Le Chagrin et la Solidarité : la lettre d’un élu local sur le sort des Roms d’Europe

netoi-1p

Depuis plus d’un an, je fréquente les Roms et les bénévoles qui leur viennent en aide. Au début nous échangions souvent entre bénévoles sur la difficulté que nous avions à faire partager notre combat à nos familles et amis. Aujourd’hui nous n’échangeons plus que des regards navrés. Certains d’entre nous trouvent, ou cherchent encore, des excuses aux riverains, aux élus locaux, qui tiennent des propos abjects parce qu’ils n’aiment pas qu’on fouille leur poubelle, ou que l’on fasse du feu prés de chez eux. Je ne partage pas cette indulgence. Face au sort qui est fait aujourd’hui aux 15 000 Roms roumains et bulgares de France, aux 3000 Roms de la métropole lilloise, face à l’ignoble égoïsme dont font preuve mes compatriotes, je souffre d’être Français. Décérébrés par des décennies de connerie cathodique, travaillés au corps par les discours populistes du Front fasciste, les Français vomissent leur racisme, impunément, dans les poubelles d’Internet ; des politiciens sans scrupule tentent de prospérer sur ce fumier ; des journalistes se vautrent dans cette soue au mépris des principes élémentaires de leur profession. La Voix du Nord par exemple, pratique l’objectivité dénoncée par Glucksmann (1) en l’aggravant : un article neutre ou favorable aux Roms pour dix qui relaient les rumeurs ou les opinions racistes de ses lecteurs. Des médecins refusent de soigner des roms, des pharmaciens refusent de leur louer des appareils vitaux, des prêtres, des pasteurs, les font expulser où les ignorent lorsqu’ils vivent à proximité de leurs lieux de culte.

Je reproduis ici la lettre d’un élu local EELV d’Halluin, une ville coincée entre Roubaix et la frontière belge.Hamza EL KOSTITI est membre de la majorité de gauche de cette commune . Je dois dire que les militants d’Europe écologie-Les Verts sont les seuls à s’engager massivement et sans réticences dans la défense des Roms. Les autres partis de gauche, Front de gauche, NPA, et les groupes anarchistes et antifa sont nettement moins clairs sur le sujet. En tout cas ils sont peu présents sur le(s) terrain(s). M. El Kostiki écrit au lendemain d’une visite au camp de Croix-Wasquehal deux  villes prospères de la banlieue lilloise (Croix rivalise chaque année sur l’ISF avec Neuilly sur Seine.) Un vaste espace vide longeant la voie ferrée a été investi depuis quelques semaines par des familles chassée de Lille par Martine Aubry. Ce nouveau camp a suscité les déclarations scandaleuses du maire de Croix, incitant au meurtre de Roms chapardeurs, et un appel au calme du maire de Wasquehal, qui a abouti, enfin à une réunion de concertation des maires, pour chercher à accueillir décemment la moitié des Roms et à virer de la métropole lilloise l’autre moitié. Entre temps le maire PS de Wattrelos, Baert, soutien de Valls a été cambriolé et certains objets ont été retrouvés dans le camp de Croix. Mercredi le camp a été réduit de moitié et son expulsion complète est une question d’heure. Le père Arthur , assomptionniste devenu célèbre pour son opposition à la politique anti Roms de Sarkozy, a organisé hier jeudi une cérémonie dans le camp de Croix en plantant… une croix, symbolisant le martyre des Roms d’ici. Le ciel en a pleuré toute la journée et le camp est devenu un bourbier où les enfants jouent en sandales.

 

 

L’Histoire sera témoin des actions de chacun.

 

C’est avec force tristesse et grande amertume que  j’ai quitté hier  midi le camp de Roms de Croix Wasquehal ; sous 15 centimètres de boue et une pluie battante, certaines familles survivent (et le mot n’est pas très fort), les dents qui claquent sous une bâche, car des caravanes ont été enlevées par la police avant hier.

 Que veut-on que les Français retiennent de ces démantèlements ? Que le ministre de l’Intérieur demeure ferme, car il ne cède pas à ces misérables « envahisseurs » et les expulse à la chaîne.

 Face à cette mascarade, symboliquement et pour envoyer un message fort, nous avons déchiré devant les caméras plusieurs copies de la circulaire interministérielle qui n’est pas respectée (surtout sur le suivi sanitaire suivant les expulsions et l’hébergement d’urgence).

 Ainsi, en France 16 900 Roms sont ballotés comme des animaux et instrumentalisés à des fins politiques. Ce midi nous avons encore pu le constater non loin de chez nous.

 Dans la débâcle, le père Arthur a distribué des vivres pour supporter la pluie et passer la nuit, d’autres militants des cercles catholiques étaient également présents appuyés de l’infatigable Bruno Mattéi (2). 

 Nous avons également appris, consternés, qu’une fillette de 9 ans ayant une insuffisance cardiaque sera expulsée demain sans suivi médical, sans logement ; gageons qu’elle ne survivra pas à plusieurs nuits passées dehors.

 Moi-même désarmé, j’ai appelé  le cabinet de Marie-Christine Blandin (3) et d’Hélène Flautre (4) pour qu’au moins un message soit délivré à Cécile Duflot, afin que des terrains soient proposés à ces familles (de Croix), et un suivi médical à minima (quitte à déléguer Médecins du monde). Sans cela, et pour le dire plus hardiment, il y a manifestement non-assistance à personne en danger. 

 Ce que nous avons vu hier midi est un spectacle anachronique d’une France de 2013, pays des droits de l’Homme. Voir de telles scènes, m’a procuré un vague sentiment de honte, et un goût profondément amer.

 Je ne souhaite pas relancer le débat sur les Roms, mais …je vous invite à être dans l’action.

·Pour parer l’hiver car le bricolage politique n’est pas près de s’y intéresser (collecte de fonds) ;

·Relayer la crise humanitaire ;

·Organiser des collectes de vivres et caravanes ;

·Intégrer un des collectifs[de solidarité avec les ] Roms de la métropole ;

·Relancer les élus de proximité sur la nécessaire humanité face à un tel désarroi.

Face à cette crise humanitaire sans précédent,  l’heure est venue d’agir et l’histoire sera témoin des actions de chacun.

.

Hamza EL KOSTITI

(1)    (1) « L’objectivité dans les médias c’est un quart d’heure pour Hitler et un quart d’heure pour les juifs », cité de mémoire.

(2)    (2) Bruno Mattei professeur de philosophie  membre d’Atd  d’un collectif de solidarité Roms de Roubaix . auteur d’une lettre à Martine Aubry que j’ai co-signée.

 (3) MC Blandin, sénatrice verte, ex présidente  de Région s’est déjà manifesté en faveur des Roms

(4)    (4) Députée européenne verte du Pas de Calais.

Photo (c) Gonzague Cuvelier : des familles nettoient le camp dont il seront expulsées quelques semaines plus tard

Lille : Expulsion des #Roms de Churchill Où sont Ils ?

