Les tortionnaires de l’histoire Qu’est ce que le négationnisme ? 3/7

 

 

masques

logo-conspis

logo-negazio

Rassinier trouve des héritiers

En 1961, Rassinier publie Ulysse trahi par les siens, en recyclant entre autres des conférences prononcées devant des cercles néo-nazis en Allemagne. Il cherche à y minimiser le nombre de victime du génocide, affirmant qu’une partie des six millions s’est en fait installée à l’étranger, et que le terme le « solution finale » ne marquait que la volonté allemande d’enfermer et exiler les juifs.

tribunal_b
Le vraiment véritable procès Eichmann

En 1962, Le Véritable procès Eichmann ou les Vainqueurs incorrigibles enfonce le clou : tous les pays européens sont responsable de la Shoah, et nouvel argument promis à un bel avenir : un parallèle entre Israël et le 3ème Reich, énoncé avec les habituelles précautions de langage de ceux qui énoncent une idée insupportable.

eich«Que ce qui se passe en Israël ne justifie pas ce qui s’est passé en Allemagne, j’en conviens encore ne serait-ce que parce qu’on ne peut pas justifier le mal par le mal mais je ne justifie pas, j’explique et, pour expliquer je démonte un mécanisme…1

Argument (12) Israël et les nazis c’est pareil, les loups se mangent entre eux

La même année, les Temps modernes, revue dirigée par Sartre, publie un manifeste, qui affirme

« (…) entre les Algériens entassés au Palais des sports en attendant d’être « refoulés » et les Juifs parqués à Drancy avant la déportation, nous nous refusons à faire la différence. »

Comme beaucoup d’intellectuels anti-colonialistes, Pierre Vidal-Naquet (1930-2006) signa cet appel, et reconnaît en 1987 que cette comparaison est absurde. 2 De surcroît c’est exactement l’argumentation de Rassinier. Gaulliste « de gauche » René Capitant sauva l’honneur en refusant de signer en expliquant que pour lui les Algériens sont des militants, alors que les juifs étaient uniquement des victimes, ce qui est également critiquable !

En 1964, Rassinier, qui a enfin était viré de la FA, publie Le Drame des Juifs européens,3où il touche le fond, c’est en s’appuyant sur le témoignage d’un ancien Nazi, qu’il tente de s’appuyer sa thèse selon laquelle, à part quelques brebis galeuses, les Nazis étaient parfaitement corrects et sans brutalité. Dans un développement typiquement complotiste, Rassinier raconte qu’un million de juifs, déportés en Asie centrale, ont rejoint les États-Unis, jusque dans les années 60 en passant par la Chine ! D’ailleurs C’est Mao lui-même qui a aidé les juifs soviétiques à fuir, pour embêter son ennemi Khrouchtchev. Malgré la gravité du sujet, Vidal-Naquet, ne peut s’empêcher d’ironiser

Au XVIIe siècle, il arrivait que les gazettes annoncent soudain la réapparition des dix tribus perdues d’Israël4. Rassinier a réussi un exploit de ce type.5

En 1965 ouvre la libraire d’ultra-gauche (conseilliste et bordiguiste) la Vieille Taupe. S’opposant au communisme d’Urss, comme au trotskisme ou au maoïsme, la librairie diffuse différents courants de gauche, mais également des anti-communistes de droite, voire d’extrême droite, à cause de ce que des déçus de la VT nommèrent une « manie stalinophobe »6 qui poussait à penser que tout ce qui allait contre l’URSS ne pouvait pas faire de mal. La VT1, parfois idéalisée en opposition à la VT2,7  est décrite par Yves Coleman8 comme l’ancêtre du confusionnisme actuel.

