On change la couverture…ou comment rafraîchir son stock de livres pour mieux les vendre

Un de mes blogs préférés

Niklas Luhmann – La réalité des médias de masse

Le blog Paresia n’est pas toujours à l’abri des dérapages mais ses auteurs vont parfois chercher loin de l’info pointue

Paresia

Les éditions Diaphanes publient une traduction de Die Realität der Massenmedien (1996). Cette première traduction en français, due à Flavien Le Bouter, rend enfin accessible au lecteur français les réflexions du sociologue allemand sur ce monstre froid que l’on nomme « les médias ».
.
.

.
Présentation de l’éditeur :
.
Façonnant la réalité tout autant qu’ils la décrivent, les médias de masse forment un système qui s’autoalimente sans intervention extérieure, dans lequel nous avons pris l’habitude d’évoluer sans le questionner. Niklas Luhmann propose ici une analyse minutieuse des modes de fonctionnement de ce système, de ses sélections simplificatrices et de ses implications. D’une actualité indiscutable, cet essai invite à reconsidérer la manière dont le monde se conçoit lui-même.

.
********************************************************************

« Rien ne change, sauf des noms et des visages. Les cartes se redistribuent. Les journalistes dans mon genre ne seraient-ils pas de simples agents d’autorégulation ? »
(Denis…

Voir l’article original 1 158 mots de plus

Déboutés d’asile Manif aujourd’hui 14 mai #Lille

communiqué du RESF 59 62 
LES INFOS de RESF5962 samedi 11mai 2013.
Pour nous contacter : 06 27 62 27 88 ou resf5962@wanadoo.fr
Lille métropole : resf.lille@gmail.com
site national : http://www.educationsansfrontieres.org/rubrique156.html

Georg, Areg, Mohamed, Manil, Yannis, Manel- Anfal, Basmala, Sarah, Daniel,Timur, Savely, Chancy, Benit, Gracia,Tegra, Jojo, Athan, Nazi, Nika  et leurs parents déboutés de leur demande d’asile,  mis à la porte du centre d’accueil sans hébergement, sans ressources, sans possibilités de travailler…
LES FAMILLES BIENTOT A LA RUE,  LES FAMILLES OBLIGEES de QUITTER LE TERRITOIRE, APPELLENT A UN
RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN
MARDI 14 MAI
à partir de 17 heures,
Parvis des Droits de l’Homme,
place de la République, Lille.

avec le soutien de Réseau Education Sans Frontières (RESF Lille), FSU 59, Cimade Nord Picardie, Sud Santé sociaux 59, sud education 59/62…

le tract d’appel est disponible pour impression distribution : http://www.educationsansfrontieres.org/article46716.html

Pétitions à diffuser et à signer, et informations sur
Pétition pour la famille Sokoly (école Duruy, Philippe de Comines, collège Anatole France Ronchin) : http://www.educationsansfrontieres.org/article46710.html
Pétition pour Olida et sa fille Julia Sarah (école Mermoz Villeneuve d’Ascq) qui devaient quitter le Cada le 27 avril et qui a une Oqtf : http://www.educationsansfrontieres.org/article46720.html
Pétition pour Florence et ses 6 enfants (école G Sand et collège Voltaire Wattignies) qui doivent quitter le Cada le 16 mai : http://www.educationsansfrontieres.org/article45998.html
Nouvelle version (prenant en compte l’Oqtf) de la pétition pour la famille Bazoyan (école Viala Lille) est en ligne : http://www.educationsansfrontieres.org/article46729.html
GOUTER SOLIDAIRE VENDREDI 17 MAI à partir de 16h30 à l’école Viala, Lille.
Venez nombreux en soutien à Samvel , Iana et leurs deux enfants

article 20minutes : www.20minutes.fr/lille/1146901-20130429-six-familles-face-expulsions

APPEL A INTERPELLER LA DIRECTION du CADA :

(merci de nous faire part de votre appel, courrier. RESF Lille )
des démarches pour introduire un référé en justice pour obtenir l’expulsion des résidents sommés de quitter le Cada pourraient être faites s’ils restaient au-delà de la date limite. Il se peut que ce soit déjà le cas pour Olida et sa fille Julia Sarah qui auraient dû quitter le Cada samedi 27 avril.
Nous appelons donc chacun à contacter le Directeur (M Patrick Battain) par tél (0320578800) fax (0320420003) courrier adressé à : FARE 8 rue de Tenremonde, 59800 Lille pour lui faire part de notre indignation et l’exhorter à se grandir en n’utilisant pas (tant qu’une solution humaine d’hébergement n’aura pas été trouvée) la possibilité ( donnée par la convention le liant à l’état), de « solliciter le concours du préfet en cas de difficulté pour la mise en œuvre de la décision de sortie du centre ».
Rien ne l’oblige à mettre des enfants à la rue !
Rien, à part la barbarie, ne peut justifier la mise à la rue d’enfants, qu’ils soient étrangers ou Français !

Lettre reçue par les résidents concernés en pièce jointe

______________________________________________________________________________