20 choses qui se sont produites pour les animaux en 2017

On fera mieux en 2018

Brocoli concentré

i-am-an-optimistWinston Churchill aurait prononcé la maxime suivante : « Je suis un optimiste, il ne me semble pas très utile d’être quoi que ce soit d’autre. »

Bon, entre nous, je n’ai trouvé nulle part la source de cette citation. Et même si Churchill était réellement son auteur, je me dis que dans certaines circonstances, il peut être utile d’être autre chose qu’optimiste. Genre : circonspect, nuancé, réaliste…

Cela étant, je pense aussi qu’il est bénéfique pour un mouvement social de se concentrer plus souvent sur les bonnes nouvelles, et ce pour deux raisons : a) ça donne au grand public une image plus avenante de la cause, et b) ça permet sans doute aux militants de s’éloigner mentalement d’une surexposition aux atrocités dénoncées, et de ses effets.

Trêve de préambule, allons-y donc pour ce florilège des 20 avancées obtenues pour les animaux en 2017, réparties en trois groupes…

Voir l’article original 1 395 mots de plus

Publicités

#Chouard La Relève et la Peste…brune

Rapple dans la comunication l’éetteur est aussi important que le message, le contexte est plus important que le message.

Voici un post des Enragé sur la relève et la Peste, site d’extrême droite confusionniste, c’est à dire qu’il masque ses idées derrière des accroches populistes-cools

COUP DE GUEULE: MAIS ARRÊTEZ DE PARTAGER LA PAGE La Relève et la Peste!!!

Il vous faut quoi comme preuve supplémentaire??? Sur cette capture, vous avez le fasciste Etienne Chouard qui « like » lui-même la vidéo du fasciste Etienne Chouard!!!

Cette page dégueulasse donne également la parole à Gabriel Rabhi, militant revendiqué d’extrême droite et qui relaie sur son mur de la propagande négationniste.

http://confusionnisme.info/…/gabriel-rabhi-publie-de-la-pr…/

Pour démasquer définitivement Etienne Chouard:

extrait :

1 – Etienne Chouard soutient de nombreuses personnalités d’extrême droite, comme le prouve le schéma montrant ses nombreux liens confirmés par les copies d’écran de ses propos (6).

2 – Etienne Chouard soutient de façon privilégiée, ancienne et réciproque Alain Soral (7, 10), l’un des chefs de file de l’extrême droite française (9, 10) avec son organisation Egalité et Réconciliation, qui se déclare « prêt à tuer » ses opposants politiques (9). Alain Soral se revendique « national-socialiste » (2), soutient le parti néonazi Aube dorée en Grèce (13, 14) ainsi que Jean-Marie Le Pen en France (13). Il a été membre de la direction du Front National et a été condamné pour antisémitisme et provocation à la haine (16).

3 – Etienne Chouard propage l’idée que les fascistes ne sont pas fascistes ; il refuse notamment ce qualificatif et celui d’extrême droite(8) pour « les racistes », « les antisémites », « catholiques traditionnalistes », « les partisans de la peine de mort » et « les partisans de l’interdiction du droit des femmes à l’avortement ». Etienne Chouard va jusqu’à affirmer que le Front National est « à gauche, vraiment à gauche » et que « le danger, ce n’est pas Le Pen » (7). Il appelle également à renforcer les frontières et à lutter contre l’immigration (17).

4 – Etienne Chouard propage l’idée que les antifascistes sont de vrais fascistes et publie, le 27 mai 2013, une accusation selon laquelle les antifas seraient même payés par le pouvoir, exactement une semaine avant l’assassinat du jeune antifa Clément Méric à Paris (18).

5 – Etienne Chouard diffuse des théories conspirationnistes (6, 19, 20), de surcroît situées sur des sites d’extrême droite vers lesquels il envoie ceux qui le suivent (21).

6 – Etienne Chouard soutient le film hommage sur Robert Faurisson, célèbre négationniste de la Shoah, comme le montre la copie d’écran de son message de soutien à Paul-Eric Blanrue, réalisateur, publié sur le site du film, aux côtés de celui d’Alain Soral (22).

