#PMA #PMO Les inquiétants censeurs des utérus des autres

Alexis Escudero, et plus largement le groupe néo-luddiste Pièces et Main d’oeuvre (PMO) ont dérivé d’une critique légitime de l’utilisation des technologies, à des positions réactionnaires sur le genre. Cette néo-bigoterie qui fournit des armes aux fascistes et intégristes de la Manif pour tous n’a aucune place dans le mouvement anarchiste dont ils se réclament.

http://www.deezer.com/track/4262809

Je reviens sur la conférence donnée par « Alexis Escudero i», à l’Insoumise

l'insoumise
La libraire l’Insoumise

Je suis arrivé un peu en retard,du coup,j’ai assisté à la fin d’une « prise de parole » polyphonique,qui a précédé la conférence, de « militantEs féministes LGBT et leurs alliés» ; les alliés en question étaient des membres de l’ex-Groupe des anarchistes de Lille. Ces personnes voulaient expliquer pourquoi, à leur avis, il ne fallait pas assister à la conférence. Ensuite elles sont sorties en fusillant du regard tous ceux qui restaient, et par conséquence on s’est retrouvé à 2/3 d’hommes ce qui est en soi problématique s’agissant d’une conférences tournant globalement autour de l’utérus.

Les critiques des féministes lillois-e-s

A ma demande une des sortants m’a tendu, méprisante, un exemplaire du texte de l’intervention.

Intitulé « Pourquoi le livre d’Escudero n’est pas une invitation au débat » ,  Il contient des critiques contre le livre et contre l’initiative d’organiser un débat autour de celui-ci. Sur le livre, pas de critique de fond ( je ne suis pas certain que quiconque l’ait lu à Lille à part Camille1, l’organisateur de la conférence) mais des constats : ce n’est pas le moment et ce n’est pas le bon auteur 

« Ce livre renforce et tire avantage du climat actuel de LGBTphobie qui va l’encontre des revendications de non-discrimination dans l’accès à la PMAii »

« Pour nous il est inadmissible qu’un homme blanc cis hétéro universitaire produise une critique des technologies de reproductions et des positions LGBTQIFiii sans interroger les privilèges dont il bénéficie. »

Sur le débat : il aurait fallu l’organiser avec des personnes concernées, disent en substance les auteures du tract et l’invitation d’Escudero semble montrer que le collectif  l’Insoumise  cautionne le livre, alors que, bien entendu, de nombreux membres de ce collectif soutiennent activement les combats LGBTQIF

« Ce débat ne peut s’inscrire dans une optique constructive sans que soient sollicités les réseaux militants ou personnes concernées au niveau local. »

« A l’Insoumise nous ne comprenons pas le fossé qu’il peut y avoir (sic) entre certaines dynamiques individuelles et le positionnement du collectif qui protège un discours anti-féministe »

En revanche, les signataires pensent qu’un débat est légitime dans un cadre féministe et à condition que la  « critique des techniques et du capitalisme » s’articule avec une critique des privilèges blancs masculin cis hétéro,valides, bourgeois, âgiste.… Le mot « blanc » n’a pas manqué de susciter quelques commentaires ironiques après le départ des LGBTQIF. L’argument du racisme est surtout employé par les adversaires de la GPAiv : dans leurs fantasmes les femmes blanches iront faire porter leurs embryons par des femmes des pays du Sud. Personnellement, je pense que le milieu féministe radical lillois (composé de blanc-he-s) a retenu la leçon de Saïd Bouamama qui, a la suite de circonstances trop longues à raconter, lui a reproché une prise de parole qui pouvait sembler méprisante face à des personnes en grande partie d’origine étrangèrev.

