maîtres capitalistes consommeraient tranquillement les productions des enfants et des prisonniers asiatiques. Fooled by the name, certains demandent à EELV d’être le  jardinier de cette France résidentielle, banlieue  chic de la métropole globalisée.

Je ne voudrais pas vivre dans cette France-là mais je comprends que d’autres le souhaitent. Tant pis pour eux si pour ça il faut que les gardiens et leurs chiens policiers laissent mourir devant les grilles des enfants décharnés. Mais ce rêve frelaté,  était celui des Romains du Bas empire et du coup on sait grâce à Gibbons comment ça se termine. Refuser d’accueillir ceux qui ont faim c’est se préparer à finir dans leur assiette !

On me dit que vous avez fait tout ce qui vous est possible pour les Roms de la bourse du travail de Lille. Il serait bien que vous puissiez faire l’impossible. Les pressions politiques qui vous empêchent de faire votre travail de ministre en réquisitionnant un hôpital désaffecté de Saint André Lez Lille, vous pourriez vous asseoir dessus, elles concernent, dans la perspectives des municipales, des manœuvres politiciennes entre PS, Modem, UDI et … EELV, peut être. Mais en acceptant de porter le joli nom  de ministre, (qui vient du latin minus, plus petit), vous vous êtes mise au service de la France, et cela vous oblige à agir pour son bien, sans souci partisan.

Vous avez combien de mots à dire pour que les enfants, les femmes, les hommes romanis de la Bourse du travail soient logés décemment ? Quatre, cinq ? Les deux premiers  sont « je » et « veux » . prononcez-les et vous entrerez dans l’Histoire.

Cependant, je crois qu’un certain nombre de défenseur des Roms seraient surpris de voir le sort des Roms de la bourse réglées tandis que d’autres vivent des vies plus difficiles. Le 10 décembre un camp de caravanes  a été expulsé à Wasquehal, elles errent dans la métropole, rejetée du terrain de Lesquin où elles voulaient revenir. Les familles Roms hébergées par le Dr Lamarre à Roubaix comment à manquer de gaz et de nourritures. Aujourd’hui a été porté en terre les restes d’un enfant de deux ans, mort dans l’incendie d’une caravane, dû probablement à un chauffage de fortune. Comment peut on,  quand on est fonctionnaire de la préfecture se lever au petit matin, laisser tourner son moteur quelques minutes pour réchauffer sa voiture, gratter le givre sur son pare brise. Se dire «  tiens il gèle tôt cette année. » Et aller détruire des cabanes, confisquer des caravanes et laisser sur le trottoir des enfants mal vêtus, et es parents désemparés ?

J’ai des amis qui vivent à 7 ou huit dans une petit caravane ou les enfants jouent autour d’une casserole ou bout de l’huile, j’ai des amis qui font du feu dans des cabanes de bois et carton, j’ai des amis qui vont mourir dans d’atroces souffrances, probablement, inéluctablement si rien ne change radicalement dans la manière qu’à la France de traiter les pauvres qui n’ont pas d’ambassadeur pour protester.

Un geste fort, clair, lumineux serait bien venu à Lille, terre d’accueil et de travail. Vous honoreriez votre fonction, votre parti votre personne en le faisant. Donner un toit à quelques centaines de famille c’est, comme l’on dit,  rien pour vous ce serait beaucoup pour l’humanité.vous prie, et.

Je vous prie etc.

Jean-François Garsmeur

#Roms #Lille Menaces, croix gammée et apathie politique

valls-300x164Je reproduis deux communiqués de Union syndicale Solidaires 59-62 (qui regroupe notamment les syndicats SUD.) concernant la situation à la Bourse du travail où une centaine de Roms sont hébergés depuis 41 jours. Et je fais deux mots de commentaires à la fin.

Communiqué 1

 

Menace de mort sur un militant SUD Etudiant-tes LILLE,

Stop aux agressions Fascistes !

 

Un jeune camarade de SUD ETUDIANTS Lille a reçu cette semaine, à son domicile, dans sa boîte aux lettres, une lettre anonyme contenant des menaces de mort.

L’union syndicale SOLIDAIRES 59/62 prend très au sérieux cette nouvelle provocation fasciste. En effet ce jeune camarade a déjà fait l’objet de violences fascistes le 26 mars 2012, qui ont donné lieu à une main courante à l’époque.

De plus,  les caves de la bourse du travail ont été marquées de 2 croix gammées,  la nuit du 2 au 3 décembre 2013.

Ce courrier, s’inscrit dans le climat actuel de déchaînement  raciste et xénophobe, comme rarement le pays a pu en connaitre, de haine anti-rom, alors que 110 Roms sont actuellement accueillis à la bourse du travail de Lille.

L’union syndicale Solidaires constate que ce document, marqué d’insigne nazi d’une part et d’autre part du bloc identitaire, s’inscrit dans la filiation d’Unité Radicale et de la plus obscurantiste tradition fasciste.

Cette obsession néonazie a abouti récemment à l’assassinat de notre camarade Clément Méric. C’est le sort de Clément Meric qui est promis à notre Camarade de SUD Etudiant.