7 – Etienne Chouard idéalise abusivement la Grèce antique (procédé très répandu dans l’extrême droite, de la Nouvelle Acropole à l’Institut Iliade et du G.R.E.C.E. à Aube Dorée) et fait de nombreux contresens sur l’Athènes classique, notamment au niveau des chiffres et de la réalité politique effective. Il va jusqu’à affirmer que « les plus pauvres ont gouverné durant 200 ans » en parlant de « gouvernement des 99% » (5). Et, comme tous ceux qui parlent de démocratie directe à l’extrême droite, notamment Yvan Blot (23) (Club de l’Horloge, Front National, fondateur du site democratiedirecte.fr), Etienne Chouard ne parle quasiment jamais d’expériences plus récentes et plus poussées comme la Commune de Paris, l’Espagne libertaire, le Chiapas au Mexique, le quartier d’Exarcheia à Athènes, etc.

http://www.parasite.antifa-net.fr/les-confusionnistes-qui-…/

chouard_asselineau-fd377

Sur le tirage au sort de Chouard, ça aussi c’est une belle arnaque!

extrait:

Les partisans d’Etienne Chouard le présentent comme un chantre de la démocratie directe, et son près à rejeter l’argument des ses amitiés fascistes pour dire que les idées qu’il défend en matière de démocratie et de tirage au sort restent malgré tout pertinentes. Pas de chance, car si on se penche en détail dessus, ce qui apparaît, c’est un système contre-révolutionnaire des plus réactionnaires. Rarement Chouard a aussi bien clarifié ses idées que dans la vidéo tournée en 2011 par le site Enquête et Débat du fasciste Jean Robin dans laquelle il dialogue avec Yvan Blot du Club de l’Horloge. (…)

On voit assez bien les problèmes que pose ce système, puisque les gens bénéficiant du moins de ressources économiques, sociales ou culturelles seraient d’emblée exclus du tirage au sort, ayant très peu de chance d’être suffisamment désignés. Il en serait de même sans doute d’une large part des individus habituellement victimes de discriminations : personnes victimes de racisme, femmes, homosexuels, handicapés… L’objectif est très conservateur, et l’argument très similaire à celui de ceux qui défendaient au 19e siècle le suffrage censitaire : il s’agit d’éviter l’irruption dans l’assemblée des « passions populaires » et le « règne des incompétents ».

L’objectif est bien en fait de constituer une assemblée homogène socialement, un peu comme celle qui se réunit à Nuit Debout, et qui ne risque donc pas de remettre en cause l’ordre capitaliste puisqu’elle ne risquera pas de prendre des décisions allant dans le sens inverse de ses intérêts de sous-classe dominante. Cette assemblée sera une assemblée de profs, de notables, de commerçants et de petits patrons, dont seront largement exclues les classes laborieuses qui pourtant représentent la majorité de la population. Chouard estime ainsi que sur un corps électoral de 40 millions de personnes, 1 ou 2 millions au maximum seraient susceptibles de participer au tirage au sort après écrémage. (…)

En réalité, Chouard est un anti-parlementariste et un nostalgique du féodalisme. Au lieu de voir un rapport entre la naissance du capitalisme est celle de l’Etat, quelque soit son régime, lui voit un « lien logique et puissance » entre la naissance du capitalisme et ses injustices et le « gouvernement représentatif ». Il en vient à regretter l’Ancien Régime, où selon lui noblesse et clergés étaient des « contre-pouvoirs »aux« riches et ultra-riches ». la chute de l’Ancien régime donné selon lui « aux marchands et aux financiers […] tous les droits, dont celui de faire travailler les gens sans limites ». Voilà une analyse bien originale du système féodal, dans laquelle la bourgeoisie banquière et marchande devient la classe dominante principale alors que noblesse et Eglise ne font plus partie des riches mais protègent les pauvres contre les abus des premiers. Oubliés le servage, la Taille et la Gabelle…

L’idéal de société chouardien est profondément inégalitaire : « On a besoin d’inégalités pour que les gens aient des moteurs pour se donner du mal, et même peut-être de fortes inégalités », affirme-t-il devant un Blot ravi. « Je suis d’accord sur l’idée d’admettre des inégalités peut-être même importantes, parce que si quelqu’un est très très utile et se donne bcp de mal, ok », répète-t-il. Question : que compte faire Chouard des gens qui seront jugés « inutiles » dans sa société idéale ?

