Quand peuples et Etat s’affrontent, les peuples gagnent toujours

Afrin : Un communiqué de l’Action Anarchiste Révolutionnaire (DAF) de Turquie Via Yves Bonnardel militant égalitariste.

anarchistes turcs Rojava

Afrin appartient aux peuples d’Afrin. Les peuples vivant dans le canton d’Afrin sont nés sur ces terres et vont mourir sur celles-ci. Vivre là-bas n’a rien à voir avec un quelconque plan ou programme. Ils ne vivent pas dans le canton d’Afrin dans un but stratégique. Afrin, pour eux, c’est l’eau, le pain, la nourriture, le jeu, l’histoire, l’amitié, la camaraderie, l’amour, la rue, la maison, le voisinage. Mais pour l’État, ce n’est qu’une stratégie. Une stratégie dénuée de souci pour la terre d’Afrin ou ses peuples.

L’agression militaire sur le canton d’Afrin, c’est une stratégie de la Guerre de l’Énergie qui a généré le démantèlement de la Syrie et qui génèrera le démantèlement de plusieurs États de la région. Les États créent l’illusion qu’ils font ces guerres «pour leurs citoyens et citoyennes». Ils produisent une propagande nationaliste conservatrice pour convaincre les habitants et habitantes de ces idées fausses. Ce besoin est inévitable autant à l’intérieur qu’à l’extérieur des États. Alors que la guerre est nécessaire pour les élections à l’intérieur, elle est utile pour les tables de négociation à l’extérieur. Les dirigeants qui prennent part au processus commercial avec notamment l’extraction, le transport et la vente des ressources énergétiques utilisent toutes leurs ressources pour accroître leurs profits. Dans ces discussions où le nombre de fusils, de tanks et d’avions de guerre est important, le nombre de soldats prend une place capitale. Un soldat n’est pas différent d’une marchandise. Voilà comment l’illusion nationaliste conservatrice est produite.

[…]

À présent, ils hurlent à partir des journaux et des canaux de télévision les slogans de l’illusion : «national, national, national ! », « volonté nationale, unité nationale ». Ils ne peuvent jamais affirmer clairement: « Nous chipons des pièces », « bat-toi, nous allons te vendre de l’essence et n’importe quoi. Nous te les ferons produire, nous te les ferons consommer et nous t’exploiterons ». Voilà le plan, le programme, la stratégie, la guerre des États. Nous, les peuples – citoyens et citoyennes de force des États – pouvons tout changer. Aujourd’hui, les peuples d’Afrin vivent librement parce qu’ils l’ont transformé. Tout comme dans le canton de Kobanê, le canton de Cizere ou le Chiapas zapatiste. Il s’agit de la différence critique entre la guerre des peuples et la guerre des États. Dans leurs guerres, les États attaquent et brutalisent sans obéir à aucune règle pour que leurs profits s’accroissent. Ils bombardent tout avec leurs tanks et leurs avions. Ils blessent, tuent, assassinent et souhaitent faire prisonnière toute forme de vie. Tandis que dans la guerre des peuples, il y a la liberté.

Au cours des deux derniers jours, chacune des bombes lâchées sur Afrin, chacune des balles ont été des attaques sur la liberté. L’État turc, qui souhaite augmenter ses parts du grand gâteau, a lancé son offensive sur le canton d’Afrin. C’est une stratégie fondée sur le nationalisme et le conservatisme et basée sur des illusions. C’est une stratégie électorale. C’est une stratégie complètement commerciale. La guerre de l’État est une stratégie. Mais la guerre des peuples est la liberté. Et aucun État ne peut infliger la défaite aux peuples qui luttent pour la liberté.

Les peuples d’Afrin vaincront!

https://anarkismo.net/article/30822

See the english ( better) version

https://anarkismo.net/article/30814

 

des infos ( un peu sur ce groupe anarchiste https://paris-luttes.info/rencontres-avec-l-action-2616

 

Publicités

#Turquie, bas les pattes du #Rojava démocratique, multiculturel et écologiste

l’Etat turc n’est pas un génocide près. Cet Etat (tellement fasciste que seule l’armée semble y garantir la « démocratie ») ne reconnaît toujours pas le massacre des Arméniens de 1905 exécuté par ses forces armées. Il ne reconnait aucun droit à l’opposition politique et aux nombreuses minorité de cet Etat à 100 % issu du colonialisme ( un colonialisme curieusement oublié pas beaucoup, établie sur des terres grecques, arméniennes kurdes etc.)

