Lille : des Roms sans toît ni loi

En débit de la Circulaire d’août 2012, .A 14 h ce mardi aucune solution de relogement n’a été proposée à la centaine de personnes roms accueillies dans les locaux de l’Union syndicale Solidaires, à la Bourse du travail de Lille Fives. Les bénévoles qui ont assisté hier à leur première expulsion (d’un parking de l’Université de Lille 1) ont été frappés de la manière dont la police, après avoir fait sortir les familles et saisi les caravanes, abandonnent les personnes sur le bord de la route, laissant aux soutiens le soin de l’assistance humanitaire. Une dame quadragénaire doit suivre une dialyse trois fois par semaine, des femmes enceintes, des nourrissons sont présents.

Unanimité rare, un communiqué a été élaboré par l’ensemble des syndicats présents à la Bourse du travail (CGT, Solidaires, CFDT, FO, CFTC, UNSA) . Ils demandent aux pouvoirs publics d’appliquer la loi DALO ( Droit au logement opposable) Un communiqué commun des grandes associations caritatives serait également en cours de rédaction.

Sur place, Boulevard de l’Usine, on croise plus de journalistes ( dont une équipe de la chaine suisse allemanique SSR) que de soutiens et de politiques. Deux élus EELV étaient présents ce matin : Madjouline Sbai vice présidente de Conseil régional à la citoyenneté, et Eric Quiquet adjoint à la maire de Lille. Mme Sbai a permis d’obtenir une quarantaine de tentes, et tente de trouver un emplacement de repli auprès des grandes associations caritatives. M. Quiquet fait la même tentative parmi les élus verts Lise Daleux..

Le petit déjeuner a été amené par le père Arthur de l’Atelier Solidaire Les enfants ont regardé des dessins toute la matinée, comme quoi isl ne valent pas mieux que les ntres ! Un repas chaud a pu être servi à tous ce midi grâce au Se

cours populaire et à la Mutuelle des affamés. Le Secours Catholique, l’Abej,  Amnesty apportent aussi leur aide. Mais ce qui est le plus frappant c’est le nombre d’associations qui déclarent ne rien pouvoir faire. Deux éducateurs de l’Areas-Sauvegarde du Nord sont venus et n’ont pu que témoigner de leur impuissance. J’ai appris qu’il existait un Secours islamique France, et qu’il ne pouvait absolument rien faire pour les Roms.

Toutes les aides bénévoles seront les bienvenues à la Bourse du Travail à dix minutes du métro Fives. Des couches bébés ont été apportées. Des couvertures sont toujours nécessaires, ainsi, au cas échéant, des personnes avec voiture.

PS:

On sait le moratoire des expulsions décidé par Martine Aubry  sous la présidence Sarkozy, on sait qu’en août 2012, revenant de ses vacances asiatiques elle avait déclaré mal dormir à cause des Rom expulsés… à sa demande. Aujourd’hui deux de ses employés municipaux sont venus boulevard de l’Usine. pour y cadenasser un parking désaffecté, mais qui aurait pu accueilir quelques caravanes

  • La Voix du Nord

    Des enfants Roms regardent Mulan à la Bourse du Travail de Lille 299/10/2013
    Des enfants Roms regardent Mulan à la Bourse du Travail de Lille 299/10/2013

Lille : Expulsion des #Roms de Churchill Où sont Ils ?

La plupart des roms De Churchill ( 15 familles) sont en Campanile à Valenciennes Arthur y est allé pour leur amener à manger .
Des familles dispersée à Marquise, Calais, et deux autres lieux dans le 62. Le dircab du préfet s’est engagé à nous envoyer la liste des lieux d’hébergement provisoires. Il s’agit de Chrs et lieu du même genre, sans possibilité de cuisiner et des horaires restrictifs.
Toutes les familles ont reçu une OQTF les jours précédents, ce qui est problématique puisque elles sont sous surveillance dans les CHRS. Arthur va tenter de les faire prévenir qu’ils doivent signifier par écrit ( par leur signature) leur volonté de rester en France.
Le Collectif Solidarité Roms n’est pas en mesure d’émettre un communiqué commun. La LDH a émits un communiqué, comparant Manuel Valls ( et Non Hollande !) à Sarkozy ATD-QM LiIle a décidé de demander à rencontrer Martine Aubry pour lui faire part de son indignation. L’association  envoie ce soir une proposition de courrier à MMe la maire que chaque association pourra amender et signer ou pas.
Une personne est venue à la réunion signaler le cas d’une famille du camps de la porte d’Arras à Lille (500 à 600 personnes à l’origine.) Le préfet à fait déménager une partie des familles pour libérer une partie du terrain, ou Décathlon doit construire/  Obligée de quitter le camp par le manque de place, elle s’est installée dans un petit bois où vivent des toxicomanes. Deux parents 30 ans et trois fillettes, qui sont en grand danger.
Rappel rencontre des assos avec l’émissaire du préfet Joly le 11
réunion le 18 MRES 18 h
( compte rendu d’une réunion d’urgence organisé par le Collectif de solidarité Roms et gens du Voyage- Lille métropole)
l’article du Monde.fr