La plupart des roms De Churchill ( 15 familles) sont en Campanile à Valenciennes Arthur y est allé pour leur amener à manger .
Des familles dispersée à Marquise, Calais, et deux autres lieux dans le 62. Le dircab du préfet s’est engagé à nous envoyer la liste des lieux d’hébergement provisoires. Il s’agit de Chrs et lieu du même genre, sans possibilité de cuisiner et des horaires restrictifs.
Toutes les familles ont reçu une OQTF les jours précédents, ce qui est problématique puisque elles sont sous surveillance dans les CHRS. Arthur va tenter de les faire prévenir qu’ils doivent signifier par écrit ( par leur signature) leur volonté de rester en France.
Le Collectif Solidarité Roms n’est pas en mesure d’émettre un communiqué commun. La LDH a émits un communiqué, comparant Manuel Valls ( et Non Hollande !) à Sarkozy ATD-QM LiIle a décidé de demander à rencontrer Martine Aubry pour lui faire part de son indignation. L’association  envoie ce soir une proposition de courrier à MMe la maire que chaque association pourra amender et signer ou pas.
Une personne est venue à la réunion signaler le cas d’une famille du camps de la porte d’Arras à Lille (500 à 600 personnes à l’origine.) Le préfet à fait déménager une partie des familles pour libérer une partie du terrain, ou Décathlon doit construire/  Obligée de quitter le camp par le manque de place, elle s’est installée dans un petit bois où vivent des toxicomanes. Deux parents 30 ans et trois fillettes, qui sont en grand danger.
Rappel rencontre des assos avec l’émissaire du préfet Joly le 11
réunion le 18 MRES 18 h
( compte rendu d’une réunion d’urgence organisé par le Collectif de solidarité Roms et gens du Voyage- Lille métropole)
l’article du Monde.fr

#Roms à Lille, camp Winston Churchill Du sang de la sueur, des larmes et de l’huile de coude !

netoi-1p

Anticlérical fanatique
Gros mangeur d’écclésiastiques,
Cet aveu me coûte beaucoup,
Mais ces hommes d’Eglise, hélas !
Ne sont pas tous des dégueulasses,
Témoin le curé de chez nous.

(Georges Brassens la messe au curé)

Le père Gonzague Cuvilier me fait parfois pensez à cette chanson de Brassens. C’est lui, qui cet été a accueilli les Roms expulsés de Villeneuve d’Ascq autour de l’église Notre Dame des Victoires dite aussi la mal-nommée. Il habite à proximité de la plaine Winston Churchill où des Roms se sont installés, et d’où Martine Aubry, maire de Lille a demandé leur expulsion ( parfois, pour changer, c’est Martine Aubry présidente de la Communauté urbaine qui demande l’expulsion Eût-elle été présidente de la République qui n’eût pas été expulsé ?) . Martine Aubry a obtenu cette expulsion du tribunal adminisatratif, tout en annonçant qu’elle ne demanderait pas son exécution, tant que la préfecture n’aurait pas trouvé de solution de relogment. Du coup , le juge, qui avait l’air un peu agacé par cette farce judiciaire a précisé que l’expulsion n’était valable que entre le 30 avril et 30 juin. Aprés, il faudra que Mme Aubry revienne devant le tribunal.

Mme Aubry motive sa décision en invoquant que les roms vivent dans des conditions déplorables. Evidemment : la mairie refuse de mettre de l’eau et des toilettes à disposition. Par ailleurs le terrain est situé dans une cuvette inondable. Des techniciens de la mairie ont trouvé un terrain plus salubre a proximité. Mais Martine Aubry adorent les Roms, mais pas dans sa ville !

Il y a moins d’un an Martine Aubry affirmait que les roms de Winston Churchill ne seraient pas expulsés

Un truc qui énerve le père Cuvilier, c’est quand on dit que les roms sont sales. Ils n’ont pas d’eau ! Aussi il nous invite à participer à un grand nettoyage de printemps, demain premier mai dans l’après midi.

Il a envoyé ça

« Le petit camps du parc Winson n’a pas de raison d’être évacué

je n’ai pas d’entrée chez les dignitaire pour les défendre
par contre ils sont au travail pour un grand nettoyage de printemps
quand l’eau reviendra ce sera une petite Venise !
VENEZ NOUS AIDER DEMAIN 1 MAI À14 HEURES POUR CONTINUER LE NETTOYAGE !
c’est au bout de l’avenue du peuple belge en direction de la Madeleine,
avant le pont, entrer dans le jardin, c’est au fond à gauche, voir photo Google
invitez vos amis ! si vous êtes trop fatigués apportez bière et biscuits à demain Gonzague.
Si Gonzague n’avait pas mal tourné ( selon un anticlérical fanatique ! ) !il aurait pu être photographe , voici des photos prises aujourd’hui ou les roms font semblant de travailler. Ou pas.

Prof d’anglais pédophile à Lille : un viol est un viol

Une prof d’anglais de Lille est accusée d’avoir entretenu des relations sexuelles avec une élève qui avait 12 ou 13 ans au début des faits. La nouvelle parue sur le site du Monde (JEUX INTERDITS – Une prof d’anglais arrêtée après avoir eu des relations sexuelles avec une de ses élèves)

aujourd’hui suscite des commentaires homophobes d’une part, de l’autre égrillards ou indifférents ( on se demande parfois pourquoi des gens prennent la peine de remplir un questionnaire pour dire que l’info ne les intéresse pas !) Je pense pour ma part que au delà de l’orientation sexuelle, toute relation avec un enfant est un viol.

Certains commentaires évoque une conséquence de la prétendue baisse du sentiment religieux de la société française. Ancien pensionnaire dans un collège religieux, je n’y avais pas perçu une grande détestation de l ‘Eglise envers la pédophilie. tous les prêtres abuseurs ont été simplement déplacés, à la demande des parents.

D’autres font, bien entendu un rapport avec le Mariage pour tous. C’est infâme, comme d’habitude, de lier homosexualité et pédophilie. La plupart des pédophiles sont hétéros. Enfin surtout, ils sont pédophiles.

L’enfant en septembre 2011 avait 11 ou 12 ans. Il s’agit bien de pédophilie. L’orientation de la coupable présumée n’y fait rien. Il y a une même violence qu’il y ait ou non, techniquement, viol. Je ne pense pas que des militants LGBTIQ puisse sérieusement défendre l’affaire sur le fond, même si on peut considérer, comme la justice que cette jeune femme doit souffrir de troubles psychique. Bien entendu, elle n’enseignera plus, comme nous l’apprend la Voix du Nord.

Un certain nombres d’affaire, dans le Nord notamment, montre que le peu d’attirance des jeunes générations envers l’enseignement fait baisser le niveau éthique, autant que didactique des nouveaux recrutés. Je pense que ces affaires vont se multiplier à cause de la suppression de l’année d’Iufm, ou les formateurs pouvaient déceler les candidats aux motivations douteuses.

Enfin, je considère que toute relation sexuelle entre deux personnes liées par subordination sont suspectes. Les enseignants y compris universitaires, les psy, les médecins, les employeurs devraient s’interdire ce genre de chose.

La comparaison avec l’affaire Gabrielle Russier est maladroite. Le garçon avait 17 ans, et la victime dont a parlé Pompidou c’était la jeune prof suicidée

« Je ne vous dirai pas tout ce que j’ai pensé sur cette affaire. Ni même d’ailleurs ce que j’ai fait. Quant à ce que j’ai ressenti, comme beaucoup, eh bien,

Comprenne qui voudra !

Moi, mon remords, ce fut

la victime raisonnable

au regard d’enfant perdue,

celle qui ressemble aux morts

qui sont morts pour être aimés.

C’est de l’Éluard. Mesdames et Messieurs, je vous remercie ».

Du coup le surtitre du monde (Jeux interdits) est viol261-cd455un peu léger .

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajout du 3 juin 2013 : La proffessure a été mise en liberté sous contrôle judiciaire. Son procès devait se  dérouler ce lundi, mais son avocate, Me Panier (sic) va demander un renvoi et sans doute un huis clos.

un article d’un grand reporter du Nouvel Obs un peu complaisant. un peu racoleur ( la danse nuptiale !) mais sensible  http://tempsreel.nouvelobs.com/faits-divers/20130522.OBS0184/yasmine-12-ans-et-sa-prof-30-ans-recit-d-une-passion-interdite.html

 

 

La comtesse de Flandres choisit l’exil

Article de 2007 sur le départ de Patrick Cardon, figure du militantisme et de la culture LGBT, chassé par le manque de subventions de la part des socialistes

cardon029_28archives : Les Nouveaux Territoires N°0/ Genres

Article publié le 21 janvier 1987 Lien original 

 

Patrick Cardon, fondateur du festival  Question de genre, de la librairie et des éditions GKC (Gay Kitsch Camp) quitte Lille. C’est une perte énorme, pour la vie culturelle régionale, qui semble laisser assez indifférents les financeurs. Depuis que la communauté gay a vaincu l’épidémie de Sida dans ses rangs, les subventions se font plus rares.