L’union syndicale Solidaires soutiendra sans faillir ses militants contre les menaces fascistes et a chargé Maitres Anne Charlotte LEGROIS et Stephane DUCROC, avocats, de diligenter une plainte.

L’Union Syndicale SOLIDAIRES  appelle l’ensemble des syndicats, les organisations démocratiques et antifascistes à s’opposer avec la dernière des énergies aux idées et aux menaces fascistes qui se développent dans le pays.

Elle invite à ce titre à une réunion unitaire dans les locaux de l’Union Syndicale SOLIDAIRES de la Bourse du Travail, 174, Bd de l’Usine, ce Lundi 9 décembre à 18 h.

 

Pour L’Union Syndicale SOLIDAIRES 59/62

NIEDDU Vladimir 06 03 40 30 79

 

Communiqué 2

 

Le Préfet du Nord,  les Elus, les ministres

sont coupables de prise d’otage sur l’action syndicale

Ça suffit !

Nous avons été informés du déblocage d’1,7 millions d’€ par le ministère du Logement. Apres  le déblocage de ces fonds, élus, ministres et préfet continuent à jouer la montre !

Pis encore le Maire de Saint André Olivier Henno (droite), la Vice-Présidente du Conseil Général Mme Saniek-Wavrant (PS) ont repoussé de façon virulente  les propositions des syndicats, notamment l’utilisation du site d’Ulysse Trélat que le Préfet se refuse à réquisitionner.

 

Depuis 15 jours des discussions entre syndicats et la Direction Départementale de la Cohésion Sociale du Nord ont permis d’identifier de nombreuses pistes de solutions pour les  Roms accueillis à la Bourse du Travail hors de la Métropole Lilloise, (compte tenu de la ferme opposition de Martine Aubry et du PS Lillois).

La situation est toujours bloquée.

Coqueluche, Varicelle, Hépatite, Cancer à la bourse du travail : élus, ministres et préfet prennent la lourde responsabilité d’une catastrophe sanitaire.

C’est à une situation catastrophique que sont confrontés – dans un abandon total, absolu, des pouvoirs publics – les nourrissons, les enfants, les familles Roms, les militants syndicaux, les volontaires. Alors qu’il est totalement impossible d’isoler les personnes victimes d’hépatite, de varicelle et de coqueluche, sciemment les pouvoirs publics prennent le risque du développement d’une grave épidémie.

Les ministres silencieux, les élus locaux rétifs voir opposés, un préfet paralysé..

Il est inconcevable que Cécile Duflot n’exige pas des comptes sur les fonds qu’elle a débloqués, que les 5 autres ministres Vincent PEILLON, Marisol TOURAINE, Manuel VALLS, Michel SAPIN, George PAU-LANGEVIN, Marie-Arlette CARLOTTI signataires de la circulaire du 26 Août 2012  se soucient comme d’une guigne des textes rédigés et qu’ils ont eux-mêmes édictés, malgré une interpellation de l’UD CGT, de La FSU  et de l’Union Syndicale SOLIDAIRES.

La responsabilité des Elus, des Ministres et du Préfet sera grande en cas d’incident grave, ils ne pourront pas dire : « je ne savais pas ! »

 

Pour L’Union Syndicale SOLIDAIRES 59/62

NIEDDU Vladimir 06 03 40 30 79

 Mon commentaire 

Concernant le premier communiqué : il faut se rappeler qu’un membre de Solidaires Etudiant, Cément Méric, a été assassiné par des skins fascistes, il y a quelque mois. On comprend l’émotion de nos jeunes camarades lillois. Les menaces dans la boîte à lettre veulent surtout signifier  » on sait où tu habites, et le soir où l’on sera assez bourrés pour oublier notre lâcheté, on viendra te voir ». 

Concernant le second, il est dommage qu’il ne soit pas signé de l’intersyndicale SUD-CGT-FSU. Dans les milieux syndicaux lillois, ce n’est pas un mystère que certains militants CGT, manifestent un certain ras le bol par rapport à la présence des Roms à la Bourse du travail. 

Les syndicalistes de SUD ont été manifestement informés par des gens d’EELV pas rancuniers (l’intersyndicale avait accusé les Verts de les avoir lâchés dans un interview à la Voix du Nord). Jeudi dernier Cécile Duflot a rencontré Majdouline Sbaï, vice présidente EELV du Conseil régionale et lui a raconté qu’elle avait tenté de réquisitionner l’HP désaffecté Ulysse Trélat, mais avait du y renoncer à cause des pressions politiques. Une couleuvre de plus à avaler pour les Verts gouvernementaux.

Sinon, concernant l’enveloppe supplémentaire pour l’hébergement d’urgence de 1,7 millions d’euros; il est impossible en France d’ethniciser une mesure quelle qu’elle soit. C’est regrettable parce que cela interdit la discrimination positive tel qu’elle est pratiquée entre autres aux USA. Mais Mme Duflot ne peut absolument pas exiger que cet argent soit consacré exclusivement à loger des Roms. De surcroit ce ne serait pas forcément très habile politiquement de proclamer que l’on consacre 1,7 millions pour loger 100 Roms, soit 17 000 euros par personne ! 

