#Gobee.bike L’adieu au vandalisme lillois du concurrent de Décathlon et de la mairie.

attendez vous à apprendre ….

L’adieu des Gobee.bikes à Lille. C’est moi ou ils insinuent que Lille est plus vandale que Paris, Lyon, Turin, Florence et Rome ? tester la formule dans la ville qui s’est vendue à Décathlon, n’était peut-être pas une idée géniale. En tout cas, c’est une victoire pour M. Dominique Planque, figure mythique d el’écologie lilloise et européenne, faucheur volontaire et ancien président de Radio Lille 80, qui n’a cessé de critiquer cette initiative capitaliste. Domminique, vous pouvez ranger les démonte pneu.

à Lille (photo VDN)
à Lille (photo VDN)

Rappelons que Gobee.bike est venu concurrencer le V’Lille, à peu près interdit aux pauvres, géré par Transpolice, et alimenté en vélos par Decathlon ( groupe Mulliez, Auchan etc) .  Rappelons que décathlon a fait pression pour faire évacuer le camp de Roms du terrain vague, où s’élève désormais son centre Lillois. rappelons aussi que le vandalisme est la justice des pauvres

https://platform.twitter.com/widgets.js

V’lille à la fac de droit

Bonjour Jean-françois,

A l’automne 2017, Gobee.bike a commencé son aventure dans huit villes de trois pays européens. Sur nos vélos verts, ce sont des centaines de milliers de courses qui ont été faites, grâce à un concept novateur, dont les fondamentaux reposent sur le partage, la liberté et la responsabilité. En particulier, nous ne pouvons être plus fiers de notre communauté d’utilisateurs qui nous soutient et nous encourage à nous améliorer chaque jour, fonctionnalité après fonctionnalité, course après course.

Nous sommes le premier service de vélo en libre service européen, créé par des français. Et c’est donc naturellement en France que nous voulions commencer à écrire notre histoire. Après quelques mois d’activité, nos vélos verts ont attiré l’attention de plus de 150 000 utilisateurs, et ont sans doute fait l’objet de multiples débats et conversations autour d’un café ou d’un verre. Tout cela, dans l’optique d’écrire une histoire commune.

Ce succès n’a fait que confirmer notre vision : changer nos modes de déplacement, de transport, et accompagner l’innovation qui transformera la mobilité de nos villes.

Après un accueil chaleureux de notre service à Lille, la première ville à accueillir nos vélos en Europe, nous étions très heureux de constater que nous partagions tous une même passion. Nos vélos verts étaient partout, aux quatre coins de la ville. Immanquables par leur couleur vert pomme, ils avaient pris une place de coeur dans votre quotidien.

Nous n’avons jamais compté sur la chance du débutant et nous avons travaillé dur, affronté de nombreux défis et avons beaucoup appris. Nous vous avons écouté, et avons corrigé, testé, re-tenté, amélioré et investi autant de ressources que nous pouvions pour prouver que nos vélos en libre service pouvaient apporter une solution de mobilité durable et écologique.

Malheureusement, parmi tous ces défis, un a réussi à nous faire trembler plus que les autres. Un comportement qui est arrivé aussi soudainement que brutalement et qui a dû nous faire admettre que certains n’étaient peut-être pas prêts pour ce changement.

Ces dernières semaines, le vandalisme et les dégâts causés à notre flotte ont atteint des limites que nous ne pouvons plus surmonter.

Nous étions tout à fait conscients que nous devrions faire face à du vandalisme. Nous étions prêts à prendre ce risque et investir nos ressources aussi bien financières qu’humaines ainsi que notre temps pour tenir le cap, pour vous offrir ce nouveau mode de mobilité.

Nous avons utilisé toutes nos ressources pour remplacer la flotte avec de nouveaux Gobee, en effectuant souvent de très lourdes réparations sur les vélos endommagés. Nous avons eu la conviction que le bon sens et l’utilité du service, accompagnés de votre soutien, allaient finir par faire de ce projet un succès.

Mais seulement quelques jours après avoir été déposés dans les rues, les nouveaux vélos et ceux réparés ont été à nouveau massivement et fortement endommagés. Nous avons dû affronter la triste réalité que notre vision de la mobilité n’était pas partagée par une minorité déterminée à nuire, et nous ne pouvons plus supporter ni le coût financier, ni le coût moral des réparations.

  C’est pourquoi, aujourd’hui, nous mettons un terme à notre service dans la ville de Lille.

Sur les prochains jours, nos équipes opérationnelles vont se concentrer sur la récupération de notre flotte dans son intégralité. Et notre service client sera entièrement dédié au traitement de vos demandes. Afin que notre « au revoir » aux lillois soit aussi bien salué que notre arrivée dans la Capitale des Flandres.

Nous souhaitons tous vous remercier. Vous, qui avez promu, sensibilisé et protégé nos valeurs et notre flotte. Et vous, nos équipes opérationnelles qui vous êtes battues avec acharnement pour défendre cette vision commune qui nous unissait et qui nous a permis d’aller si loin.

Nous travaillons dur et continuerons sur cette voie en 2018 pour apporter cette transformation de la mobilité de demain. La course n’est pas finie et tous nos efforts iront dans cette direction. Nous nous investirons pendant ce temps là à développer une flotte plus robuste, qui nous permettrait alors un retour sur ces terres qui nous ont accueillies si chaleureusement.

Nous vous encourageons à continuer de défendre les valeurs que nous partageons pour une meilleure mobilité, plus innovante et écologique. Nous continuerons à véhiculer ces valeurs dans les villes où nous poursuivons nos opérations : Paris, Lyon, Turin, Florence et Rome.

Gobee.bike est bien plus qu’une société de transport et d’innovation. C’est une communauté que vous avez fait naître, et qui perdurera. Et quelque part, même si le constat a été difficile, nous le savons : ce n’est pas un adieu, mais juste un triste au revoir.

L’équipe Gobee.bike

Publicités

Nos poisons quotidiens

Et dans les nouilles chinoises

Ma vie au présent simple

Bonjour à tous,

Pour en avoir fait personnellement les frais lors de ma deuxieme grossesse, je peux vous assurer que ce que vous allez lire est bien une réalité. (dont on ne parle encore pas assez je trouve)

Merci de prendre un instant pour lire ces quelques lignes… 🙏🙏🙏

L’un des ingrédients les plus nocifs que nous consommons sur une base régulière est le glutamate de sodium – un additif trouvé dans presque tous les aliments fabriqués.  Le glutamate de sodium E621 se présente sous la forme de poudre cristalline blanche, et il est très semblable à du sel et du sucre.

Cet additif alimentaire est utilisé dans de nombreux produits alimentaires populaires, y compris toutes les saucisses, les hot-dogs, les chips, les soupes instantanées, les aliments en conserve, la bière et beaucoup plus. La dose journalière autorisée pour les adultes est de 1,5 grammes, et pour les enfants…

Voir l’article original 294 mots de plus