En 1967, la Guerre des Six jours, efface l’image d’un Israël socialiste et pacifiste ( les kibboutz…). Au temps pour l’antisémitisme en mode 3éme république qui décrivait le juif comme lâche et mauvais soldat. L’URSS ( qui avait voté en faveur de la création d’Israël) se déchaîne. A l’extrême droite, François Duprat (1940-1978)9 crée le Rassemblement pour la libération de la Palestine. Dés lors, à l’extrême droite, mais pas que, l’antisionisme sera mêlé avec le négationnisme. Les « nationaux 10» jusqu’alors frileux sur la Seconde guerre mondiale, se sentent désormais autorisés à en parler. D’où les futurs « dérapages » contrôlés de Le Pen

six-day-war-old-jerusalem

En mai 1968, faisant oublier ses engagements en faveur de l’OAS et de la mémoire de Pétain, un certain Robert Faurisson, professeur de Lycée, soutient le comité d’action lycéenne, très à gauche. Les militants de la VT participent au mouvement, à Censier

En 1970, Jacques Baynac quitte la Vieille Taupe, en dénonçant dans une lettre à ses camarades le « réviso-négationnisme ». La librairie a édité l’article d’Axelrad en brochure11, et tous les livres de Rassinier sont en vente à la librairie…12La librairie ferme en 1972, pour ne pas se transformer en commerce classique.

En 1977 l’Anglais David Irving publie un livre semi-négationniste : il reconnaît le génocide mais affirme qu’il a été commis par Himmler malgré l’interdiction d’Hitler.13 Le livre suscite une polémique

un axe Darquier, Faurisson, Guillaume

1978 commence bien Duprat meurt dans sa voiture piégée. Valérie Igounet raconte, comment des camarades de parti promettent sur sa dépouille de continuer son combat négationniste.

477439435

Son oraison funèbre paraît dans Le National, l’organe de presse officiel du FN, et évoque le « combat » de l’« historien soucieux de la vérité historique » ; elle se termine par ces mots : 

« Sache en tout cas que tu n’es pas mort pour rien, car nous reprenons le flambeau. Ton oeuvre sera poursuivie1 ! »  14

Cela enlève un peu à la thèse de Pierre Vidal-Naquet

Les révisionnistes et les négationnistes français existent depuis les années 50. Ils ont une spécificité, qui les distingue des italiens ou des Américains : leur filiation n’est pas d’extrême droite. Leur public, ceux qui les entendent et les suivent, est celui de Le Pen, pour appeler les choses par leur nom. Mais les intellectuels qui fournissent à ce public des denrées viennent en fait de l’ultra-gauche. Rassinier, cet ancien député socialiste devenu le père du révisionnisme, a fait, dans les années 50, le pont entre l’extrême droite et l’ultra-gauche.

Il ya une filiation Bardéche-Rassinier-Duprat-Faurisson située entièrement à l’extrême droite si l’on considère que Rassinier passe à l’extrême droite, lorsqu’il commence à publier chez Bardèche et dans Rivarol, son adhésion à des organisations anarchistes étant plus stratégique que politique. D’autre part, PVN est souvent peu précis sur l’ultra gauche bien qu’il ait été sympathisant de Socialisme ou barbarie. Rassinier n’a jamais été d’ultra gauche (qui comprend les conseillistes et les bordiguistes). Il a été sommuniste, socialiste et pseudo-anarchiste.

Sur les trois derniers mois de l’année 1978, le négationnisme est devenu comme disent les anglo-saxon « an issue », c’est à dire un sujet jugé important par les médias, les politiques, les militants…Et cela grâce à deux scandales. D’abord, en octobre, un interview de Darquier de Pellepoix, commissaire aux questions juives de Vichy, qui déclare15

«Je vais tn_10116_louis-darquier-de-pellepoixvous dire, moi, ce qui s’est exactement passé à Auschwitz. On a gazé. Oui, c’est vrai. Mais on a gazé les poux.»