  

Patrick Cardon part sans aigreur mais avec un peu de nostalgie et beaucoup de regrets. «Je suis toujours la comtesse de Flandres, aujourd’hui en exil.» Tourquennois de naissance, Patrick a toujours été atteint d’héliotropisme. C’est à Aix en Provence qu’il passe son diplôme à L’Institut d’études politiques. Sa thèse portera sur les Archives d’anthropologie criminelle du Dr Lacassagne (i) dans laquelle, au début du XXème siècle sera inventé le terme «hétérosexualité» qui normalise en quelque sorte l’homosexualité. Auparavant le comportement hétérosexuel était désigné comme “normal.”

 

Pendant ces années 70, il participe au FHAR (ii) (Front Homosexuelle d’Action Révolutionnaire), puis au GLH (iii)(Groupe de Libération Homosexuel). Mais le militantisme gay lui semble trop macho, et en 1979 il fonde l’association MFL (Mouvement Folles Lesbiennes), toujours en Aix.

 

En 1987, il revient en France, après avoir enseigné le français au Maroc et en Algérie pendant cinq ans, séjour pendant lequel il continuait à collaborer à Gai Pied Hebdo. En 1989 devient éditeur en publiant Les Enfans de Sodome à l’Assemblée nationale. Une manière de célébrer le bicentenaire de la révolution. Cet ouvrage a d’ailleurs été réédité en 2005 avec un nouvel appareil de notes. “En 89 ma démarche était militante, explique-t-il, aujourd’hui elle est scientifique. » En poursuivant la bibliographie de sa thèse il découvre des trésors à la Bibliothèque Nationale, et décide de les rééditer. Les cahiers GKC (devenus QuestionDeGenre/GKC) étaient nés.

 

En moins de vingt ans, 57 livres sont parus, tirés entre 300 et 100 exemplaires. Tout un pan ignoré de l’histoire politique et littéraire française ressurgit. Les poèmes homosexuels de Villon (une interprétation personnelle de Thierry Martin) ou l’Edouard III de Marlowe,(dans la traduction du très gay Georges Eeckhoud) le roi, on le sait, qui périt par où il avait péché. Plusieurs ouvrages sont consacrés à ce traducteur et auteur belge (1854-1926) qui relatait au début du siècle ses love stories avec de jeunes ouvriers. L’art contemporain n’est pas en reste avec “2000 bites pour l’an 2000” de l’italo-argentin bien nommé Paulo Finocchi. GKC a également été le premier éditeur français à faire paraître des études queer et des témoignages maghrébins.

 

En 1991, naît le festival de cinéma « question de Genre ». Au début trèsaccompagné de prévention du VIH , il bénéficie de subvention des différentes collectivités locales à ce titre. Mélant nouveautés, grands classiques et raretés souvent kitsch, le festival ne s’est jamais limité au neuvième art. Conférences et expositions traitent de sujets politiques, culturels et, bien sur, sanitaires. Gkc organisait également la semaine culturelle de la Gay Pride, en juin, et prticipait activement à Passion d’Avril le festival des libraires de Lille.

 

“Je vais jeter le reste”

 

En 1999, le jour de la gay pride ouvre le “Centre national d’études, de recherches et de documentation sur les sexualités plurielles”. Au 38 bis rue Royale à Lille avec 94 m2 d’espace vente, d’orientation, de prévention sida, de salles de travail, d’archives et de consultation. Parmi les raretés conservées, des originaux de Magnus Hirschfeld (iv).

 

Le centre de documentation contenait 5000 livres 800 DVD 200 vidéos et 500 autres documents, que l’on pouvait emprunter pour une cotisation de 10 euros par mois. “Je vais tout garder en trois exemplaires et jeter le reste, dit Patrick Cardon, personne n’est venu chercher les archives de la gay pride.”

 

Le centre et la librairie fonctionnaient avec deux emplois jeunes. Il est aujourd’hui victime de l’arrêt du dispositif, et du ralentissement des subventions d’Etat aux assos gays. “ Au plus fort de l’épidémie de Sida, l’Etat avait décidé d’aider à renforcer la communauté, pour renforcer la lutte contre la prévention. Les LGBT été exemplaires sur ce point. Résultat : Les subventions se sont taries.”

L’association continuait vaille que vaille, grâce au bénévolat de Patrick Cardon par ailleurs enseignant. Mais le rectorat le pousse à prendre sa retraite “C’est mon attitude de folle qui a été stigmatisée, estime Patrick.” Celui-ci a demandé à la région, à la ville de le subventionner. Il a demandé à l’Education nationale de la mettre à disposition de l’association ( une pratique assez courante). C’est après avoir essuyé beaucoup de refus, qu’il a décidé de partir. à Montpellier, “la ville la plus gay de France” .(v) Patrick a également postulé pour le poste de conservateur du centre de documentation gay de la Bibliothèque Municipale de Lyon mais sa réputation d’électron libre n’a pas eu l’heur de plaire. On lui a préféré une jeune sociologue. Il ne voit pas le rapport avec le poste en question. Il tente actuellement d’effectuer la même démarche auprès des collectivités locales de Montpellier. Sur le site (gaykitschcamp.com) une annonce sans ambiguïté :  à vendre centre de documentation et son conservateur.

 

Personne n’a pu reprendre le bail de la librairie Gkc ( 1400 euros par mois), mais plusieurs projets de librairies LGBT sont en cours, à Lille ( Grand place, prés de la Place de la république.) le festival de cinéma “ Question de genre” a vu également son dernier avatar en décembre, au cours de Lille 3000. Un catalogue devrait être édité en 2007, reprenant la programmation du festival depuis la création mais là encore, les collectivités locales (surtout Région et Conseil Général) refusent d’aider cette initiative sous prétexte qu’elles ne s’occupent pas d’édition.  » Après l’extinction des feux, c’est le coup de pied au cul ! « 

 

Un jour, on jugera peut être sévèrement les élus qui ont laissé partir de notre région ce centre de documentation, l’un des plus importants du monde francophone. Mais peu d’élus sont préoccupés de ce que l’on pensera d’eux au-delà des prochaines élections. Les archives LGBT de la mairie de Paris, par exemple, promesse électorale, sont toujours attendues.

J.F.G.

NOTES

i Patrick Cardon: Discours littéraire et scientifique fin de siècle, étude des Archives d’anthropologie criminelle B , “du Dr Lacassagne (1886-1914). Doctorat de 3e cycle en lettres et sciences humaines. Université de Provence, Aix-en-Provence, 1984.

ii Créé en mars 1971 le fhar est considéré souvent comme l’acte de naissance du mouvement gay français, quoiqu’il ait été fondé en partie par d’anciens membres d’Arcadie, association très active dans les années 60. Lesbiennes et gays furant à l’origine de ce mouvent très parisien dont les membres les plus connus furent Françoise d’Eaubonne, Hélène Hazera, Guy Hoquenghem ou daniel Guérin. Le Front fut créé lors d’une manifestation contre une émission de ménie grégoire intitulée « L’homosexualité, ce douloureux problème ». Opposé aux « Ghettos gays » le fhar considérait le combat homosexuel comme une des composante de la révolution en marche. Il cessera son activité dés 1972. La prédominance numérique masculine incita les femmes à le quitter pour créer les « Gouines rouges » qui rejoignit le MLF.

iii Le GLH , fondé au début des années 70 se divisera en au moins trois GLH du plus marxiste au plus comunautariste.

iv Berlinois, dessinateur et fondateur du premier centre gai et lesbien en Allemagne. Ce centre fut incendié en 1933 par les S.A.’ pourtant dirigés par un homosexuel), et Hirschfeld se réfugia en France où il mourut, en 1935.Plusieurs ouvrages de GKC sont consacré à cet homme qui défendit l’idée que l’homosexualité n’était pas un choix mais une sorte de troisème sexe, et se battit pour que les homosexuels allemands puissent sortir de l’obscurité où ils étaient confinés

v Hussein Bourgi , président du Collectif contre l’homophobie y est chargé de mission à la mairie.

