#RémiFraisse #Lille AG contre les violences d’Etat Mercredi 12h dans le Hall Bât A de Lille 3

hunger  révolteCommuniqué du collectif des personnes de Lille opposées aux violences policières

Grève, blocage, actions, occupation ???

AG contre les violences d’Etat
Mercredi 12h dans le Hall Bât A de Lille 3

La police assassine. Ni oubli ni pardon !

Des centaines d’actions, de manifs, d’occupations et de blocus de facs et de lycées s’organisent depuis la mort de Rémi Fraisse partout en France et même au-delà. Cette mort survient après de violentes interventions policières répétées contre les opposants à des projets capitalistes. Ce drame était prévisible, pour ne pas dire programmé…

Dans les quartiers, dans les luttes, en prison et aux frontières la police tue !

Il faut replacer le meurtre de Rémi dans une histoire longue où la police apparaît très clairement pour ce qu’elle est : un appareil chargé de dominer, bannir et soumettre les couches sociales qui auraient le plus intérêt à se débarrasser de ce système parce qu’elles en bénéficient le moins.

Si l’on parle aujourd’hui d’un mort en manif, il ne faut pas oublier que la police, la justice et l’État mutilent et tuent de manière quasi quotidienne et plus discrète dans les rues, dans les prisons, aux frontières –comme à Calais. Ce sont toujours les mêmes qui sont visés : les « classe dangereuses » des quartiers populaires, et les personnes qui luttent contre le sort qui leur est fait.

Samedi dernier une quatrième manif contre les violences policières a été organisée à Lille, à l’appel de l’assemblée réunie suite à la mort de Rémi Fraisse, tué par la police le 26 octobre 2014. Prétextant du fait que deux ou trois panneaux publicitaires, symboles de la ville-marchandise, aient été conséquemment critiqués, la police a attaqué le cortège pendant que, non loin de là, M. le président se pavanait à la Coupe Davis.

Lorsque l’Etat n’a plus rien d’autre à offrir que la crise et les « coupes budgétaires », le processus de militarisation des forces de l’ordre reflète un système qui s’effrite et ne tient, de plus en plus, que par sa police. A la fac, les conditions de vie des étudiantes et étudiants sont de plus en plus précaires, au moment où les facs s’apprêtent à connaître une sérieuse « cure d’austérité », qui signifie concrètement une baisse de moyens pour les universités de 200 millions d’euros d’ici la fin de l’année !

Les raisons de se révolter se multiplient et si la police doit matraquer, mutiler à coup de flashball ou tuer à coup de grenade pour faire régner l’ordre marchand, et bien qu’à cela ne tienne ! Ils n’hésitent pas. En toucher un pour faire peur à tous… mais jusqu’à quand ?

Soyons nombreux à l’Assemblée de mercredi contre la terreur économique et policière de l’Etat et décidons des modes d’action appropriés. fezm

#PMA #PMO Les inquiétants censeurs des utérus des autres

Alexis Escudero, et plus largement le groupe néo-luddite Pièces et Main d’oeuvre (PMO) ont dérivé d’une critique légitime de l’utilisation des technologies, à des positions réactionnaires sur le genre. Cette néo-bigoterie qui fournit des armes aux fascistes et intégristes de la Manif pour tous n’a aucune place dans le mouvement anarchiste dont ils se réclament.

Ecoutez The Robots de Kraftwerk 

Je reviens sur la conférence donnée par « Alexis Escudero i», à l’Insoumise

l'insoumise
La libraire l’Insoumise

Je suis arrivé un peu en retard,du coup,j’ai assisté à la fin d’une « prise de parole » polyphonique,qui a précédé la conférence, de « militantEs féministes LGBT et leurs alliés» ; les alliés en question étaient des membres de l’ex-Groupe des anarchistes de Lille. Ces personnes voulaient expliquer pourquoi, à leur avis, il ne fallait pas assister à la conférence. Ensuite elles sont sorties en fusillant du regard tous ceux qui restaient, et par conséquence on s’est retrouvé à 2/3 d’hommes ce qui est en soi problématique s’agissant d’une conférences tournant globalement autour de l’utérus.

Les critiques des féministes lillois-e-s

A ma demande une des sortants m’a tendu, méprisante, un exemplaire du texte de l’intervention.