1027865464
En mémoire de cette combattante, mariée enfant, divorcée à 17 ans grâce aux lois du Rojava, morte à 19 ans. https://en.wikipedia.org/wiki/Asia_Ramazan_Antar

Aujourd’hui on apprend que depuis ce matin l’armée turque , contre tous les accords internationaux a pénétré en territoire considéré comme syrien, pour aller frapper Afrin (ou Efrin) une enclave du Rojava, état Kurde conquis contre Daesh par les combattantEs de l’YPG, bras armée du parti kurde majoritaire ; iels y ont installé une démocratie multiculturelle et écologistes inspirée de l’oeuvre d’un anarchiste écolo américain. Cette liberté effraie la dictature obscurantiste turque qui a déjà attaqué efrin en avril .

 

Il serait incompréhensible que la France après avoir frappé les gens de Daech ne fassent pas de même avec la clique dErdogan, dont les divergences politiques avec l’Etat Islamique sont aussi importantes que celles entre Emmanuel Macron et Edouard Philippe. Non, moins importantes.
Il serait tout à fait normal que toutes les personnes attachées à la démocratie au vivre ensemble, à l’écologie fassent tout ce qu’elles peuvent, par leur argent, leurs écrits, ou leurs personnes pour venir en aide à cette minuscule nation qui est aujourd’hui la seule à se réclamer du beau mot d’anarchie.
Que les campistes de tout poil, ceux qui soutiennent les pires dictateurs pourvu qu’ils soient antisémites ( ou anti-Israel ça arrive souvent ensemble), ou anti-USA, que pour  une fois, ils la ferment.

 

 

#Irak Des membres du Parti communiste-ouvrier irakien en France

Communiqué de Solidarité Irak

Si vous voulez soutenir le mouvement féministe et ouvrier au Moyen-Orient, venez discuter de la situation en Irak et au Moyen-Orient avec :

Yanar MOHAMMED

Présidente de l’OLFI (Organisation pour la Liberté des Femmes en Irak), notamment consacrée en 2007 l’une des dix femmes de l’année par le magazine Elle. Prix Eleanor Roosevelt Global Women’s Rights award en 2007, ainsi que le prix Gruber Prize for Women’s Rights, en 2008

et Muayad AHMED

secrétaire général du Parti Communiste-ouvrier d’Irak

pco

LE MERCREDI 5 NOVEMBRE 2014 À LYON – Université Lyon 2 – 4bis rue de l’Université Lyon 7e – 18h 30

LE JEUDI 6 NOVEMBRE À MARSEILLE – Salle Mille bâbords – 61 rue Consolat 13001 Marseille – 19h

LE VENDREDI 7 NOVEMBRE À PARIS-Salle Ageca-177 rue de charonne 75011 Paris -19h

LE SAMEDI 8 NOVEMBRE À LILLE–L’Insoumise(10 rue d’Arras)–14h

La résistance de la ville de Kobané face à Dae’sh est au centre de l’actualité depuis plusieurs semaines. Assiégée par l’Etat turc, elle a fait l’objet d’une importante vague de solidarité dans le monde et dans les pays voisins. En Irak et au Kurdistan d’Irak, son exemple est venu renforcer la résistance de la population face à Dae’sh.

Yanar Mohamed, présidente de l’Organisation pour la Libération des Femmes en Irak (OLFI), et Muayad Ahmed, secrétaire du Parti communiste-ouvrier d’Irak, seront en France du 5 au 8 Novembre 2014 pour une série de conférences. Ils nous parleront de cette résistance sociale et féministe, qui organise l’auto-défense collective de la population et des travailleurs-ses, ouvre des foyers pour les femmes et minorités victimes de violence, organise le soutien aux réfugié-e-s.

Rencontres possibles avec la presse, écrire à contact(at)solidariteirak.org

cordialement,
Nicolas Dessaux
pour Soldiarité Irak

la tournée est organisée par Initiative Communiste-Ouvrière, Réseau Communiste Antigestionnaire, Solidarité Irak, Table Rase, Union Pour le Communisme. Le communisme-ouvrier est un courant né en Iran qui considère que les pays « socialistes » ont pratiqué ou pratiquent le capitalisme d’Etat. Les PCO d’Irak et du Kurdistan s’opposent à la fois à l’intervention américaine et à la résistance islamiste.

Kobane Une très jeune combattante dit adieu à sa sœur. Dans certains secteurs, les femmes constituent 30 % des effectifs. © DR
Une très jeune combattante dit adieu à sa sœur. Dans certains secteurs, les femmes constituent 30 % des effectifs.
© DR