#Roms à Lille, camp Winston Churchill Du sang de la sueur, des larmes et de l’huile de coude !

netoi-1p

Anticlérical fanatique
Gros mangeur d’écclésiastiques,
Cet aveu me coûte beaucoup,
Mais ces hommes d’Eglise, hélas !
Ne sont pas tous des dégueulasses,
Témoin le curé de chez nous.

(Georges Brassens la messe au curé)

Le père Gonzague Cuvilier me fait parfois pensez à cette chanson de Brassens. C’est lui, qui cet été a accueilli les Roms expulsés de Villeneuve d’Ascq autour de l’église Notre Dame des Victoires dite aussi la mal-nommée. Il habite à proximité de la plaine Winston Churchill où des Roms se sont installés, et d’où Martine Aubry, maire de Lille a demandé leur expulsion ( parfois, pour changer, c’est Martine Aubry présidente de la Communauté urbaine qui demande l’expulsion Eût-elle été présidente de la République qui n’eût pas été expulsé ?) . Martine Aubry a obtenu cette expulsion du tribunal adminisatratif, tout en annonçant qu’elle ne demanderait pas son exécution, tant que la préfecture n’aurait pas trouvé de solution de relogment. Du coup , le juge, qui avait l’air un peu agacé par cette farce judiciaire a précisé que l’expulsion n’était valable que entre le 30 avril et 30 juin. Aprés, il faudra que Mme Aubry revienne devant le tribunal.

Mme Aubry motive sa décision en invoquant que les roms vivent dans des conditions déplorables. Evidemment : la mairie refuse de mettre de l’eau et des toilettes à disposition. Par ailleurs le terrain est situé dans une cuvette inondable. Des techniciens de la mairie ont trouvé un terrain plus salubre a proximité. Mais Martine Aubry adorent les Roms, mais pas dans sa ville !

Il y a moins d’un an Martine Aubry affirmait que les roms de Winston Churchill ne seraient pas expulsés

Un truc qui énerve le père Cuvilier, c’est quand on dit que les roms sont sales. Ils n’ont pas d’eau ! Aussi il nous invite à participer à un grand nettoyage de printemps, demain premier mai dans l’après midi.

Il a envoyé ça

« Le petit camps du parc Winson n’a pas de raison d’être évacué

je n’ai pas d’entrée chez les dignitaire pour les défendre
par contre ils sont au travail pour un grand nettoyage de printemps
quand l’eau reviendra ce sera une petite Venise !
VENEZ NOUS AIDER DEMAIN 1 MAI À14 HEURES POUR CONTINUER LE NETTOYAGE !
c’est au bout de l’avenue du peuple belge en direction de la Madeleine,
avant le pont, entrer dans le jardin, c’est au fond à gauche, voir photo Google
invitez vos amis ! si vous êtes trop fatigués apportez bière et biscuits à demain Gonzague.
Si Gonzague n’avait pas mal tourné ( selon un anticlérical fanatique ! ) !il aurait pu être photographe , voici des photos prises aujourd’hui ou les roms font semblant de travailler. Ou pas.

Archive : La Gauche molle, elle t’encule !