Intitulé « Pourquoi le livre d’Escudero n’est pas une invitation au débat » ,  Il contient des critiques contre le livre et contre l’initiative d’organiser un débat autour de celui-ci. Sur le livre, pas de critique de fond ( je ne suis pas certain que quiconque l’ait lu à Lille à part Camille1, l’organisateur de la conférence) mais des constats : ce n’est pas le moment et ce n’est pas le bon auteur 

« Ce livre renforce et tire avantage du climat actuel de LGBTphobie qui va l’encontre des revendications de non-discrimination dans l’accès à la PMAii »

« Pour nous il est inadmissible qu’un homme blanc cis hétéro universitaire produise une critique des technologies de reproductions et des positions LGBTQIFiii sans interroger les privilèges dont il bénéficie. »

Sur le débat : il aurait fallu l’organiser avec des personnes concernées, disent en substance les auteures du tract et l’invitation d’Escudero semble montrer que le collectif  l’Insoumise  cautionne le livre, alors que, bien entendu, de nombreux membres de ce collectif soutiennent activement les combats LGBTQIF

« Ce débat ne peut s’inscrire dans une optique constructive sans que soient sollicités les réseaux militants ou personnes concernées au niveau local. »

« A l’Insoumise nous ne comprenons pas le fossé qu’il peut y avoir (sic) entre certaines dynamiques individuelles et le positionnement du collectif qui protège un discours anti-féministe »

En revanche, les signataires pensent qu’un débat est légitime dans un cadre féministe et à condition que la  « critique des techniques et du capitalisme » s’articule avec une critique des privilèges blancs masculin cis hétéro,valides, bourgeois, âgiste.… Le mot « blanc » n’a pas manqué de susciter quelques commentaires ironiques après le départ des LGBTQIF. L’argument du racisme est surtout employé par les adversaires de la GPAiv : dans leurs fantasmes les femmes blanches iront faire porter leurs embryons par des femmes des pays du Sud. Personnellement, je pense que le milieu féministe radical lillois (composé de blanc-he-s) a retenu la leçon de Saïd Bouamama qui, a la suite de circonstances trop longues à raconter, lui a reproché une prise de parole qui pouvait sembler méprisante face à des personnes en grande partie d’origine étrangèrev.

Les positions de l’Insoumise

Après le départ du groupe LGBTQIF, Camille2 a pris la parole au nom de l’Insoumise, pour rappeler l’histoire du lieu. Des personnes anarchistes et anti-autoritaires qui s’étaient connues au cours de luttes ont occupé ce lieu vi et y organisent des débats autour de livres. L’idée même de débat implique que le collectif n’approuve pas forcément la thèse de l’auteur. Le collectif n’est pas organisé de manière autoritaire : la réunion autour d’Escudero a été voulue par quelques membres, les autres assurant uniquement un soutien logistique. Un autre membre du collectif Camille3vii, sans prendre position sur le fond, a exprimé son opposition à ce débat, parce qu’il tombe mal, par rapport à la confrontation LGBTQIF/ LMPT et parce qu’il heurte des personnes qui sont des allié-e-s anti-autoritaires de l’Insoumise. A son tour, Camille1 a revendiqué seul l’organisation de la conférence, qui s’inscrit dans sa démarche anti-technologique. Il a écrit L’Enfer vert  qui attaque EELV sur le fait que certains de ses élus ont introduit la RFID dans le métro lillois.Il a un blog :Hors sol, et un projet de journal sur ce thème.

Les ambiguïtés d’Escudero

Escudero a, en gros, résumé son livre dont on peut trouver des extraits sur PMO. Ce qui m’a surtout frappé est qu’il a présenté sa démarcheviii comme inspirée en grande partie des théories de Marx. Pourtant sa critique du capitalisme ne s’appuie pas sur la théorie de la valeur, de l’exploitation, de l’aliénation etc. Elle porte sur la suppression des « biens communs » (commons) (pour mettre en place une agriculture intensive) et sur la modernisation de l’industrie (pour augmenter les profits des capitalistes). En gros, il reproche au capitalisme d’avoir été vecteur de progrès économique et technique, et fait de Marx l’ancêtre de Nicolas Hulot. Être facteur de progrès ce n’est pas le reproche que fait Marx au capitalisme. Ni les marxistes. « Le communisme dira Lénine, c’est les soviets et l’électricité. » Sans faire de procès d’intention, force est de constater qu’il s’agit d’une approche révisionniste du marxismeix.marxism

Marx est de nouveau sollicité pour sa théorie de l’infrastructure (économique) qui conditionne la superstructure (politique). .Pour Escudero, l’infrastructure est aujourd’hui constituée des technologies numériques, biologiques… Monsanto et les autres inventeurs de ces technologies sont les vrais détenteurs du pouvoir. Complotisme ? .