PS de 2013 :

A l »époque j’étais très hétérocentré et ça se sent dans l’écriture ! Pas mal influencé aussi par la lecture de la presse locale . Les éditions GKC se cassent toujours le cul pour sortir des raretés comme par exemple récemmment des épigrammes où l’on peut découvrir qu’on peut être Martial, trés viril, et pas farouchement hétéro !

 

« ce jour nous avons appris la destruction des caravanes des familles de la Friche »

Une nuit près de l’église

Communiqué

Bonjour,

Malgré les épreuves de cet été depuis l’expulsion de la Friche le 9 août dernier, nous ne pensions pas avoir à supporter un second choc. En effet, ce jour nous avons appris la destruction des caravanes des familles de la Friche. Elles ont à présent vraiment tout perdu…

Le 20 août 2012, lors de notre rendez-vous avec Martine Aubry, celle-ci s’était engagée devant nous à restituer les caravanes aux familles. Néanmoins, un ordre a été donné le 28 août pour les détruire. Nous avons appris la nouvelle en nous rendant ce lundi à la fourrière de Lesquin où elles avaient été entreposées pour tenter d’en récupérer.

De qui se moque-t-on?

Ce même 20 août, Martine Aubry, présidente de LMCU disait ne pas dormir à cause des enfants sous les tentes. Elle n’a pas pourtant fait part de ses regrets d’avoir ordonné l’expulsion de ces 200 personnes de la Friche et du terrain de Pont de Bois, tous deux appartenant à LMCU.

Pourquoi nous avoir menti?

Pourquoi nous répéter que des solutions allaient venir dans les jours prochains alors que tout est fait pour que ces familles craquent et retournent en Roumanie? C’est méconnaitre la réalité et déconsidérer ces familles habitantes de la métropole lilloise depuis des années, expulsées sans solution aucune ; c’est cautionner, accompagner et mettre en oeuvre la politique inique du ministre de l’Intérieur Manuel Valls qui a annoncé en Roumanie la reconduite à la frontière des familles, « aidée ou forcée », a-t-il répété.

Lors de la réunion avec le préfet la semaine dernière, personne ne nous a fait part de ces destructions de caravanes. Le responsable de la fourrière nous a avoué qu’on lui avait ordonné de ne pas en parler. Michel François Delannoy, 1er vice-présdient de LMCU, nous a mis en garde, nous sommant « d’arrêter avec les médias », nous accusant malicieusement d’avoir incité les familles à rester, les obligeant eux, responsables politiques, à expulser ces familles par la force. Nous accusera-t-on bientôt de délit de solidarité? Serons-nous poursuivis pour aider ceux que l’on traite comme des indésirables, que l’on veut chasser de la métropole? A-t-on besoin de temps de temps pour trouver des terrains et des logements vides?

La pieta rom de Notre dame des Victoires (dr)

Cela fait 47 jours que ces familles survivent dans des conditions indignes sous tente. Nous ne pouvons plus attendre que l’on nous mène en bateau, nous promettant des solutions qui ne viennent pas. Et la pluie, et le froid… A-t-on besoin de temps de temps pour trouver des terrains et des logements vides?

Mercredi 26 septembre, le collectif Solidarité Roms Lille Métropole tiendra une conférence de presse pour dénoncer la situation.

L’Atelier Solidaire se réunira ce jeudi 27 septembre à 18h à la MRES, salle Agora au 1er étage de la MRES, 23 rue Gosselet à Lille et appelle les militants et bénévoles à nous rejoindre pour faire le point sur la situation et envisager ensemble les actions à mener avec les personnes concernées. Nous présenterons également l’association aux nouveaux bénévoles et expliquerons nos projets à moyens termes.

Nous vous espérons nombreux ce jeudi, nous avons besoin de toutes les forces pour envisager de réelles solutions à l’impasse orchestrée par les pouvoirs publics.

A jeudi,

Yann Lafolie, président de l’Atelier Solidaire

L’Atelier Solidaire
(association   loi   1901)
23      rue        Gosselet
5 9 0 0 0           L i l l e

Les Roms expulsés de Villeneuve d’Ascq ne veulent pas aller à Bauvin ou Cysoing

Nous sommes des bénévoles présents sur les 3 lieux ou vivent deux cent personnes depuis le 9 aout : la bande qui longe l’église ND des Victoires, le bosquet entre Triolo et Hôtel de Ville, le trou dans la terre, entre voie ferrée et excréments face à la gare d‘Hell-emmes chemin Napoléon.
Nous partageons, depuis 4 semaines leurs jours et leurs nuits, leurs repas leurs cafés, leurs discussions et leurs fous rires. Nos petites filles blondes (ça fait cliché mais c’et la vérité)  ont aujourd’hui des nouvelles copines brunes, qui en roumain savaient déjà dire Barbie ou Nike (chaussures se dit adidach).
Nous sommes venus le rejoindre, après vous avoir lus ou écoutés, ou parce que depuis deux ans nous avions participé à des activités sur la Friche évacuée par Valls et Aubry. Nous n’avons de responsabilité dans les associations du collectif, et pour la plupart n’adhérons à aucune.
Mais nous savons ce que veulent les personnes roms, parce que nous causons avec eux tous les jours et  certains d’entre nous apprennent le roumain. Quelques uns voudraient s’installer en France, vivre, comme en Roumanie, dans une maison, travailler, envoyer les enfants à l’université… D’autres simplement travailler quelque temps ici pour pouvoir financer une activité en Roumanie. … Ce sont des citoyens européens qui vont et viennent librement,.
A court terme, les Roms n’ont pas d’emploi en France, et ont 2 moyens de subsistance légaux ou tolérés : le sémafor (mendicité au feu rouge), et la récupération de ferrailles. Que vont-ils pouvoir faire dans des villages sans feux rouges ni ferraille ?
On sait ce qui est arrivé aux Harkis, aux Amérindiens, déportés dans des camps, coupés de leurs ressources habituelles. Nos amis hommes femmes enfants Roms le savent (certain-e-s sont allé-e-s à l’université) ou le pressentent. Ils ne veulent pas aller mourir de faim dans les sibéries socialistes.
Loin du regard apitoyé des membres de la LDH, du MRAP, du CCFD, d’AMNESTY des Verts. Nous l’avons compris réunion du collectif après réunion. Un responsable de la LDH l’a dit le 3 septembre  « Je ne suis pas ici pour défendre les intérêts des Roms mais celui de mes mandants, qui s’élèvent contre les traitements indignes qui leur sont fait. » Tous les social-démocrates-chrétiens-écolo… fondateur du collectif veulent aider le Rom et une chose : que l’on éloigne de leurs regards compatissants ces femmes implorantes, ces gamins au pieds nus qui interrogent non pas la charité, non pas les droits de l’homme mais la répartition des richesses entre capital et travail, entre Sud et Nord, entre Est et Ouest.
Les Roms et nous n’avons confiance que dans deux associations : l’Atelier solidaire et Pierre blanche ; ou plutôt deux hommes : le père Arthur et Yann Lafolie. Les deux personnes que Martine Aubry ne voulait pas rencontrer. Nous savons qu’ils défendront jusqu’au bout les intérêts des roms. Ou ceux qu’ils pensent être les leurs.
Cependant, nous vous demandons : si un Français était condamné en Roumanie, sans avoir été entendu par un juge, sans pouvoir choisir son avocat, sans avoir le droit de communiquer à la presse, que dirions nous ?
M. le préfet ne veut pas recevoir de roms. Il préfère annoncer les infos les concernant à des associations qui, de leur aveu même, ne les représentent pas ! Ne pas vouloir parler directement aux personne roms est une décision raciste. Celui qui l’a prise tombe sous le coup de la loi.
Nous, bénévoles, pouvons vous faire rencontrer tous les roms que vous voulez, servir d’interprètes pour les interviews. Nous savons que la plupart de vos lecteurs, les polaks, ritals, bougnoules, nyaqué d’autrefois n’aiment pas trop les Roms. Mais nous imaginons que vous n’avez pas choisi le journalisme forcément pour ne traiter que des sujets évidents. Le prix Albert Londres ne e gagnent pas ou les lambris dorés pour reprendre l’expression de Simon Verdière

Un jour j’apprendrai à dire « Toujours » !