 Un hébergement inadapté aux Roms

Plus sérieusement l’hébergement d’urgence conçu pour les SDF « classiques » (hommes, seuls, nécessitant un encadrement social parce que malade alcooliques, toxicomanes, psychotiques…) n’est pas adapté aux Roms : familles nombreuses, en parfaite santé psychique, sans addiction. Il y a bien sûr des exceptions, n’importe qui eut se retrouver SDF quelques temps, et il y a quelques  alcooliques ou malades mentaux parmi les Roms que je connais.  Mais en gros le problème est là. Les familles roms ne veulent pas se séparer pour être hébergées. 

En moyenne dans un CHRS (centre d’hébergement et de réinsertion sociale, ça fout les jetons !) un SDF au RSA paie 420 euros de loyer (APL + 30 % des revenus) pour une chambre de 12 m2 avec toilette et douches sur le palier. Le tout dans un quartier pourri où les chambres dans le privé, se trouvent à bien moins cher. De surcroît, cette participation n’est qu’une goutte d’eau dans le budget d’un CHRS, abondamment subventionné pour payer des éducateurs et des bureaucrates. J’ai l’intuition, mais il faudrait le vérifier, que l’on a déplacé vers l’hébergement d’urgence, une partie des sommes dont a privé les hôpitaux psychiatriques, les centres de désintoxication et de post cure etc… Un éducateur coute moins cher qu’un médecin. Et du coup,  tox et ivrognes ne sont plus soignés, mais ils ne trainent plus dans les rues la nuit. Les Roms n’ont pas besoin de cet appareil de surveillance et de contrainte. Ils sont  juste des migrants, suffisamment autonomes pour venir en France chercher du travail et la fin des persécutions, comme les pères pèlerins américains, genre.

On comprend, néanmoins que Cécile Duflot, sous l’influence de sa base qui soutient les Roms, essaie d’agir avec ce qu’elle a : les fonds d’hébergement d’urgence. Cependant ( je suis le meilleur sur les adverbes de transition) la solution passerait par une décision au niveau du Premier Ministre. Il faudrait décider d’un financement spécifique pour l’hébergement des quelques milliers de Roms en bidonvilles, tentes et caravanes. Il faudrait aussi sans doute (ré) inventer un logement très social adapté à des familles nombreuses, habitués à vivre à proximité de deux ou trois autres familles apparentées., et qui ont besoin d’un espace de stockage temporaire pour la ferraille qu’elles récupèrent. Dans le Nord, les courées qu’on a beaucoup détruites au nom de l’insalubrité, feraient l’affaire.

#Lille #ailleurs #Roms Les Rroms ne seront pas des chiens vagabonds !

.je reproduit ici un appel d’organisations de jeunesse à la manifestation de samedi 16 novembre à Lille (14 h 30 Porte de Paris).

Lille et ailleurs

Les Rroms ne seront pas des chiens vagabonds !

Samedi 16 novembre, en soutien aux 120 Rroms sans-abris depuis le démantèlement du camp de Villeneuve d’Ascq, mais aussi en réaction aux expulsions d’élèves et d’étudiants étrangers partout en France, les mouvements de jeunesse appellent à manifester dès 14H30 ( Porte de Paris) avec entre-autres les familles Rroms, les syndicats et les collectifs.

Ce qui est exigé ? Un revirement politique et des solutions de relogement immédiates. Pour un élan de solidarité national !

 

« Nous les Rroms sommes considérés comme des chiens vagabonds sans maître », déclarent Ana Stoïan et Secret Lazar, deux Rroms hébergés à la Bourse du Travail depuis leur expulsion fin Octobre. « Nous voulons démontrer que nous sommes capables de travailler, éduquer nos enfants, d’être comme les autres si vous enlevez les barrières

 

qui sont

devant nous depuis des années« , ajoutent-ils, avant de conclure leur communiqué (traduit du Romani): « Il faut que nos droits soient respectés […] nous continuerons les manifestations jusqu’à être acceptés de ceux qui nous ont expulsés !« .

Le démantèlement violent du camp de 4 Cantons à Villeneuve d’Ascq avait mis fin aux tentatives d’intégration de plus d’une centaine de Rroms (dont la moitié d’enfants), qui se seraient retrouvés dans la plus grande précarité et sans aucun toit si l’intersyndicale (Solidaires – FSU – CGT) ne les avaient pas accueillis dans leurs bureaux (la Bourse du Travail de Fives).

Ce qui devait être un hébergement d’urgence pour éviter une catastrophe humanitaire se prolonge maintenant depuis près de 3 semaines, et la situation ne reste soutenable que grâce aux sacrifices quotidiens consentis par les familles Rroms et à l’investissement constant des syndicalistes et des bénévoles sur place. La scolarisation des enfants s’en voit compliquée, et ces conditions sanitaires (deux salles de bain, aucune douche et impossibilité de laver le linge dans les locaux) ne sont pas acceptables à l’approche de l’hiver, d’autant qu’une partie de la communauté souffre déjà de graves problèmes de santé. 