Sinon j’ai la douleur de vous annoncer que Rosa Luxembourg s’est retournée une nouvelle fois dans sa tombe. Escudero s’appuie sur sa critique justifiée de l’impérialisme inhérent au capitalisme. Pour elle, le capitalisme est à l’origine de la colonisation et des guerres à enjeu territorial, parce que c’était le seul moyen d’assurer la croissance sans laquelle il est condamné. Reprenant la phrase d’Engels selon laquelle « Le capitalisme porte la guerre comme la nuée porte l’orage », elle développe ce qui donnera le titre français d’une célèbre brochure x : si l’humanité ne choisit pas le socialisme, le capitalisme la fera sombrer dans la barbarie. Et Escudero d’ajouter : maintenant le capitalisme est partout, il a colonisé tout le globe, on construit des centrales en haut des montagnes etc, aujourd’hui l’impérialisme cherche à coloniser le vivant à s’introduire dans les corps humains et le maïs OGM. Là ou Rosa n’aura sans doute pas suivi Alexis c’est qu’il appuie sa démonstration en évoquant un institut de Beijing, capitale de la Chine « communiste »

Là où Escudero et ses amis néo-luddites sont inquiétants c’est lorsqu’ils disent : « Ce n’est pas aux personnes concernées de décider. » Cela va contre tout ce qui fonde la gauche au sens large. Contre cette certitude que l’homme est bon et que s’il cesse d’être étranger à ses intérêts, il ne peut que prendre des bonnes décisions pour lui-même et l’humanité. Au contraire Escudero croit à des lois de la nature qui s’imposent à l’homme. L’émancipation selon lui ne consisterait pas à s’ en affranchir mais à s’y conformer. Pour illustrer son propos il dit plusieurs fois «  je ne serai jamais enceinte. » La phrase peut avoir son effet devant une assemblée cisgenre du Rotary mais elle est fausse, et il en convient : avec l’utérus artificiel qui se profile à l’horizon ce sera possible. Du coup Escudero change de discours : « Je ne veux pas d’une société, dit-il, où la PMA et la GPA seraient mises en œuvre pour les couples fertiles qui en ont les moyens. » ; en conséquence, Escudero a exactement le même discours réactionnaire que LMPT. C’est par idéologie qu’il refuse ce qui est considéré par les personnes concernées comme un progrès social. Son acharnement contre les lesbiennes en mal de PMA est fondé sur la peur que cette mesure, du coup, ne puisse pas être refusée aux femmes fertiles,qui choisiraient la GPA pour ne pas nuire à leur carrière, par exemple. Il s’obstine a nommer la PMA pour lesbienne de la « PMA de confort ». Son histoire de pot de yaourt a été suffisamment critiquée dans la feminisphère (voir aussi la sitographie au centre de l’article) , pour que j’y revienne. Mais du coup, on se demande pourquoi l’insémination artificielle serait tolérable dans des conditions sordides et criminelle dans le cadre hygiénique d’un hôpital.vatican utérus

Mastroionni enceint de Catherine Deneuve
Mastroionni enceint de Catherine Deneuve

Les dérives qu’ils signalent ( sperme de prix Nobel ou d’athlètes vendus très cher, roux exclus du don de sperme…) sont des dérives du capitalisme et de sa volonté de faire de l’argent avec tout ce qu’il parvient à contrôler. Critiquer la marchandisation de la biologie n’est pas condamner la biologie, comme critiquer la prostitution n’est pas proscrire toute relation sexuelle.xi

Là ou les néo-luddites atteignent des sommets c’est lorsqu’ils parlent de leurs ennemis les transhumanistes. Les transhumanistes, courant d’origine américaine défendent l’idée que les technologies du vivant et les TIC doivent améliorer l’homme, le rendre plus intelligents, plus fort, en meilleure santé. Au delà du constat évident (grâce à une meilleure alimentation née de l’amélioration de techniques d’agriculture la taille moyenne de l’humain occidental a considérablement augmenté), les transhumanistes veulent accélérer ce processus. Là où les néo-luddites deviennent carrément complotistes, c’est qu’ils accusent de transhumanisme des gens qui ne se revendiquent pas de ce courant microscopique ; du coup, ils dépeignent des politiques, des dirigeants d’institutions scientifiques comme des transhumanistes ; Ils citent une dizaine de nom et concluent : vous voyez ils sont partout. Mutatis mutandis, cela fait penser aux antisémites qui disent «  la Grande Bretagne est dirigée par les juifs » tu leur montres tous les dirigeants anglais qui ne sont pas juifs et ils rétorquent «  mais les protestants sont, idéologiquement, des juifs : ils citent tout le temps la Bible. » . De même les néo-luddites collent l’étoile « transhumaniste » sur des tas de gens pour mieux dénoncer un complot imaginaire.

Après l’intervention d’Escudero,une personne se présentant comme une féministe indépendante du groupe qui s’était exprimé au début a fait quelques critiques sur le livre. Pour elle également, le moment est mal choisi pour critiquer la PMA. Et elle reproche à Escudero de dire « les féministes pensent que… » en s’appuyant sur la citation d’UNE féministe, niant ainsi la diversité des positions au sein du mouvement féministe. Selon des méthodes bien connue, il s’appuie sur le titre d’un livre pour dénoncer : les féministes approuvent le meurtre d’enfants.