Dans l’entretien, Chouard juge important de noter que Suisses et Américains ont le droit de posséder des armes. « L’homme libre est armé », renchérit Blot, reprenant un des principaux arguments de la NRA (le lobby américain des armes).

Lire la suite ici => http://www.lesenrages.antifa-net.fr/ruffin-et-lordon-une-

 

Featured Image -- 1232

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FLesEnrages%2Fposts%2F737231869776721%3A0&width=500

réédition de « Marxisme and state communism

à propos de la gauche germano-hollandaise proche des conseillistes, anti-étatiste anti capitalisme d’Etat et la seule famille de gauche qui n’ai jamais compté d’antisémites…

150604_tian_feature-1250x650

Réédition [eng] de

Marxisme et communisme d’Etat

Le dépérissment de l’Etat

http://www.left-dis.nl/uk/GIC%20(1932)%20Marxism%20and%20state%20communism.1-0.pdf

qui répond à

Lénine
L’Etat et la Révolution

[préface en fr.   ]http://marxiste.fr/lenine/lenine4.pdf

sur la gauche germano hollandaise

https://fr.wikipedia.org/wiki/Communisme_de_conseils

Le Groupe des communistes internationalistes en Hollande, 1934-1939

Souvenirs personnels,

1934-1939

par Cajo Brendel

https://www.marxists.org/archive/pannekoe/1947/gik.htm

sur l’ultragauche ( au sens classique)

kronstadt-affiche

http://mai68.org/spip/spip.php?article8275

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ultragauche

 

et Rappel pour situer cela dans la gauche

https://societedelinformation.wordpress.com/la-mindmap-des-gauches/

etat20te20surveille

Tous les matins

pour la dernière phrase et pour tout le reste

François Lewandrowski

touslesmatins

Tous les matins le même spectacle, le même paysage qui change sans cesse au gré des saisons, mais qui reste identique dans sa composition. Certes les arbres grandissent s’étirant chaque jour un peu plus vers le ciel comme dans une course vers le zénith. Les herbes dans le pré selon les espèces gagnent du terrain sur les autres ce qui donne un camaïeu de verts sans cesse bouleversé, derrière la rangée d’arbre un champ de céréales qui selon les années est rempli de soleils ou bien d’une blonde chevelure qui oscille dès la moindre brise. En cette saison les rouges, les jaunes, les bruns envahissent les dégradés de vert. Seuls les cyprès pointant vers le ciel gardent ce vert si caractéristique. Dans tous ces changements il faudrait inclure les sons, essentiellement le chant des oiseaux qui varie selon les saisons jusqu’à presque disparaitre en plein cœur de l’hiver, comme si…

Voir l’article original 31 mots de plus

Exploration liminaire de la pathologie mentale d’un libertaré ordinaire, Daniel Tourre alias @Bastiat2022

d’une certaine extrême droite qui se fait passer pour libérale (mars 2016)

Résumé de trois des mesures les plus controversées proposer par les libertariens

https://alibertarianfuture.com/define-libertarian/top-3-libertarian-positions-now-mainstream/

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

medium_daniel_tourre_Affiche

Une certaine secte qui fait du libéralisme une doctrine indépassable malgré les dégâts sociétaux et environnementaux qu’elle occasionne dans le monde, au point d’en entraîner la chute dans l’abîme de la destruction planétaire,  est en train de « virer grave » dans la propagande complotiste. L’un de ses agents oranges, Daniel Tourre, ci-dessus, animateur d’un collectif dénommé Antigone, qui milite pour la disparition de l’Etat (rien que ça…) s’est rendu coupable de ce tweet plutôt infect :