En parallèle, l’action politique ne cesse pas. Depuis l’expulsion, l’intersyndicale et les Rroms réunis en collectif ont appelé presque quotidiennement à la manifestation afin d’alerter les pouvoirs publics, avant de se joindre aux mouvements de protestation lycéens et ouvriers.
Car la mairie et la préfecture, non contents de n’étudier aucune solution de relogement pérenne et de ne proposer qu’un ticket vers la Roumanie, ont également découragé toute initiative des sans-abris en intervenant par la force lorsque un bâtiment vide a tenté d’être occupé le lendemain de l’expulsion ou plus récemment lorsque les caravanes allaient être déplacé

es

 vers un nouveau terrain.

Alors que des populations tentent d’échapper à l’errance et à la misère, les autorités n’offrent que la répression. 
Comment une ville, une région, un état à majorité socialiste peuvent-ils tolérer une situation si absurde et dégradante alors que des solutions simples et rapides existent ?

Ce qui exigé au niveau local:

-de réquisitionner suffisamment de logement inoccupés pour pouvoir y abriter toutes les familles Rroms expulsées de Villeneuve d’Ascq et Roubaix.
-de rendre les caravanes confisquées à leurs propriétaires par le biais d’une démarche facilitée et sans tenir compte de leur destination.
-de mettre un terme aux pressions policières et aux politiques racistes dont les populations Rroms font l’objet sur la métropole.
Et au niveau national:

-la régularisation de tous les sans-papiers et le respect du droit à l’éducation
-l’arrêt immédiat des démantèlements de camps dans les cas où la circulaire

 d’août 2012

n’est pas strictement appliquée.


Nous soutiendrons les populations Rroms et les sans-papiers, dont le gouvernement continue à bafouer les droits élémentaires, au mépris de toute humanité


Ambroise Lesage – 06.52.36.02.72

Remarques de JFG : Ana n’est pas hébergée à la Bourse du travail elle a été élue pour ses compétences en français comme porte parole parles Roms de la Bourse. Je doute par ailleurs que des Roms roumains aient écri un texte en romani qui est une angue parlée, alors qu’ils disposent du roumain. Mais les propos qui sont prétés à Seret et Ana sont bien le reflet de ce nous disent tous les jours les Roms, et de ce qu’a exprimé avec vérité et émotion  Carolina lors d’une manif lillosie

#Lille #Roms la version langue de bois

Ce soir à la Bourse du travail un membre de Sud Etudiant-e Lille m’a affirmé que le billet précédent de mon blog était mensonger. Il m’a sommé de démentir que la CGT demandait le départ des Roms qui sont hébergés à la Bourse du travail. Il m’a affirmé que la vérité était contenue dans le communiqué de l’intersyndicale. Je publie ici le communiqué de l’intersyndicale ainsi que l’ensemble des mails envoyés par Sud Education à ses adhérents, par une personne qui a au minimum les codes d’accés ! On remarquera qu’à aucun moment Sud education ne dément l’information qu’elle a donnée à ses adhérents, et qui ensuite a été retransmise aux abonnés de la liste du Collectif de Solidarité Roms (CSR).

A propos du CSR : le communiqué de l’intersyndicale est cosigné par le CSR. C’est une erreur, ou une supercherie. Le collectif de Solidarité Roms et Gens du voyage-Lille métropole est actuellement en restructuration, suite aux démission ou au abandon de mandat de membres clés de ce collectif,  par ailleurs membres de la LDH, du CCFD, et d’ATD quart Monde. Depuis, il a été décidé et il est répété à chaque réunion du collectif que personne ne pouvait s’exprimer au nom du collectif, sauf s’il est clairement mandaté pour le faire, au cours d’une réunion du collectif. M. Verfailiie qui se présente comme « indépendant » a souvent insisté sur ce point. C’est par erreur également que son nom a été placé à la fin du communiqué

Je pense que le sort des Roms mérite mieux que tous ses tripatouillages anti démocratiques. De nombreux soutiens non ecartés des Roms sont en train de découvrir avec consternation à quel point des « marques » prestigieuses héritières de combats prestigieux sont à la ramasse. ils commencent à se dire que peut être la sauvergarde des Roms se fera par eux mêmes et ceux de ce pays qui acceptent de les aider, pas de servir d’eux comme munitions ou monnaie d’échange.

« Honte à ce pays qui fait des Roms des sans-abri » c’est un des slogans des manifs pro roms. Honte. 

 

Roms de la Bourse du Travail

Communiqué unitaire des organisations

et du collectif solidarité-roms de Lille

Quand les intérêts politiques créent une crise humanitaire, sanitaire et sociale

Depuis le 28 octobre, les organisations syndicales FSU, Solidaires, CGT, le collectif solidarité Roms de Lille-Métropole et les réfugiés Roms hébergés dans les locaux de la Bourse du Travail cherchent à obtenir des réponses cohérentes et justes des pouvoirs publics quant à leur situation.

Au terme d’un rapport de forces, et après avoir décrypté de nombreuses versions contradictoires, ils ont obtenu de pouvoir récupérer les caravanes confisquées sur le parking P4 il y a dix jours.