Expulsé de partout,

je vais.

je ne pense pas être bon à rien ;

je suis un étranger comme vous m’appelez mais ne l’êtes vous pas aussi, ailleurs ?

Vous voulez l’égalité la fraternité la liberté

Mais avec qui ? Avec un Roumain un bohémien ?

Comment pourrai-je m’améliorer si vous me jetez sur la route ?

Je suis avec ma famille sur le bord de la route je me demande où aller maintenant. à l’Hôtel de Ville ?

Trouvez une solution et je serai, je suis déjà, intégré dans votre société.

Un jour j’apprendrai à dire « Toujours » !

texte écrit en roumain par george traduit sur Reverso réécrit en français courant par jf. 

Concours enssib 2012 : les sujets.

Concours externe : lundi 23 avril 10 h composition de culture générale

« La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre » . Tel est le titre d’un ouvrage d’Yves Lacoste paru en 1976. Qu’en pensez vous ?

 

Concours interne : une phrase de Michel Melot sur la mort du livre dans un livre de 2007 (selon un candidat)

http://ow.ly/i/A9qZ

Proposition de plan pour le sujet externe

1) Géographie et guerre dans l’histoire

1.1 antiquité,

1.2 moyen age renaissance

1.3  époque moderne

II ) Quelles guerres ?

2.1 Militaire

2.2 économique

2.3. idéologique

III) Quelle finalité pour les sciences

3.1 Produire du savoir

3.2 Au service des technologies ?

3.3. Rendre les hommes heureux.

Conclusion il faut des bibliothéques centres de savoirs, critique et échange qui soient des micro espace de raison communicationnelle à la Habermas.

ce soir et ce Week end trash et psych out à #Lille

Jeudi, vendredi, samedi soir nous proposons quelques divertissements :
-Jeudi de 18.30 à 21.30 : sortie de SANG FROID, ouvrage photographique de Lnor, à la Zone de Confusion (86 rue de la Gare, St André lez Lille). Gratuit.
-Vendredi, à partir de 20.30 : concerts psychédélique garage de Sheetah et les Weissmüller et de Galileo Seven (ex Prisonners, Headcoats) à l’occasion de la sortie vinyle de Évolution Française, le nouvel album de Sheetah et les Weissmüller. Au Revenge Pub, 5 rue Vanhoenaker, Lille. 7 euros.
-Samedi : concerts de Shadow Motel (post psychedelic, Bordaux) et des Fuggets (Freakbeat 60’s de Montpellier), avec DJ Barnaby Street. A L’Imposture (croisement rue de Condé et rue d’Artois). 3 euros.

David contre Goliath : lancement du mouvement Montebourg dans le Nord

Voici le mail envoyé par Damien Carême, Représentant de Montebourg pour les primaires.
Nous avons tous ensemble mené une campagne des primaires riche et marquante.
Nous étions peu, des David face au Goliath lillois, et pourtant de nombreux électeurs ont ralliés notre cause.
Arnaud a su nous faire rêver avec la Nouvelle France, a su être au plus près de ses concitoyens avec les stands up, une façon de faire de la politique autrement en renouant avec le peuple de gauche, celui-là même qui a besoin de se sentir écouté et soutenu. Et avec la démondialisation, c’est ce que souligne Arnaud.
Au plus près, présent, riche de propositions, Arnaud nous a redonner l’espoir que les idées de la  gauche, celles auxquelles nous croyons, seront bel et bien demain portés par la gauche au pouvoir.
Fort de cette campagne et porté par ce demi-million d’électeurs, Arnaud lance donc un mouvement.
Ce mouvement s’articulera autour d’un think tank (club de réflexion) qui organisera la discussion avec les intellectuels qui ont apporté leur soutien à Arnaud (Emmanuel Todd, Michel Onfray et beaucoup d’autres), d’une université populaire itinérante qui animera des débats et fera vivre des idées qui ont toute leur place dans le débat public et d’une école de formation politique. Cette école proposera des sessions pour les militants socialistes et ceux des autres partis de gauche afin de les former aux idées de demain pour ensuite porter ces propositions dans la société.
Dans ce cadre, et afin de lancer ce mouvement dans le Nord, nous vous invitons :
Mardi 15 novembre – 18h30
à la Fédération du parti socialiste
20 rue Lyderic – Lille
Nous échangerons et construirons ensemble la base de ce mouvement qui nous en sommes sur, réunira de plus en plus de militants.
A très bientôt !
Bien à vous,
Damien Carême.

Cérébrale

Ce matin je suis allé entendre des jeunes chercheurs ( doctorants) parler d’arts et de sociétés, puis au marché de Wazemmes (1), j’ai acheté des pensées pour N. et j’ai joué au poker avec les deux enfants de la fille de la sœur de l’ex de de mon ex (quasiment mes neveu et nièce).J’ai acheté un jeu et des chouchous pour Violette. J’ai discuté avec un copain de Marjane Satrapi et ce malaise qui me prend quand je vois ses films qui ne nous apprennent rien de pourquoi l’intégrisme a pu s’installer dans cette société occidentalisées. Puis j’ai rencontré Clémentine et Romain et fait la connaissance de leur coloc, une américano-iranienne, j’ai reparlé de Marjane en mode mineur «  j’ai été déçu je m’attendais à une grande blonde avec de gros seins. J’ai fait rire, alors j’ai offert une pensée à Romain, en disant que j’allais venir voir si elle va bien. Il m’a dit quand tu veux. Je me suis dirigé vers le métro pour rejoindre mon fils Virgile. J’ai croisé Bertrand qui m’a dit qu’il avait rêvé qu’avec Laurence et Jean-Louis on lui avait demandé de décoré une boutique à Londres. Il m’a dit que mon pantalon de skai lui faisait pensé à nos année 80 puis il m’a dit qu’hier au soir, Bouziane Delgrange était mort d’une hémorragie cérébrale. (2)

(1) Quartier populaire de Lille
(2) Bouziane était chargé de mission développement local, mise en œuvre des politique public de l’emploi au Comité de bassin pour l’emploi de Lille. Il avait participé à la marche des Beurs, avait été très actifs dans les quartiers populaires de Wazemmes et Moulins, dans des associations avant de devenir, en 1995 conseiller délégué à l’action humanitaire et à la coopération humanitaire sur la liste de Pierre Mauroy. Jeté de la liste Aubry en 2001. Il servait parfois en terrasse aux Tilleuls (bar mythique du marché de Wazemmes) . Il avait au moins un fils. Sa mère est une grande militante du quartier de Moulins;

Tales from the library : Le branleur


Vers midi hier je ramène 3 livres à ma bibliothèque favorite ( Lille Wazemmes) Tout de suite , je sens une situation inhabituelle, les deux jeunes gens, un garçons et une fille, tous les deux beaux et en bonne santé. ‘- Déjà pour des bib, c’est louche-.  Ils plaisantent, parlent de choses et d’autres, je pose mes retours devant le garçon, qui me dit à peine bonjour. Je vais consulter le net, malgré la liaison calamiteuse des bib lilloises. Le gars la fille continuent à joue à un gras une fille, plaisanterie, jeux de séduction un peu bébête, genre Bambi dans le D.A. du même nom. In petto je me dis, avant de partir je vais vérifier qu’il a bien entré mes retours. Un moment je me retourne mes retours avaient disparu, je suis rassuré.
L’après-midi je reviens ramener d’autres livres. Je demande une liste de ce qui me reste ( on peut emprunter 24 objets culturels à Lille. Il me le même mec me sort une liste : les trois ouvrages du matin y apparaissent. Protestation, recherches, des trois bib présents : les trois ouvrages ont été replacés en rayon, sans être signalés revenus
Moralité : si tu es jeune, beau, et plein d’énergie sexuelle, fait un autre métier que Bib ( d’ailleurs je me demande si je m’e suis bien orienté !)
Moralité 2 :  s’occuper d’abord des retours, et le reste suivra !