Alors, j’ai voulu savoir quel genre de pathologie psychique pouvait entraîner dans une telle ignominie négationniste légitimant les propos de l’antisémite notoire dont le nom de scène tristement connu est Dieudonné. Fort probable que l’argumentation de base, l’une des marottes de ces gens là,  soit celle…

Voir l’article original 744 mots de plus

Face à la recrudescence de publications fantasques sur les »ultra-violents » de la zad

communiqué du collectif Zad deLille

Face à la recrudescence de publications fantasques sur les »ultra-violents » de la zad et aux questions qui nous sont posées à ce sujet quotidiennement par des journalistes, tout au moins quand ceux-ci prennent le temps de demander l’avis des personnes visées, nous envoyons ci-dessous une mise au point. A bon entendeur/euse.

sivens-zadiste-jpeg

 

/ Le groupe presse de la zad.

ci-dessous et en pièce jointe -

----- Communiqué 

/// Tapis dans le bocage : la vérité sur les armes secrètes des
"zadistes"

Alors que l'hypothèse d'un abandon officiel du projet d'aéroport se
dessine enfin, on assiste en parallèle à une campagne politique et
médiatique de diabolisation des "zadistes". A partir de quelques photos
et informations diffusées par des services de gendarmerie, nous voyons,
depuis quinze jours, enfler des fables reprises sans aucune gêne
d'articles en plateau télé par une cohorte d'"analystes", élu.e.s et
journalistes. Ceci sans que les un.e.s ou les autres semblent souvent se
préoccuper de vérifier quoi que ce soit avant publication.

Dans une atmosphère digne d'une mauvaise Cendrillon, un puits se
transforme alors en tunnel viet-cong, des bâtons plantés dans un talus
en une herse sanguinaire, des zadistes kamikazes attendent du haut des
arbres pour mourir en se jetant sur la police et les sentiers empruntés
quotidiennement par tout un chacun sur la zad sont piégés de toute part.


Au final, la zad serait habitée par une bande de 150 fous furieux tapis
depuis des années dans le bocage le couteau entre les dents, occupés à
essayer tant bien que mal de souder dans la boue des lames de rasoir sur
des boules de pétanque. Il arrive heureusement parfois que des
journalistes fassent aussi leur travail et que certains des mensonges
les plus grossiers soient démasqués : le couple mascotte de riverains
indignés contre la zad au printemps 2016 étaient de faux voisins ; le
JDD a dû s'excuser mardi pour ses fausses "photos secrètes des armes de
la zad"...

Ce n'est pas la première fois que nous avons à faire face à ce type de
campagnes médiatiques, qui nous informent avant tout sur les fantasmes
de leurs auteurs. Leurs boniments hargneux peuvent bien nous faire rire
parfois lors des veillées hivernales. Mais nous n'oublions pas,
qu'au-delà de vendre du papier, ils appuient des objectifs précis et
pourraient avoir des conséquences funestes.

Pour préparer l'opinion à une éventuelle évacuation de la zad, il faut,
de nouveau, créer l'image la plus étrangère et la plus anxiogène
possible des personnes que l'on s'apprête à réprimer. Il s'agit
d'opérer, dans les représentations, le glissement de la catégorie de
"militant.e.s" vers celle de "terroristes". Ce que le tableau des
"djihadistes verts" vient alors légitimer, c'est que l'on emploie
éventuellement demain des moyens de répression extrêmement brutaux et
possiblement inédits contre nous.

On retrouve dans tous ces récits la traduction d'une volonté classique
de diviser un mouvement, en tentant de stigmatiser et d'isoler de leurs
alliés les franges qui apparaissent comme les plus gênantes. Il faut
dire qu'il y a visiblement dans ce pays une foule de décideurs pour qui
la zad et le mouvement anti-aéroport représentent dans leur ensemble un
insupportable affront. Pour ceux qui sentent bien que, pour une fois, le
vent pourrait tourner en leur défaveur, le mot d'ordre semble clair:
"Aéroport ou pas, vengez nous au moins des zadistes !". Et ce quand bien
même le sens de la décision annoncée par le gouvernement finirait par
donner raison à celles et ceux qui auront défendu ce morceau de bocage. 