Dans le souci de dénouer la crise liée à l’accueil des Roms à la Bourse du Travail, les syndicats, les associations et les Roms ont tenté, ce vendredi 8 novembre, d’aller chercher les caravanes dans les fourrières de Lys-lez-Lannoy et Marquette et de les installer sur le parking sécurisé de la Bourse du Travail.

Alors qu’elles avaient obtenu l’accord des services préfectoraux le matin, elles se sont heurtées vers 16 h à un cordon de CRS barrant l’accès au parking.

Les caravanes ne peuvent donc se poser nulle part ! Comment comprendre que les Roms puissent rester dans les bureaux de la Bourse et ne puissent pas s’installer sur le parking de cette même Bourse ?

C’est Ubu au pays de LMCU et dans la République !

Confrontés à une telle absurdité, à un tel irrespect humain, quelles solutions ont les Roms de la Bourse du Travail ? A part ne pas exister, que doivent-ils faire ?

Confrontés à une telle incurie et à une telle inhumanité, les organisations qui accompagnent et soutiennent les Roms ont-elles d’autre issue que la révolte ?

Elles restent déterminées à obtenir justice et porteront ce scandale humanitaire et politique à l’échelon national.

Pour tout contact :

Vincent Delbar UD CGT Nord

Didier Costenoble FSU Nord

Vladimir Nieddu Solidaires 5962

Bertrand Verfaillie Collectif Solidarité- rom de Lille

Message original ——–

Sujet: [Adherents] SOLIDARITE !
Date : Fri, 8 Nov 2013 00:48:37 +0100 (CET)
De : SUD éducation 59 62 <sudeduc5962@wanadoo.fr>
Répondre à : SUD éducation 59 62 <sudeduc5962@wanadoo.fr>
Pour : liste adhérent-e-s <adherents@sudeduc5962.lautre.net>

.Cher-e camarade, bonsoir.

Information d’aujourd’hui :

la CGT n’accepte plus la présence des familles accueillies à la Bourse du travail.

Nous avons appris la nouvelle ce soir lors de la réunion de l’intersyndicale de la Bourse du travail avec les collectifs Solidarité Rroms.

D’après nos sources, cette décision a été prise ce midi sans nous être communiquée immédiatement.

En lien avec la police, la CGT nous a indiqué que les familles pouvaient installer leurs caravanes sur le parking de la Bourse du travail, qui ne se trouve pas à proximité immédiate du bâtiment. Les fourrières laisseraient les caravanes à disposition. Nous avons cependant constaté que plusieurs d’entre elles avaient été endommagées pendant l’expulsion du P4 par les forces « de l’ordre », ou bien pendant le transport jusqu’à la fourrière.

Les caravanes pourront s’installer vers 16h00 ce vendredi.

Afin de parer à toute éventualité, une forte présence militante est demandée. RV aux alentours de 16h00 à Solidaires.

Nous conservons évidemment notre soutien au Collectif des Familles Rroms de la Bourse du travail.

Solidairement,

SUD éducation 59/62.

   SUD éducation 59/62     

Union syndicale Solidaires

Bourse du Travail

174, boulevard de l’Usine

59 000 Lille

03 20 55 99 29

sudeduc5962@wanadoo.fr

http://sudeduc5962.lautre.net/

_______________________________________________
Adherents mailing list
Adherents@sudeduc5962.lautre.net
http://listes.lautre.net/cgi-bin/mailman/listinfo/adherents

 

——– Message original ——–

Sujet: [Adherents] ASA pour AG + infos fédérales
Date : Fri, 8 Nov 2013 11:29:56 +0100 (CET)
De : SUD éducation 59 62 <sudeduc5962@wanadoo.fr>
Répondre à : SUD éducation 59 62 <sudeduc5962@wanadoo.fr>
Pour : liste adhérent-e-s <adherents@sudeduc5962.lautre.net>

Bonjour,
(je coupe un bla bla bureaucratique sans intérêt pour les non adhérents et le mail se termine par )

 

 

 

Rappel : besoin de soutien aujourd’hui à partir de 16h à la bourse du travail pour l’installation des caravanes

 

manifestation du collectif des Rroms de la bourse du
travail de Fives demain à Lille. Rendez-vous à 15h devant Euralille.

 

   SUD éducation 59/62     

Union syndicale Solidaires

Bourse du Travail

174, boulevard de l’Usine

59 000 Lille

03 20 55 99 29

sudeduc5962@wanadoo.fr

http://sudeduc5962.lautre.net/



_______________________________________________
Adherents mailing list
Adherents@sudeduc5962.lautre.net
http://listes.lautre.net/cgi-bin/mailman/listinfo/adherents
 -------- Message original --------
Sujet: [Adherents] manif Rroms 09/11 annulée
Date : Fri, 08 Nov 2013 17:22:51 +0100
De : SUD éducation 59/62 <sudeduc5962@wanadoo.fr>
Pour : LISTE ADHERENTS <adherents@sudeduc5962.lautre.net>
 -------- Message original --------
Sujet: [Adherents] manif Rroms 09/11 annulée
Date : Fri, 08 Nov 2013 17:22:51 +0100
De : SUD éducation 59/62 <sudeduc5962@wanadoo.fr>
Pour : LISTE ADHERENTS <adherents@sudeduc5962.lautre.net>
 
 bonjour à toutes et tous suite à l'intersyndicale de jeudi 7/11 à la Bourse du Travail de Lille, la manif pour les Rroms a été annulée. Sud éducation 59/62
 

.#Lille #Roms Communiqué commun Intersyndicale CGT, FSU, Solidaireset Collectif solidarité Roms

Communiqué commun Intersyndicale CGT, FSU, Solidaireset Collectif solidarité Roms de Lille-Métropole

Le collectif solidarité Roms de Lille-Métropole et l’intersyndicale CGT, FSU, Solidaires participeront à la réunion du comité départemental d’échanges sur les populations de culture rom, à la Préfecture, ce mardi 5 novembre à 17 h.