Présentation d’On cause de l’Homme

Il existe un jeu vidéo nommé Civilization dans lequel le pointeur de la souris prend la forme d’une torche. On commence dans les ténèbres et en avançant dans le jeu, on éclaire son univers.  
Pour nous, les sciences humaines et sociales ( SHS) jouent le rôle de cette torche. Elles éclairent les ténèbres dans lesquels l’homme est plongé. pendant des millénaires, les religions avaient volontairement maintenu les hommes dans le noir, pour qu’ils puissent mieux admirer les illusoires reflets de paradis artificieux#, comme lorsqu’une ville ferme ses réverbères pour que l’on puisse mieux contempler les étoiles. Les fausses étoiles, d’ailleurs, puisqu’il s’agit parfois de la rémanence d’astres morts avant que leur lumière ne nous parvienne.
Les sciences dures avaient redonné au long du 19 ème siècle, à l’homme la liberté de ses 5 sens, établi des règles, donner corps à une réalité tangible, visible sensible que la gaze de la religion ne déformait plus. Les science humaines apparaissent dès le 19 ème siècle mais se développe surtout pendant le 20 ème à mon sens pour répondre au défi de la démocratie (en clair comment manipuler les électeurs) et de l’industrialisation qui entraine la massification urbaine ( comment répondre aux nouveaux problèmes, ou à la massification de certains problème : le suicide, l’école de Chicago)… Dans ce sens, selon moi, les projets globaux des SHS s’opposent à celui du marxisme, qui pour caricaturer , donne à tous les problèmes la même explication. On a souventt raillé lestentativesvd’analyselyse marxiste des sciences dures ( lyssenko …) mais tentativesives de faire des SHS marxistes pure et dure sont assez cocasse également. Mais je suis ouvert au débat sur ce point.
Les SHS ouvre à l’homme la possibilité de penser sur lui_même sur la société dont il fait partie, sur les sociétés lointaines dans le temps et l’espace. Il me semble qu’il est difficile aujourd’hui de penser quoi que ce soit sans avoir recours consciemment ou non aux SHS?

Organisation pratique
On cause de l’homme ( allusion peu transparente à La cause du peuple) se propose à chaque séance du jeudi ( le prmier et le dernier jeudi de chaque mois)  à L’Illustration de faire intervenir un chercheur en SHS ou un écrivain , penseur, etc, sur un sujet d’actualité avec un regard “ SHS” Actualité n’est pas à) prendre au sens immédiat frivole et passager des médias mais au sens philosophique “Rendre actuel, faire passer de la puissance ou virtualité à l’acte” (doctus cum tlfi) Je pense que les efforts réalisés dans les sciences dures, pour transférer leurs découvertes vers les entreprises, ne sont pas fait des SHS à la société. On ne va donc pas forcement parler de François, Giulia ou Carla, mais plutôt de  question socialement vives. #Qui se pose aujourd’hui et se posera après mai 2012. Les sans pap, le développement durable, la (dé) mondialisation, la lutte des classes ( ou pas) l’industrie, Internet,. Le causeur pourra évoquer l’un de ces sujets, de la manière dont il le souhaite, soit sous forme de papier de colloque, sous forme de causerie, ou d’interview, Cela pourra durer 45 mn, et sera suivi d’un temps égale de dialogue avec la salle. Après cet échange, un temps de pause est prévu, pour permettre au “causeur de l’homme” de préparer sa conclusion. La causerie sera enregistre en audio et vidéo , elles sera proposée à des radios et tv? le texte retranscrit, revu par les auteurs, sera publié dans une revue trimestrielle numérique.
Les causeries seront organisées  à l’étage de l’Illustration une salle qui n’accueillera que des auditeurs de la conférence. Des réservations seront prises. Le causeur pourra s’installer derrière le bar ou devant , sur un tabouret haut ou debout, ou derrière une table. . il sera possible de projeter une présentation genre diapositives ou film. Si le causeur le souhaite ou l’accepte, un plasticien pourra présenter une œuvre liée au sujet, un acteur pourra lire un texte un chanteur chanter etc… Des partenariats seront recherchés avec une librairie une bibliothèque pour que soit établie une bibliographie complémentaire.
Ces modalités pratiques peuvent s’adapter à la demande des causeurs.

Présentation de Les nouveaux territoires/les guerriers de la nuit

Historique
Association loi 1901 Créé en 2004 par une partie de l’équipe de direction de l’association Usine à images ( +) éditrice de la revue ddo. Son objet est de faire bouger les frontières entre art contemporain, politique, culture populaire, associatif et privé…

Départements Territoire d’humain : Promotion des SHS

Territoires d’encre : éditeurs ( revue, livres) réalisé 2 n° des Nouveaux territoires

La carte et le territoire ! accompagnement d’artistes : réalisé : Sarah Dutille, TV Glory Van’M Pierre-Alexis Deschamps . Promotion d’éditeurs et écrivains régionaux.

Növö Territwar : rencontre musique/art plastique :réalisé Philippe Baryga au Grand Mix. organisation d’événements musicaux ( projets en cours) . Booking de DJ’s. Soirées piano chants, gestion de carrières , booking de groupes et chanteurs.

Aesop : Service à la personne de haut niveau.

Territoire de marque : communication pour associations et coopératives Territoire de celluloïd : Organisation de soirées cinéma.

Front populaire : nursing d’une Scop de mode.

La vorace et le coriace #besson Fail Un mail perso apparait dans mon blog

je t’écris d’un cyber café. Tu as cassé mon portable. Voici que tu mettras en moins dans la liste de dettes. Je peux te le dire, en effet : j’ai l’intention de te payer tout ce que estimeras du. Je refuse de signer une reconnaissance de dette injuste, je te ferai une proposition dès que je pourrai utiliser un ordi sans le payer à l’heure.
Cet ordi cassé est encore un exemple de tout ce que je subis depuis 8 ans ; les projets vers lesquels je m’acharne et les embûches, les crocs en jambe que tu traces sous mes pas. La liste serait trop longue, tu la connais.
Contrairement à R., tu me m’as jamais connu entreprenant, gagnant de l’argent, proposant des activités. As tu réfléchi que cette assertion pouvait se retourner contre toi ?
En 2002-2003, alors que je tentais encore de sauver mon activité de journaliste, tu m’as fait subir tout ce qu’une taspé peut inventer pour énerver un homme.
Quelques exemples