Du coup, les journalistes s’intéressent à ce qu’on appelle encore le révisionnisme16 : le Matin de Paris17 titre « Les chambres à gaz n’existent pas »18. Sous ce titre racoleur, la dénonciation d’une intervention négationniste de Faurisson, faite lors d’un colloque en janvier. La réaction des militants d’ultra-gauche, ex de la Vieille taupe (fermée en 1972) est typique de ce qu’on appelle le campisme : si Faurisson est attaqué par les élites, c’est qu’il touche quelque chose d’important. Pierre Guillaume et ses amis, dont des anciens de la revue Le Mouvement communiste (Dauvé and co), signent une lettre hallucinante, publiée dans Libération19 ; comme, dans Le Matin, Faurisson s’est réclamé de Rassinier, les signataires affirment que ce dernier est un homme de gauche, socialiste et pacifiste. C’est comme si Mélenchon et Besancenot écrivaient un communiqué pour affirmer que Soral était toujours communiste !

Sans les excuser, les signataires viennent de participer à un faux Monde diplomatique où ils tentent de prouver que Baader ne s’est pas suicidé. Ils peuvent donc se sentir en guerre contre cette démocratie bourgeoise qui , en cas de menace , peut se comporter comme une dictature. 20Ils l’exprimeront, en 1983 dans un texte où ils prennent quelques distances avec la VT2. Mais ils l’expriment avec des mots de négationnistes !

« Un très grand nombre (que nous vous laissons fixer) de Juifs, et Baader et ses camarades ont été tués par l’État allemand et le système capitaliste mondial. »21

cover-r4x3w1000-57df73a3a2e2e-poux

1Paul Rassinier Le Véritable procès Eichmann ou les Vainqueurs incorrigibles, Les Sept Couleurs, 1962

2PVN, op.cit

3Paul Rassinier Le Drame des Juifs européens, Les Sept Couleurs, 1964

4Non pas lui ! PVN révise l’histoire juive. Il n’y a qu’une tribu perdue, celle de Dan. (de mémoire).

5PVN, op.cit

6N. (Dauvé, Quadruppani et al. ) « Le Roman de nos origines : Histoire et petite histoire des quinze dernières année : 1972 », La Banquise N°2, 1983. Du coup traiter les gens de la VT « d’intégristes du marxisme stalinophobe » n’est pas faux, contrairement à ce qu’affirme Yves Coleman in Pierre Milza : Un prof bien mal inspiré mondialisme.org [online] http://mondialisme.org/spip.php?rubrique11

7VT1 : la première Vieille Taupe ( 1965-72) ultra gauche. VT2 la deuxième Vieille Taupe (1979) négationniste.

8Yves Coleman Increvables négationnistes, chapitre 4 mondialisme.org, septembre 2014 [online] consulté le 28/01/2017 http://mondialisme.org/spip.php?rubrique151

9Ce militant nationaliste-révolutionnaire (et donc néo-fasciste) est un des artisans du FN dont il a été n°2. Responsable de la diffusion du négationnisme à l’extrême-droite ( entre autres chez les Le Pen), il se présente comme « révisionniste » dans son Histoire des SS . Il avait des liens avec des militants de l’OLP. cf Nicolas Lebourg, http://www.lemonde.fr/week-end/visuel/2011/04/08/francois-duprat-une-histoire-de-l-extreme-droite_1504004_1477893.html

10Les nationaux, réactionnaires et cathos, pétainistes, s’opposent aux nationalistes, révolutionnaires, néo-fascistes. Ces distinction née dans les milieux nationalistes est reprise par les historiens.

11« Les mésaventures du sectarisme révolutionnaire » in Alain Bihr, Négationnisme : les chiffonniers de l’histoire, Éditions Syllepse et Golias, 1997 [online] http://www.phdn.org/negation/bihr1997.html

12Yves Coleman op cit , chapitre 4 http://mondialisme.org/spip.php?rubrique151

13David Irving, Hitler’s War, Viking press, New York, 1977.

14Valérie Igounet, « Un négationnisme stratégique », Le Monde diplomatique (mai 1998)

15L’Express 28 octobre 1978 cité par Yves Coleman, op.cit, chapitre 5 [online] [PDF] http://mondialisme.org/spip.php?rubrique151

16Le mot « négationniste », plus clair, n’est inventé qu’en 1987.