Deux Objecteurs de croissance étaient présents. L’un d’eux, metteur en scène de l’Église de la très sainte consommation, a surtout critiqué les militantes qui s’étaient exprimé en préalable. L’autre, s’est fait « l’avocat du diable » en soulignant qu’à travers cette critique opportuniste de la PMA, c’était toute la médecine moderne qui était critiquée. Comment dire à des personnes malades qu’elles ne doivent pas recourir à la médecine actuelle, pour ne pas participer au transhumanisme ? Escudero répond à côté : si on est malade c’est à cause de la pollution, née du progrès technologique. C’est en partie vrai : les affections respiratoires, de nombreux cancers ont des origines industrielles. Mais la première cause de mortalité en France ce sont les maladies cardio-vasculaire, qui sont liées à des mauvaises habitudes de vie. Et surtout, le taux de mortalité, l’espérance de vie, sont en constante progression.

 

les arguments comment-dire de PMO
les arguments comment-dire de PMO

Au moment où je termine ces lignes, Pièce et main d’oeuvre, vient de commettre une autre bouse (transphobes)  qui clarifie les choses. Ces gens là, qu’ils se prétendent anarchistes ou non, ne sont pas fréquentables. Pour moi les gens de PMO font exactement la même chose que les technocrates qu’ils combattent, ceux qui ont tracé les autoroutes et les TGV sans tenir compte des intérêts des populations concernées, ceux qui ont décidé la construction des centrales nucléaires et des tours tout-électrique. Ces gens qui pensent qu’il y aurait des valeurs et des enjeux au-dessus de l’humanité et qui seraient plus déterminantes que les intérêts de chacun. Ces héritiers modernes des chamans et des prêtres, ces gardiens de la transcendance. On les reconnaît aisément : ce sont des hommes, et il y a toujours un moment oùils veulent réglementer le corps des femmes. Le mouvement décroissant, l’écologie punitive, les spécistesxii ne sont pas immunisés contre cette dérive anti-humaniste.

iIl s’agit du surnom d’un universitaire français

iiProcréation médicalsment assistée.

iiiLesbiennes gays, bi, trans, queers, indsterminé-e-s, féministes.

ivGestation pour autrui.

vLe collectif antifasciste et anti homophobie de Lille s’était constitué à la suite d’une agression de boneheads contre un bar gay après une MPT. Une de ces actions a été de perturber une conférence de Michel Collon organisée à Lille par le FUIQP, les MJC (membres dudit collectif antifasciste !) et  dans les locaux de la CGT.  J’avais fait remarquer qu’il était peu militant de ne pas au moins tenter une démarche auprès de gens que nous croisions constamment sur des luttes, et particulièrement la plus ancienne et constante de Lille : celles des sans papiers . Autant pisser dans un violon ! Après l’intervention, Said Bouamama, diregeant du Front uni des immigrations et des quartiers populaires (FUIQP) avait publié une Lettre ouverte assez habile où entre autre il faisait remarquer qu’il était contradictoire que des blanches viennent traiter de fascistes des militants sans papiers. Pour être complet je dois souligner que Saïd Bouamama continue à entretenir des liens avec Michel Collon malgré les avertissements.

vi symbolique d’un quartier en voie de gentrification et soumis au paternalisme culturel, de la mairie PS-EELV-Modem

viiJ’ai milité avec lui dans des luttes contre Pôle emploi, mais ce n’est pas seulement pour cela que j’approuve sa position.

viiiIl dit »notre » démarche  mais il semble qu’il s’agisse d’un « nous » universitaire

ixEmployé au XIX ème siècle sans connotation négative systématique, le terme révisionnisme a pris du plomb dans l’aile depuis que, selon certains historiens, le révisionnisme de Sorel est devenu l’une des origines du fascisme.

xSocialisme ou Barbarie

xiCette ambiguité n’est pas absente des protestations de certains riverains contre la présence de prostitué-e-s dans leur quartier !

xiiIls considèrent que l’homme est une espèce animale comme les autres.

#discrimination : Une association s’inquiète de la déscolarisation des #Roms, prés de #Lille

Je retransmets un mail émanant d’une asso catho qui plutôt que de faire ch… les couples qui veulent avoir des enfants, aident à la scolarisation des enfants roms, comme je l’ai déjà écrit, je crois, les enfants roms de France sont, en général désireux d’aller à l’école, et sont conscients de la chance que représente pour eux la possibilité qui leur est offerte d’apprendre le français et d’acquérir les compétence qui leur permettent de travailler plus tard, et de participer plus largement à la vie publique de notre pays.

Ce que ne dit pas le mail, je voudrais le préciser ici. La nouvelle animatrice de l’association para-publique La Sauvegarder-l’Areas ne parvient pas à inscrire les enfants du chemin Napoléon ( qui va de Lezennes à Villeneuve d’Ascq, Nord) dans les écoles proches. les mairies disent qu’elles n’ont pas de places. C’est illégal et raciste. L’obligation d’éducation scolaire s’applique aux mairies davantage qu’aux parents ( qui peuvent choisir de refuser l’école) . Une circulaire interministérielle précise qu’aucun prétexte n’est acceptable. La France est un pays riche, dont les habitants sont de plus en plus pauvres, mais elle est riche. Elle peut se permettre de financer ce que les représentants du peuple ont décidé. point barre.