Ils y porteront ensemble les revendications suivantes, qui doivent constituer le corps de la réunion.

1• Le réglement prioritaire de la situation à la Bourse du Travail, locaux d’activité syndicale où les Roms réfugiés du Parking P4 de Villeneuve d’Ascq vivent dans des conditions très précaires. Des solutions globales doivent être proposées à ces personnes privées de leur toit et jetées à la rue lundi 28 octobre. C’est à l’Etat qu’il revient d’élaborer et de mettre en œuvre ces solutions, sur le fondement de l’article L 345-2-2 du code de l’action sociale qui stipule : « Toute personne en situation de détresse médicale, psychique et sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence ».

Cela passe par :

la réunion immédiate d’une table ronde mobilisant tous les acteurs concernés : intersyndicale, Conseil général du Nord, Procureur de la République, Ville de Lille sous l’égide de la Préfecture du Nord ;

une évaluation des situations sanitaire et sociale des familles concernées, parents et enfants, qu’il incombe aux pouvoirs publics de réaliser.

Les solutions transitoires qui seraient proposées doivent s’inscrire dans la recherche de solutions pérennes d’intégration des populations roms de notre région.

2• Un moratoire immédiat sur les démantèlements de campements dans le Nord – Pas de Calais, dont les conséquences humaines et sociétales sont désastreuses, comme on vient encore, hélas, de le vérifier.

3• La tenue d’une conférence régionale permanente sur l’inclusion des Roms, placée sous la responsabilité du Préfet Alain Régnier, délégué interministériel à l’hébergement et à l’accès au logement des personnes sans abri ou mal logées. Cette conférence aura à traiter les nombreuses situations de mal logement et de déni de droits que subissent des Roms dans le Nord – Pas-de-Calais, par exemple à Roubaix.

Les signataires appellent les pouvoirs publics à faire preuve d’imagination, de pragmatisme et de responsabilité républicaine. Le Nord – Pas de Calais peut proposer des hébergements d’urgence à toutes les personnes qui en ont besoin. Parmi les nombreuses solutions possibles, figure la réquisition des locaux vides de l’ancien hôpital Ulysse Trélat, de Saint-André-lez-Lille. Ces locaux sont chauffés, entretenus et disponibles immédiatement.

Syndicats CGT, FSU, Solidaires

• Collectif solidarité Roms de Lille-Métropole, LDH, CCFD-Terres Solidaires, Amnesty International, Collectif chômeurs et précaires de Lille, MRAP, Fondation Abbé Pierre, EELV, Cimade, ATD Quart-Monde, Atelier solidaire

.#Lille #Roms Syndicats et associations d’une seule voix

Demain est un jour important pour les Roms de la région. Les organisateurs de la manifestation lycéenne qui part à 11 h 30 ont décidé de soutenir la demande de table ronde et de prise en charge sanitaire des enfants, portée par l’intersyndicale de la Bourse du travail qui abrite depuis une semaine une centaine de Roms, expulsés d’un parking à la demande de l’Université de Lille 1. Les lycéens ont demandé d’être reçus à 14 h par le préfet pour exprimer leurs revendications sur ce thème ainsi que sur le sort des lycéens étrangers expulsés.

Le collectif de solidarité Roms Lille métropole (CSR) s’est réuni ce lundi soir avec es représentants de l’intersyndicale (CGT Solidaires, FSU, CFDT) de la Bourse du travail de Lille. Deux Roms francophones participaient à la réunion.

l’objet de la réunion était d’adopter une position commune, quant à la participation au « comité départemental d’échanges sur les populations de culture rom «  bimestriel qui se tient mardi. Jeudi dernier, lla préfecture avait refusé d’y admettre les syndicats. Ce matin, ils apprenaient qu’ils étaient invités. « Et la préfecture a appelé trois fois aujourd’hui pour savoir si on venait », raconte un représentant de la CGT. Petite mesquinerie, la préfecture a permis à l’intersyndicale d’envoyer 3 délégués, alors qu’elle est constituée par 4 syndicats.