17Quotidien proche du PS, destiné à préparer la victoire de mai 1981.

18Le Matin de Paris, 16 novembre 1978.

19Pierre Guillaume, Gille Dauvé, Serge Quadruppani et al. « Connaissez vous Rassinier » Libération 22 janvier 1979, cité dans Serge Thion, Vérité historique ou vérité politique, la Vieille Taupe, 1980, p. 139

20N. (Dauvé, Quadruppani et al. ) « Le Roman de nos origines : Histoire et petite histoire des quinze dernières année : la Vieille Taupe 2 et l’affaire Faurisson  », La Banquise N°2, 1983 [online] http://archivesautonomies.org/spip.php?article306

21La Banquise (cf infra)

Publicités

Les tortionnaires de l’histoire une histoire du négationnisme

 

masqueslogo-conspis

« Qlogo-negazioui contrôle le passé contrôle le futur » Georges Orwell

« C’est la responsabilité des intellectuels que de dire la vérité et de mettre à jour les mensonges ». Noam Chomsky

1/6 Les Fondateurs : Bardèche et Rassinier

negationnisme-dessinPuisant dans tous les antisémitismes1 Le négationnisme est à la source de tous les complotismes actuel. Il consiste en la négation du génocide des juifs2 d’Europe commis par les Nazis Il ne s’agit pas de révisionnisme : ce mot désigne le droit qu’ont les historiens à remettre en cause la version établie d’un fait historique. Par exemple les historiens d’extrême-droite qui parlent de « génocide » vendéen en 17923.

liberation-auschwitz-1160x407
Libération d’Auschwitz par les Russes

Il s’agit ici de négation d’une vérité historique, et récente, attestée, prouvée4. Personnellement, je ne pense pas que les négationnistes croient réellement ce qu’ils disent. Mais ils font partie de ces gens qui tentent de tordre la réalité pour qu’elle colle avec leur idéologie. Ainsi Lénine et ses camarades estimant que tous ceux qui s’opposaient militairement à eux (y compris les anarchistes et conseillistes) étaient des russes blancs ou des koulaks ( paysans riches). Ou les chrétiens américains qui refusent de croire à la théorie de l’évolution.

La Shoah a eu pour effet de faire de la Deuxième Guerre mondiale une lutte entre le bien et le mal absolu. Du coup elle « justifie »5a posteriori la guerre, déclarée par la France et la Grande Bretagne. Elle fait de la démocratie (et accessoirement des démocraties populaires6) le meilleur des régimes. Et elle bannit à tout jamais le nazisme de l’étendue des possibles politiques. En France, le négationnisme, cette

« secte, minuscule mais acharnée » 7

est issue de trois milieux, tous opposés pour diverses raisons à l’histoire de la seonce guerre mondiale telle qu’elle est enseignée -et telle qu’elle s’est passée !-, qui ont fini par se rejoindre : les néo-fascistes8, qui cherchent à dédouaner le nazisme, les pacifistes qui cherchent à discréditer le recours à la guerre, et une partie de l’extrême gauche ennemie de la démocratie, « soutien du capitalisme 9». Cette dernière « famille » est une exception culturelle : Il n’y a qu’en France que l’on a pu parler de négationnisme d’ultra gauche, si on excepte le cas de Chomsky, américain qui s’immisça dans un débat franco-français. Nous appuyant sur le beau travail d’Yves Coleman et diverses lectures nous allons retracer les étapes de la révélation du négationnisme français, de Rassinier à Garaudy, en passant par Faurisson et la Vieille Taupe, en mettant l’accent sur les aspects complotistes et confusionnistes de cette famille de pensée. Donc, alors, que l’extrême-droite est de loin la plus active dans ce domaine, nous mettrons l’accent sur les négationnistes venus de la gauche, ou qui s’en réclament.