Camp aéré au Chemin Napoléon. Les assos vont elle devoir longtemps pallier les carences d’un Etat qui flatte les racistes ? ( Photo de La Croix du Nord Cécile Huygues)

J’ai alerté par mail le collectif Rom de Lille, l’AREAS ( Association Régionale d’Etude et d’Action sociale auprès des gens du voyage » ) ,  l’instituteur du camion école de l’ex camp  de la Porte d’Arras, la journaliste de  » la Croix du Nord  »  (qui nous avait fait ce bel article relatant notre expérience de centre aéré de juillet), et   la Ligue des droits de l’Homme, de la déscolarisation de nombreux  enfants Roms du camp de Lezennes ...

En effet, au sein d’ESPERE , nous n’avons pas ( pour le moment)  l’orientation ni  les moyens de prendre en charge les démarches administratives et juridiques en matière de scolarisation …

Notre action se situe essentiellement :

– au niveau de notre présence  amicale ,confiante et  » insistante » auprès des parents , afin  qu’ils puissent faire eux-mêmes les démarches d’inscription en école, éventuellement en  contactant nous-mêmes  de façon ponctuelle les directeurs d’école en cas de refus.

– mais surtout au niveau  d’une présence salésienne régulière auprès des enfants, favorisant  sur le terrain les jeux et activités donnant le goût d’apprendre et facilitant  les apprentissages fondamentaux de lecture, écriture, calcul 

-auprès de jeunes adultes pour des cours de soutien Français leur permettant de faire des démarches à Pôle emploi.

Bien cordialement,  Danièle SCIACALUGA pour E.S.P.E.R.E ( Espoir Salésien Pour les Enfants Roms d’Europe)

Extrème-droite, Lille : Déclaration du #NPA concernant ALTERNATIBA

Le Npa lillois a rédigé une déclaration à l’attention des membres du collectif de  Stop Tafta qui débattent encore de leur participation à Alternatiba Lille  
À : tafta.npdc@gmail.com

Bonjour,

Le NPA n’a pas participé initialement aux réunions du collectif lillois d’Alternatiba mais nous souhaitons apporter notre soutien militant aux initiatives et nous essaierons d’être présent-e-s aux différentes actions.

Lors des dernières réunions un point de débat autour d’Alternatiba a eu lieu et particulièrement
autour de l’association Gentils Virus.

Ceux ci ont étés accusés de favoriser par leur intervention les idées de l’extrême droite, je rappelle
que plusieurs groupes ont manifesté leur opposition (CNT, église de la très sainte consommation)
sans partager pleinement leur point de vue nous nous associons à leur préoccupation :
– Un de leur membre qui participe toujours aux actions d’Alternatiba a participé à « jour de colère » manifestation organisée par les milieux d’extrême droite en avril à Lille.
Les organisateurs n’ont pas cru bon de condamner dans leurs déclarations cette action individuelle.
Celui ci a toujours une place centrale dans ce collectif malgré ses déclarations en faveur de
« jour de colère » dans les journaux.
– Par ailleurs, la participation de l’association Gentils Virus est apparemment suspendue.
Malgré cela, aucune condamnation claire n’apparait.  L’association Gentils Virus qui s’inspire
d’Etienne Chouard n’est pas affiliée directement à l’extrême-droite mais lors de différentes déclarations des soutiens étranges apparaissent (Thierry Meyssian, Michel Collomb, Alain
Soral…)

Nous rappelons que l’extrême droite a toujours eu pour but de s’immiscer partout ou la
vigilance recule.
Cette stratégie est actuellement à l’oeuvre dans de nombreuse initiatives prises par
des organisations avec qui nous partageons beaucoup de point communs.

Notre remarque n’a pas pour but d’accuser un individu ni d’agiter une menace fasciste.
Mais à notre avis cet évènement est symptomatique d’une méconnaissance du danger quotidien
des droites extrêmes.

Nous considérons quela participation du collectif anti Tafta Lille à Alternatiba devrait être conditionnée par une condamnation des personnes ayant participé au »jour de colère ».

Nous proposons que le collectif puisse s’emparer de ce débat en produisant un matériel expliquant
les données du débat et d’essayer de participer au débat en se faisant comprendre du plus grand
nombre.

En espérant faire progresser le débat.

Confraternellement,

Le NPA Lille

Est-il possible de transmettre ce message à l’ensemble des orga et personnes du collectif.

Ce soir : une fête aider des #étudiants #lillois qui apporte un soutien aux #enfants #roms

Des étudiants se sont organisés pour apporter un soutien scolaire aux enfants roms de la métopole lilloise. Ce soir une fête est organisée pour les soutenir, concrétement en leut apportant des fournitures scolaires.