La rencontre entre des syndicats combatifs et des associatifs qui ont l’expérience des rencontres décevantes avec les pouvoir public a été fructueuse, comme l’a souligné par exemple Vladimir Nieddu (Sud Santé social). Un communiqué commun est actuellement élaboré. Il porte sur les revendications que l’intersyndicale et le CSR porteront conjointement au comité d’échange qui se tient à 17 h ce mardi. Il s’agit dans un premier temps de réclamer un moratoire de toutes les expulsions et une solution de logement pérenne pour les Roms de la Bourse du travail, dans la métropole lilloise où leurs enfants sont scolarisés, et en accord avec eux. La délégation refusera par exemple une solution dans le Pas de Calais ( des Roms de Lille y sont logés dans des maisons promises aux Roms locaux), elle refusera que les caravanes saisies au moment de l’expulsion soient rendues si il n’y a pas de terrain viabilisé pour les accueillir. Elle refusera aussi la fausse solution qui consiste à disperser les Roms dans des foyers pour SDF. En fait l’intersyndicale a un lieu à proposer, qui pourrait accueillir facilement les Roms. Ce bâtiment est vide, mais il est en bon état et chauffé  ! Je ne donnerai pas son nom ici, de peur qu’il soit mystérieusement vandalisé demain, comme cela est déjà arrivé

. Sur le moyen terme. La délégation réclamera la tenue d’une conférence régionale permanente où Roms, élus, syndicats et associations pourront débattre du sort des Roms.

Recevant l’intersyndicale, Pierre de Saintignon, premier adjoint de Martine Aubry s’est montré entièrement d’accord avec elle, et en désaccord avec Valls. « La France peut très bien accueillir 20 000 Roms, a t-il affirmé, en ajoutant « mais pas chez moi ».

Eh bien il faudra faire un effort M. le marquis. Jeudi, comme l’a expliqué un représentant de la CGT, des convergences seront sans doute trouvées entre la manif des salariés de la Redoute, touchés par un plan de licenciement, et la cause des Roms. Les uns, et les autres sont des travailleurs pauvres, assommés par le libéralisme.  

#Lille #Roms Le préfet lâche un peu et ment beaucoup

Voici le communiqué de presse du préfet du Nord, de ce lundi. Il ressemble à tous les autres : il céde un petit peu sur un point sans importance, et fait des promesses mensongères, espérant que la mobilisation retombera et que personne ne s’indignera plus lorque l’on découvrira une nouvelle tromperie.

> Bonjour,
>
> Concernant la situation des populations d’origine rom évacuées le 28 octobre du terrain qu’elles occupaient de manière illégale sur le campus de l’Université de Lille 1 dans la commune de Villeneuve d’Ascq, le préfet du Nord tient à rappeler que :
>
> –    les caravanes mises en fourrière en raison de l’absence de moyen propre de traction le jour de l’évacuation peuvent être récupérées. Par dérogation, cette récupération peut se faire gratuitement auprès des fourrières. Contrairement à ce qui est relaté, aucune destruction n’est programmée ;
>
> –    une délégation de représentants des syndicats de la bourse du travail a été invitée à participer à la prochaine réunion du comité départemental d’échanges sur les populations de culture rom qui se tiendra ce mardi 5 novembre rassemblant les services de l’Etat, les collectivités locales et les associations afin de faire le point de la situation départementale et des actions mises en place.
>
> Par ailleurs, préalablement à toute évacuation, un diagnostic social est réalisé en application de la circulaire interministérielle du 26 août 2012 relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements illicites ayant pour objectif d’identifier les personnes vulnérables et celles qui souhaitent s’insérer durablement. La préfecture est en outre prête à prendre en compte toute situation sanitaire sensible qui lui serait signalée à l’occasion d’une évacuation.
>
> L’offre d’hébergement d’urgence a été renforcée dans le cadre de la veille saisonnière du 1er novembre au 31 mars. L’orientation vers ces places d’hébergement est assurée par le 115 et les services intégrés de l’accueil et de l’orientation (SIAO) en fonction des situations individuelles et de la disponibilité des places sans discrimination.
>

Devant la mobilisation des lycéens et des syndicats, celui-ci cède sur un point : les syndicats assisteront au « comité départemental d’échanges sur les populations de culture rom« , ce qui leur avait été refusé jeudi. C’est une assemblée où des notables écoutent des fonctionnaires. Cela donne quelques informations, mais c’est tout.

Pour le reste c’est toujours les mêmes mensonges. Il est possible, certes de récupérer les caravanes, mais il n’y a pas de terrain pour les garer. Le « diagnostic social » est une escroquerie, il est réalisé par les mairies qui ont réclamé les expulsions. Elles servent essentiellement à convaincre des Roms qui ne parlent pas français à signer une demande de rapatriement.

« en fonction des situations individuelles et de la disponibilité des places sans discrimination. » Les opérateurs du 115 en 2012 2013 avaient la consigne de ne pas donner de d’hebergement aux Roms. Cela n’était pas inscrit dans un texte officiel, bien sûr. Est ce que ça a changé ? De totue façon l’hébergement d’urgence est surtout prévu pour des hommes seuls et n’est pas adapté à l’accueil de familles roms.