Les positions de l’Insoumise

Après le départ du groupe LGBTQIF, Camille2 a pris la parole au nom de l’Insoumise, pour rappeler l’histoire du lieu. Des personnes anarchistes et anti-autoritaires qui s’étaient connues au cours de luttes ont occupé ce lieu vi et y organisent des débats autour de livres. L’idée même de débat implique que le collectif n’approuve pas forcément la thèse de l’auteur. Le collectif n’est pas organisé de manière autoritaire : la réunion autour d’Escudero a été voulue par quelques membres, les autres assurant uniquement un soutien logistique. Un autre membre du collectif Camille3vii, sans prendre position sur le fond, a exprimé son opposition à ce débat, parce qu’il tombe mal, par rapport à la confrontation LGBTQIF/ LMPT et parce qu’il heurte des personnes qui sont des allié-e-s anti-autoritaires de l’Insoumise. A son tour, Camille1 a revendiqué seul l’organisation de la conférence, qui s’inscrit dans sa démarche anti-technologique. Il a écrit L’Enfer vert  qui attaque EELV sur le fait que certains de ses élus ont introduit la RFID dans le métro lillois.Il a un blog :Hors sol, et un projet de journal sur ce thème.

Les ambiguïtés d’Escudero

Escudero a, en gros, résumé son livre dont on peut trouver des extraits sur PMO. Ce qui m’a surtout frappé est qu’il a présenté sa démarcheviii comme inspirée en grande partie des théories de Marx. Pourtant sa critique du capitalisme ne s’appuie pas sur la théorie de la valeur, de l’exploitation, de l’aliénation etc. Elle porte sur la suppression des « biens communs » (commons) (pour mettre en place une agriculture intensive) et sur la modernisation de l’industrie (pour augmenter les profits des capitalistes). En gros, il reproche au capitalisme d’avoir été vecteur de progrès économique et technique, et fait de Marx l’ancêtre de Nicolas Hulot. Être facteur de progrès ce n’est pas le reproche que fait Marx au capitalisme. Ni les marxistes. « Le communisme dira Lénine, c’est les soviets et l’électricité. » Sans faire de procès d’intention, force est de constater qu’il s’agit d’une approche révisionniste du marxismeix.marxism

Marx est de nouveau sollicité pour sa théorie de l’infrastructure (économique) qui conditionne la superstructure (politique). .Pour Escudero, l’infrastructure est aujourd’hui constituée des technologies numériques, biologiques… Monsanto et les autres inventeurs de ces technologies sont les vrais détenteurs du pouvoir. Complotisme ? .

Sinon j’ai la douleur de vous annoncer que Rosa Luxembourg s’est retournée une nouvelle fois dans sa tombe. Escudero s’appuie sur sa critique justifiée de l’impérialisme inhérent au capitalisme. Pour elle, le capitalisme est à l’origine de la colonisation et des guerres à enjeu territorial, parce que c’était le seul moyen d’assurer la croissance sans laquelle il est condamné. Reprenant la phrase d’Engels selon laquelle « Le capitalisme porte la guerre comme la nuée porte l’orage », elle développe ce qui donnera le titre français d’une célèbre brochure x : si l’humanité ne choisit pas le socialisme, le capitalisme la fera sombrer dans la barbarie. Et Escudero d’ajouter : maintenant le capitalisme est partout, il a colonisé tout le globe, on construit des centrales en haut des montagnes etc, aujourd’hui l’impérialisme cherche à coloniser le vivant à s’introduire dans les corps humains et le maïs OGM. Là ou Rosa n’aura sans doute pas suivi Alexis c’est qu’il appuie sa démonstration en évoquant un institut de Beijing, capitale de la Chine « communiste »

Là où Escudero et ses amis néo-luddistes sont inquiétants c’est lorsqu’ils disent : « Ce n’est pas aux personnes concernées de décider. » Cela va contre tout ce qui fonde la gauche au sens large. Contre cette certitude que l’homme est bon et que s’il cesse d’être étranger à ses intérêts, il ne peut que prendre des bonnes décisions pour lui-même et l’humanité. Au contraire Escudero croit à des lois de la nature qui s’imposent à l’homme. L’émancipation selon lui ne consisterait pas à s’ en affranchir mais à s’y conformer. Pour illustrer son propos il dit plusieurs fois «  je ne serai jamais enceinte. » La phrase peut avoir son effet devant une assemblée cisgenre du Rotary mais elle est fausse, et il en convient : avec l’utérus artificiel qui se profile à l’horizon ce sera possible. Du coup Escudero change de discours : « Je ne veux pas d’une société, dit-il, où la PMA et la GPA seraient mises en œuvre pour les couples fertiles qui en ont les moyens. » ; en conséquence, Escudero a exactement le même discours réactionnaire que LMPT. C’est par idéologie qu’il refuse ce qui est considéré par les personnes concernées comme un progrès social. Son acharnement contre les lesbiennes en mal de PMA est fondé sur la peur que cette mesure, du coup, ne puisse pas être refusée aux femmes fertiles,qui choisiraient la GPA pour ne pas nuire à leur carrière, par exemple. Il s’obstine a nommer la PMA pour lesbienne de la « PMA de confort ». Son histoire de pot de yaourt a été suffisamment critiquée dans la feminisphère XXXX, pour que j’y revienne. Mais du coup, on se demande pourquoi l’insémination artificielle serait tolérable dans des conditions sordides et criminelles dans le cadre hygiénique d’un hôpital.vatican utérus