 

1948 La posture négationniste a été inventée par Maurice Bardèche (1907-1998), beau-frère de Brasillach10 assoiffé de revanche, dans Nuremberg ou le terre promise11, où l’on trouve l’assertion12 selon laquelle le gaz, dans les camps de concentration n’a été utilisé, à la demande des déportés, que pour exterminer leurs poux13. Cependant, Bardèche n’ose pas encore nier le génocide 

Maurice Bardèche
Maurice Bardèche

« Il y avait une volonté d’extermination des Juifs sur laquelle les preuves sont nombreuses. »14

Il affirme cependant que le génocide concerne uniquement les Slaves, puisqu’il s’est passé en Pologne, et que peu de Français ont disparu là-bas ( pour lui, les juifs sont étrangers). Ou alors s’il y a eu des victimes françaises, il les disqualifie ( méthode négationniste classique) en disant

« C’est qu’ils avaient accepté, ou paru accepter la défense de la cause juive. »15

On peut y trouver également des arguments récurrents chez les négationnistes et les antisémites, plus largement, et que l’on rencontre régulièrement sur les réseaux sociaux.

.(1) Les juifs seraient les responsables de la Seconde Guerre mondiale16. Ce bobard17 est tellement repris malgré son invraisemblance, qu’on peut parler de fascist-porn.18

.(2) Les Juifs ont exagéré l’ampleur du génocide pour obtenir la création d’Israël.

Autres thèmes souvent repris : (3) Hitler voulait seulement déporter les juifs hors des terres allemandes. Et l’idée (4), répandue en France que les juifs sont étrangers où qu’ils vivent.19 20

La motivation de l’auteur est de dédouaner les Allemands qui auraient été les véritables victime de la guerre21, à cause des civils tués par les bombardements, et d’ainsi ressouder l’Occident contre les communistes. L’auteur créera ensuite Défense de l’Occident, une revue qui rassemblera l’extrême droite, et publiera les principaux négationnistes. Bardèche a été condamné pour Nuremberg…, un petit livre (72 pages) à un an de prison. Pourtant la thèse resta marginale, et se se diffusa surtout au sein de l’extrême droite, avant d’atteindre la gauche.

Le Mensonge de Paul

Paul Rassinier (1906-1967), instituteur communiste (1923-1932) exclu du Parti pour avoir participé à une campagne antimilitariste avec des « bourgeois », puis socialiste (1934), leader socialiste à Belfort, s’inscrit dans la minorité pacifiste de la SFIO, jusqu’à signer un article sur ce thème dans un journal collabo en 1942. Ensuite, résistant, déporté, il devient député SFIO en 1946, seulement deux mois, à cause des manœuvre d’un radical nommé…Dreyfus. En 1949 son Passage de la ligne décrit la déportation comme très supportable, en comparaison des bagnes français ou soviétiques. Les pires ennemis des détenus auraient été non les gardes nazis, mais les détenus communistes (esquisse de l’argument (5) selon lequel nazisme et stalinisme seraient comparables) ! 22 Son objectif était de démontrer qu’il avait eu raison de se maintenir dans un pacifisme intégral qui refusait de choisir entre l’Axe23 et les alliés. Se pointe aussi l’argument « marxiste » du négationnisme :

. rassinier(6) Le capitalisme est le mal, qu’il soit démocratique ou fasciste. Pour le prouver il faut gommer les différences les plus criantes entre démocratie et fascisme : les crimes contre l’humanité.

Comme Bardèche, Rassinier ne fait qu’une simple allusion aux chambre à gaz, disant que « selon son opinion » leur importance aurait été exagérée. 24 Et anticipant sur le débat actuel, entre historiens fonctionnalistes25 et intentionnalistes26, il affirme que les Nazis n’ont jamais eu l’intention de commettre un génocide Le livre est bien perçu par des journaux de gauche qui font l’éloge du livre, dont Le Libertaire ! En 1950, dans le Mensonge d’Ulysse27, il cherche à démontrer que les survivants de la déportation ont menti, introduisant une des méthodes favorites des négationnistes, et des complotistes en général : [1] pointer des erreurs ou omissions sans importance, pour discréditer l’ensemble des témoignages. Autre méthode : [2] signaler les divergences entre témoins comme des preuves de mensonges, et les convergences comme des preuves de connivences, ou de version officielle dictée. Et enfin : [3] choisir les documents qui paraissent appuyer une thèse et disqualifier les autres28, en général en un jugement lapidaire très subjectif. Ce procédé est déjà dans ce que Pierre Vidal-Naquet pense être le premier ouvrage révisionniste, écrit par des anti-dreyfusards, à propos d’un récit qui fait s’écrouler les 800 pages de leur argumentation.

« Mais que vaut ce témoignage ? C’est ce que bien peu de gens se sont donnés la peine de rechercher. « 29

Ce qui fait scandale à l’époque, c’est la préface d’Albert Paraz, pamphlétaire d’extrême droite, ami de Céline, qui dans le style mi-délire halluciné, mi-fascisme ivre de bistrot de son modèle, accuse les résistants déportés d’être des agents de la Gestapo ou des trafiquants qui tentaient de rouler les Allemands, en même temps il accuse les néo-nazis allemands d’être payés par la CIA, refrain conspi…. Paraz, qui publie curieusement dans des journaux anarchistes et d’autres d’extrême-droite, manifeste un agacement pas mal partagé à l’époque contre les « résistantialistes », politiciens qui se fondent sur leur passé de résistant pour justifier tout ce qu’ils font, et écraser les autres de leur mépris. C’est sans doute une autre motivation de Rassinier : (7) montrer que le nouvel ordre du monde qui a donné le pouvoir aux résistants et au Français libres30, est fondé sur un mensonge.31rassinierarticle

Un député MRP (démocrate-chrétien) dénonce à la chambre le livre de Rassinier, des associations de déportés portent plainte. A la suite du scandale, Rassinier est donc exclu du PS en 1951 et est accueilli à … la Fédération anarchiste, de l’époque, scission animée par Maurice Joyeux. Dans la presse libertaire, il se spécialiste dans la dénonciation des banksters, vieille antienne d’extrême droite, sans que ses nouveaux compagnons ne s’aperçoivent qu’il vise surtout les banquiers juif, et des politiques tels que Mendès-France et Meyer et qu’il s’inspire de Coston, antisémite forcené. Argument (8) du négationnisme les juifs ont payé parce qu’ils étaient les pires des capitalistes. Peu à peu l’ambiguïté va disparaître, à mesure que Rassinier fait publier par Bardèche ses ouvrages qui remettent de plus en plus en cause les chambres à gaz. Jusqu’à l’odieux « Le Drame des juifs européens32, drame qui serait non la Shoah mais « l’invention » de celle-ci. En même temps l’antisémitisme de l’auteur se montre clairement, comme sa haine de la gauche. Les deux dérivent semblent-il de son pacifisme. Rassinier est sans doute influencé par les pamphlets antisémite de Céline  

(…) l’anti‑Juif d’avant-guerre voyait dans le Juif le centre d’un complot mondial et le vecteur de la guerre à venir (cf Céline, Bagatelles pour un massacre, 1937, l’École des cadavres, 1938) 33

rassinier-rivarolMais ce n’est qu’en 1964 que s’apercevant que Rassinier écrit dans la presse d’extrême droite, la FA l’exclut. Il adhère alors à un groupuscule anarchiste,l’Alliance ouvrière anarchiste34

Entre temps, en avril 1950 Roger Garaudy s’attaque dans Les Cahiers du communisme les témoignages des ex-détenus des camps soviétiques., sa méthode

«ressemble (…) beaucoup à celle qu’adopte au même moment le pionnier du négationnisme, le socialiste Paul Rassinier. (…) Roger Garaudy n’adopte évidemment pas le même point de vue (…) mais sa familiarité avec de tels procédés rhétoriques et polémiques a très probablement facilité, dans les années 90, son engagement négationniste»35

1L’anti-judaïsme chrétien, le racisme biologique, anti-banksterisme, l’hostilité contre les concurrents sur le marché du travail, le délire de pureté nazie, puis l’antisionisme radical.

2Le terme « les juifs » est employé ici pour gagner du temps. Il s’agit des personnes considérées comme juifs par la législation et/ou la société de leur époque, qu’elles pratiquent ou non la religion mosaïque, ou se sentent appartenir à la communauté juive de leur ville et de leur pays.

3Tant qu’ils ne cherchent pas à minimiser la Shoah en la comparant avec d’autres.

4Cela n’empêche pas, contrairement à la légende antisémite, les historiens de débattre sur le sujet. Ainsi , aprés bien des polémiques, ils s’accordent à peu près sur le chiffre de 5,1 millions de victimes juives.

5A posteriori. Et parfois, on a l ‘impression que les Alliés ont fait la guerre à l’Axe pour libérer les camps. En réalité, cette motivation était scandaleusement absente des motivations des Alliés. La Libération de Paris, par exemple, en reatrdant une partie des armées alliées dans leur route vers l’Allemagne est respondable de milliers de morts.

6Ainsi que se désignaient l’Urss et ses alliés/vassaux.

7Pierre Vidal-Naquet, Les assassins de la mémoire / « un Eichmann de papier » et autres essais sur le révisionnisme, La Découverte Points Essais, 1987, Préface de 1980.

8J’emploie ce terme dans le sens où Nicolas Lebourg l’emploie. Le néo-fascisme, né pendant la guerre, (Dans la République social italienne de Mussoline à Salo, et parmi les Waffen-SS étrangers) est pro-européen et davantage « social » que les fascismes au pouvoir. Il sera relancé en France par Maurice Bardèche. Cf NicolasLebourg L’invention d’une doxa néo-fasciste : le rôle de l’avant-garde nationaliste-révolutionnaire, 2001.[online] http://www.phdn.org/negation/lebourg2001/http://www.phdn.org/negation/lebourg2001/ consulté le 08/02/2017

9Cette thèse dont on verra les ravages qu’elle fit dans l’ultra-gauche, est reprise par une jeune chercheur  Ali Kebir, Sortir de la démocratie,  L’Harmattan Quelle drôle d’époque !, 2015 cf http://www.nonfiction.fr/article-7575-une_critique_genealogique_de_la_democratie.htm

10Écrivain fusillé à la Libération pour entente avec l’ennemi.

11Maurice Bardèche, Nuremberg ou le terre promise, Aux sept couleurs, 1948. réédité [online] Éditions de l’Aargh : Amateurs des anciens récits de guerre et de l’holocauste, 2003 (je ne donne pas le lien.) Consulté le 29/12/2016

12Qui sera rendue célèbre en 1978 cf infra

13Ibidem. P. 40

14Maurice Bardèche, op .cit. Cité dans Pierre Vidal-Naquet, op.cit.

15ibidem

16Tous les négationnistes s’appuient sur une lettre de Chaïm Weizmann président de l’Agence juive qui dit «  Les juifs font cause commune avec la Grande-Bretagne et combattront dans le camp des démocraties. » Jewish Chronicles, 8 septembre 1939. S’appuyer sur ce communiqué de soutien pour dire que les juifs auraient déclaré la guerre à l’Allemagne !. On conviendra que ce sont les Nazis qui ont commencé. Dans une méthode négazio typique rassinier fera de Weizmann le président du Congrès juif mondial.

17 Repris notamment par Étienne Chouard. « NOTRE PROBLÈME, CE N’EST PAS HITLER, NOTRE PROBLÈME C’EST QUI A FINANCÉ HITLER (…) Et si certains de ceux qui financent le fascisme et la guerre sont juifs — objectivement, factuellement —, il ne faut pas que cette judéité nous empêche de les accuser, n’est-ce pas ? » http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2011/09/15/142-le-fascisme-n-est-pas-assimilable-a-l-antisemitisme

18Expression forgée sur par exemple « riot-porn » pornographie de l’émeute : des images d’émeutes qui font plaisir !

19Vieux théme de la littérature populaire française, via le personnage du Juif errant. Cf Raymond Barre, Premier Ministre français« Cet attentat odieux voulait frapper les israélites qui se rendaient à la synagogue et qui a frappé des Français innocents qui traversaient la rue Copernic » après l’attentat de la rue Copernic Cf http://veroniquechemla.blogspot.com/

20Yves Coleman Increvables négationnistes, chapitre 2 : 1948-1960, mondialisme.org, septembre 2014 [online] consulté le 28/01/2017 http://mondialisme.org/spip.php?rubrique151

21L’idée sera reprise par Faurisson, qui, soutenu par l’ultra-gauche précise « sauf leurs dirigeants »

22Cet argument rendit le livre sympathique aux anti staliniens anars, puis aux ultra-gauchistes de la Vielle Taupe première manière.

23Alliance de l’Allemagne, de l’Italie et du Japon.

25M. Broszat « Hitler and the final solution » in H.W. Koch Aspects of the Third Reich Macmillan, Londres, 1986

26A l’extrême, Lucy Davidowicz estime que le génocide est présent dans le cerveau d’Hitler dès 1919. Lucy Davidowicz, la Guerre contre les Juifs, Hachette 1977

27Paul Rassinier, Le Mensonge d’Ulysse, Les Éditions bressanes, 1950 Réédité avec le Passage de la Ligne, La Vielle Taupe, 1980, Cette version rééditée [online] par Aargh, sd (nous ne donnons pas le lien.) consulté le 28/12/2016.

28Ce que Serge Thion résumera par « Il y a les bonnes sources et les mauvaises, l’astuce [sic] étant de bien les jauger. » in Serge Thion Vérité historique ou Vérité politique ?, La Vieille Taupe, 1980.

29H. Dutrait-Cozon Précis de l’affaire Dreyfus avec répertoire analytique ; Nouvelle librairie nationale, Troisième édition, 1938, cité par Pierre Vidal-Naquet, op cit

30Ceux qui à l’appel du général de Gaulle se sont battus au sein des armées alliés.

31« bellicisme est passé de la droite à la gauche » « le

Résistancialisme l’y a maintenu» Paul Rassinier brouillon de lettre à Bauchet, 1964 cité in N. (Dauvé, Quadruppani et al. ) « Le Roman de nos origines : Histoire et petite histoire des quinze dernières année : la Vieille Taupe 2 et l’affaire Faurisson  », La Banquise N°2, 1983 [online]http://archivesautonomies.org/IMG/pdf/gauchecommuniste/gauchescommunistes-ap1952/labanquise/labanquise-n02.pdf

32Paul Rassinier, Le Drame des juifs européen, Aux sept couleurs, 1964

33Georges Bensoussan: « Négationnisme et antisionnisme: récurrences et convergences des discours du rejet » in Revue d’histoire de la Shoah n° 166, mai-août 1999 [online]http://www.anti-rev.org/textes/Bensoussan99a/body.html#1, consulté le 2/2/2017

34Ce petit groupe est issue de scissions de la CNT (Fédération des travailleurs du rail) et de la FA autour de Raymond « Souriant » Beaulaton ‘1912-1994). S’opposant à toute organisation, ce groupe franco-belge, se mit à diffuser des écrits négationnistes à partir des années 1980 cf N. Beaulaton Raymond « Souriant », Dictionnaire des militants anarchistes [online]https://militants-anarchistes.info/spip.php?article280, consulté le 22/01/2017. Un ex membre de l’AOA, se présentant comme « bational-anarchiste » (sic) a tenté vainement de la relancer entre 2009et 2011 au cours d’un itinéraire confusionniste jusqu’à la psychose. Cf http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2011/06/24/hans-cany-la-verite-sur-son-parcours-politique.html

35M. Prazan et A. Minard Roger Garaudy, Itinéraire d’une négation, p. 82