Manifestation de solidarité avec les Rroms mardi 11h30 à Lille

Lutte en nord

Rroms à la Bourse du Travail

L’intersyndicale de la Bourse du travail de Lille, après avoir rencontré la préfecture du Nord, le Conseil général du Nord, la Ville de Lille pour tenter de résoudre la situation des familles ayant trouvé refuge à la Bourse du travail, réaffirme 2 exigences immédiates pour mettre fin à la crise humanitaire causée par l’évacuation du parking P4 de l’Université de Lille 1 de Villeneuve d’Ascq sur décision du Préfet du Nord :

  1. La réunion immédiate d’une table ronde réunissant tous les acteurs concernés : intersyndicale, Conseil général du Nord, Procureur de la République, Ville de Lille sous l’égide de la Préfecture du Nord,
  2. Une évaluation globale de la situation sanitaire et sociale des 50 enfants et de leur famille actuellement accueillis à la Bourse du travail, par les services de l’aide sociale à l’enfance du Conseil Général du Nord.

L’intersyndicale rappelle aux autorités que le conseil d’état a placé le droit…

Voir l’article original 192 mots de plus

Solidarité avec les Rroms hébergés à la Bourse du Travail de Lille

Lutte en nord

Solidarité avec les Rroms

Les familles Rroms expulsées du parking P4 des 4 Cantons sont toujours à la Bourse du Travail, boulevard de l’Usine à Lille-Fives. Les militant-e-s présent-e-s (dont de nombreux étudiant-e-s solidaires) assurent le travail d’intendance mais ils/elles sont fatigué-e-s et tout soutien à ce sujet est le bienvenu (appel aux volontaires).

A part ça, une délégation des organisations syndicales résidant à la Bourse du Travail a été reçue en préfecture le 31 octobre. Mais c’est toujours les mêmes réponses. Concernant le retour au pays : prise en
charge par l’État. Concernant le problèmes d’hébergement : d’accord pour que les Rroms récupèrent leurs caravanes mais c’est à eux de se débrouiller pour les sortir de la fourrière et trouver un lieu où les
installer * (en attendant, qu’ils cherchent des places dans les centres d’hébergement du 115 **).

* ?!
** déjà pleins à craquer !

Source : CNT Lille

Les…

Voir l’article original 134 mots de plus

#Lille #Roms Les cathos de gauche s’indignent face aux politiques menées contre les Roms.

.communiqué

Le 31 octobre 2013
L’ACE, la JOC, l’ACO, les prêtres ouvriers, les prêtres, diacres, religieux(ses) en monde ouvrier s’indignent face aux politiques menées contre les Roms.

 

Après les récentes expulsions de Roubaix, Lille et Croix,  une nouvelle fois, des familles Roms installées à Villeneuve d’Ascq ont été expulsées ce 28 octobre 2013. Le 28 octobre était pourtant jour d’alerte météorologique, de grand vent dans la région et près de deux cent personnes, enfants et femmes enceintes se sont retrouvées sur la route sans lieu d’accueil.

 

Nous trouvons cette décision inhumaine ! Tout homme doit être respecté dans ses droits fondamentaux. Nous soutenons l’action des organisations syndicales qui cherchent des solutions d’hébergement pour ces familles jetées à la rue. Pour nous, chrétiens, cette situation est semblable à celle que subissent les sans-papiers.

 

Parmi les hommes et femmes qui s’engagent depuis des années auprès des migrants et des Roms, des membres de la Mission Ouvrière, mais aussi des chrétiens d’autres organisations et paroisses vivent leur foi dans le respect d’autrui et dans l’action concrète. Cet engagement est un enrichissement culturel unique et une façon d’espérer en l’avenir de tous les êtres humains.

 

Nous interpellons nos frères chrétiens et tous ceux, d’autres confessions, ou qui voudront bien entendre la sagesse contenue dans ce passage d’Evangile et la réaliser par des actes :

« J’étais étranger et vous m’avez recueilli ; j’étais nu et vous m’avez vêtu ; j’étais malade et vous m’avez visité ; j’étais en prison et vous êtes venu me voir. »

(Evangile selon Matthieu 25, 35-36)

 

Pour toute aide concrète, nous vous invitons à vous adresser auprès des bénévoles et militants engagés auprès des Roms qui assurent actuellement l’accueil de fortune.  Vous pouvez également témoigner de votre solidarité auprès d’eux et leur apporter vous-même nourritures et vêtements, boulevard de l’usine à Fives.

 

Les décisions politiques quant à l’accueil des migrants ont des répercussions graves sur la vie politique de notre pays. Elles renforcent les préjugés, le racisme, la xénophobie… Nous condamnons les dérives que tout cela entraîne.

 

Nous réaffirmons  que  « le vivre ensemble » est possible. Des mesures concrètes doivent être prises pour que les hommes et les femmes qui le souhaitent puissent vivre en toute dignité dans notre pays.

 

Nous soutenons la demande des organisations syndicales qui demandent au Préfet d’organiser immédiatement une table-ronde réunissant l’intersyndicale, le Conseil Général du Nord, le Procureur de la République et la ville de Lille, tous concernés par l’hébergement et la situation sanitaire et sociale de ces hommes, femmes et enfants afin de trouver des solutions humaines.


Mission Ouvrière de Lille – 57, rue des Meuniers 59000 LILLE – Tél. 03 20 54 37 47
Email : aco.lille@orange.fr

 

 

La coordination

de la Mission Ouvrière

de l’agglomération lilloise.