Mastroionni enceint de Catherine Deneuve
Mastroionni enceint de Catherine Deneuve

Les dérives qu’ils signalent ( sperme de prix Nobel ou d’athlètes vendus très cher, roux exclus du don de sperme…) sont des dérives du capitalisme et de sa volonté de faire de l’argent avec tout ce qu’il parvient à contrôler. Critiquer la merchandisation de la biologie n’est pas condamner la biologie, comme critiquer la prostitution n’est pas proscrire toute relation sexuelle.xi

Là ou les néo-luddistes atteignent des sommets c’est lorsqu’ils parlent de leurs ennemis les transhumanistes. Les transhumanistes, courant d’origine américaine défendent l’idée que les technologies du vivant et les TIC doivent améliorer l’homme, le rendre plus intelligents, plus fort, en meilleure santé. Au delà du constat évident (grâce à une meilleure alimentation née de l’amélioration de techniques d’agriculture la taille moyenne de l’humain occidental a considérablement augmenté), les transhumanistes veulent accélérer ce processus. Là où les néo-luddistes deviennent carrément complotistes, c’est qu’ils accusent de transhumanisme des gens qui ne se revendiquent pas de ce courant microscopique ; du coup, ils dépeignent des politiques, des dirigeants d’institutions scientifiques comme des transhumanistes ; Ils citent une dizaine de nom et concluent : vous voyez ils sont partout. Mutatis mutandis, cela fait penser aux antisémites qui disent «  la Grande Bretagne est dirigée par les juifs » tu leur montres tous les dirigeants anglais qui ne sont pas juifs et ils rétorquent «  mais les protestants sont, idéologiquement, des juifs : ils citent tout le temps la Bible. » . De même les néo-luddistes collent l’étoile « transhumaniste » sur des tas de gens pour mieux dénoncer un complot imaginaire.

Après l’intervention d’Escudero,une personne se présentant comme une féministe indépendante du groupe qui s’était exprimé au début a fait quelques critiques sur le livre. Pour elle également, le moment est mal choisi pour critiquer la PMA. Et elle reproche à Escudero de dire « les féministes pensent que… » en s’appuyant sur la citation d’UNE féministe, niant ainsi la diversité des positions au sein du mouvement féministe. Selon des méthodes bien connue, il s’appuie sur le titre d’un livre pour dénoncer : les féministes approuvent le meurtre d’enfants.

Deux Objecteurs de croissance étaient présents. L’un d’eux, metteur en scène de l’Église de la très sainte consommation, a surtout critiqué les militantes qui s’étaient exprimé en préalable. L’autre, s’est fait « l’avocat du diable » en soulignant qu’à travers cette critique opportuniste de la PMA, c’était toute la médecine moderne qui était critiquée. Comment dire à des personnes malades qu’elles ne doivent pas recourir à la médecine actuelle, pour ne pas participer au transhumanisme ? Escudero répond à côté : si on est malade c’est à cause de la pollution, née du progrès technologique. C’est en partie vrai : les affections respiratoires, de nombreux cancers ont des origines industrielles. Mais la première cause de mortalité en France ce sont les maladies cardio-vasculaire, qui sont liées à des mauvaises habitudes de vie. Et surtout, le taux de mortalité, l’espérance de vie, sont en constante progression.