Mais si la question de l'évacuation de la zad est restée depuis 2012
ingérable pour l'Etat, cela n'a jamais tenu en soi à la question de 150
soi-disant "ultra-violents", finalement aisément éjectables en d'autres
circonstances. Ce que celles et ceux qui crient au loup cherchent à
gommer c'est que le gouvernement fait face depuis des années à un
mouvement populaire impliquant des voisin.e.s et des paysan.ne.s, des
associations et des groupes informels, des syndicats ou des comités de
soutien dans toutes la France. Et ce mouvement, dans toute son
hétérogénéité, a l'insolence de s'être donné les moyens de faire front
commun. Si le ministère de l'Intérieur, à l'automne dernier, prévoyait
en cas d'expulsion de mobiliser jusqu'au deux tiers des effectifs
policiers disponibles dans ce pays, ce n'est pas parce qu'il devrait
régler le problème d'une quelconque avant-garde combattante isolée, mais
bien parce qu'il ferait face à des dizaines de milliers de personnes
prêtes à résister sur le terrain. Ces dizaines de milliers de personnes
ce sont, entre autres, celles qui sont venues planter leurs bâtons le 8
octobre 2016 sur le sol de la zad et qui demain, si le gouvernement
s'entêtait, seraient partout sur les routes et dans les champs pour
arrêter la police et les tractopelles. Ce sont aussi toutes ces
personnes qui aux quatre coins du pays iraient occuper leur mairie, leur
préfecture ou les places de leur ville en signe de protestation. 

Cette détermination n'a rien de nouveau. Déjà à l'automne 2012, 2000
policiers avaient été mis en échec par des semaines d'opposition
physique extrêmement hétérogène - des personnes derrière des barricades
ou dans des cabanes dans les arbres, d'autres allongées sur les routes
ou entrelacées sur les toits des maisons, des tracteurs enchaînés et des
chantiers constants de reconstruction. Ce que cette résistance
improbable avait alors suscité c'était un élan de soutien massif dans
toute la région. Ce qui a changé depuis 2012, c'est que la zad est
devenue plus emblématique encore et que les solidarités multiples
qu'elle suscite se sont densifiées.

Dans le fond, ce que la focalisation pour les "pièges cachés" et les
"boules de pétanque" cherche à mettre sous le tapis c'est qu'il ne
s'agit pas simplement pour les habitants et usagers de la zad, anciens
et nouveaux, d'empêcher la destruction d'un territoire mais aussi de
réinventer d'autres mondes possibles. A ce niveau, il convient de
préciser qu'il n'y pas sur la zad des "ultra-violents" d'un côté et des
"néo-ruraux" de l'autre, mais une diversité de personnes déterminées à
vivre et lutter ensemble. Nous ne séjournons pas dans des casernes mais
construisons pas à pas depuis des années des formes de vie, d'habitat et
d’activités fondées sur le partage, la rencontre, le soin du vivant et
des biens communs.

Pour tous ceux qui, derrière leurs beaux discours, comptent bien
continuer à tirer profit de la destruction des ressources naturelles,
des inégalités croissantes et de la domestication des populations, il
est visiblement inacceptable que quiconque essaie de s'organiser - de
manière un tant soit peu visible et conséquente - à contre courant de
leurs valeurs mortifères. Et pourtant, on peut parier, face à un monde
qui va droit dans le mur, que ce qui se tente concrètement sur la zad de
Notre-Dame-Des-Landes - et dans d'autres espaces - pour reprendre sa vie
en main, continuera à être jugé essentiel et soutenu par un nombre de
plus en plus important de personnes.

Des habitant.e.s de la zad.tapisdanslebocage