Un brouillon oublié en octobre 2010 à un moment où Copé s’invitait dans la compétition entre Aubry et Hollande. Depuis le chef de l’UMP a du se dire qu’il avait eu tort d’ironiser sur les primaires des autres. Depuis la gauche molle a montré que c’est rien de le dire. Et  depuis j’ai découvert la vidéo culte de la fan de Peter Doherty…

Vu Jean-François Copé définir ce qu’est pour lui la gauche molle,Celle qui manque de courage. je pense qu’il confond gauche et couilles. La gauche molle, dans la bouche de Martine Aubry, comme dans celle de nombreux militants de gauche qui ont inventé et répandu cette expression, c’est la gauche qui n’applique pas à fond les 3 valeurs de gauche : justice sociale, justice sociale et justice sociale. Les joueurs de pipeau les clowns lyriques ( qui font leur numéro dans le cirque humaniste, pendant qu’on égorge dans les coulisses, citations de mémoire de Lénine) les bateleurs de foire humanitaire, les qui pieusement, les qui religieusement, les qui tendrement, vous parle du sort d’une petite afghane, de la misére des ex ouvriers du textiles, du racisme et de la guerre ( tonner contre ! ), ces danseurs de tango-musette qui condamnent tous les effets du capitalisme sans oser condamner le capitalisme.

« ce jour nous avons appris la destruction des caravanes des familles de la Friche »

Une nuit près de l’église

Communiqué

Bonjour,

Malgré les épreuves de cet été depuis l’expulsion de la Friche le 9 août dernier, nous ne pensions pas avoir à supporter un second choc. En effet, ce jour nous avons appris la destruction des caravanes des familles de la Friche. Elles ont à présent vraiment tout perdu…

Le 20 août 2012, lors de notre rendez-vous avec Martine Aubry, celle-ci s’était engagée devant nous à restituer les caravanes aux familles. Néanmoins, un ordre a été donné le 28 août pour les détruire. Nous avons appris la nouvelle en nous rendant ce lundi à la fourrière de Lesquin où elles avaient été entreposées pour tenter d’en récupérer.

De qui se moque-t-on?

Ce même 20 août, Martine Aubry, présidente de LMCU disait ne pas dormir à cause des enfants sous les tentes. Elle n’a pas pourtant fait part de ses regrets d’avoir ordonné l’expulsion de ces 200 personnes de la Friche et du terrain de Pont de Bois, tous deux appartenant à LMCU.

Pourquoi nous avoir menti?

Pourquoi nous répéter que des solutions allaient venir dans les jours prochains alors que tout est fait pour que ces familles craquent et retournent en Roumanie? C’est méconnaitre la réalité et déconsidérer ces familles habitantes de la métropole lilloise depuis des années, expulsées sans solution aucune ; c’est cautionner, accompagner et mettre en oeuvre la politique inique du ministre de l’Intérieur Manuel Valls qui a annoncé en Roumanie la reconduite à la frontière des familles, « aidée ou forcée », a-t-il répété.

Lors de la réunion avec le préfet la semaine dernière, personne ne nous a fait part de ces destructions de caravanes. Le responsable de la fourrière nous a avoué qu’on lui avait ordonné de ne pas en parler. Michel François Delannoy, 1er vice-présdient de LMCU, nous a mis en garde, nous sommant « d’arrêter avec les médias », nous accusant malicieusement d’avoir incité les familles à rester, les obligeant eux, responsables politiques, à expulser ces familles par la force. Nous accusera-t-on bientôt de délit de solidarité? Serons-nous poursuivis pour aider ceux que l’on traite comme des indésirables, que l’on veut chasser de la métropole? A-t-on besoin de temps de temps pour trouver des terrains et des logements vides?

La pieta rom de Notre dame des Victoires (dr)

Cela fait 47 jours que ces familles survivent dans des conditions indignes sous tente. Nous ne pouvons plus attendre que l’on nous mène en bateau, nous promettant des solutions qui ne viennent pas. Et la pluie, et le froid… A-t-on besoin de temps de temps pour trouver des terrains et des logements vides?

Mercredi 26 septembre, le collectif Solidarité Roms Lille Métropole tiendra une conférence de presse pour dénoncer la situation.

L’Atelier Solidaire se réunira ce jeudi 27 septembre à 18h à la MRES, salle Agora au 1er étage de la MRES, 23 rue Gosselet à Lille et appelle les militants et bénévoles à nous rejoindre pour faire le point sur la situation et envisager ensemble les actions à mener avec les personnes concernées. Nous présenterons également l’association aux nouveaux bénévoles et expliquerons nos projets à moyens termes.

Nous vous espérons nombreux ce jeudi, nous avons besoin de toutes les forces pour envisager de réelles solutions à l’impasse orchestrée par les pouvoirs publics.