les arguments comment-dire de PMO
les arguments comment-dire de PMO

Au moment où je termine ces lignes, Pièce et main d’oeuvre, vient de commettre une autre bouse  qui clarifie les choses. Ces gens là, qu’ils se prétendent anarchistes ou non, ne sont pas fréquentables. Pour moi les gens de PMO font exactement la même chose que les technocrates qu’ils combattent, ceux qui ont tracé les autoroutes et les TGV sans tenir compte des intérêts des populations concernées, ceux qui ont décidé la cosntruction des centrales nucléaires et des tours tout-électrique. Ces gens qui pensent qu’il y aurait des valeurs et des enjeux au-dessus de l’humanité et qui seraient plus déterminantes que les intérêts de chacun. Ces héritiers modernes des chamans et des prêtres, ces gardiens de la transcendance. On les reconnaît aisément : ce sont des hommes, et il ya toujours un moment où elles veulent réglementer le corps des femmes. Le mouvement décroissant, l’écologie punitive, les spécistesxii ne sont pas immunisés contre cette dérive anti-humaniste.

iIl s’agit du surnom d’un universitaire français

iiProcréation médicalment assistée.

iiiLesbiennes gays, bi, trans, queers, indterminé-e-s, féministes.

ivGestation pour autrui.

vLe collectif antifasciste et anti homophobie de Lille s’était constitué à la suite d’une agression de boneheads contre un bar gay aprésvune MPT. Une de ces actions a été de perturber une conférence de Michel Collon organisée à Lille par les MJC (membres dudit collectif antifasciste !) et qp dans les locaux de la CGT. J’avais fait remarquer qu’il était peu militant de ne pas au moins tenter une démarche auprés de ges que nous croisions constamment sur des luttes, et particulièrement laplus ancienne et constante de Lille : celles des sans paiers . Autant pisser dans un violon ! Après l’intervention Said Bouamama, du QP avait publié une Lettre ouve rte assez habile où entre autre il fasiat remarqur qu’il était contradictoire que des blanches viennent traîter de fascistes des militants sans papiers. Pour être complet je dois souligner que Saïd Bouamama continue à entretenir des liens avec Michel Collon malgré les avertissements.

vi symbolique d’un quartier en voie de gentrification et soumis au paternalisme culturel, de la mairie PS-EELV-Modem

viiJ’ai milité avec lui dans des luttes contre Pôle emploi, mais ce n’est pas seulement pour cela que j’approuve sa position.

viiiIl dit »notre » démarche  mais il semble qu’il s’agisse d’un « nous » universitaire

ixEmployé au XIX ème siècle sans connotation négative systématique, le terme révisionnisme a pris du plomb dans l’aile depuis que, selon certains historiens, le révisionnisme de Sorel est devenu l’une des origines du fascisme.

xSocialisme ou Barbarie

xiCette ambiguité n’est pas absente des protestations de certains riverains contre la présence de prostitué-e-s dans leur quartier !

xiiIls considèrent que l’homme est une espèce animale comme les autres.

#Lille Appel à signatures « Contre le #racisme et pour l’égalité Le 30 novembre Je marche »

Du coup je reproduis l’appel à la marche du 30/11 Les orgas et assos qui veulent le signer doivent prévenir Said Bouamama bouamamas@aol.com. la réponse est pour mardi soir. Sinon je ne d’accord avec tout sauf les quelques mots qui suggèrent que l’on pourrait s’insérer dans la relation entre les enseignants et leurs élèves. Théoriquement en France les profs sont libres d’enseigner les sujets au programme comme ils l’entendent et c’est bien comme ça. Ça sera encore mieux quand ce sera Gollnisch ou Morano qui seront Ministres de l’Education. 

Le 3 décembre 1983, 100 000 personnes manifestaient à Paris, concluant une Marche partie de Marseille le 15 octobre. Décidée par un groupe de jeunes issus des cités de la banlieue lyonnaise, cette marche pour l’égalité et contre le racisme dénonçait les crimes racistes les violences policières et les discriminations racistes. Elle prolongeait à sa manière, les luttes menées dans la décennie précédente par leurs parents et toutes les luttes pour l’égalité qui ont marquées l’histoire de France. Les « invisibles » devenaient des acteurs à part entière de la société française.