  • Tu me demandes de ne pas parler de notre relation, mais tu me caches que tu as vécu avec G., le frère d’un de mes amis de l’époque.
  • Tu prétends ne vouloir voir personne, dont moi , fin août,  et- je découvre qu’un homme dont tu me dis que c’est un ex amant dort chez toi. ( tu referas exactement la même chose l’an suivant).
  • tu me dis que tu es trop malade pour sortir un week-end, je tombe sur toi avec ton “ex” au marché de wzm.
  • Une fois tu te sépares de moi parce que j’ai les cheveux trop court. Le week-end suivant tu vas à une fête chez A. B., où des photos te montrent dansant avec ton ex.
  • Comme je m’indigne de tes mensonges, tu prétends à ton ex que je te reproches de le voir.
  • On va à la Malterie. Tu me demandes d’agir comme si on n’étais pas ensemble. Du coup je vois que tu discutes pendant une heure avec deux mecs. Au bout de ce laps de temps je m’approche. Tu ne me présentes pas, limite, tu me tournes le dos. Les deux types partent et l’un d’eux (alors le compagnon d’une amie à toi) revient, il est étudiant en médecine et te dit N2 voudrait que tu viennes boire un verre. La drague est évidente. Au lieu de répondre simplement, en me présentant comme ton “ami”  tu prétends être fatiguée, et tu propose avec enthousiasme un autre verre.
  • Un autre fois à la Malterie nous sommes là avec N. , le frère de ton ex, et A. la femme de celui-ci. Il y a des tensions dans leur couple, pas dans le notre , officiellement. Un moment, A. , une de ses copine et toi disparaissez avec les deux types, dont N2 et un troisième étudiant en médecine. C’est clairement une soirée drague qui se prépare. Grâce à N. j’apprends que vous êtes à Pain et VIN . N. me dit “ J. de toutes façons, elle est en train de tourner la page”. Je suis étonnée, tu ne m’en a pas parlé. Vous êtes dans un coin sombre de la cave à Pain et vins. Quand tu me vois tu te lèves, et on s’en va, tu me dis je me suis fait chier, ils sont vraiment bête, à part l’ami de mon amie qui veut être pys, N2 veut être anesthésiste, c’est un boulot de con.
  • Le Ddo organise une soirée au Clair obscur, un café littéraire. Là tu me demandes de ne pas te parler, de te laisser toute la soiréee tu dois parler aux invité. Tu parles avec E. Peintre plagiaire, grand bel homme et dragueur invétéré, pendant une heure. un moment je parviens à te parler, je te dis que tu exagères. Tu prétends qu’E ne te drague pas. Finalement, sur mes instances tu le laisse, il parle à M.C. et le soir même quitte sa compagne pour commencer à vivre avec M.C. Piquée au vif, tu me diras ensuite qu’E. t’avais proposé d’aller au resto, etq qu’il avait passé une heure à te draguer.
  • Tu m’as expliqué que tu devais parler à E. parce que tu l’avais interviewé, à la demande de N., alors rédacteur en chef du ddo. N. me dit au contraire que TU avais insisté pour interviewer E.
  • Le soir même tout le monde va à l’illustration. Tu discutes pendant une heure avec un mec bourré, qui t”invite au restaurant. Tu acceptes, sans me le dire, sans parler de moi.
  • Un ami revenu d’Allemagne me demande “que ce se passe t-il entre N. et sa femme.? je dis il l’a tabassée. Tu t’empresses d’aller répéter la phrase ( qui est vraie) à N.
  • Tu pars en vacance avec tes parents aux Antilles. Tu ne me laisse pas les clés de ton appart alors que tu sais que je vis dans un apppart sans électricité.
  • Avant ton départ je te demande de m’écrire une lettre pour me faire comprendre tes sentiments à mon égard ( vus les incidents cités plus haut. Tu m’envoies une carte avec 3 mots.
  • Du coup, quand tu reviens, je te dis que je ne t’aime plus, au café le Clair Obscur. . Je voulais entamer une discussion tu me quittes aussitôt.
  • le week end après, tu couche avec N2. Tu affirmes que c’est fortuit.
  • Il te largue après avoir couché avec toi, tu le croisera quelques temps plus tard avec une fille qui a dix ans de moins que toi. Il t’offre un disque de Texas.
  • Tu entames une relation épistolaire avec un dépressif qui s’est déclaré amoureux de toi, tu sors avec lui. ( en tout bien, tout honneur… selon toi).
  • je ne supports plus que nous soyons séparés. Je viens te voir, tu n’es pas là tu ne reviens que vers minuit : tu as passé un week end au Touquet avec ton ex.  ( en tout bien, tout honneur… selon toi).
  • Une autre fois il passe la nuit chez toi. Tu affirmes qu’il a dormi en bas sur le canapé, je trouve de mon côté du lit “conjugal” un livre sans image qui lui appartient tu prétend l’avoir lu ! ( toi !)

je suis seulement arrivé à 7 ou 8 mois de “vie commune !

Martine Aubry ; Innovation et justice la France en rêve aussi

Euratechnologie est, aux portes de Lille, l’un de symboles d’une volonté acharnée de l’équipe municipale : panser les plaies née de la mondialisation. On se souvient que lorsque les Européens croyaient encore pouvoir sauver quelques meubles, ils sacrifièrent leurs industries manœuvrières, telles que leur textile, en pensant mieux exporter leurs industries à valeur ajoutée (ce qui, en langage de financier, veut dire qu’elles rapportent beaucoup en créant peu d’emploi, comme quoi les financiers ont compris la théorie marxiste de la valeur.) Dans la région de la Lainière de Roubaix, on imagine que les négociations uruguayennes ont causé beaucoup de chômage et d’usines fermées. Les politiques, alors se sont dit ; il faut trouver un emploi… pour ces usines. Ca semble peu croyable mais c’est ainsi. Bien sûr, en remettant de l’activité dans les anciennes usines, leur intention principale est de créer des emplois, mais ceux-ci sont trop qualifiés pour les anciennes ouvrières de chez DMC (à Loos) ou réservés aux jeunes.

Toujours est-il que Pierre Mauroy puis Martine Aubry ont quelques réussites à leurs actifs. On n’imagine pas comme il est compliqué pour un maire de requalifier une friche industrielle, le nombre d’autorisations à obtenir, et tous ces gens à qui il faut gratter de l’argent, l’Europe, l’Etat, les collectivités territoriales. Et ensuite il faut convaincre les chefs d’entreprise de venir louer des plateaux… Lille a réussi ainsi Eurasanté, Euratechnologie, et Oxylane, où Décathlon a relocalisé une partie de la fabrication de vélo autrefois asiatique. C’est Pierre de Saintignon, qui connait bien le monde de l’entreprise pour avoir était directeur de l’insertion chez Darty qui s’occupe de ce type de dossier à la mairie de Lille. Il est normal qu’il préside le mardi 4 octobre, une réunion destinée aux chefs d’entreprise à Euratechnologie.

La droite veut enrichir sa clientèle

Une bonne centaine de personne étaient présentes, mais il est difficile de savoir combien n’étaient pas des militants martinistes venus soutenir leurs chefs. Les discours tenus par les responsables socialistes étaient adaptés à une assistance de décideurs, sans tomber dans les ex-pièges de la surenchère libérale. Akim Oural, maire PS du quartier a accueilli ses invités en plaçant la réunion dans le cadre de la campagne des primaires.  (La droite) « veut enrichir sa clientèle, nous voulons enrichir la France, et c’est au cœur du projet de Martine Aubry » a dit Patrick Kanner, président du Département du Nord, un des rares Mauroyiste qui ne soit pas Hollandiste.  Dans la salle, un universitaire s’est écrié «  C’est dans l’innovation que réside la valeur, et l’espoir des améliorations des conditions sociales. Martine Aubry promet un effort sur la recherche et c’est un bon signe » Un chef d’entreprise innovante s’inquiète «  Beaucoup de choses ont été crées en France ou en Europe et développé aux States ; Internet, le GPS. Il faut aider au transfert entre la recherche et l’entreprise. « On pourrait rétorquer que pour le téléphone portable, c’est le contraire : inventé par Motorola, et lancé par Nokia, C’est plus une question de flair de dirigeants que de fonds publics. Un chef d’entreprise œuvrant dans la santé voudrait plus de coopération entre public et privé dans ce domaine ( Ok de Saintignon) . Jean-Yves Vasseur, président départemental des Restos du Cœur s’inquiète de la précarité qui s’aggrave, et un jeune de l’emploi des jeunes.

Patrick Kanner tacle Sarkozy «  Il avait promis  « la pauvreté diminuera d’un tiers pendant mon mandat » elle a augmenté de 25 % ». Il renvoie le ministre du Logement récemmment Apparu à la télé, dans les cordes «  il nous dit que le logement social a augmenté, certes, mais moins que l’augmentation de la population, le problème s’aggrave ». Autre exemple, le lendemain il devait répondre à une interview de Marianne sur la démutualisation : les salariés sont de plus en plus nombreux à quitter leur mutuelle de santé, parce qu’ils ne peuvent plus la payer. L’augmentation de 5 % en janvier prochain, due à une nouvelle taxe va accélérer les choses. Pour M. Kanner, Sarkozy, cyniquement joue sur deux tableaux ; il espère que les classes populaires, désespérées n’iront pas voter, ou fasse gonfler le score du Front National, un second tour à la 2002 c’est son seul espoir de vaincre.