A jeudi,

Yann Lafolie, président de l’Atelier Solidaire

L’Atelier Solidaire
(association   loi   1901)
23      rue        Gosselet
5 9 0 0 0           L i l l e

Les Roms expulsés de Villeneuve d’Ascq ne veulent pas aller à Bauvin ou Cysoing

Nous sommes des bénévoles présents sur les 3 lieux ou vivent deux cent personnes depuis le 9 aout : la bande qui longe l’église ND des Victoires, le bosquet entre Triolo et Hôtel de Ville, le trou dans la terre, entre voie ferrée et excréments face à la gare d‘Hell-emmes chemin Napoléon.
Nous partageons, depuis 4 semaines leurs jours et leurs nuits, leurs repas leurs cafés, leurs discussions et leurs fous rires. Nos petites filles blondes (ça fait cliché mais c’et la vérité)  ont aujourd’hui des nouvelles copines brunes, qui en roumain savaient déjà dire Barbie ou Nike (chaussures se dit adidach).
Nous sommes venus le rejoindre, après vous avoir lus ou écoutés, ou parce que depuis deux ans nous avions participé à des activités sur la Friche évacuée par Valls et Aubry. Nous n’avons de responsabilité dans les associations du collectif, et pour la plupart n’adhérons à aucune.
Mais nous savons ce que veulent les personnes roms, parce que nous causons avec eux tous les jours et  certains d’entre nous apprennent le roumain. Quelques uns voudraient s’installer en France, vivre, comme en Roumanie, dans une maison, travailler, envoyer les enfants à l’université… D’autres simplement travailler quelque temps ici pour pouvoir financer une activité en Roumanie. … Ce sont des citoyens européens qui vont et viennent librement,.
A court terme, les Roms n’ont pas d’emploi en France, et ont 2 moyens de subsistance légaux ou tolérés : le sémafor (mendicité au feu rouge), et la récupération de ferrailles. Que vont-ils pouvoir faire dans des villages sans feux rouges ni ferraille ?
On sait ce qui est arrivé aux Harkis, aux Amérindiens, déportés dans des camps, coupés de leurs ressources habituelles. Nos amis hommes femmes enfants Roms le savent (certain-e-s sont allé-e-s à l’université) ou le pressentent. Ils ne veulent pas aller mourir de faim dans les sibéries socialistes.
Loin du regard apitoyé des membres de la LDH, du MRAP, du CCFD, d’AMNESTY des Verts. Nous l’avons compris réunion du collectif après réunion. Un responsable de la LDH l’a dit le 3 septembre  « Je ne suis pas ici pour défendre les intérêts des Roms mais celui de mes mandants, qui s’élèvent contre les traitements indignes qui leur sont fait. » Tous les social-démocrates-chrétiens-écolo… fondateur du collectif veulent aider le Rom et une chose : que l’on éloigne de leurs regards compatissants ces femmes implorantes, ces gamins au pieds nus qui interrogent non pas la charité, non pas les droits de l’homme mais la répartition des richesses entre capital et travail, entre Sud et Nord, entre Est et Ouest.
Les Roms et nous n’avons confiance que dans deux associations : l’Atelier solidaire et Pierre blanche ; ou plutôt deux hommes : le père Arthur et Yann Lafolie. Les deux personnes que Martine Aubry ne voulait pas rencontrer. Nous savons qu’ils défendront jusqu’au bout les intérêts des roms. Ou ceux qu’ils pensent être les leurs.
Cependant, nous vous demandons : si un Français était condamné en Roumanie, sans avoir été entendu par un juge, sans pouvoir choisir son avocat, sans avoir le droit de communiquer à la presse, que dirions nous ?
M. le préfet ne veut pas recevoir de roms. Il préfère annoncer les infos les concernant à des associations qui, de leur aveu même, ne les représentent pas ! Ne pas vouloir parler directement aux personne roms est une décision raciste. Celui qui l’a prise tombe sous le coup de la loi.
Nous, bénévoles, pouvons vous faire rencontrer tous les roms que vous voulez, servir d’interprètes pour les interviews. Nous savons que la plupart de vos lecteurs, les polaks, ritals, bougnoules, nyaqué d’autrefois n’aiment pas trop les Roms. Mais nous imaginons que vous n’avez pas choisi le journalisme forcément pour ne traiter que des sujets évidents. Le prix Albert Londres ne e gagnent pas ou les lambris dorés pour reprendre l’expression de Simon Verdière