Notre Marche ne s’est pas terminée le 3 décembre 83. Nous n’avons jamais cessé de marcher et de lutter. Aujourd’hui encore, l’égalité que nous exigions en 1983 est encore introuvable pour les habitants des quartiers populaires : paupérisation, précarisation, discrimination, contrôle au faciès, résident étrangers n’ayant toujours pas le droit de vote, islamophobie, Rromophobie, etc.

Trente ans se sont écoulés, après le formidable espoir soulevé par la Marche. Notre détermination reste intacte. Nous ne lâcherons rien. Le message de la Marche pour l’égalité et contre le racisme, même s’il n’est pas enseigné comme il se doit à l’école, est plus que jamais d’actualité et nous voulons qu’il soit à nouveau entendu avec force.

Marche pour l’égalité et contre le racisme de Lille à Roubaix

Le 30 novembre à 14 heures

Place de la république

Premiers signataires : Algérien du Nord pour le Changement et la démocratie (ANDC), Association des Mineurs Marocains du Nord-Pas-de-Calais (AMMN), Collectif Manouchian, Collectif Afrique, Association Tribu (Roubaix), Comité des Sans-papiers 59 (CSP 59), AssociatIon Ch’faid (Libercourt), Association Etouchane, Association Place Publique, .  

#Lille « Marche des beurs » programme de la semaine pour l’égalité et contre le racisme 25_30 novembre

Je reproduis ici le programme de  ce qui me semble une bonne manière de commémorer la prétendue  » Marche des Beurs ». en tant qu’anarchiste bourgeois je ne cautionne pas les quelques conneries liées à la religion et je ne crois pas au féminisme voilé. Mais comme n’a pas dit Voltaire… J’en profite pour publier un montage en rapport de l’époque ou je découvrais Windows movie maker 

P.S. Dommage que je le jeune militant PS qui il y a 30 ans était chargé par son pays de tenter de récupérer le mouvement n’a pas pu venir témoigner. Mais l’agenda de Jean-Luc Mélenchon est chargé ! 

 

 

Lundi 25 novembre : Cinéma l’Univers – Lille

30 ans de marche pour l’égalité

 

Il y a 30 ans déjà la marche pour l’égalité et contre le racisme parcourait notre pays pour s’opposer au racisme et aux discriminations, dénoncer les crimes racistes et les politiques sécuritaires, et exiger l’égalité des droits pour tous les habitants de France. Les raisons et colères qui nous ont poussés à marcher hier sont encore présentes aujourd’hui : Les quartiers populaires s’enfoncent dans la paupérisation et la précarisation, les discriminations se sont étendues à tous les domaines, le contrôle au faciès continue, les résidents étrangers n’ont toujours pas le droit de vote, etc. Trente ans après la marche, nous débattrons du bilan de ces trois décennies de luttes.

Film : « Les marches de la liberté » de Rokhaya Diallo

Débat en présence de Rokhaya Diallo et des animatrices du collectif parisien d’acceuil de la marche de 1983 : Salikha Amara, Kaïssa Titous, Alima Boumediene.

 

 

Mardi 26 Novembre : Cinéma l’Univers – Lille

Les crimes racistes et sécuritaires

 

La raison première de la marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983 est la multiplication des crimes racistes et sécuritaires et leur impunité. Au cours des trois dernières décennies de nombreuses luttes pour exiger une véritable justice ont eu lieu. Elles interpellent l’opinion publique, appellent à des mobilisations et investissent le champ juridique. Plus largement le rapport à la police dans les quartiers populaires se caractérise par un contrôle au faciès aussi inefficace qu’humiliant. Sur cet aspect également des revendications existent et des mobilisations sont à construire. Trente ans après la marche nous débattrons de l’organisation nécessaire contre les crimes racistes et les politiques sécuritaires.

Film : Mouvement de l’Immigration et des Banlieues : chronique 2001-2002

Débat en présence de représentants de familles de victimes et de comité de lutte contre les violences policières (Paris, Clermont Ferrand, Lille)

 

Mercredi 27 Novembre : Maison de quartier Vauban Lille

De la lutte des OS immigrés à celle des sans-papiers

 

La marche pour l’égalité de 1983 a été précédée de nombreux combats qui l’ont préparée. Elle ne peut pas se réduire à une simple réaction à un contexte raciste qui s’aggrave. Elle plonge au contraire ses racines dans les luttes pour la dignité qu’ont menées les Ouvriers Spécialisés immigrés dans la décennie 70 pour être reconnus comme travailleur à part entière et en conséquence pour disposer des mêmes droits que les autres salariés. Les sans-papiers aujourd’hui ne sont que la figure contemporaine de cette très ancienne lutte pour l’égalité et la dignité. Des OS des années 70 aux sans-papiers d’aujourd’hui en passant par les marcheurs de 1983 c’est la même égalité qui sert de boussole.