On ne peut guère m’accuser d’être trop gentil pour les gens avec qui je milite, ni pour qui que ce soit de vivant (cf mes cent derniers posts). Comme beaucoup de gens je trouve assez ennuyeux de parler des trains qui arrivent à l’heure. Et concernant les Roms originaires de Roumanie, nous (les soutiens) avons tous fait et dit beaucoup de sottises, par méconnaissance ou indifférence de ce à quoi ils aspirent réellement ( je m’inclus par courtoisie). J’étais depuis moins d’une semaine dans la lutte pro-roms que je me fâchais avec les ¾ des soutiens en décrivant sur un mail collectif les deux écueils entre lesquels nous naviguions alors : le paternalisme caritatif et l’instrumentalisation politique. Depuis j’ai découvert d’autres tares originelles : les liaisons incestueuses avec les pouvoirs locaux PS, par exemple, ou l’impudeur avec laquelle certains militants peuvent utiliser ces populations particulièrement démunies pour s’enrichir ou se tenter d’exister médiatiquement. A part ces petits scandales étouffés, il est évident que la plupart des soutiens des Roms sont des gens bien, généreux, altruistes, solidaires, qu’ils croient en Dieu, en Marx ou en la Grêve générale.

Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat 

Aujourd’hui, oubliés Makhno, Maiakoski et Durutti, je suis contraint de dire du bien de jeunes communistes. Plus sérieusement, à part les milliers de morts de mon camp dont les fantômes accompagnent chacun de leurs pas, et leurs soutiens aux invasions récidivistes de l’Ukraine ou du Tibet, j’adore les militants communistes. Avec leur attachement à des slogans démodés, leurs looks improbables, et le graphisme agressif et efficace de leur matériel de communication, ce sont un peu les psychobillys de la politique. Et grâce à la folie du swing, le look front populaire tardif ou FTP pourrait revenir très fort.

L’association Epis qui organise ce soir une fête à la maison Angela Davis de Lille me semble aller dans le bon sens. Son origine vaut la peine d’être racontée. Marianne ( je cite son prénom parce qu’il est symbolique, et qu’elle est un personnage public) figurait parmi les militants régulièrement présents à la Bourse du travail où les Roms étaient hébergés à l’automne l’hiver dernier, avant d’être virés par les trotskistes. Ce jour là, elle avait accompagnée C. une très jeune maman rom à son échographie. Sur le chemin du retour C. lui demande de passer au camp proche de l’Université de Lille 1 pour dire bonjour aux amis. Sur place les deux jeunes femmes découvrent un drame : un bébé est mort, dans l’incendie d’une caravane. Les autres enfants du camp sont choqués, et Marianne décide de faire quelque chose pour eux. Elle mobilise ses camarade de l’UEC ( Union des étudiants communistes où elle a des responsabilités, je crois) et organise rapidement un grand goûter avec des jeux, des chants etc…

L’initiative crée des liens entre les enfants et les étudiants. Ceux-ci demandent à ceux-là comment ils pourraient continuer à leur être utiles. Les enfants, appuyés par des mamans, réclament du soutien scolaire. J’imagine que les parents et les enseignants qui me lisent ne le croiront pas, mais beaucoup de jeunes roms veulent réussir à l’école et ont pour ambition d’intégrer à terme des classes « normales » et non celles qui sont réservées aux « tziganes » comme ils appellent les Roms qui ne parlent pas roumain, ou sont juste originaire d’un autre village ou d’une autre « caste » 1.

Justement Marianne travaille alors à l’Afev, une association qui organise ce genre d’activité. Cependant l’Afev a du renoncer à suivre les écoliers roms, à cause des trop fréquentes expulsions de camp qui font perdre de vue les petits élèves. Donc Marianne et ses camarades se chargent eux mêmes du soutien-scolaire pour les enfants du campus En décembre c’est un père Noël roux ( et chef lillois du Mouvement des JC) qui apporte des cadeaux aux enfants ; pour la Pâques orthodoxe ( Staline relève toi!) , les jeunes communistes organisent, à la demande des enfants, une chasse aux œufs etc. Tout ça sans subventions : les manuels scolaires et les livres illustrés sont achetés par Marianne et ses amis sur les braderies, ainsi que le petit matériel. Du coup, des mamans et papas sans papiers, ont dit «  pourquoi pas nous » et les petits sans papiers ont aussi eu leur Père Noël roux, et ont droit à du soutien scolaire.

Le groupe de camarades s’est structuré en association baptisée Epis ( sous la grêle?) et a recruté des bénévoles bien au delà du milieu communiste. Les volontaires , essentiellement des étudiants de Lille 1 sont nombreux, pus nombreux que les enfants du parking. Epis propose donc aux collectifs qui suivent d’autres camps de lui signaler les besoins en soutien scolaire, et de mettre en relation les futur-e-s élèves avec les étudiant-e-s.