Pierre de Saintignon, premier adjoint de martine Aubry à la mairie de Lille, premier vice-président du Conseil régional, rappelle ensuite les trois priorités de « Martine » ; l’emploi, l’éducation et la sécurité. Il rappelle le projet socialiste d’une banque nationale d’investissement pour investir dans les Pme. Il signale que pour les jeunes, les socialistes créeront l’allocation d’autonomie, qui permettra aux étudiants d’étudier sans devoir travailler. Et ils relanceront 300 000 emplois jeunes sous le nom d’emplois d’avenir. « Existe–t-il quelque chose de plus important que de tracer un avenir pour la jeunesse ? Si on répond oui on doit abandonner toute activité politique ou syndicale ! C’est la question fondamentale qui se pose à la République à l’heure actuelle. »

Sur le numérique il rappelle la phrase de Martine Aubry «  Le meilleur du numérique est ce qui développe l’autonomie et la créativité. » Il faut donc supprimer Hadopi. La Cnil deviendra commission nationale pour les libertés informatique, le contraire de ce qu’elle est actuellement.

Dans la salle un directeur de centre d’insertion raconte qu’il a pu amener une vingtaine de jeune Tourquennois dans un campus américain, au frais du clan Aubry (Communauté urbaine, Conseil régional) Il aimerait voir au pouvoir national les mêmes.

Intermède comique avec le successeur local de Coluche qui se plaint que Montebourg aie traité Aubry d’enfant de Delors. Saintignon confirme la paternité, et s’attarde avec un peu de complaisance sur ces week-end dans la famille Delors.

Mais il conclut en demandant que l’on cesse de choisir entre justice sociale et innovation technologique ; beaucoup rêve d’allier des deux. Gageons qu’un jour la France en rêvera aussi !

 

Martine Aubry ; Innovation et justice la France en rêve aussi

Euratechnologie est, aux portes de Lille, l’un de symboles d’une volonté acharnée de l’équipe municipale : panser les plaies née de la mondialisation. On se souvient que lorsque les Européens croyaient encore pouvoir sauver quelques meubles, ils sacrifièrent leurs industries manœuvrières, telles que leur textile, en pensant mieux exporter leurs industries à valeur ajoutée (ce qui, en langage de financier, veut dire qu’elles rapportent beaucoup en créant peu d’emploi, comme quoi les financiers ont compris la théorie marxiste de la valeur.) Dans la région de la Lainière de Roubaix, on imagine que les négociations uruguayennes ont causé beaucoup de chômage et d’usines fermées. Les politiques, alors se sont dit ; il faut trouver un emploi… pour ces usines. Ca semble peu croyable mais c’est ainsi. Bien sûr, en remettant de l’activité dans les anciennes usines, leur intention principale est de créer des emplois, mais ceux-ci sont trop qualifiés pour les anciennes ouvrières de chez DMC (à Loos) ou réservés aux jeunes.

Toujours est-il que Pierre Mauroy puis Martine Aubry ont quelques réussites à leurs actifs. On n’imagine pas comme il est compliqué pour un maire de requalifier une friche industrielle, le nombre d’autorisations à obtenir, et tous ces gens à qui il faut gratter de l’argent, l’Europe, l’Etat, les collectivités territoriales. Et ensuite il faut convaincre les chefs d’entreprise de venir louer des plateaux… Lille a réussi ainsi Eurasanté, Euratechnologie, et Oxylane, où Décathlon a relocalisé une partie de la fabrication de vélo autrefois asiatique. C’est Pierre de Saintignon, qui connait bien le monde de l’entreprise pour avoir était directeur de l’insertion chez Darty qui s’occupe de ce type de dossier à la mairie de Lille. Il est normal qu’il préside le mardi 4 octobre, une réunion destinée aux chefs d’entreprise à Euratechnologie.

La droite veut enrichir sa clientèle

Une bonne centaine de personne étaient présentes, mais il est difficile de savoir combien n’étaient pas des militants martinistes venus soutenir leurs chefs. Les discours tenus par les responsables socialistes étaient adaptés à une assistance de décideurs, sans tomber dans les ex-pièges de la surenchère libérale. Akim Oural, maire PS du quartier a accueilli ses invités en plaçant la réunion dans le cadre de la campagne des primaires.  (La droite) « veut enrichir sa clientèle, nous voulons enrichir la France, et c’est au cœur du projet de Martine Aubry » a dit Patrick Kanner, président du Département du Nord, un des rares Mauroyiste qui ne soit pas Hollandiste.  Dans la salle, un universitaire s’est écrié «  C’est dans l’innovation que réside la valeur, et l’espoir des améliorations des conditions sociales. Martine Aubry promet un effort sur la recherche et c’est un bon signe » Un chef d’entreprise innovante s’inquiète «  Beaucoup de choses ont été crées en France ou en Europe et développé aux States ; Internet, le GPS. Il faut aider au transfert entre la recherche et l’entreprise. « On pourrait rétorquer que pour le téléphone portable, c’est le contraire : inventé par Motorola, et lancé par Nokia, C’est plus une question de flair de dirigeants que de fonds publics. Un chef d’entreprise œuvrant dans la santé voudrait plus de coopération entre public et privé dans ce domaine ( Ok de Saintignon) . Jean-Yves Vasseur, président départemental des Restos du Cœur s’inquiète de la précarité qui s’aggrave, et un jeune de l’emploi des jeunes.

Patrick Kanner tacle Sarkozy «  Il avait promis  « la pauvreté diminuera d’un tiers pendant mon mandat » elle a augmenté de 25 % ». Il renvoie le ministre du Logement récemmment Apparu à la télé, dans les cordes «  il nous dit que le logement social a augmenté, certes, mais moins que l’augmentation de la population, le problème s’aggrave ». Autre exemple, le lendemain il devait répondre à une interview de Marianne sur la démutualisation : les salariés sont de plus en plus nombreux à quitter leur mutuelle de santé, parce qu’ils ne peuvent plus la payer. L’augmentation de 5 % en janvier prochain, due à une nouvelle taxe va accélérer les choses. Pour M. Kanner, Sarkozy, cyniquement joue sur deux tableaux ; il espère que les classes populaires, désespérées n’iront pas voter, ou fasse gonfler le score du Front National, un second tour à la 2002 c’est son seul espoir de vaincre.

Pierre de Saintignon, premier adjoint de martine Aubry à la mairie de Lille, premier vice-président du Conseil régional, rappelle ensuite les trois priorités de « Martine » ; l’emploi, l’éducation et la sécurité. Il rappelle le projet socialiste d’une banque nationale d’investissement pour investir dans les Pme. Il signale que pour les jeunes, les socialistes créeront l’allocation d’autonomie, qui permettra aux étudiants d’étudier sans devoir travailler. Et ils relanceront 300 000 emplois jeunes sous le nom d’emplois d’avenir. « Existe–t-il quelque chose de plus important que de tracer un avenir pour la jeunesse ? Si on répond oui on doit abandonner toute activité politique ou syndicale ! C’est la question fondamentale qui se pose à la République à l’heure actuelle. »

Sur le numérique il rappelle la phrase de Martine Aubry «  Le meilleur du numérique est ce qui développe l’autonomie et la créativité. » Il faut donc supprimer Hadopi. La Cnil deviendra commission nationale pour les libertés informatique, le contraire de ce qu’elle est actuellement.

Dans la salle un directeur de centre d’insertion raconte qu’il a pu amener une vingtaine de jeune Tourquennois dans un campus américain, au frais du clan Aubry (Communauté urbaine, Conseil régional) Il aimerait voir au pouvoir national les mêmes.

Intermède comique avec le successeur local de Coluche qui se plaint que Montebourg aie traité Aubry d’enfant de Delors. Saintignon confirme la paternité, et s’attarde avec un peu de complaisance sur ces week-end dans la famille Delors.

Mais il conclut en demandant que l’on cesse de choisir entre justice sociale et innovation technologique ; beaucoup rêve d’allier des deux. Gageons qu’un jour la France en rêvera aussi !