Film : « La grève des ouvriers de Margoline » (première grève victorieuse en France des ouvriers sans-papiers en 1973)

Débat en présence de militants immigrés ouvriers de la décennie 70 : Nacer El Idriss (Bureau national de l’Association des Travailleurs Maghrébins de France), Driss Nabi (Associations des Travailleurs Arabes du Mans et de la Sarthe), Saïd Khemisti (ancien militant du Mouvement des Travailleurs Arabes), Djili-Sy (Union des Travailleurs Sénégalais en France).

 

Jeudi 27 Novembre : Pour un féminisme anti-islamophobe

Avec la Rromophobie, l’islamophobie est un des visages du racisme contemporain. A la différence du racisme biologiste cependant, l’islamophobie tente de se justifier par des arguments et motivations « progressistes ». La construction des femmes portant un foulard comme danger pour la république et la laïcité a eu comme résultat la multiplication des agressions et violences contre ces femmes. En Suède, une campagne consistant à se photographier symboliquement avec le foulard a été lancée en réponse à l’agression d’une femme portant le foulard. En une seule journée 4000 personnes ont de cette manière démasquée l’islamophobie. Rassemblons-nous et débattons des luttes à mener pour que le féminisme ne soit pas instrumentalisé à des fins islamophobes.

 

Place de la République – 18 h

Rassemblement en soutien aux femmes voilées victime d’agressions islamophobes

 

Maison de quartier Vauban – 20 h

Film : « Un racisme à peine voilé »

Débat en présence de Sylvie Tissot (sociologue et féministe), Ismahane Chouder (Collectif féministe pour l’égalité), Lela Bencherif (élue et féministe), Zakia Méziani (Association pour la Reconnaissance des Droits et Liberté aux Femmes Musulmanes, ARDLFM).

 

Vendredi 29 novembre – la condition Publique – 20h

Femmes de milieux populaires en lutte contre les discriminations

 

théâtre« Et puis, nous passions le pantalon français»

« La Double Absence » d’Abdelmalek Sayad lu et mis en scène par le collectif «Quelques Unes d’entre nous » de Blancs Mesnil

 

21 H 30 : rencontre débat

Présentation du livre « Femmes de milieux populaires en lutte contre les discriminations » écrit par le collectif « Quelques Unes d’entre nous» et Said Bouamama.

 

Samedi 30 nov

19h Accueille de la manif « la marche pour l’égalité et contre le racisme» à  la Condition Publique

 

20h – projection

« DOUCE FRANCE, LA SAGA DU MOUVEMENT BEUR »

film documentaire de Mogniss Abdallah et Ken Fero – 70 mn – 1992

Basé sur des images d’archives de l’agence IM’média, ce film retrace les temps forts du « mouvement beur » des années 80. Vingt-cinq ans après la première marche pour l’égalité et contre racisme, c’est l’occasion de faire un état des lieux.

 

21h30 rencontre débat

avec Mogniss Abdallah documentariste et Said Bouamama, sociologue

30 ans déjà, quelles avancées – quelles leçons tirer des expériences de luttes passées ?

 

 

 

 

 

 

 

#roms Communiqué : lA RROMOPHOBIE: UN DANGER DE NOTRE TEMPS À COMBATTRE

J’ai reçu ça, du collectif Devoir d’insolence, créé pour pour réagir à l’inculpation du sociologue Saïd Bouamama (1) et de Saïdou, (ex Ministère des affaires populaires)  MC du groupe Zone d’expression populaire. Ils sont poursuivis pour « injure publique » et « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence », pour un livre et un single intitulés « Nique la France ». Le plaignant est une association d’extrême droite, l’Agrif. Je n’aurais pas employé personnellement une expression aussi sexiste que « Nique… » Mais Je trouve grave que l’on limite la possibilité d’expression d’un intellectuel et d’un artiste français. Nombreux sont les livres et les chansons fondées sur la posture de la détestation de son propre pays. La Marseillaise de Ferré est un pute, et Maxime Le Forestier chantait « J’men fous d’la France. » Je ne suis pas sur que si les deux Said s’appelaient Jean-Pierre ils auraient les mêmes ennuis.