Je suis opposé aux subventions telles qu’elles sont gérées actuellement. Je ne connais aucun pouvoir politique, État ou collectivité locale, qui ne demande une contrepartie à ceux qu’elles subventionnent sauf lorsque ceux ci parviennent à établir un rapport de force en leur faveur et ils sont rares. Je suis favorable à la création d’un tiers secteurs : des organismes répartiteurs contrôlés par des représentants de toutes les parties concernées, transparents, ouverts aux médias et aux chambres des comptes, qui répartiraient les subventions apportées par les politiques, dans un premier temps puis percevraient eux-mêmes des impôts. La manière dont les subventions sont parvenues aux collectifs roms est scandaleuse. Les soutiens des Roms sont si peu nombreux qu’ils nous faut accepter d’avoir des ripoux parmi nous, tant qu’il semble que leur utilité dépasse leur nocivité. C’est pour cela que je me suis toujours opposé, violemment, a priori, aux subventions pour nos collectifs. Mais ma voix , et celles d’autres militants de terrain, ne pèsent guère face à celles des politiciens EELV qui sont, disons, très présents dans nos collectifs.

Mais je suis pragmatique. Puisque subventions il y a, je trouverais anormal que dans la prochaine fournée, dont les dossiers doivent être bouclés en janvier prochain, Epis soit oublié. Et je le dirai. On considère traditionnellement que Marianne est généreuse. Et il serait anormal que Marianne l’étudiante continue à financer de ses maigres deniers un devoir d’équité qui appartient à la Marianne républicaine.

J’ai encore été trop prolixe : je souhaitais juste attirer votre attention sur la soirée de ce soir. Espace Angela Davis, 74 rue d’artois Lille 18 h 30. Une ambiance conviviale est garantie, il faut juste amener du matériel scolaire en guise de droit d’entrée. J’espère que je n’ai pas trop desservi la belle initiative d’Epis par mes digressions politiques !

P.S. La présentation d’Epis par elle-même

Qui sommes nous ? 
Nous sommes une association qui aide à l’insertion de familles immigrées, notamment par un suivi scolaire des enfants. Chaque famille a son référent qui discute de l’école avec les parents et les enfants, vérifie que l’enfant a le minimum pour étudier (un cartable, des cahiers, des crayons). Nous organisons également des ateliers d’apprentissage de la lecture par le jeu pour les enfants qui le souhaitent. 

 

1Ce n’est pas le lieu pour développer cela. Vous trouverez sur le net des précisions sur ce que j’appelle des castes : les travailleurs du métal, les marchands de chevaux ( et de voitures), les musiciens… Ces divisions sont peu évoquées par les Roms eux mêmes qui ont conscience de leur caractére obsoléte. Mais elle restent importantes pour les mariages, les solidarités, l’orientation professionnelle. Un Rom connaît la caste de tous ceux qu’il fréquente ( ou refuse de fréquenter

Que deviennent les Roms de la Bourse du travail ?

Voici quelques nouvelles de la centaine de personnes roms qui étaient hébergées à la Bourse du travail et on mené une lutte exemplaire d’octobre à décembre 2013 pour obtenir d’être relogés. En dépit du jugement du tribunal administratif, le préfet a jugé qu’il pouvait mettre à la rue ces familles lundi, à l’issue de la trêve hivernale. Un soutien des Roms nous donne quelques nouvelles. Image
« il n’y a plus personne à Valenciennes, Maubeuge ou Lesquin, après un mois de mars lourd niveau pressions policières

-les familles de Maubeuge et Lesquin sont pour l’instant à la charge de bénévoles, à part pour Caroline (foyer) et pour Stan & Luminata (démarches judiciaires), rien à l’horizon…

-la moitié des familles de Valenciennes se sont cotisées pour louer une maison en campagne, près de Denain. N’hésitez pas à leur rendre visite !

-l’autre moitié est soit repartie en Roumanie soit sur le camp d’Hénin-Beaumont/Montigny …. et ça craint en ce moment, mairies PS et FN travaillent main dans la main pour expulser ce camp, le plus peuplé du Pas-de-Calais (je n’ai pas pu y aller ces dernières semaines mais je compte sur la fraternité 62 pour nous tenir informé).

=> les familles hebergées à Bruay, Bethune, Cambrai et Calais sont reparties en Roumanie.

=> les familles relogées à Boulogne et Avesnes ne sont, pour l’instant, pas menacées.

=> il y a d’autres situations particulières, des bouts de familles à 4 Cantons, etc… »

A Mme Viviane Reding LETTRE DE SOUTIEN AUX FAMILLES #ROMS DE #LILLE

je reproduis ici la lettre d’une association de soutien aux Roms à la vice présidente de la Commission européenne sur la persécution inouîe que subissent les militants Roms issus de la Bourse du travail

Madame Viviane REDING

Vice-Présidente Commission Européenne

rue des Lois. B – 1049 – BRUXELLES

Madame la Vice-Présidente,

Nous avons l’honneur de vous saisir en urgence, au titre de notre association « Sang pour Sans » de défense des sans droits, pour vous demander de bien vouloir examiner la légalité des mesures de rétorsion administrative et policière sans précédent que prend depuis janvier dernier le préfet du Nord, Mr BUR, contre les 116 Roumains roms (sur 120) qui ont gagné les 26 et 27 décembre au Tribunal administratif de Lille (suite à leur évacuation, le 28 octobre, du Campus de l’Université de Lille) un référé liberté hébergement l’obligeant à les reloger.Tout d’abord, condamné à leur proposer une structure d’hébergement par le tribunal administratif, le Préfet du Nord les a dispersés tous en dehors et très loin de la métropole lilloise où ils avaient la possibilité de survivre par leur connaissance du terrain pour récupérer des déchets ménagers et les revendre, et où ils auraient pu plus facilement trouver du travail, à compter de la levée des mesures transitoires le 1.1.2014. L’hébergement qui leur a été proposé est en effet très précaire et provisoire, et prend fin le 31 mars prochain. Ensuite, le Préfet du Nord a aussitôt, tout début janvier, fait délivrer des OQTF (obligations de quitter sous un mois le territoire français) par la Police des frontières de façon massive (ce qui est illégal) et sans argument légitime aux 116 concitoyens roumains ayant gagné ces référés, des OQTF, alors même qu’ils s’inscrivaient à Pôle emploi pour chercher du travail – ce qui jusqu’au 1.1.2014 leur était interdit, sauf avec titre de séjour, par les mesures spécifiques transitoires édictées en 2007 contre nos concitoyens roumains et bulgares – et ne touchent ni RSA, ni allocation familiale, ni aide alimentaire du Conseil Général, ni la plupart du temps aide médicale d’Etat.Ces mesures de délivrance massive et sans raison d’OQTF dès janvier à ces 116 Roms « victorieux » se voient suivies ce mercredi 5 mars 2014 à 11H par la délivrance à TOUS d’assignations à résidence avant éloignement du territoire français.Or, ces citoyens européens ne sont auteurs d’aucun délit, ne constituent pas de trouble à l’ordre public ni de menace, et ont engagé depuis leur arrivée en France comme migrants libres de circuler de nombreux efforts d’insertion scolaire, sociale, et professionnelle, chaque fois détruits par les évacuations policières de leurs installations provisoires, sans se voir proposer aucun diagnostic social ni aucune solution de relogement, de scolarisation des enfants, de suivi médical et social, d’insertion professionnelle, contrairement aux dispositions de la Circulaire Interministérielle du 26 août 2012, signée par sept ministres, pour répondre aux attentes de la Commission Européenne, et contrairement à l’engagement de la France dans le cadre de la Stratégie Nationale d’Intégration des Roms qu’elle a signée sous l’impulsion de la Commission Européenne.

Plus précisément, ces mesures de répression administrative et policière exceptionnellement dures, qui ne sont autorisées que de façon très limitée par la Directive européenne 2004/38, nous semblent non fondées en l’occurrence, comme le rappellent les décisions sur ce sujet de la Cour européenne de Justice, notamment celle du 20 septembre 2001 qui limite de façon stricte les entraves à la libre circulation des citoyens européens au sein de l’Union Européenne. Aussi nous vous saisissons en vue d’examiner la conformité des mesures massives et répressives d’éloignement du territoire français prises par le Préfet du Nord à l’encontre de ces migrants dits « Roms ». Elles nous semblent en effet constituer une violation grave et répétée, mais injustifiée et non fondée, des droits fondamentaux de ces concitoyens européens et du droit français et européen en matière de libre circulation et établissement. Enfin, dernier point important à nos yeux, le caractère massif, indifférencié et non individuellement justifié des mesures d’éloignement prises comporte de toute évidence une dimension de ciblage ethnique caractérisée. Ce ciblage ethnique est absolument interdit tant par la Constitution française que par la Charte Européenne des Droits Fondamentaux. Il s’assimile en effet sans le dire à une persécution et une discrimination de type racial, mots lourds de sens, mais qui, à notre humble avis de citoyens européens avertis de notre histoire commune, sont les seuls aptes à qualifier le procédé.Vous remerciant d’avance de bien vouloir accorder une attention particulière et donner une suite favorable à notre saisine, nous vous prions d’agréer, Madame la Vice- Présidente de la Commission Européenne, l’assurance de notre considération distinguée.

Stéphane BRAILLY, secrétaire

Evelyne PERRIN 

Association Sang pour SansAssociation SANG POUR SANS

13 rue Edmond Rostand

94500-Champigny sur Marnesangpoursans@gmail.com