Le Chagrin et la Solidarité : la lettre d’un élu local sur le sort des Roms d’Europe

netoi-1p

Depuis plus d’un an, je fréquente les Roms et les bénévoles qui leur viennent en aide. Au début nous échangions souvent entre bénévoles sur la difficulté que nous avions à faire partager notre combat à nos familles et amis. Aujourd’hui nous n’échangeons plus que des regards navrés. Certains d’entre nous trouvent, ou cherchent encore, des excuses aux riverains, aux élus locaux, qui tiennent des propos abjects parce qu’ils n’aiment pas qu’on fouille leur poubelle, ou que l’on fasse du feu prés de chez eux. Je ne partage pas cette indulgence. Face au sort qui est fait aujourd’hui aux 15 000 Roms roumains et bulgares de France, aux 3000 Roms de la métropole lilloise, face à l’ignoble égoïsme dont font preuve mes compatriotes, je souffre d’être Français. Décérébrés par des décennies de connerie cathodique, travaillés au corps par les discours populistes du Front fasciste, les Français vomissent leur racisme, impunément, dans les poubelles d’Internet ; des politiciens sans scrupule tentent de prospérer sur ce fumier ; des journalistes se vautrent dans cette soue au mépris des principes élémentaires de leur profession. La Voix du Nord par exemple, pratique l’objectivité dénoncée par Glucksmann (1) en l’aggravant : un article neutre ou favorable aux Roms pour dix qui relaient les rumeurs ou les opinions racistes de ses lecteurs. Des médecins refusent de soigner des roms, des pharmaciens refusent de leur louer des appareils vitaux, des prêtres, des pasteurs, les font expulser où les ignorent lorsqu’ils vivent à proximité de leurs lieux de culte.

Je reproduis ici la lettre d’un élu local EELV d’Halluin, une ville coincée entre Roubaix et la frontière belge.Hamza EL KOSTITI est membre de la majorité de gauche de cette commune . Je dois dire que les militants d’Europe écologie-Les Verts sont les seuls à s’engager massivement et sans réticences dans la défense des Roms. Les autres partis de gauche, Front de gauche, NPA, et les groupes anarchistes et antifa sont nettement moins clairs sur le sujet. En tout cas ils sont peu présents sur le(s) terrain(s). M. El Kostiki écrit au lendemain d’une visite au camp de Croix-Wasquehal deux  villes prospères de la banlieue lilloise (Croix rivalise chaque année sur l’ISF avec Neuilly sur Seine.) Un vaste espace vide longeant la voie ferrée a été investi depuis quelques semaines par des familles chassée de Lille par Martine Aubry. Ce nouveau camp a suscité les déclarations scandaleuses du maire de Croix, incitant au meurtre de Roms chapardeurs, et un appel au calme du maire de Wasquehal, qui a abouti, enfin à une réunion de concertation des maires, pour chercher à accueillir décemment la moitié des Roms et à virer de la métropole lilloise l’autre moitié. Entre temps le maire PS de Wattrelos, Baert, soutien de Valls a été cambriolé et certains objets ont été retrouvés dans le camp de Croix. Mercredi le camp a été réduit de moitié et son expulsion complète est une question d’heure. Le père Arthur , assomptionniste devenu célèbre pour son opposition à la politique anti Roms de Sarkozy, a organisé hier jeudi une cérémonie dans le camp de Croix en plantant… une croix, symbolisant le martyre des Roms d’ici. Le ciel en a pleuré toute la journée et le camp est devenu un bourbier où les enfants jouent en sandales.

 

 

L’Histoire sera témoin des actions de chacun.

 

C’est avec force tristesse et grande amertume que  j’ai quitté hier  midi le camp de Roms de Croix Wasquehal ; sous 15 centimètres de boue et une pluie battante, certaines familles survivent (et le mot n’est pas très fort), les dents qui claquent sous une bâche, car des caravanes ont été enlevées par la police avant hier.

 Que veut-on que les Français retiennent de ces démantèlements ? Que le ministre de l’Intérieur demeure ferme, car il ne cède pas à ces misérables « envahisseurs » et les expulse à la chaîne.

 Face à cette mascarade, symboliquement et pour envoyer un message fort, nous avons déchiré devant les caméras plusieurs copies de la circulaire interministérielle qui n’est pas respectée (surtout sur le suivi sanitaire suivant les expulsions et l’hébergement d’urgence).

 Ainsi, en France 16 900 Roms sont ballotés comme des animaux et instrumentalisés à des fins politiques. Ce midi nous avons encore pu le constater non loin de chez nous.

 Dans la débâcle, le père Arthur a distribué des vivres pour supporter la pluie et passer la nuit, d’autres militants des cercles catholiques étaient également présents appuyés de l’infatigable Bruno Mattéi (2). 

 Nous avons également appris, consternés, qu’une fillette de 9 ans ayant une insuffisance cardiaque sera expulsée demain sans suivi médical, sans logement ; gageons qu’elle ne survivra pas à plusieurs nuits passées dehors.

 Moi-même désarmé, j’ai appelé  le cabinet de Marie-Christine Blandin (3) et d’Hélène Flautre (4) pour qu’au moins un message soit délivré à Cécile Duflot, afin que des terrains soient proposés à ces familles (de Croix), et un suivi médical à minima (quitte à déléguer Médecins du monde). Sans cela, et pour le dire plus hardiment, il y a manifestement non-assistance à personne en danger. 

 Ce que nous avons vu hier midi est un spectacle anachronique d’une France de 2013, pays des droits de l’Homme. Voir de telles scènes, m’a procuré un vague sentiment de honte, et un goût profondément amer.

 Je ne souhaite pas relancer le débat sur les Roms, mais …je vous invite à être dans l’action.

·Pour parer l’hiver car le bricolage politique n’est pas près de s’y intéresser (collecte de fonds) ;

·Relayer la crise humanitaire ;

·Organiser des collectes de vivres et caravanes ;

·Intégrer un des collectifs[de solidarité avec les ] Roms de la métropole ;

·Relancer les élus de proximité sur la nécessaire humanité face à un tel désarroi.

Face à cette crise humanitaire sans précédent,  l’heure est venue d’agir et l’histoire sera témoin des actions de chacun.

.

Hamza EL KOSTITI

(1)    (1) « L’objectivité dans les médias c’est un quart d’heure pour Hitler et un quart d’heure pour les juifs », cité de mémoire.

(2)    (2) Bruno Mattei professeur de philosophie  membre d’Atd  d’un collectif de solidarité Roms de Roubaix . auteur d’une lettre à Martine Aubry que j’ai co-signée.

 (3) MC Blandin, sénatrice verte, ex présidente  de Région s’est déjà manifesté en faveur des Roms

(4)    (4) Députée européenne verte du Pas de Calais.

Photo (c) Gonzague Cuvelier : des familles nettoient le camp dont il seront expulsées quelques semaines plus tard

« ce jour nous avons appris la destruction des caravanes des familles de la Friche »

Une nuit près de l’église

Communiqué

Bonjour,

Malgré les épreuves de cet été depuis l’expulsion de la Friche le 9 août dernier, nous ne pensions pas avoir à supporter un second choc. En effet, ce jour nous avons appris la destruction des caravanes des familles de la Friche. Elles ont à présent vraiment tout perdu…

Le 20 août 2012, lors de notre rendez-vous avec Martine Aubry, celle-ci s’était engagée devant nous à restituer les caravanes aux familles. Néanmoins, un ordre a été donné le 28 août pour les détruire. Nous avons appris la nouvelle en nous rendant ce lundi à la fourrière de Lesquin où elles avaient été entreposées pour tenter d’en récupérer.

De qui se moque-t-on?

Ce même 20 août, Martine Aubry, présidente de LMCU disait ne pas dormir à cause des enfants sous les tentes. Elle n’a pas pourtant fait part de ses regrets d’avoir ordonné l’expulsion de ces 200 personnes de la Friche et du terrain de Pont de Bois, tous deux appartenant à LMCU.

Pourquoi nous avoir menti?

Pourquoi nous répéter que des solutions allaient venir dans les jours prochains alors que tout est fait pour que ces familles craquent et retournent en Roumanie? C’est méconnaitre la réalité et déconsidérer ces familles habitantes de la métropole lilloise depuis des années, expulsées sans solution aucune ; c’est cautionner, accompagner et mettre en oeuvre la politique inique du ministre de l’Intérieur Manuel Valls qui a annoncé en Roumanie la reconduite à la frontière des familles, « aidée ou forcée », a-t-il répété.

Lors de la réunion avec le préfet la semaine dernière, personne ne nous a fait part de ces destructions de caravanes. Le responsable de la fourrière nous a avoué qu’on lui avait ordonné de ne pas en parler. Michel François Delannoy, 1er vice-présdient de LMCU, nous a mis en garde, nous sommant « d’arrêter avec les médias », nous accusant malicieusement d’avoir incité les familles à rester, les obligeant eux, responsables politiques, à expulser ces familles par la force. Nous accusera-t-on bientôt de délit de solidarité? Serons-nous poursuivis pour aider ceux que l’on traite comme des indésirables, que l’on veut chasser de la métropole? A-t-on besoin de temps de temps pour trouver des terrains et des logements vides?

La pieta rom de Notre dame des Victoires (dr)

Cela fait 47 jours que ces familles survivent dans des conditions indignes sous tente. Nous ne pouvons plus attendre que l’on nous mène en bateau, nous promettant des solutions qui ne viennent pas. Et la pluie, et le froid… A-t-on besoin de temps de temps pour trouver des terrains et des logements vides?

Mercredi 26 septembre, le collectif Solidarité Roms Lille Métropole tiendra une conférence de presse pour dénoncer la situation.

L’Atelier Solidaire se réunira ce jeudi 27 septembre à 18h à la MRES, salle Agora au 1er étage de la MRES, 23 rue Gosselet à Lille et appelle les militants et bénévoles à nous rejoindre pour faire le point sur la situation et envisager ensemble les actions à mener avec les personnes concernées. Nous présenterons également l’association aux nouveaux bénévoles et expliquerons nos projets à moyens termes.

Nous vous espérons nombreux ce jeudi, nous avons besoin de toutes les forces pour envisager de réelles solutions à l’impasse orchestrée par les pouvoirs publics.

A jeudi,

Yann Lafolie, président de l’Atelier Solidaire

L’Atelier Solidaire
(association   loi   1901)
23      rue        Gosselet
5 9 0 0 0           L i l l e