Je suis mandaté par le CCPL59 pour le représenter aux réunions lilloises de Devoir d’insolence. Des événements sont prévus chaque mois Jusqu’à une grande fête des dominations aux alentours du 18 juin. La prochaine manifestation est une rencontre avec un membre de la très pertinente Voix des Roms

devoir insolence titre site

devoir insolence roms Les actes de violences contre les populations Rroms ne cessent d’augmenter depuis plusieurs années.Ils sont en premier lieu le fait de l’État et de ses institutions qui organisent un véritable harcèlement poussant de nombreuses familles Rroms de campements provisoires en campements précaires.Mais ces violences prennent également de nouvelles formes : enracinement de préjugés dans des couches larges de la population française, discours médiatiques  réducteur entretenant ces préjugés, propositions par des élus de « solutions » comme les « villages d’insertion» qui ne règlent rien.Tout le monde parle des Rroms ou de la« question Rrom » aujourd’hui pour dire à peu près tout et n’importe quoi. Seuls les premiers concernés ne sont pas sollicités pour fournir une analyse des problèmes auxquels ils sont confrontés et encore moins pour faire connaitre leurs exigences et revendications.Le résultat en est que les Rroms sont construits comme un « problème » alors que le véritable problème est la situation de non-droit qui est faite aux populations Rroms. En conséquence,de ce silence construit des premiers concernés, cela crée une approche misérabiliste et paternaliste de la solidarité.

AGISSONS!

Pour débattre de ces questions le Comité Lillois Devoir D’Insolence vous invite à un débat public en présence de :Saimir Mile, président de l’association La Voix Des Rroms

Samedi 11 Mai à 14 h 30 Salle des Fêtes Masqueliez 167 rue Jules Guesde Villeneuve d’Ascq

POUR FAIRE ENTENDRE NOS VOIX CONTRE LE RACISME ET LES DISCRIMINATIONS, REJOINS LES COMlTES DEVOIR D’INSOLENCE

NOM: ……………….. .. Prénom: ………………………. . Tél: …………………….. ..Mail: devoir insolence site…………………… . Adresse: …………………………………………………………………… .Ville: …………………. ..

Contacts: devoir.d.insolence.lille@gmail.çom

(1) avec qui je travaille parfois.

SEMAINE DE FORMATION ET ÉDUCATION POPULAIRE

( je retransmet un mail qui peut vou intéresser 

Ceci est un envoi mail groupé
de l’organisme d’intervention sociologie P.H.A.R.E. pour l’Égalité de Lille et St Étienne
composé des sociologues Saïd Bouamama, Jessy Cormont et Yvon Fotia.

Ce mail a pour but d’informer occasionnellement des possibilités de formation ouverte et d’intervention sur site que nous proposons en France.
Telle que celle qui aura lieu au mois de  novembre 2012
co-organisé avec la SCOP d’éducation populaire le Pavé. 

Si nous avons votre mail c’est que vous avez croisé notre route
Toute fois si vous ne souhaitez pas recevoir nos mails vous pouvez vous désinscrire
ou nous contacter afin que nous vous retirions de cette liste.
Bien à vous

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

              SEMAINE DE FORMATION ET ÉDUCATION POPULAIRE

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
                              Organisé par
              le P.H.A.R.E. pour l’Égalité et le Pavé
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

              Du vendredi 02 au samedi 10 Novembre 2012

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
A Libercourt (62) et Villeneuve d’Ascq (59)
Région Nord-Pas-de-Calais
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
                              PROGRAMME :
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
STAGES DE FORMATION
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
1) Mener l’enquête : pratiquer une recherche populaire
(stage interne dans le cadre du programme chercheur citoyen du Conseil Régional)
Avec Saïd Bouamama et Jessy Cormont, sociologues, PHARE pour l’Égalité,
avec la participation de Joackim Rebbeca, le Pavé.
Du vendredi 02 au samedi 03 novembre 2012 – Libercourt

2) Susciter la participation ? Citoyenneté, démocratie, et inégalité(s)
(stage externe payant sur réservation)
Avec Joackim Rebecca, Le Pavé
et Jessy Cormont, sociologue, PHARE pour l’Égalité.
Du lundi 05 au mercredi 07 novembre 2012 – Libercourt

3) Animer un espace d’éducation populaire et de production de savoirs populaires
(stage externe libre d’entrée sur réservation)
Avec Jessy Cormont, sociologue, PHARE pour l’Égalité
et Joackim Rebecca, sociologue, Le Pavé.
Du jeudi 08 au vendredi 09 2012 – Libercourt

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
CONFERENCE GESTICULEE et  CONFERENCES-DEBATS
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
4) « Quand on veut, on peut ? ».
Pour en finir avec la culpabilisation des classes populaires
(gratuite et sans réservation)
Conférence-débat de Jessy Cormont, sociologue, PHARE pour l’Égalité
et de Joackim Rebecca, Le Pavé.
Mardi 06 novembre – 20h30 – Libercourt

5) L’égalité en colère :
discriminations et inégalités (classes, « races », sexe)
(gratuite et sans réservation).
Conférence-débat de Saïd Bouamama et Jessy Cormont, sociologues, PHARE pour l’Égalité.
Jeudi 08 novembre – 20h30 – Libercourt

6) Ménagères contre manageurs :
une autre histoire de l’organisation du travail (public, privé, associatif)
(Entrée libre sur réservation)
Conférence gesticulée de Annaig Mesnil et Alexia Morvan, Le Pavé.
Vendredi 9 novembre -20h à l’espace culture de Lille 1 – Villeneuve d’Ascq

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
ATELIER
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
7) Désintoxication de la langue de bois
(atelier externe entrée libre sur réservation).
Atelier animé par Le Pavé et PHARE pour l’Égalité.
Samedi 10 novembre – 13h-17h à l’espace culture de Lille 1 – Villeneuve d’Ascq

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
CINEMA POPULAIRE A L’FOSSE 5
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
8) La sociologie est un sport de combat, sur Pierre Bourdieu
(Entrée libre et sans réservation-restauration possible)
réalisé par Pierre Carles, 2001. Mardi 06 novembre – 18h – Libercourt

9) Mécontent et pas content disent-ils
(gratuite et sans réservation-restauration possible).
Réalisé par des habitant-es de Mons-en-Baroeul (59),
avec Mehmet Arikan et Nadia Bouferkas,  2004.
Jeudi 08  novembre –  18h30 – Libercourt

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
LIEUX : Libercourt (62820) : Local de l’association Ch’faid –
sur le site des établissements Loyez, ex-fosse n°5, 3 bd Faidherbe,
Bassin minier, Région Nord-Pas-de-Calais. Contact Ch’faid si besoin.
Villeneuve d’Ascq (59650) : Espace Culture
Université de Lille 1 Métro Cité Scientifique ligne 1.
Contact Centre de Ressources Critiques si besoin.

FINANCEMENT : La programmation est soit payante
[ex : 2) Susciter la participation.
Pour  information sur financements possibles
des formations contactez
joackimrebecca@scoplepave.org, 06.88.23.69.70.],
soit entrée libre, c’est-à-dire payée par un acteur
mais gratuite pour le public [ex : 1), 3), 6), 7), 8)]
soit gratuite [4), 5), 9)].

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
CONTACTS :
jessy.cormont@phare-pour-l-egalite.org  06.87.35.51.09.
joackimrebecca@scoplepave.org 06.88.23.69.70.
chfaid@free.fr 06.15.93.43.52.,
Centre de Ressources Critiques : w.tournier@live.fr 06.09.11.20.95.
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx




P.H.A.R.E. pour l’Égalité
Praxis Histoire Action-Recherche Éducation Populaire pour l’Égalité
Organisme d’intervention sociologique
contact@phare-pour-l-egalite.org
http://www.phare-pour-l-egalite.org/phare.html
___________________________________________________________________
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx